Ange au Sourire

Ange au Sourire

L'Ange au Sourire

L'Ange au Sourire, dénommé aussi "Sourire de Reims", est une statue dont l'original avait été sculpté entre 1236 et 1245[1]. Cette statue se trouve au portail nord de la façade occidental de la cathédrale de Reims. Son nom est une appellation de la Première Guerre mondiale.

Les anges de la cathédrale de Reims sont bien connus des érudits du XIXe et du début XXe pour leur gracieux sourire. Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) ne s’est pas intéressé à cette figure en particulier mais à l’ensemble des anges rémois[2]. Emile Mâle, dans son ouvrage L’Art religieux au XIIIe siècle en France, paru en 1898, se contente de noter qu’à Reims, "saint Nicaise, le haut du crâne enlevé, marche avec une sérénité héroïque entre deux anges qui lui sourient."[3] C’est son alter ego, l’Ange de l’Annonciation, que remarque pour sa part André Michel dans son œuvre encyclopédique publiée en 1906. Il s’intéresse notamment à la qualité du sourire des anges de Reims : "La cathédrale de Reims est par excellence la cathédrale des anges. Et de ceux de l’abside à celui de l’Annonciation, on peut suivre dans l’expression de plus en plus aiguë du sourire, dans les particularités de la facture de plus en plus libre et dans le style de la draperie, l’évolution de la sculpture elle-même."[4]

Statue alors anonyme, l'Ange est décapité par une poutre de l'échafaudage en flammes, lors de l'incendie de la cathédrale de Reims, le 19 septembre 1914[5]. Après une chute de quatre mètres cinquante, elle se brise au sol en plus d’une vingtaine de morceaux.

La tête de l’Ange au Sourire est ramassée par l’abbé Jules Thinot, dès le lendemain de l’incendie, est mise en sûreté dans les caves de l'archevêché de Reims. C'est là qu'elle est découverte par l'architecte Max Sainsaulieu, le 30 novembre 1915. Elle sert alors de support pour la propagande française, devenant le symbole du génie français et du patrimoine détruit par l'armée allemande.

Après la guerre et à partir des fragments d’origine et d’un moulage conservé au musée des monuments français (ancien Palais du Trocadéro), cette célèbre figure est reconstituée et remise à sa place, le 13 février 1926.[6]

Notes

  1. Frédéric Delouche, Jacques Aldebert, Histoire de l'Europe, De Boeck Université, 1997, p.150.
  2. Viollet-le-Duc, Eugène-Emmanuel : "Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle", Paris, B. Bance, 1854, réed. 1967, t.8, p.148.
  3. Mâle, Emile : L’Art religieux au XIIIe siècle en France, 1898, p.362.
  4. Michel, André : Histoire de l’Art depuis les premiers temps chrétiens jusqu’à nos jours, t.II., Paris, Librairie Armand Colin, 1906, p.153.
  5. Sarazin, Charles, "Le Sourire de Reims", in Sourire de Reims, n°2, avril 1929, 4 p.
  6. L’Illustration, 3 avril 1926.

Bibliographie

  • Antelme, Robert : "L’ange de Reims", in Remue.Net 23 août 1996
  • Destremeau, Frédéric : « L’Ange de la cathédrale de Reims ou "Le sourire retrouvé" », in Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1998, p.309-324.
  • Harlaut, Yann : Naissance d'un mythe. L'Ange au Sourire de Reims, ISBN 978-2-87825-435-8, 2008, 144 p.
  • Sarazin, Charles : "Le Sourire de Reims", in Sourire de Reims, no 2, avril 1929, 4 p.
  • Portail de l’architecture chrétienne Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail de la Champagne-Ardenne Portail de la Champagne-Ardenne
Ce document provient de « Ange au Sourire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ange au Sourire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ange au sourire — L Ange au Sourire L Ange au Sourire, dénommé aussi Sourire de Reims , est une statue dont l original avait été sculpté entre 1236 et 1245[1]. Cette statue se trouve au portail nord de la façade occidental de la cathédrale de Reims. Son no …   Wikipédia en Français

  • L'Ange au Sourire — reconstitué sur la façade. L Ange au Sourire, dénommé aussi Sourire de Reims, est une statue dont l original avait été sculpté entre 1236 et 1245[1]. Cette statue se trouve au portail nord de la façade occidental de la cathédrale de Reims. Son… …   Wikipédia en Français

  • L'Ange au sourire — Auteur Yann Hervé Martin Genre Divers Pays d origine  France Éditeur Éditions Les Nouveaux Auteurs Date de …   Wikipédia en Français

  • Ange dans l'art — Cortège d archanges accompagnant Tobie, par Botticini …   Wikipédia en Français

  • ange — [ ɑ̃ʒ ] n. m. • XVIe; angele XIe, puis angle, angre; lat. ecclés. angelus; gr. aggelos « messager » 1 ♦ Théol. Être spirituel, intermédiaire entre Dieu et l homme, ministre des volontés divines. L ange Gabriel. « L homme n est ni ange ni bête, et …   Encyclopédie Universelle

  • sourire — 1. sourire [ surir ] v. intr. <conjug. : 36> • XIIe; lat. subridere 1 ♦ Faire un sourire. ⇒aussi 1. rire . « Les paupières mi closes, la bouche entr ouverte, elle sourit » (France). Elle « lui sourit en lui montrant qu elle le comprenait… …   Encyclopédie Universelle

  • Le Sourire De L'ange — est le huitième volume du manga City Hunter. Sommaire 1 Résumé par chapitres 1.1 Un docteur excentrique 1.2 La tulipe de son cœur …   Wikipédia en Français

  • Le Sourire de l'ange (City Hunter) — Le Sourire de l ange Le Sourire de l ange est le huitième volume du manga City Hunter. Sommaire 1 Résumé par chapitres 1.1 Un docteur excentrique 1.2 La tulipe de son cœur …   Wikipédia en Français

  • Le sourire de l'ange — est le huitième volume du manga City Hunter. Sommaire 1 Résumé par chapitres 1.1 Un docteur excentrique 1.2 La tulipe de son cœur …   Wikipédia en Français

  • Michel-Ange Merisi — Le Caravage Pour les articles homonymes, voir Caravage. Le Caravage …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”