Antitrust (legislation)

Droit de la concurrence

Le droit de la concurrence regroupe l'ensemble des dispositions législatives et réglementaires visant à garantir le respect du principe de la liberté du commerce et de l'industrie. Cette branche du droit est l'un des fondements du droit communautaire. Il est connu sous l'expression de droit antitrust dans le monde anglo-saxon.

Sommaire

Pourquoi un droit de la concurrence ?

Fondements théoriques

« La concurrence apparaît de plus en plus comme une forme d’organisation et non plus comme un état naturel, spontané, normal. »[1]

À défaut de pouvoir décréter la concurrence, le rôle du droit de la concurrence est souvent d’obliger les entreprises à se faire concurrence, ou à la subir. La protection des concurrents n’est pas le souci premier du droit de la concurrence; ce qui le préoccupe, en principe, c’est le fonctionnement macro-économique du marché et notamment la recherche de l’efficience économique. L'efficience économique est entendue comme « la plus grande satisfaction du consommateur par les producteurs compte tenu de la rareté des ressources globales de la collectivité »[2].

En pratique, et en fonction de la pondération des politiques de concurrence, les règles de droit de la concurrence et plus largement du droit économique ont vocation, concomitamment ou alternativement à :

  1. autoriser, voir stimuler la concurrence entre les entreprises garantissant :
  2. protéger la concurrence existante en sanctionnant
  3. limiter ou interdire la concurrence dans certains cas :
    • en autorisant certaines entités à échapper à l’application du droit de la concurrence (but exclusivement social, prérogatives de puissance publique…);
    • en concédant provisoirement certains monopoles pour encourager la recherche (propriété intellectuelle des brevets).

Typologie des incriminations et prescriptions du droit de la concurrence

Le droit de la concurrence prévoit un certain nombre d'incriminations et de prescriptions.

On distingue traditionnellement :

  1. la surveillance des structures qui consiste à contrôler, avant leur réalisation, les fusions d'entreprises, c’est-à-dire leur concentration. L'autorité de concurrence compétente est appelée à analyser les effets sur le marché des projets de fusion entre entreprises concurrentes.
  2. La surveillance des comportements par l'identification des différentes pratiques anticoncurrentielles :
    • Les ententes illicites entre entreprises, terme générique désignant les accords entre entreprises, les décisions d'associations d'entreprises, les pratiques concertées, etc.
    • Les situations de domination et de dépendance, notamment les abus de position dominante.

La concurrence déloyale entre entreprises n'est pas une incrimination de droit de la concurrence dans la mesure où elle ne sanctionne pas le comportement d'une entreprise sur le marché mais le manquement d'une entreprise à une concurrence loyale envers une autre entreprise. Elle appartient au droit de la responsabilité délictuelle et se résout en dommages-intérêts.

Sanctions du droit de la concurrence

  • Sanctions pécuniaires :
    • Amendes imposées par les autorités de concurrence
    • Dommages et intérêts : les victimes de pratiques anticoncurrentielles peuvent également introduire une action en Responsabilité civile.
  • La nullité des conventions (contrats) ou de certaines dispositions de celles-ci,
  • Le démantèlement antitrust en droit américain notamment

Autorités de concurrence

L’application du droit de la concurrence est assurée par les autorités de concurrence. Les fonctions de ces dernières sont assumées conjointement ou alternativement par un juge, des autorités politiques ou des institutions indépendantes, dont certaines peuvent être des autorités de régulation sectorielle. Les recours formés contre ces décisions sont déférés devant un juge du second degré.

Le droit de la concurrence en action

Aux États-Unis

Le droit de la concurrence est apparu aux États-Unis avec le Sherman antitrust act de 1890, codifié aux paragraphes 1 à 7 de l'article 15 de l'United States Code (U.S.C.) et le Clayton Antitrust Act codifié aux articles 15 U.S.C. (§ 12-27) et 29 U.S.C. (§ 52-53).

Dans l'Union européenne

La libre concurrence est l'une des obligations imposée aux États-membres par l'article 3 du Traité de Rome : « l'action de la Communauté comporte […] l'établissement d'un régime assurant que la concurrence n'est pas faussée dans le marché commun ».

Les articles 81 à 89 du Traité instituant la Communauté européenne demeurés inchangés depuis le Traité de Rome du 25 mars 1957 (articles 85 à 94 de la version initiale).

