Le Triomphe De L'amour

Le Triomphe De L'amour

Le Triomphe de l'amour

Le Triomphe de l’amour

Illustration de Le Triomphe de l’amour

Premier acte


Auteur Marivaux
Genre Comédie
Pays d'origine France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Prault
Date de parution 1732
Date de la 1re représentation 12 mars 1732
Metteur en scène Comédiens Italiens
Lieu de la 1re représentation Hôtel de Bourgogne

Le Triomphe de l’amour est une comédie en trois actes et en prose de Marivaux, représentée pour la première fois par les Comédiens Italiens le 12 mars 1732 au théâtre de l’Hôtel de Bourgogne.

Cette pièce fondée, comme beaucoup d’autres de Marivaux, sur le travesti et la séduction, n’eut pas de succès lors de sa représentation initiale. « On fut choqué de voir une princesse de Sparte se déguiser pour se mettre à la recherche d’un jeune homme dont elle ne sait point être aimée, et tromper un philosophe par une fourberie digne de Scapin[1]. » Pour le public de l’époque, l’invraisemblance historique tournait principalement autour du fait qu’une princesse de cette importance, qu’il comparait à la fille d’un roi de France, coure les aventures de cette façon. Mal reçue le premier jour, une fois le public habitué à l’invraisemblance historique, sa comédie fut cependant applaudie les jours suivants, mais sans enthousiasme.

Personnages

  • Léonide, princesse de Sparte, sous le nom de Phocion.
  • Corine, suivante de Léonide , sous le nom de d’Hermidas.
  • Hermocrate, philosophe.
  • Léontine, sœur d’Hermocrate.
  • Agis, fils de Cléomène.
  • Dimas, jardinier d’Hermocrate.
  • Arlequin, valet d’Hermocrate.

L’histoire

Une jeune princesse, Léonide, imagine de s’introduire, sous un habit masculin et le nom de Phocion, dans la demeure où le vieux philosophe Hermocrate vit avec sa sœur et le jeune rejeton d’un trône usurpé, et de se faire aimer à la fois comme homme, par Léontine, la sœur du philosophe, une sage et discrète célibataire de longue longue et résignée à son sort ; et comme femme, par le vieux philosophe lui-même, ainsi que par le jeune Agis. Phocion dit à Léontine qu’il a été tellement charmé d’elle en la voyant se promener dans le bois, qu’il a fait son portrait. Lorsqu’il lui montre ce portrait, elle n’en croit rien d’abord. Ensuite elle est étonnée, flattée, puis finalement charmée au point d’en perdre la raison. La conquête du frère est plus difficile : la princesse lui confie qu’elle s’est déguisée en homme pour s’approcher de lui, parce qu’il ne l’aurait pas reçue sous les habits de son sexe, qu’elle l’a aimé sur sa réputation d’abord, et ensuite sur sa vue. Au moment où il se trouble, Arlequin apporte, comme pièce de conviction contre l’intrus, qu’il n’aime pas, un portrait du philosophe, qu’il a découvert chez Phocion. Le philosophe n’y tient plus et consent à poser pour quelques retouches à faire. Le « triomphe de l’amour » réside dans la réussite complète des plans de Léonide : Léontine et Hermocrate ont beau résister avec héroïsme jusqu’à la fin, tous deux finissent peu à peu par se laisser envahir par l’amour. Léontine consentira à se laisser enlever pour se marier à la ville voisine tandis qu’Hermocrate acceptera, pour le même motif, de quitter son ermitage. Décidés, chacun de leur côté, à se marier clandestinement, le frère et la sœur, se rencontrent pour prendre congé l’un de l’autre. Cette scène des adieux, qui est aussi celle des aveux, est la plus amusante de la comédie, et graduée avec un naturel et un art merveilleux.

Notes

  1. Desboulmiers, Histoire du Théâtre-Italien, 1769.

Adaptations

2001 : The Triumph of Love, film de Clare Peploe, produit par Bernardo Bertolucci, avec Mira Sorvino et Ben Kingsley.

Source

  • Jean Fleury, Marivaux et le marivaudage, Paris, Plon, 1881, p. 75-7.
  • Gustave Larroumet, Marivaux, sa vie et ses œuvres, Paris, Hachette, 1894, p. 259.

Liens externes

  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Le Triomphe de l%27amour ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Triomphe De L'amour de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Triomphe de l'Amour — Amour Pour les articles homonymes, voir Amour (homonymie). L’amour est un sentiment envers un être ou une chose qui pousse les personnes qui le ressentent à adopter un comportement, plus ou moins rationnel, les entraînant principalement à… …   Wikipédia en Français

  • Le triomphe de l'amour — Le Triomphe de l’amour Premier acte Auteur Marivaux Genre Comédie Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Le Triomphe de l'amour — Le Triomphe de l’amour Premier acte Auteur Marivaux Genre Comédie …   Wikipédia en Français

  • AMOUR — «Dieu aimeras et ton prochain comme toi même.» Toute la civilisation judéo chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu’elle montre l’injonction de jouir comme… …   Encyclopédie Universelle

  • triomphe — [ trijɔ̃f ] n. m. • 1530; triumphe XIIe; lat. triumphus 1 ♦ Victoire éclatante à l issue d un combat militaire (vx), d une lutte, d une rivalité quelconque. « la fameuse journée des dupes, qui assura le triomphe de Richelieu sur ses adversaires » …   Encyclopédie Universelle

  • triomphe — 1. (tri on f ) s. m. 1°   Terme d antiquité romaine. Honneur accordé chez les Romains à un général qui avait remporté une grande victoire ; il consistait en une entrée solennelle et pompeuse, où marchaient le vainqueur, l armée victorieuse, les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TRIOMPHE — s. m. Honneur accordé chez les Romains à des généraux d armée après de grandes victoires, et qui consistait à faire un entrée pompeuse et solennelle dans Rome. Le sénat lui décerna le triomphe, les honneurs du triomphe. Char de triomphe. La pompe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TRIOMPHE — n. m. T. d’Antiquité romaine Honneur accordé chez les Romains à des généraux d’armée après de grandes victoires et qui consistait à faire une entrée pompeuse et solennelle dans Rome. Le Sénat lui décerna le triomphe, les honneurs du triomphe.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • triomphe — I. TRIOMPHE. s. m. Ceremonie pompeuse & solemnelle, qu on faisoit chez les Romains à l entrée d un General d armée, lors qu il avoit remporté une victoire considerable. Le Senat decerna le triomphe. char de triomphe. la pompe d un triomphe.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amour-propre — [ amurprɔpr ] n. m. • 1521; de amour et propre 1 ♦ Vx Attachement exclusif à sa propre personne, à sa conservation et son développement. ⇒ égoïsme. 2 ♦ Sentiment vif de la dignité et de la valeur personnelle, qui fait qu un être souffre d être… …   Encyclopédie Universelle


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»