Royalisme

Le royalisme est une idée politique qui prône ou soutient la royauté, c’est-à-dire un régime politique dans lequel le chef d'une nation porte le titre de roi ou de reine, le plus souvent héréditaire. Il est souvent confondu avec le monarchisme, alors qu'il existe des monarchies non royales (impériales, princières, grand-ducales...), voire entendu comme le contraire de la démocratie, alors qu'il existe des monarchies constitutionnelles, notamment en Europe (Espagne, Royaume-Uni...). Elle s'oppose au républicanisme.

Elle a pu ou peut s'exprimer individuellement dans une opinion ou collectivement dans un parti royaliste ou dans le cadre d'associations, en faveur d'une personne (roi, reine, prétendant) ou d'une dynastie, jugée légitime par ses partisans pour conserver ou remplir le rôle de Chef d'État d'un pays (portant alors le nom de royaume).

Dans l'histoire des royaumes d'Europe, d'Asie et d'Afrique, l'idée royaliste a pu également s'illustrer dans des conjurations ou des mouvements politiques ou armés menant à une restauration monarchique.

Sommaire

Différents types de royalisme

On peut définir quatre types de soutien d'une cause royaliste :

  • Dans un royaume, lorsque la forme monarchique est la forme habituelle ou constitutionnelle du gouvernement, le royalisme peut s'exprimer en faveur du roi lui-même (ou de la reine), surtout en présence d'un risque de changement de régime. C'est le cas notamment en Australie pour défendre le caractère royal du régime australien conservé lors du référendum du 6 novembre 1999. Les royalistes de Hongrie ont soutenu après 1920 le roi Charles IV de Hongrie mais la restauration échoua en 1921 alors même que le pays resta un royaume jusqu'en 1949. Au Népal, les royalistes soutiennent le roi Gyanendra, déchu avec l'abolition de la monarchie népalaise le 28 mai 2008. Plus récemment encore en Belgique où l'opinion royaliste s'identifie à la défense de l'unité belge (le roi Albert II incarnant constitutionnellement la nation composée en majorité de Flamands et des Wallons).
  • Dans une république ou tout autre état ayant perdu le statut de royaume, le royalisme peut s'exprimer en faveur d'un roi chassé de son trône, ou de ses héritiers et prétendants. Le Jacobitisme anglais à partir de 1688, la chouannerie française après 1793 ou le légitimisme en 1830 en sont les exemples les plus connus.
  • Dans une république ou tout autre état n'ayant pas le statut de royaume, le royalisme peut s'exprimer en faveur d'un prétendant au trône ou de plusieurs prétendants. C'est le cas notamment d'un nombre important de démocraties modernes ayant succédé politiquement à d'anciennes monarchies, notamment au XIXe siècle et au XXe siècle.

Royauté et monarchie

En philosophie politique, ou parfois dans l'opinion publique, les notions de royauté et de monarchie sont confondues. En France notamment, où depuis le XVIIIe siècle la royauté est exclusivement désignée par le terme impropre de monarchie qui désigne les régimes politiques dans lesquels une seule personne exerce tous les pouvoirs. L'exemple actuel du royaume de Suède contredit cet amalgame. Le roi Charles XVI n'y exerce aucun pouvoir.

Parfois, la royauté est aussi confondue avec d'autres régimes politiques comme l'empire qui suppose la soumission de plusieurs nations, ou avec la tyrannie qui est un régime affranchi de toutes lois.

Cette confusion avec la doctrine monarchique, qui soutient l'instauration, la restauration ou la défense d'un régime politique, a tendance à minimiser voire à ignorer l'attachement des royalistes envers un individu (roi régnant ou considéré comme tel). En outre, elle laisse croire que tout mouvement royaliste serait anti-démocratique, prônant le pouvoir d'un seul homme.

Données chiffrées

En 2009, en France, une étude[1] fut menée par SYLM (Support Your Local Monarch) auprès de 1737 royalistes et sous la forme d'un questionnaire disposant, pour chacune des questions, d'un choix restreint de réponses proposées ainsi que d'un espace de libre expression.

