18 fructidor

Coup d'État du 18 fructidor an V

Le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) est un coup d'État exécuté sous le Directoire par les trois Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l'armée, contre les modérés et les royalistes, majoritaires dans les Conseils (Conseil des Cinq-Cents et Conseil des Anciens). Ce coup d'État marqua un renforcement de l'exécutif au détriment du pouvoir législatif.

En 1797, lors du renouvellement annuel du tiers des Conseils, les royalistes, se présentant en défenseurs de l'ordre, se retrouvent majoritaires dans les deux conseils représentant le pouvoir législatif. Ils réussissent à faire nommer un directeur (François de Barthélemy). Les Conseils suppriment alors les lois contre les émigrés et les prêtres réfractaires. Le Directoire se retrouve alors divisé en deux camps, le premier, représenté par Barthélemy et Carnot, est favorable à la majorité royaliste, le second, représenté par Reubel et La Reveilliere, est fermement républicain. Entre les deux Barras tergiverse et finit par se ranger du côté des républicains après la découverte de documents suspects portés par un agent royaliste, le comte d'Antraigues (Louis-Alexandre de Launay), arrêté par Bonaparte. Le 18 fructidor an V, le général Augereau, envoyé d'Italie, fit occuper Paris.

Coup d'État

Les « triumvirs » avertis, décidèrent de devancer les Clichiens (crypto-royalistes) en faisant immédiatement arrêter leurs chefs. À l'aube, Augereau fit occuper militairement Paris. Le directeur François de Barthélémy, le président du conseil des Cinq cents Siméon, le président du conseil des Anciens André-Daniel Laffon de Ladebat, le général Jean-Charles Pichegru, le général Amédée Willot, un certain nombre de députés et de journalistes furent arrêtés par le général Verdière, incarcérés au Temple et déportés à Sinnamary en Guyane française. Des affiches furent placardées dans Paris, révélant d'après les papiers de Louis-Alexandre de Launay la trahison de Jean-Charles Pichegru. Les deux Directeurs favorables aux royalistes furent destitués, de nombreux députés, prêtres et journalistes furent eux aussi déportés en Guyane, et les élections de 49 départements furent annulées. Ce fut ce coup d'État qui fit prendre la fuite à Lazare Carnot, à qui on avait fait craindre l'arrestation.

Liens externes

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
Ce document provient de « Coup d%27%C3%89tat du 18 fructidor an V ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 18 fructidor de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Coup D'État Du 18 Fructidor An V — Le coup d État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) est un coup d État exécuté sous le Directoire par les trois Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l armée, contre les modérés et les royalistes, majoritaires dans les Conseils (Conseil… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'Etat du 18 fructidor an V — Coup d État du 18 fructidor an V Le coup d État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) est un coup d État exécuté sous le Directoire par les trois Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l armée, contre les modérés et les royalistes,… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'Etat du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) — Coup d État du 18 fructidor an V Le coup d État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) est un coup d État exécuté sous le Directoire par les trois Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l armée, contre les modérés et les royalistes,… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) — Coup d État du 18 fructidor an V Le coup d État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) est un coup d État exécuté sous le Directoire par les trois Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l armée, contre les modérés et les royalistes,… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'état du 18 fructidor an v — Le coup d État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) est un coup d État exécuté sous le Directoire par les trois Directeurs (dont Paul Barras) soutenus par l armée, contre les modérés et les royalistes, majoritaires dans les Conseils (Conseil… …   Wikipédia en Français

  • Coup of 18 Fructidor — Acting for the coup s leaders, General Pierre Augereau stormed the Tuileries Palace to arrest Charles Pichegru and others accused of plotting a counter revolution. The Coup of 18 Fructidor, Year V, was a seizure of power by members of the French… …   Wikipedia

  • Coup d'État du 18 fructidor an V — Journée célèbre du 18 fructidor an 5 de la République : Jean Pierre Ramel au jardin des Tuileries. Eau forte de Pierre Gabriel Berthault d après Abraham Girardet (1802). Le coup d État du 18 fructidor an V ( …   Wikipédia en Français

  • Staatsstreich des 18. Fructidor V — Der 18. Fructidor V ist eine Datumsangabe des Revolutionskalenders, der nach der Französischen Revolution eingeführt wurde. Sie entspricht dem 4. September 1797. Die Republikaner des Direktoriums gerieten immer mehr unter Druck, da sich die… …   Deutsch Wikipedia

  • fructidor — [ fryktidɔr ] n. m. • 1793; lat. fructus « fruit », gr. dôron « don, présent » ♦ Douzième et dernier mois du calendrier républicain (du 18, 19 août au 17, 18 septembre). Coup d État du 18 Fructidor, sous le Directoire. ● fructidor nom masculin… …   Encyclopédie Universelle

  • FRUCTIDOR AN V (COUP D’ÉTAT DU 18) — FRUCTIDOR AN V COUP D’ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797) Le Directoire, dès son installation le 26 octobre 1795, s’est trouvé pris entre deux menaces: à gauche les jacobins et les babouvistes, à droite les royalistes. Le danger babouviste est écarté après …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”