Bataille des Champs du Pelennor
Bataille des Champs du Pelennor
Informations générales
Date 3019 T. Â.
Lieu Champs du Pelennor, devant Minas Tirith, Gondor
Issue Défaite des armées de Sauron
Belligérants
Pour Gondor et ses alliés : Pour Mordor et ses alliés :
Commandants
Pour Gondor et ses alliés : Pour Mordor et ses alliés :
Forces en présence
environ 11 250 hommes, dont 6 000 Rohirrim[1] 45 000 soldats minimum[1]
Guerre de l'Anneau

La bataille des Champs du Pelennor est une bataille fictive racontée par l'auteur britannique J. R. R. Tolkien dans le troisième tome du roman Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi.

« [Eomer] pensait à [...] combattre là à pied jusqu'au dernier homme et accomplir dans les Champs du Pelennor des exploits dignes d'être chantés [...] »

— Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 6.

Sommaire

Déroulement de la bataille

En 3019 du Tiers Âge, une vaste armée composée d'environ 200 000 Orques, de quelques centaines d'orientaux[réf. nécessaire] et de plusieurs autres créatures fut envoyée par Sauron vers le pays du Gondor avec pour intention de s'emparer de la Cité Blanche, Minas Tirith, et de provoquer par la même la ruine du royaume des Hommes.

Ayant pris la rive orientale, puis occidentale de la ville d'Osgiliath, les Orques construisirent un pont de fortune qui leur permit de faire traverser l'Anduin à leurs armes de siège. Ils commencèrent alors à assiéger le Rammas Echor, muraille construite afin de protéger les champs et les fermes du Pelennor ainsi que la cité de Minas Tirith. Dans leur haine des Hommes, ils commencèrent à détruire le mur avant d'investir le Pelennor, brûlant fermes et champs qui s'élevaient sur leur passage.

Cela fait, ils s'établirent devant les murs blancs de Minas Tirith que leurs armes de siège ne tardèrent pas à pilonner. Ne disposant d'aucune arme comparable, les défenseurs gondoriens ne pouvaient pas riposter car les Orques se tenaient hors de portée de leurs arcs. Bientôt, les Spectres de l'Anneau, les effroyables Nazgûl, planèrent sur la cité, l'emplissant de terreur. Une peur telle qu'elle poussait les hommes à cesser le combat, à ramper, à se cacher et à ne plus vouloir que mourir. Courant de droite à gauche, seuls Gandalf et le prince Imrahil de Dol Amroth tentaient de rassurer les combattants, attisant dans leur cœur la flamme du courage tout en dispensant des ordres pour maintenir la résistance de la capitale du Gondor.

« [...] Dès que les grandes catapultes furent installées, elles commencèrent [...] à lancer des projectiles à une hauteur surprenante, de sorte qu'ils passaient bien au-dessus des remparts pour tomber avec un bruit sourd à l'intérieur du premier cercle de la Cité ; et bon nombre d'entre eux, par quelque artifice secret, éclataient en flammes dans leur chute. »

— Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 4.

Malgré tout, les hommes du Gondor tenaient le choc. Cependant, les hordes du Mordor firent avancer une terrible arme : un monstrueux bélier, appelé Grond, en souvenir du Marteau des Enfers, la terrible arme de Morgoth. Marqué de runes de ruine, Grond avait une tête taillée en celle d'un loup dévorant. En trois coups seulement, il défonça la Grande Porte de Minas Tirith, réputée invulnérable, livrant ainsi le Premier Cercle de la cité aux assaillants.

« [...] Par trois fois, le grand bélier retentit. Et soudain, au dernier coup, la Porte de Gondor se rompit. [...] elle éclata [...] et les battants tombèrent en fragments sur le sol. [...] Le Seigneur des Nazgûl passa ainsi sous la voûte que nul ennemi n'avait jamais franchie [...] »

— Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 4.

Le Roi-Sorcier d'Angmar entra, monté sur sa monture. Mais devant lui se tenait Gandalf.

« [...] tous fuirent [...]. Tous sauf un. Attendant là, [...] se tenait Gandalf [...] »

— Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 4.

A ce moment précis, l'aube arriva, apportant l'aide du Rohan, allié du Gondor. Guidés par les Drúedain de la forêt de Drúadan, les Rohirrim avaient évité les bandes ennemies stationnées aux abords du Pelennor afin d'en surveiller les accès. Ce ne fut donc qu'après avoir rencontré qu'une minime résistance que les cavaliers parvinrent aux champs du Pelennor.