  • Données sociologiques
    • La répartition des royalistes par tranche d'âge : <16 ans (5.05%), 16/25 ans (14.92%), 26/35 ans (12.96%), 36/45 ans (34.36%), 46/55 ans (16.41%), 56/65 ans (11.71%), 66/75 ans (3.15%), >75 ans (1.43%)
    • La répartition des royalistes par sexe : femmes (28.60%), hommes (71.40%)
    • Le positionnement politique : Extrême-Gauche (0.58%), Gauche (7.33%), Centre (12.47%), Droite (21.65%), Extrême-Droite (12.30%), Ecologie (4.10%), Monarchiste/Royaliste (36.31%), Autre (5.25%)
    • Le positionnement religieux : Catholique (49.19%), Agnostique (21.10%), Catholique traditionaliste/intégriste (11.18%), Athée (8.24%), Protestant (4.21%), Musulman (2.19%), Orthodoxe (1.09%), Juif (0.75%), Bouddhiste (0.35%), Autre (1.67%)
    • L'engagement dans un parti politique : Extrême-Droite et Droite nationale (22.18%), Droite souverainiste (17.67%), Droite parlementaire (25.08%), Centre (15.11%), Ecologie (9.00%), Gauche (9.64%)
    • L'engagement syndical : 24.20% des royalistes se déclarent syndiqués dont syndicat de salariés (80.76%), syndicat patronal (7.19%), syndicat agricole/pêche (5.75%), syndicat de profession libérale (1.91%)
  • Données militantes
    • Appartenance actuelle à une organisation royaliste : 14.12% dont (plusieurs réponses possibles) Action Française (19.52%), Restauration Nationale (13.54%), Alliance Royale (11.55%), Institut de la Maison de Bourbon (9.96%), Nouvelle Action Royaliste (9.16%), Gens de France (5.97%), Union des Cercles Légitimistes de France (5.97%), Institut Louis XVII (3.98%), Institut de la Maison Royale de France (3.58%), Groupe d'Action Royaliste (1.99%), Rassemblement Monarchique Démocratique (1.99%), Charte de Fontevrault (1.59%), Association des Réformés Royalistes (1.19%), Lys de France (1.19%)
    • Appartenance passée à une organisation royaliste : 60.93% dont (plusieurs réponses possibles) Action Française (30.40%), Nouvelle Action Française (10.52%), Nouvelle Action Royaliste (9.94%), Action Française/Restauration Nationale (7.68%), Mouvement Royaliste Français (7.60%), Action Française Lycéenne (5.09%), Restauration Nationale (4.17%), Alliance Royale (4.09%), Union des Cercles Légitimistes de France (3.67%), Garde Blanche (2.92%), Action Française Etudiante (2.67%), Fédération des Unions Royalistes de France (2.42%), Centre Royaliste d'Action Française (2.25%), Union Royaliste de Provence (2.08%), Institut de la Maison de Bourbon (1.08%)
    • Abonnement à la Presse royaliste : 35.30% dont (plusieurs réponses possibles) AF2000 (19.01%), Politique Magazine (14.96%), Royaliste (14.84%), Le Lien Légitimiste (8.46%), Les Epées (7.48%), Bulletin de l'IMB (5.03%), La Gazette Royale de l'UCLF (4.53%), Bulletin de l'Alliance Royale-BPO (4.17%), La Blanche Hermine (4.04%), La Gazette de l'IMRF (3.31%), La Nouvelle Revue Universelle (2.08%), Lettre de la Charte de Fontevrault (2.08%), Lettre de la Restauration Nationale (1.71%), La Légitimité (1.34%), Cité (1.10%)
  • Données prospectives
    • Quel rôle, selon vous, doit tenir un média royaliste aujourd'hui ?
    • Quel est l'avenir du royalisme en France ?
    • Quelle serait votre première mesure si vous accédiez au Pouvoir ?

Ces données n'ayant d'utilité que pour les royalistes et leurs structures, il est inutile de les détailler ici mais elles sont disponibles dans l'étude.

Partis et mouvements royalistes

Depuis l'instauration de régimes parlementaires, plusieurs pays, notamment en Europe, ont connu des partis royalistes.

  1. suivre la branche des Bourbons de Parme en la figure de François-Xavier I, selon les dernières désirs du roi.
  2. accepter la succession des Bourbons libéraux en tant que descendants de François de Paula (frère mineur de Charles V) et pas en sa qualité d'enfants d'Isabelle.
  3. étant donné qui le système adopté par Philippe V pour régler la succession royale en 1700 n'était pas salique pur, mais semi-salique ou gombette, désigner Charles Pío d'Habsbourg-Toscane et Bourbon, en tant que grand fils de Charles VII, et avec le titre de Charles VIII. Cette branche "octavista" fut ultérieurment écartée par l'interdiction qui le Traité d'Utrecht fit des Habsbourg après la Guerre de Succession.
Les partisans de la solution « jeaniste » furent appelés estorilos, par le voyage en Estoril qu'une certaine commission fit pour enfoncer la béret rouge à Don Juan, troisième fils d'Alphonse XIII à l'exil. Ils furent discrédités par les autorités officielles de la Comunión Tradicionalista, et s'ajoutèrent aux quelques défenseurs d'Alphonse et ses descendants après l'abdication de 1931. Avant le début de la Guerre Civile, les monarchistes partisans de la branche libéral s'organisèrent autour d'un parti traditionaliste, Renovación Española et pendant le franquisme portèrent la couleur verte pour symboliser l'acronyme de Viva El Rey De España.
En 1947, Franco choisit le prince Juan Carlos, fils de Jean, comme son successeur avec le titre de prince d'Espagne. Pour ces carlistes jeanistes, l'acceptation de la couronne par Juan-Carlos en obéissance à Franco, bien que ne respectant pas la même ligne, sa reconnaissance ultérieure par Don Juan (connu comme Comte de Barcelonne, et parlant d'instauration et non de restauration), les évenements politiques des dernières années du XXe siècle, ont laissé la branche constitutionnelle très discréditée chez les monarchistes, malgré l'apparent soutien populaire. Aujourd'hui c'est la Maison ducale de Parme celle qui porte, pour ses partisans, les droits au trône espagnol selon la quasi totalité des monarchistes carlistes, dont la plupart n'appartiennent à aucun parti, où bien sont divisés entre la Comunión Tradicionalista Carlista et le Partido Carlista (de tendance gauchiste).

