Autoclavage

Autoclave

Autoclave moderne de laboratoire
Un stérilisateur d'antenne chirurgicale avancée de la Première Guerre mondiale

Un autoclave est un récipient à parois épaisses et à fermeture hermétique conçu pour réaliser sous pression (de quelques bars) soit une réaction industrielle, soit la cuisson ou la stérilisation à la vapeur. Pour qu'un matériel soit considéré comme stérile, la probabilité théorique d'isoler un germe doit être inférieure à 1%. C'est le niveau d'assurance de stérilité (NAS) réglementé par la norme EN 556.

Le principe de l'autoclave a été inventé par Denis Papin en 1679, le 9 avril 1820 Pierre-Alexandre Lemare dépose un brevet "Marmite autoclave" qui sera améliorée par Nicolas Appert [1]. En 1879 Charles Chamberland améliore le procédé à des fins médicales[2].

On appelle autoclavage un cycle d'utilisation d'un autoclave et autoclaver est le verbe.

Sommaire

Principe de stérilisation

Les agents stérilisants sont la vapeur d'eau saturée sous pression ou l'eau surchauffée. La chaleur associée à l'humidité provoque la destruction des germes en réalisant une dénaturation protéique par hydrolyse partielle des chaînes peptidiques. La stérilisation par la vapeur est le mode de stérilisation le plus utilisé en milieu hospitalier.

Quatre éléments importants

  • La qualité de la vapeur, qui doit être saturée et homogène ;
  • La température, qui doit être régulée au plus proche du barème ;
  • La pression suivant la loi de Regnault ;
  • La qualité de l'eau, la présence de substances en suspension risque d'entraîner une altération de la charge à stériliser de même que la présence de chlore dans l'eau peut endommager l'inox de manière irrémédiable.

Les quatre phases du cycle de stérilisation

  1. Montées simultanées en pression par injection d'air comprimé et en température par injection de fluide caloporteur (vapeur ou eau surchauffée).
  2. Palier ou stérilisation. La température de palier est maintenue pendant un temps donné par le barème de stérilisation.
  3. Refroidissement. Diminution du couple température / pression.
  4. Retour à la pression atmosphérique

Un cycle d'autoclave a une durée variable en fonction du barème appliqué et du type d'objet à stériliser.


En France depuis la circulaire n° 100 du 11/12/95 et 138 du 14/03/01, afin de faire face aux risques liés aux agents transmissibles non conventionnels (ATNC) les cycles à 134 °C sont obligatoires pendant un temps de plateau (phase 3) de 18 minutes. Ceci est appliqué aux hôpitaux, cela dépend du type de charge microbienne à traiter.

Validation d'un cycle de stérilisation

La valeur stérilisatrice, souvent appelée F0 ou VS, exprime la valeur létale (en minute) du cycle par rapport à un plateau théorique de stérilisation à 121,1 °C.

Éléments obligatoires

Selon la législation française, chaque autoclave doit éprouver une pression de 1/3 bar en plus de sa pression d'utilisation maximale (si le timbre est de 3 bars, la pression d'épreuve est de 4 bars). Le timbre indique que l'autoclave a été testé par une organisation certifiée par le bureau des mines. Il doit être éprouvé au moins une fois par décennie, puis à chaque incident ou à chaque changement de place.
Un autoclave doit comporter un manomètre gradué pour lecture directe de la pression, un thermomètre à lecture directe, un thermomètre enregistreur et deux soupapes de sécurité qui s'actionnent si la pression est supérieure à 3 bars. La soupape de sécurité de la chambre peut être remplacée par un disque de rupture, jugé plus sanitaire (utilisation industrie pharmaceutique)

Principe d'un autoclave en biologie

Le but est généralement d'atteindre la stérilité microbiologique.

Principe d'un autoclave de chimie

Les autoclaves de chimie travaillant sous haute pression sont soumis à la DESP (Directive Européenne Sous Pression. Ils sont le plus souvent équipés d'un disque de rupture (pastille d'éclatement) qui s'apparente à un fusible sous pression.

