Appareil circulatoire

Circulation sanguine

Répartition des principaux vaisseaux du système circulatoire de l'Homme

La circulation sanguine est un type de système circulatoire en circuit fermé qui assure le transport du sang. La circulation du sang permet le transport et l'échange interne des ressources (notamment les nutriments et le dioxygène) vers les cellules de l'organisme ainsi que la collecte des déchets métaboliques (comme le dioxyde de carbone) qui quittent les cellules.

Sommaire

Historique de sa découverte [1]

La relation entre le saignement et la mort a sans doute été mise en évidence très tôt dans l'histoire de l'humanité. Les Égyptiens avaient identifié le sang comme source de vie et siège de l'âme.

Les dissections pratiquées par les médecins grecs de Cos au Ve siècle av. J.-C., dans la lignée d'Hippocrate, sur des animaux égorgés induisent des erreurs de représentation : les artères sont retrouvées vides, on pense donc qu'elles transportent de l'air, tandis que le foie et la rate sont gorgés de sang, ces deux organes sont donc considérés comme des éléments importants du transport du sang. Hérophile, médecin d'Alexandrie du IVe siècle av. J.-C., décrivit le premier la palpation du pouls. C'est à Erasistrate de Keos (320250 av. J.-C.) que l'on doit la première description des valves veineuses.

Galien (131-201) fait une description précise du réseau de veines et d'artères à partir de dissection de porcs, mais interprète faussement le rôle des organes. Selon lui, le sang est créé dans le foie à partir des aliments, il circule par les veines et va d'une part vers les poumons pour se mélanger à de l'air, d'autre part passe du ventricule droit au ventricule gauche par la paroi poreuse où il prélève la chaleur qu'il redistribue dans le corps ; arrivé aux extrémités du corps, le sang est consommé et ressort sous forme de transpiration.

Les médecins musulmans traduisent les traités de médecine égyptiens découverts lors de l'invasion de l'Égypte au VIIe siècle, dont le traité de Galien sur la circulation (traduit par Averroès). À partir du Xe siècle, ils décrivent de nombreuses maladies cardiovasculaires (thrombose et collapsus pour Avicenne, péricardite pour Avenzoar). Ibn Al-Nafis décrit le premier la circulation pulmonaire (petite circulation) et l'enrichissement du sang en air par les poumons en 1242.

Au XVIe siècle, Michel Servet (espagnol) décrit la circulation pulmonaire ; on suppose qu'il connaissait les travaux d'Ibn Nafis via leur traduction d'André Alpago. L'italien Realdo Colombo est le premier à décrire parfaitement la circulation pulmonaire.

C'est Andrea Cesalpino (1519-1603) qui utilise le premier le terme de « circulation » et qui en attribue le rôle au cœur, alors que l'on pensait jusqu'ici que c'était le foie qui créait le mouvement. C'est William Harvey (1578-1657), élève de Fabrice d'Acquapendente (1537-1619), qui fait la première description complète du système circulatoire, dans son ouvrage Exercitatio Anatomica de Motu Cordis et Sanguinis in animalibus de 1628. Il décrit notamment le sens de circulation et le rôle exact des valvules veineuses, et établit que la circulation est importante (plusieurs litres par minute) alors qu'on la croyait au goutte-à-goutte. Marcello Malpighi identifie pour la première fois les capillaires au microscope en 1661.

L'œuvre d'Ibn Nafis reste ignorée jusqu'en 1924 où Al Taoui, un médecin égyptien, retrouve la traduction d'André Alpago dans la Librairie nationale de Berlin.

Principes

Veines et artères

Le cœur doit maintenir un débit sanguin continu au sein de l’appareil circulatoire. Ce dernier doit assurer à tous les tissus de l’organisme un apport continu de dioxygène et de nutriments, mais également se charger de l’élimination du dioxyde de carbone et de tous les déchets. Ce système est composé de veines et d’artères, chacune remplissant des rôles différents. On distingue la circulation systémique (grande circulation), dont le rôle est de recharger les muscles et organes en dioxygène et en nutriments et la circulation pulmonaire (petite circulation) dont le rôle est d'assurer la ré-oxygénation du sang par les poumons et l'élimination par ceux-ci du dioxyde de carbone.

Par définition, une artère est un vaisseau contenant le sang allant du cœur aux tissus alors qu'une veine est un vaisseau contenant le sang allant des tissus vers le cœur. Par conséquent, dans la circulation systémique, les artères apportent du sang oxygéné aux tissus et les veines ramènent du sang appauvri en oxygène vers le cœur. Dans la circulation pulmonaire, le sang appauvri en oxygène est amené aux poumons par les artères pulmonaires, il y est oxygéné, puis il retourne au cœur par les veines pulmonaires. Dans la circulation pulmonaire, les artères transportent donc du sang pauvre en oxygène et les veines pulmonaires, du sang oxygéné.

Retour veineux

Les veines profondes et superficielles sont équipées de valvules. Ces « clapets » ,disposés tous les quatre à cinq centimètres, imposent un sens unique de circulation du sang, et empêchent le reflux.