Dévalant du Nord, les compagnies du Rohan chargèrent les forces ennemies, massées devant Minas Tirith. Ensuite, le roi Théoden fit volte-face pour affronter la cavalerie suderonne. Théoden souverain terrassa en combat singulier le chef des Suderons et abattit leur porte-étendard avant de tomber, son cheval abattu par une flèche :

« Mais Nivacrin, fou de terreur, se dressa de tout son haut, luttant contre l'air, puis, avec un grand cri, il s'effondra sur le côté: un trait noir l'avait transpercé. Le roi tomba sous lui. »

— Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 6.

La nièce de Théoden, Éowyn, déguisée en Rohirrim, se dressa entre le corps brisé de son oncle et le seigneur des Nazgûl. Avec l'aide inattendue du Hobbit Merry Brandebouc, elle occit le chef des Esprits Servants de l'Anneau, lui dont l'on avait jadis dit qu'aucun homme vivant ne pourrait le tuer. Néanmoins, le coup porté à l'encontre du plus terrible des serviteurs du Mordor fit sombrer les deux valeureux dans une léthargie surnaturelle.

Sur ces entrefaites, des renforts ennemis sortaient d'Osgiliath et certains se propageaient à l'intérieur du Ramas Echor. Des Orques, mais aussi de féroces hommes de Harad et de Khand, des Orientaux, ainsi que des Semi-Trolls à la peau noire et aux yeux blancs, venus de l'Extrême Harad, se jetèrent dans la mêlée. Ces troupes, gardées en réserve, étaient initialement destinées au pillage de Minas Tirith une fois celle-ci conquise. Éomer, Maréchal du Rohan et successeur du roi Théoden à la tête de l'armée et du royaume, réorganisa ses hommes pour contrer cette nouvelle menace. De la cité, le prince Imrahil chargea avec ses chevaliers les bandes d'Orques qui s'étaient rassemblées près de la Porte éventrée.

Arrivèrent bientôt les Mumâkil de Harad, portant des tours de guerre remplies de Haradrim. Les cavaliers de Rohan étaient partout tenus en échec par ces gigantesques bêtes et les hordes de Sauron se ralliaient à leurs pieds, se plaçant ainsi à l'abri de leurs ennemis. Dans la bataille, Éomer découvrit le corps inconscient de sa sœur Éowyn. Fou de douleur, il se lança à corps perdu contre les Mumâkil, suivis par les Rohirrim et les chevaliers d'Imrahil. Sur le fleuve Anduin, une flotte aux voiles noires, semblant convoyant les Pirates d'Umbar, arrivait pour prêter main-forte au Mordor mais il s'avéra que la bannière des Rois du Gondor flottait aux mâts des navires, annonçant l'arrivée d'Aragorn et de la Compagnie Grise.

« [...] et voilà que sur le navire de tête un grand étendard se déployait [...]. Dessus fleurissait un Arbre blanc, et cela, c'était pour le Gondor [...] »

— Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 6.

Les Orques furent pris en tenaille entre les Rohirrim et les forces d'Aragorn. Au crépuscule, le Pelennor fut libéré.

Forces présentes dans la bataille

Armée du Gondor

L'armée de Minas Tirith s'élève, plus ou moins, à 2 000 archers, fantassins et Gardes de la Tour. Elle est renforcée par 3 000 guerriers venu de diverses régions ou villes du royaume :

  • du Lamedon, « quelques farouches montagnards sans capitaine » ;
  • de l'Ethir Anduin, environ 100 marins ;
  • de l'Anfalas (Golasgil), « une longue colonne d'hommes [...] sommairement équipés » ;
  • de Lossarnach (Forlong le Gros), 200 fantassins ;
  • du Val de Ringló (Dervorin), 300 fantassins ;
  • de la haute vallée du Morthond (Duinhir), 500 archers ;
  • de Pinnath Gelin (Hirluin le Beau), 300 fantassins ;
  • de Dol Amroth (Prince Imrahil), 700 fantassins et « une compagnie de chevaliers ».[réf. nécessaire]

Ils sont commandés par leurs capitaines respectifs, logiquement sous l'égide du Surintendant Denethor. Toutefois, c'est Gandalf qui prendra le commandement effectif quand Denethor aura sombré dans le désespoir et la folie[2].

