Lee Marvin


Lee Marvin
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marvin.

Lee Marvin

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Dans Attaque (1956)

Nom de naissance Lee Marvin
Naissance 19 février 1924
New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 29 août 1987 (à 63 ans)
Tucson, États-Unis
Profession Acteur
Films notables L'Homme qui tua Liberty Valance
À bout portant
Cat Ballou
Les Douze Salopards

Lee Marvin, né le 19 février 1924 à New York et décédé le 29 août 1987 à Tucson, dans l'Arizona, était un acteur américain.

Sommaire

Biographie

Au départ plombier, il se découvre une vocation pour le théâtre alors qu'il effectuait des travaux durant une répétition lorsque le producteur lui demande de remplacer un comédien tombé malade.Durant les années 50, il tient de nombreux seconds rôles dans des westerns et films de guerre. Il témoigne par exemple au procès de Ouragan sur le Caine. Après quelques personnages hauts en couleur comme le motard de L'Équipée sauvage, il tient pendant plusieurs années un rôle de policier dans la série M-Squad. John Ford lui offre un de ses rôles les plus célèbres avec L'Homme qui tua Liberty Valance.

Il a obtenu l'Oscar du meilleur acteur en 1965 pour le rôle comique du Kid Shelleen dans Cat Ballou de Elliot Silverstein.

Il devient une star mondiale grâce à son rôle légendaire dans Les Douze Salopards de Robert Aldrich en 1966.

Lee Marvin interprétait lui-même les chansons dans ses films : Cat Ballou d'Elliot Silverstein (1965), La Kermesse de l'ouest de Joshua Logan (1969)

Il tournera (en vedette) deux fois avec John Boorman dans deux classiques de l'histoire du cinéma : Le Point de non-retour (1967) et Duel dans le Pacifique (1968). Il deviendra un intime du cinéaste. En 2000, 13 ans après la disparition de Lee Marvin, John Boorman (avec l'aide de la dernière femme de l'acteur) réalisera un très émouvant documentaire : Lee Marvin, un portrait.

Figure du film noir

Il est devenu, de son vivant, l'une des figures mythiques du film noir :

Révélé en 1953 par Fritz Lang dans le chef d'œuvre du film noir Règlement de comptes : il interprète de manière saisissante un tueur violent et imprévisible.

Marqué par ce rôle, il enchaîne dans d'autres très grands films criminels comme le formidable Les Inconnus dans la ville de Richard Fleischer (1955) ou la même année Un homme est passé, le classique de John Sturges. Notons, une autre série B spectaculaire : La Peur Au Ventre de Stuart Heilser encore en 1955.

Il incarne à nouveau un inoubliable tueur dans À bout portant de Don Siegel en 1964. Série B nerveuse et violente très éloignée du classique de Robert Siodmak en 1946.

Il trouve enfin en 1967, un rôle sommet avec le deuxième film de John Boorman : le mythique Le Point de non-retour. Fantômatique et énigmatique, il est Walker. Figure abstraite : il y joue un mort revenu (le temps d'un film) à la vie. Boorman dira qu'il s'agissait pour lui de réaliser "un documentaire sur le visage de Lee Marvin".

Après ce sommet, il ne lui restera plus qu'à décliner ce rôle mythique sur un mode parodique avec : Carnage (1972) de Michael Ritchie et son remake français : Canicule d'Yves Boisset (1982).

Filmographie

Anecdotes

  • Jim Jarmusch est le fondateur d'une société secrète humoristique, Les fils de Lee Marvin, rassemblant des célébrités dont les traits du visage pourraient laisser croire qu'ils sont les fils de Lee Marvin. Tom Waits, Nick Cave, Richard Bose et John Lurie en font aussi partie. Le véritable fils de Lee Marvin désapprouve l'existence de cette organisation et l'a directement fait savoir à Tom Waits[1].
  • À noter que le Lee Marvin chanteur est nettement moins connu et pourtant, dans la comédie musicale "Paint your wagon" (en français, "La kermesse de l'Ouest"), il est l'interprète de la chanson "The wandering star" qui a eu un certain succès à l'époque. Le début des paroles était, avec sa voix grave et rocailleuse, " I was born under a wandering star ..." .

Notes et références

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lee Marvin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lee - получить на Академике рабочий купон на скидку Летуаль или выгодно lee купить с бесплатной доставкой на распродаже в Летуаль

  • Lee Marvin — Marvin in 1971. Born February 19, 1924(1924 02 19) New York City, New York, United States Died …   Wikipedia

  • Lee Marvin — (* 19. Februar 1924 in New York; † 29. August 1987 in Tucson, Arizona) war ein US amerikanischer Schauspieler. In den 1960er und 1970er Jahren konnte er als Darsteller raubeiniger Einzelgänger mehrere Filmerfolge verbuchen. Inhaltsverzeichnis 1… …   Deutsch Wikipedia

  • Lee Marvin — en un fotograma de Attack ( Ataque ) Nombre real Lee Marvin Nacimiento 19 de febrero …   Wikipedia Español

  • Lee Marvin — [Lee Marvin] (1924–87) a US actor who played mainly tough characters but won an ↑Oscar for a comic role in the ↑western Cat Ballou (1965). His other films included The Killers (1964), The Dirty Doz …   Useful english dictionary

  • Lee Marvin — (19 de febrero de 1924 29 de agosto de 1987) fue un actor estadounidense. Nació en la ciudad de Nueva York. Su padre era un ejecutivo de la publicidad y su madre una redactora de modas. El joven Marvin fue muy revoltoso, de forma que era… …   Enciclopedia Universal

  • Lee Marvin — Cockney Rhyming Slang Starvin I m Lee Marvin... if you re really hungry you could say, I m Hank, and his brother Lee . Lee Marvin was an American actor. See other entry for starvin (Hank Marvin). And no they re not related …   English dialects glossary

  • Lee\ Marvin — Starvin only related when you re very hungry for food. I m Lee Marvin, gotta get me some food …   Dictionary of american slang

  • Lee\ Marvin — Starvin only related when you re very hungry for food. I m Lee Marvin, gotta get me some food …   Dictionary of american slang

  • Lee Marvin — ➡ Marvin * * * …   Universalium

  • Lee Marvin — Adj. Starvin (starving), hungry. Rhyming slang …   English slang and colloquialisms


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.