-1465

-1465

Années :
-1468 -1467 -1466  -1465  -1464 -1463 -1462

Décennies :
-1490 -1480 -1470  -1460  -1450 -1440 -1430
Siècles :
XVIe siècle av. J.‑C.  XVe siècle av. J.‑C.  XIVe siècle av. J.‑C.
Millénaires :
IIIe millénaire av. J.‑C.  IIe millénaire av. J.‑C.  Ier millénaire av. J.‑C.


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année -1465 du calendrier julien proleptique.

Sommaire

Événements

  • Règnes de Thudhaliyas Ier, de Hattousil II et de Thudhaliyas II, rois des Hittites.
    • Thudhaliyas Ier, qui a des attaches hourrites et kizzuwatniennes, fonde à Hattusa une nouvelle dynastie. Il remporte des victoires sur les Hourrites, affaiblis par leurs luttes avec Thoutmosis III, ce qui lui permet de dominer le Kizzuwatna, et s’empare temporairement d’Alep.
    • Son fils Hattousil II règne peu de temps. Les Hourrites rétablissent leur domination sur la Syrie du Nord et le Kizzuwatna. Les interventions d’Hattousil II en Syrie se soldent par un échec.
    • Thudhaliyas II, fils d’Hattousil II, règne longtemps. Il mène des campagnes contre l’Arzawa et la confédération de l’Assuwa (Lydie et pays voisins). Là, il entre en contact avec les Achéens (Ahhiyawa). Il signe un nouveau traité, sur un pied d’égalité, avec le roi du Kizzuwatna, Sunassura II. À la fin du règne, il associe son fils Arnuwandas au pouvoir et conquiert avec lui définitivement le Kizzuwatna, sans doute revenu dans le camp hourrite.

Économie et société

  • Thudhaliyas Ier renouvelle le personnel dirigeant : dignitaires et princes aux noms hourrites partagent le pouvoir avec la vieille aristocratie anatolienne.
    • Les dignitaires, d’abord choisis dans la famille royale, puis dans les grandes familles de l’aristocratie, assument des charges (service de la Maison royale, armée et administration) qui les mettent en contact avec tous les secteurs d’activité. Les gouverneurs ont pour tâche de faire régner la justice en relation avec les conseils d’Anciens que l’on trouve dans les villes et de veiller à la stricte observation des fêtes religieuses. Hors du territoire hittite proprement dit, l’administration est indirecte. Les princes vassaux des territoires conquis reconnaissent l’autorité du Grand roi, dont les représentants veillent au respect et à la bonne exécution des ordres et des obligations. Les princes des territoires qui ont été rattachés à l’empire par traité sont « les protégés » du roi : leurs obligations sont de même nature, mais souvent plus légères et les rapports sont plus diplomatiques.

Arts & culture

  • Wurusemu, déesse Soleil, est identifiée à la déesse hourrite Hebat et conserve sa place en haut du panthéon hittite en compagnie de son époux, le dieu-orage Teshub.
  • La monarchie hittite, d’origine militaire, s’inspire des autres grandes monarchies orientales. Son fondement religieux semble être un décalque et une fusion des pratiques égyptiennes et mésopotamiennes : si le roi hittite n’est pas divinisé comme le pharaon de son vivant (mais seulement à sa mort), il se fait appeler « mon Soleil » et arbore comme symbole royal le disque solaire ailé. Comme en Assyrie, il est le gérant des terres qui appartiennent au dieu. La dilatation de l’empire conduira à une structure très hiérarchisée avec l’installation de vice-rois dans les grands centres administratifs.

Naissances

Décès


  • Portail du monde antique Portail du monde antique

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article -1465 de Wikipédia en français (auteurs)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”