Armée des Rohirrim

Elle est composée de 6 000 cavaliers du Rohan[3]. C'est Théoden qui la mène, assisté des Maréchaux de la Marche encore vivants : Elfhelm, Grimbold et Éomer. À la mort du roi, ce dernier lui succédera comme commandant et souverain.

La Compagnie Grise

La Compagnie se compose d'Aragorn, de Legolas, de Gimli, des deux fils d'Elrond, Elladan et Elrohir, et de 30 Dúnedain, parmi lesquels un ami et parent d'Aragorn, Halbarad. Ils sont aidés par des hommes rassemblés en cours de route : des soldats gondoriens de Pelargir, des équipages réduits en esclavage des navires d'Umbar, des pêcheurs de l'Ethir, ainsi que d'une grande force des Fiefs du Sud (entre 1 000 et 2 000 hommes)[réf. nécessaire].

Armée du Mordor

Elle est composée d'une multitude d'Orques et de Trolls. Sauron a aussi rassemblé ses fidèles serviteurs du Harad, les Haradrim et leurs terribles Mûmakil. Les forces de ces hommes maléfiques sont trois fois supérieures en nombre, soit près de 18 000 hommes.[réf. nécessaire]

Sauron a également rassemblé ses hordes d'Orientaux, de Variags et de Semi-Trolls d'Extrême-Harad.

Toutes les forces de Sauron sont commandées par le Roi-Sorcier d'Angmar et son lieutenant Gothmog. Les Nazgûl accompagnent également leur maître.

Divergences avec le film de Peter Jackson

Dans l'adaptation cinématographique de Peter Jackson, l'armée des Morts intervient durant la bataille alors que dans le livre, elle permet à la Compagnie Grise de libérer Pelargir. De plus, selon le livre et contrairement au film, les défenseurs de Minas Tirith ne disposaient d'aucun moyen de riposte contre les catapultes des Orques.

Dans le livre, également, Gothmog, bien que cité, ne fait aucune apparition, et c'est son maître, le Roi-Sorcier, qui dirige les troupes en premières lignes.

Notes et références

  1. a et b Fonstad, p. 151.
  2. Le Retour du roi, Livre V, chapitre 1.
  3. Chapitre Le Rassemblement du Rohan, Le Seigneur des anneaux, Le Retour du Roi.

Bibliographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille des Champs du Pelennor de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille Des Champs Du Pelennor — Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des champs du Pelennor — Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des champs du pelennor — Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des champs du Pelenoor — Bataille des champs du Pelennor Bataille des Champs du Pelennor Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Champs du Pelennor — Minas Tirith  Pour la tour du Premier Âge, voir Liste de lieux du Beleriand. Minas Tirith est une cité fortifiée fictive de l œuvre de J. R. R. Tolkien qui apparaît notamment dans le troisième tome du Seigneur des anneaux, Le Retour du roi.… …   Wikipédia en Français

  • Bataille Des Gués De L'Isen — Guerre de l Anneau Pour les articles homonymes, voir La Guerre de l Anneau. La guerre de l Anneau est un conflit imaginaire relaté dans Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Couvrant les années 3018 et 3019 du Troisième Âge, il oppose Sauron …   Wikipédia en Français

  • Bataille des gues de l'Isen — Guerre de l Anneau Pour les articles homonymes, voir La Guerre de l Anneau. La guerre de l Anneau est un conflit imaginaire relaté dans Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Couvrant les années 3018 et 3019 du Troisième Âge, il oppose Sauron …   Wikipédia en Français

  • Bataille des gués de l'Isen — Guerre de l Anneau Pour les articles homonymes, voir La Guerre de l Anneau. La guerre de l Anneau est un conflit imaginaire relaté dans Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Couvrant les années 3018 et 3019 du Troisième Âge, il oppose Sauron …   Wikipédia en Français

  • Bataille des gués de l'isen — Guerre de l Anneau Pour les articles homonymes, voir La Guerre de l Anneau. La guerre de l Anneau est un conflit imaginaire relaté dans Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Couvrant les années 3018 et 3019 du Troisième Âge, il oppose Sauron …   Wikipédia en Français

  • Chefs des Dúnedain du Nord — Dúnedain du Nord Dans l œuvre de J. R. R. Tolkien, les Dúnedain du Nord, aussi appelés Rôdeurs (Rangers), sont un peuple humain. Sommaire 1 Histoire 2 Les Chefs des Dúnedain 3 Notes et références …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”