Abba Siddick

Abba Siddick est un homme politique et révolutionnaire tchadien né dans ce qui était l'Oubangui-Chari, colonie française (aujourd'hui, République centrafricaine).

Historique

En passant au Tchad (également alors une colonie française), il est entré en politique active dans le Parti progressiste tchadien (PPT), un radical et nationaliste parti politique africaine fondée en 1947 et dirigé par Gabriel Lisette.

En 1958, il avait quitté le PPT pour former avec d'autres de l'Union nationale tchadienne (UNT), un musulman parti progressiste, mais il s'est tourné assez tôt pour le PPT, et après l'indépendance du Tchad, a été ministre de l'Éducation du président François Tombalbaye. Toutefois, le président de la discrimination contre les musulmans au Tchad était amené à devenir un membre du groupe de rebelles insurgés FROLINAT, formé en 1966 pour s'opposer à la règle de Tombalbaye.

Après la mort de l'organisation du premier secrétaire général, en 1968, une violente bataille pour le leadership a suivi, qui a pris fin avec la victoire de Siddick en 1969, même s'il a été perçu comme un anti-arabe et a été suspecté d'être une gauche modérée et de ne pas avoir un revolutionary apprentiship.

Il a fait, à Tripoli, le siège de l'avant et la Libye a pris la place du Soudan en tant que fournisseur clé du FROLINAT. Alors qu'il est internationalement reconnu comme le chef du FROLINAT, il a été de perdre le contrôle des unités sur le terrain.

En 1971, il a tenté de réaffirmer son autorité en proposant d'unifier les forces rebelles actifs au Tchad, mais Goukouni Oueddei, chef de la Deuxième Armée de libération du FROLINAT, a rompu avec Siddick, qui ont réussi au moins à garder un certain contrôle sur la première libération Armée de terre.

La fragile autorité de Siddick dépendait beaucoup du soutien libyen. Mais quand, en 1973, il y a eu un rapprochement entre la Libye et le Tchad, Siddick a été contraint de déplacer son siège de Tripoli à Alger. Qu'est-ce que nominal de contrôle a été laissé plus de troupes sur le terrain complètement disparu en 1976, où presque tous ses cadres se sont rebellés contre son autorité et l'ont accusé de ne jamais entendre ses lieutenants et de ne jamais aller lui-même sur le terrain des opérations.

Les rebelles, dirigés par Mahamat Abba Saïd, ont pris le contrôle de la plupart de la Première Armée de libération du FROLINAT, qui est devenue connue sous sa direction tout simplement que la Première Armée.

Deux ans plus tard, en 1978, il a même perdu son leadership de la mise en mouvement lors d'un congrès du FROLINAT, qui s'est tenu à Faya-Largeau. Goukouni a été désigné chef de file [1].

L'effondrement de toutes les autorités centrales, au Tchad, en 1979, a donné Siddick en tant que chef de ce qu'on appelle un "Original FROLINAT (FROLINAT originel) une chance d'entrer à nouveau dans la mêlée. Mais lui, Ahmat Acyl, Mohamat Said et Adoum Dana ont été exclus de la première conférence de paix tenue à Kano au Nigeria, en mars.

Lorsque ces personnes exclues menacées de construire un contre-gouvernement, ils ont été invités à une nouvelle conférence de paix à Kano, au mois d'avril. Au cours de cette réunion, la résolution de Hissène Habré et Goukouni Oueddei à ne pas laisser ceux qui ne sont pas présents à Kano I d'entrer dans le nouveau gouvernement n'a pas, comme Sidick, Dana, et Acyl ont été accusés par les deux de ne pas avoir de troupes sur le terrain.

En représailles, un pro-libyen contre-gouvernement a été formé par Siddick, Acyl, et Saïd, a appelé Front commun pour l'action provisoire (FACP), peu après appelé Conseil démocratique révolutionnaire (CDR). Cela a conduit à la première conférence de Lagos, qui a été boycottée par les principales forces: uniquement à la deuxième et dernière conférence de paix à Lagos que le gouvernement de transition d'unité nationale (Gunt) enfin émerger, dans lequel toutes les forces étaient représentées.

Dans l'Accord de Lagos, approuvé le 21 août, Goukouni Oueddei devient président, le ministre de la Défense Hissène Habré, Acyl Siddick ministre des Affaires étrangères et ministre de la Santé. Siddick abord resté avec Goukouni lorsque Habré a rompu avec le Gunt en 1980, mais quand, en janvier 1981, Goukouni et le président libyen Kadhafi, a publié un communiqué commun affirmant que le Tchad et la Libye avaient accepté de «travailler pour la réalisation de l'unité complète entre les deux pays ", a-t-il et de l'Union pour la démocratie et la paix (UDP) a tenté de renverser Goukouni et de devenir indépendant de la Libye. Peu de temps après, a rompu avec le Siddick Gunt et ont fui en exil au Soudan, en cessant de jouer une partie dans la guerre civile.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abba Siddick de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abba Siddick — is a Muslim Chadian politician and revolutionary born in what was the Oubangui Chari French colony (today Central African Republic). In passing in Chad (also a French colony then), he entered in active politics in the Chadian Progressive Party… …   Wikipedia

  • FROLINAT — (French: Front de Libération Nationale du Tchad; English: National Liberation Front of Chad) is an insurgent rebel group that was active in Chad between 1966 and 1993. Contents 1 Origins 2 Dissensions 3 Gou …   Wikipedia

  • Guerre civile tchadienne (1965-1979) — Pour les articles homonymes, voir Guerre civile tchadienne. La Première Guerre civile tchadienne débute fin 1965 par une révolte contre le régime de François Tombalbaye, considéré comme représentatif de la domination politique des ethnies du sud… …   Wikipédia en Français

  • Tombalbaye government — The president François Tombalbaye faced a task of considerable magnitude when Chad became a sovereign state in 1960. His challenge was to build a nation out of a vast and diverse territory that had poor communications, few known resources, a tiny …   Wikipedia

  • Mohamed Baghlani — (died 1977) was a Chadian insurgent leader during the Chadian Civil War. Formation of FROLINAT Baghlani was the most prominent Arab member of the Chadian National Union (UNT), an Islamic political party founded in 1958 and officially banned by… …   Wikipedia

  • Command Council of the Armed Forces of the North — The Command Council of the Armed Forces of the North (Conseil de Commandement des Forces Armées du Nord or CCFAN) was a Chadian rebel army active during the Chadian Civil War. Originally called Second Liberation Army of National Liberation Front… …   Wikipedia

  • Ahmat Acyl — (1944 1982) was a Chadian Arab [M. Azevedo, Roots of Violence , p. 135] insurgent leader during the Chadian Civil War.In the Volcan ArmyUnder the Tombalbaye Regime, Acyl had been a National Assembly deputy from Batha. [Ibid., p. 148] In 1976 he… …   Wikipedia

  • Volcan Army — The Volcan Army was a Chadian insurgent rebel group that was active during the Chadian Civil War. The movement was founded in 1970 by the Arab insurgent leader Mohamed Baghlani, who had been expelled in June from the FROLINAT by the organization… …   Wikipedia

  • List of Chadians — This is a list of famous people from Chad.See also: Heads of state of Chad , Sayfawa dynasty NOTOC A;Ibrahim Abatcha: (founder of FROLINAT, died 1968);Abdelwahit About: (rebel insurgent leader);Acyl Ahmat Agbas: (1944 1982), Foreign Minister from …   Wikipedia

  • Guerra de los Toyota — Parte de Conflicto libio chadiano (1978 1987) Guerra Fría Mapa de Chad …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”