Il existe aujourd'hui en France un parti royaliste, né le 25 janvier 2001 : l'Alliance royale (tendance constitutionnelle ou parlementaire) qui a présenté des listes aux européennes en 2004 et en 2009. Plusieurs mouvements dont la Nouvelle Action Royaliste soutiennent la revendication des princes d'Orléans, successeurs du roi des Français. Parmi les mouvements qui se veulent les sucesseurs de l'Action Française, citons la Restauration Nationale qui bénéficie d'une implantation en province et qui soutient le Prince Jean, duc de Vendôme. De son côté le mouvement légitimiste reconnait comme successeur des Rois de France le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, aîné de la famille capétienne. L' Union des cercles légitimistes de France (vocation doctrinale) et l' Institut de la Maison de Bourbon (vocation culturelle) regroupent la quasi totalité des légitimistes.

  • en Italie: Alleanza Monarchica
  • au Portugal: les partisans du roi Michel Ier étaient les « Miguélistes » à partir de 1834. Après la proclamation de la République en 1910 et la chute de la dynastie de Saxe-Cobourg-Gotha, plusieurs tentatives de restauration royaliste ont été menées en faveur de Don Miguel, « duc de Bragance », sont menées par le capitaine Palva de Couceiro en 1911 et 1912, sans succès. Le déscendant de Don Miguel, Don Duarte est aujourd'hui Duc de Bragance, et le seul candidat au trône portugais après l'extinction de la branche libérale.

Littérature et presse royalistes

Les idéaux royalistes comme les soutiens à des princes incarnant une légitimité ont souvent été exprimés au travers de journaux dont les principaux titres depuis 50 ans ont été "Aspects de la France" (aujourd'hui "Action française 2000"), "La Nation française", "Royaliste", "Politique-magazine", "La Gazette Royale", "La Blanche Hermine", "Le Lien légitimiste". Depuis quelques années, se présentent également des sites webs ou encore des blogs.

Titres royalistes existant actuellement

Écrivains royalistes

Parmi les écrivains français, plusieurs ont revendiqué leur opinion en faveur de la royauté, d'autres l'ont simplement suggéré dans leur écriture, parmi lesquels on peut citer :

Notes et références

  1. SYLM, Le Royalisme En France, Etat des Lieux - 2009
  2. « On finira bien par restaurer la monarchie, un jour, contre la dictature et l’anarchie. » (source : par exemple : Nos Valeurs par l'Action royaliste).

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Royalisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • royalisme — [ rwajalism ] n. m. • 1770; de royaliste ♦ Attachement à la monarchie, à la royauté. ⇒ monarchisme. Un royalisme intransigeant. ● royalisme nom masculin Attachement à la monarchie, à la royauté. ● royalisme (synonymes) nom masculin Attachement à… …   Encyclopédie Universelle

  • ROYALISME — s. m. Parti du roi, ou Attachement au parti du roi. Monk, en Angleterre, servit le royalisme. Il est d un royalisme éprouvé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ROYALISME — n. m. Parti du roi ou Attachement au parti du roi. Monk, en Angleterre, servit le royalisme. Il est d’un royalisme éprouvé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • royalisme — (ro ia li sm ; plusieurs disent roi ia li sm ) s. m. Parti du roi, esprit monarchique. Le royalisme de la Vendée pendant la Révolution. ÉTYMOLOGIE    Royaliser …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Royalisme — Det at være tilhænger af kongedømmet …   Danske encyklopædi

  • royalisme — roy|a|lis|me sb., n (det at være tilhænger af monarkiet) …   Dansk ordbog

  • ultra-royalisme — (ul tra ro ia li sm ) s. m. Système des ultra royalistes …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Action française — Pour les articles homonymes, voir Action française (homonymie). L’Action française, parfois désignée sous l acronyme AF, représente à la fois une école de pensée et un mouvement politique nationaliste, d extrême droite, qui s’est développé dans… …   Wikipédia en Français

  • La Nation Française —  La Nation française {{{nomorigine}}} Pays …   Wikipédia en Français

  • La Nation francaise — La Nation française  La Nation française {{{nomorigine}}} Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”