La Commission européenne assure l'application de ce régime, elle est dotée notamment de pouvoirs d'investigation et de sanction à cet effet. Le recours est porté devant le TPICE (Tribunal de première instance des Communautés Européennes) et la CJCE (Cour de Justice des Communautés Européennes).

En France

Le droit français de la concurrence a été instauré par l'ordonnance du 1er décembre 1986. « Les prix des biens, produits et services relevant antérieurement de ladite ordonnance sont librement déterminés par le jeu de la concurrence ». L'ordonnance a institué le Conseil de la concurrence, remplacé depuis 2009 par l'Autorité de la concurrence [3]. Ses dispositions ont été codifiées dans le livre IV (articles 410-1 à 470-8) du Code de commerce.

En matière de pratiques anticoncurrentielles, l'Autorité de la concurrence prend des décisions, et le cas échéant, prononce des sanctions, susceptibles de recours devant la Cour d'appel de Paris (section concurrence) et la Cour de cassation.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) mène des enquêtes de concurrence, de la même manière que les services d'instruction de l'Autorité de la concurrence.

En France, depuis le Règlement communautaire 1/2003, le juge judiciaire, ainsi que l'Autorité de la Concurrence sont compétents pour appliquer directement le droit communautaire de la concurrence.

En droit international

La politique de la concurrence est l'un des nouveaux axes de travail de l'OMC (Conférence de Singapour en 1996). Les discussions sur ce point sont actuellement au point mort. Voir le site de l'organisation.

Notes et références

  1. Farjat (Gérard), Pour un droit économique, PUF, Paris, 1994, p. 45.
  2. Jenny (Frédéric), « Pratiques verticales restrictives, concurrence et efficience », Cah. dr. entr. 1989 /4, p. 5.
  3. Aurélien Condomines, Droit français de la concurrence, Ed. Jurismanager 2009

Articles connexes

  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « Droit de la concurrence ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antitrust (legislation) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ANTITRUST (LÉGISLATION) — ANTITRUST LÉGISLATION Le développement économique des États Unis s’est accompagné, dès le dernier quart du siècle dernier, d’une tendance à la concentration des entreprises industrielles, commerciales et financières, parfois réalisée au moyen… …   Encyclopédie Universelle

  • antitrust legislation — noun law intended to promote free competition in the market place by outlawing monopolies • Syn: ↑antitrust law • Topics: ↑law, ↑jurisprudence • Hypernyms: ↑law * * * antitrust legislation [anti …   Useful english dictionary

  • antitrust legislation — n [U] laws introduced in the US to encourage competition in business. Their main aim has been to prevent or control monopolies (= companies which are so large that no others can compete with them). The most important early antitrust laws passed… …   Universalium

  • antitrust law — Any law restricting business practices that are considered unfair or monopolistic. Among U.S. laws, the best known is the Sherman Antitrust Act of 1890, which declared illegal every contract, combination...or conspiracy in restraint of trade or… …   Universalium

  • antitrust — /an tee trust , an tuy /, adj. opposing or intended to restrain trusts, monopolies, or other large combinations of business and capital, esp. with a view to maintaining and promoting competition: antitrust legislation. [1885 90, Amer.; ANTI +… …   Universalium

  • antitrust law — noun law intended to promote free competition in the market place by outlawing monopolies • Syn: ↑antitrust legislation • Topics: ↑law, ↑jurisprudence • Hypernyms: ↑law …   Useful english dictionary

  • antitrust laws — Legislation designed to encourage an *efficient market. Antitrust laws are intended to combat the activities of *monopolies and *cartels, and to enhance *competition in a market. Antitrust laws originated in the United States: The Sherman… …   Auditor's dictionary

  • antitrust law — (USA) the law applying to issues of attack on free competition by businesses or other organisations. See Sherman Act. Collins dictionary of law. W. J. Stewart. 2001. antitrust law …   Law dictionary

  • antitrust — an·ti·trust /ˌan tē trəst, ˌan ˌtī / adj: of, relating to, or being legislation against or opposition to business trusts or combinations; specif: consisting of laws to protect trade and commerce from unlawful restraints and monopolies or unfair… …   Law dictionary

  • antitrust laws — Legislation established by the federal government to prevent the formation of monopolies ( monopoly) and to regulate trade. Bloomberg Financial Dictionary …   Financial and business terms

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”