L'aspiration du sang des pieds vers le cœur est le résultat de plusieurs mécanismes. Ainsi, la compression de la voûte plantaire, la contraction des muscles des mollets et des cuisses chassent le sang vers le haut. Les mouvements respiratoires facilitent également le travail en diminuant la pression au sein du thorax lors de chaque inspiration. C'est pourquoi la marche et l'exercice physique permettent de limiter les risques d'insuffisance veineuse.

Fonctionnement

Invertébrés

Vertébrés

Poissons

Le cœur des poissons est constitué d'une oreillette et d'un ventricule disposés en série. Le sang traverse 2 lits capillaires. Un dans les branchies pour échanger les gaz (capillaires bronchiaux) et l'autre dans le restant du corps (capillaires systémiques) [2]

Amphibiens

Reptiles

La circulation sanguine des reptiles est double, composée d'un petit circuit capturant l'oxygène au niveau pulmonaire, puis d'un grand circuit le distribuant à l'ensemble des organes. Elle est incomplète, le cœur n'étant pas totalement cloisonné, permet un mélange entre le sang artériel oxygéné et le sang veineux riche en dioxyde de carbone, sauf chez les crocodiles qui possèdent une circulation complète[3].

Mammifères et oiseaux

La circulation des mammifères est identique à celle de l'homme.

Maladies et accidents

Notes et références

  1. L'hypertension artérielle aujourd'hui, Elie Arié, éd. Les Asclépiades, coll. Docteur, dites-moi tout !
  2. 'Biologie", Reece et Campbell
  3. Simone Bertrand-Renauld, S. Bertrand, J. Mols, Je construis mes apprentissages en sciences: au premier degré, De Boeck Education, 2004, 384 p. (ISBN 2804137813) 

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


  • Portail de la médecine Portail de la médecine

Ce document provient de « Circulation sanguine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Appareil circulatoire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Appareil circulatoire — ● Appareil circulatoire ensemble constitué par un cœur qui met le sang en mouvement, par des vaisseaux (artères, veines) qui conduisent ce sang aux organes ou le reconduisent vers le cœur, enfin par des surfaces d échanges (capillaires) à travers …   Encyclopédie Universelle

  • CIM-10 Chapitre IX: Maladies de l'appareil circulatoire — CIM 10 Chapitre 09 : Maladies de l appareil circulatoire Index CIM 10 Chapitre I : A00 B99 Chapitre II : C00 D48 Chapitre III : D50 D89 Chapitre IV : E00 E90 Chapitre V : F00 F99 Chapitre VI : G00 G99 Chapitre VII : H00 H59 …   Wikipédia en Français

  • CIM-10 Chapitre 09 : Maladies de l'appareil circulatoire — Index CIM 10 Chapitre I : A00 B99 Chapitre II : C00 D48 Chapitre III : D50 D89 Chapitre IV : E00 E90 Chapitre V : F00 F99 Chapitre VI : G00 G99 Chapitre VII : H00 H59 Chapitre VIII : H60 H95 …   Wikipédia en Français

  • CIRCULATOIRE (APPAREIL) — Au cours du développement humain, l’appareil circulatoire est l’un des premiers à s’ébaucher. Ce fait traduit l’importance vitale du flux circulatoire dès le début de l’embryogenèse. Il alimente en effet les tissus en formation et draine les… …   Encyclopédie Universelle

  • circulatoire — [ sirkylatwar ] adj. • 1549; de circuler ♦ Relatif à la circulation du sang. L appareil circulatoire. ⇒ artère, vaisseau, veine; cœur. Troubles circulatoires. ● circulatoire adjectif Relatif à la circulation du sang : Troubles circulatoires. ●… …   Encyclopédie Universelle

  • appareil — [ aparɛj ] n. m. • XIIe; de 1. appareiller 1 ♦ Vx ou littér. Apparence, déploiement extérieur des préparatifs, des apprêts. Spécialt Déroulement d un cérémonial aux yeux des spectateurs. Grand, magnifique, pompeux, somptueux appareil. ⇒ apparat,… …   Encyclopédie Universelle

  • Appareil cardio-vasculaire — ● Appareil cardio vasculaire synonyme de appareil circulatoire …   Encyclopédie Universelle

  • APPAREIL — s. m. Apprêt, préparatif de tout ce qui a de la pompe, de la solennité. Grand appareil. Appareil extraordinaire. Appareil lugubre. Appareil de guerre. L appareil d une fête, d une cérémonie. On fait de grands appareils pour son entrée.   Il se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • APPAREIL — n. m. Apprêt, préparatif, manière dont les personnes ou les choses se montrent à nous. Grand appareil, modeste appareil, appareil lugubre. Se laisser voir dans le plus simple appareil. Il signifie aussi un Ensemble de choses disposées par la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • circulatoire — (sir ku la toi r ) adj. Terme de physiologie. Qui appartient à la circulation du sang. Mouvement circulatoire.    L appareil circulatoire, l ensemble des organes qui servent à la circulation. HISTORIQUE    XVIe s. •   Alembic, refrigeratoires,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”