En chimie, un autoclave permet de réaliser des réactions sous pression, telles que des hydrogénations, polymérisations, minations, etc. Les autoclaves de chimie ou de recherche permettent de travailler à des pressions jusqu'à 5000 bars et des températures allant jusqu'à 900 °C[3]. Les autoclaves peuvent êtres équipés d'un système d'agitation qui sera à entraînement magnétique afin de s'isoler de la pression et de créer un vortex uniforme à l'intérieur du réacteur. Ainsi de nombreuses manipulations de recherche et expérimentations en laboratoire sont réalisées à partir d'autoclaves (recherche pharmaceutique, chimique, pétrolière...).

Pour des améliorations de procédés ou en recherche fondamentale, le volume des autoclaves varie de façon inversement proportionnelle à la pression qu'ils doivent supporter. Ainsi, un autoclave de petit volume (50 cm³ à 300 cm³) supportera plus facilement la pression qu'un autoclave ayant un volume plus important (5 à 10 litres).

Les autoclaves haute pression (ou réacteurs de recherche plus communément surnommés bombes de laboratoire) sont exclusivement réalisés dans des matériaux métalliques permettant d'offrir une résistance à la pression. La matière de fabrication la plus couramment utilisée pour les autoclaves étant l'inox en nuance 316 SS. D'autres métaux tels que l'Hastelloy C276 ou l'Inconel 600 sont utilisés pour des applications corrosives ou très haute température (Ex: 900 °C)[4].

Notes et références

  1. Jean-Paul Barbier Nicolas Appert inventeur et humaniste page 149 et 171, et L'art de conserver par Appert 1831.
  2. villa-louis-pasteur.org
  3. Voir par exemple le Site de la Société Autoclave France ou Site de Lagarde Autoclaves
  4. B.Foltzer -Autoclave-france.


Voir aussi

  • Portail de la chimie Portail de la chimie
  • Portail de la biologie Portail de la biologie
Ce document provient de « Autoclave ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Autoclavage de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • autoclavage — [otoklavaʒ; ɔtɔklavaʒ] n. m. ÉTYM. 1941; de autoclave. ❖ ♦ Techn. Fait de chauffer (qqch.) dans un autoclave. || Autoclavage de produits en béton …   Encyclopédie Universelle

  • Schiste bitumineux — Traduction à relire Oil shale → …   Wikipédia en Français

  • Beton cellulaire — Béton cellulaire Le béton cellulaire est un matériau de construction destiné au gros œuvre. Fabriqué exclusivement à partir de matières premières naturelles, il résulte d un savant dosage d eau, de sable, de ciment, de poudre d aluminium ou de… …   Wikipédia en Français

  • Boite de conserve — Collection …   Wikipédia en Français

  • Béton Cellulaire — Le béton cellulaire est un matériau de construction destiné au gros œuvre. Fabriqué exclusivement à partir de matières premières naturelles, il résulte d un savant dosage d eau, de sable, de ciment, de poudre d aluminium ou de pâte d aluminium,… …   Wikipédia en Français

  • Béton cellulaire — Blocs standards de béton cellulaire. Construction d une maison en béton cellulaire …   Wikipédia en Français

  • CTA (Milieu) — Pour les articles homonymes, voir CTA. Le CTA est un milieu de culture utilisé pour étudier de la voie d attaque des glucides et éventuellement la mobilité. Sommaire 1 Composition 2 Préparation …   Wikipédia en Français

  • CTA (milieu) — Pour les articles homonymes, voir CTA. Le CTA est un milieu de culture utilisé pour étudier de la voie d attaque des glucides et éventuellement la mobilité. Sommaire 1 Composition 2 Préparation …   Wikipédia en Français

  • Cta (milieu) — Pour les articles homonymes, voir CTA. Le CTA est un milieu de culture utilisé pour étudier de la voie d attaque des glucides et éventuellement la mobilité. Sommaire 1 Composition 2 Préparation …   Wikipédia en Français

  • Hugh Et Leifson — Sommaire 1 Usage 2 Composition 3 Préparation 4 Lecture 5 voir aussi …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”