Le Samourai


Le Samourai

Le Samouraï

Le Samouraï est un film français, réalisé par Jean-Pierre Melville, sorti sur les écrans en 1967.

Sommaire

Synopsis

Le film est l'histoire de Jef Costello (Alain Delon), un tueur professionnel extrêmement solitaire, et de sa lutte silencieuse pour survivre.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Jef Costello est chargé de tuer le patron d'une boîte de jazz, ce qu'il fait au début du film. En sortant du bureau où git le cadavre de Martey, sa victime, il croise la pianiste du club, Valérie. Malgré un alibi très bien conçu, il est suspecté par le commissaire chargé de l'enquête ; la pianiste de la boîte de nuit nie le reconnaître, ce qui est faux, et lui permet d'être relâché. Jef ne comprend pas pourquoi elle agit ainsi. Il va ensuite au point de rendez-vous avec son employeur pour chercher sa prime.

Un homme blond, qui fait office d'intermédiaire, tente de le payer d'une balle dans le cœur mais, grâce aux réflexes de Costello, ne l'atteint qu'au bras. Jef doit maintenant remonter à la source et trouver ceux qui ont cherché à le tuer, tout en échappant à la police qui guette ses faits et gestes. S'ensuit alors une traque dans Paris, dans le métro, de laquelle Jef se tire indemne. Cependant, une fois rentré chez lui, il est accueilli revolver au poing par l'homme qui déjà auparavant l'avait blessé. Celui-ci n'a cependant aucune intention meurtrière, il le paye en fait pour l'assassinat de Martey et lui fait une avance pour une nouvelle mission.

De par son sang-froid et son calme, Costello arrive à pousser son adversaire à ranger son arme, puis lui saute dessus, le maîtrise et lui fait dire qui l'envoie, et où le trouver.

Il se rend dans la place et constate qu'il s'agit de l'endroit où vit la pianiste. Il y retrouve néanmoins celui qu'il cherchait, son commanditaire, qu'il assassine. Après cela, il retourne dans la boîte de nuit, sort son revolver et le pointe sur la pianiste: elle est la nouvelle cible. La police l'attendait et l'abat sur place. Son revolver n'était pas chargé.

Une fin troublante

La fin du film est sujette à beaucoup d'interprétations. On peut y voir premièrement un acte de suicide de la part de Costello. Il se rend compte en effet qu'il est dans une position où il ne peut pas gagner : sa nouvelle mission est de tuer la pianiste avec laquelle il semble avoir développé une certaine relation, bien que cela ne soit pas explicite. Mais il ne trouve pas en lui le courage de mener à bien sa mission, son devoir - il échoue donc en tant que tueur. Il est ainsi perdant dans tous les cas : soit Valérie, la pianiste, meurt, soit il échoue dans sa mission qui est son métier et donc sa vie, d'où cette situation où il ne peut pas gagner et qu'il résout en choisissant Martey's, le club de jazz, comme lieu du crime, où il sait que la police le trouvera et le tuera avant qu'il ne fasse de même avec Valérie. Il s'attend donc à mourir (ce qui explique qu'il ne se cache pas, mais au contraire, qu'il se montre dans cette dernière scène), et préfère peut-être cet échappatoire à la mort de Valérie ou à son échec personnel. Il en ressort presque comme un gagnant : Valérie ne meurt pas mais sa mission est portée à bien jusque dans sa dernière étape.

Cette étape manquante constitue néanmoins une faillite à son devoir, et cela peut expliquer que Costello s'offre en public à la police, donc à la mort, comme punition pour son échec. Il est possible de penser que ses sentiments, apparemment inexistants jusque là, aient eu raison de sa force mentale incroyable qui lui permettait de tuer sans sourciller et de survivre jusque là. Il sait alors que, son caractère inébranlable finalement ébranlé, il ne pourra plus survivre longtemps dans la condition dans laquelle son métier de tueur et son arrestation récente par la police l'ont mise. Il va alors au devant de la mort mais sauve la vie de Valérie.

On peut aussi y voir un acte d'honneur, en effet Costello montre qu'il aurait été capable de tuer la pianiste et de faire son devoir si tant est qu'un sentiment d'affection ne l'avait pas retenu, et ne l'avait pas poussé à retirer les balles de son revolver. Il montre qu'il n'est pas un lâche, et bien au contraire, qu'il a la force de sacrifier sa vie et la réussite de sa mission afin de sauver Valérie.

Fiche technique

  • Titre : Le Samouraï
  • Réalisation : Jean-Pierre Melville
  • Scénario : Jean-Pierre Melville et Georges Pellegrin d'après le roman de Joan McLeod The Ronin
  • Musique originale : François de Roubaix
  • Producteurs : Raymond Borderie et Eugène Lépicier
  • Photographie : Henri Decaë
  • Montage : Monique Bonnot et Yolande Maurette
  • Création des décors : François de Lamothe
  • Décorateur de plateau : François de Lamothe
  • Directeur de production : Georges Casati
  • Directeur des proprietés: André Boumedil et Angelo Rizzi
  • Set dresser : Robert Christidès
  • Assistants décorateur : Théobald Meurisse et Philippe Turlure
  • Son : Alex Pront
  • Ingénieur de son : René Longuet
  • Assistant son : Pierre Davoust
  • Éditeur de son : Robert Pouret
  • Directeur de production : Jean Pieuchot
  • Éditeurs assistant : Geneviève Adam, Madeleine Bagiau, Madeleine Guérin et Geneviève Letellier
  • Furrier : Robert Beaulieu
  • Opérateur caméra studio : Jean Charvein
  • Opérateur caméra locations : Henri Decaë
  • 1er assistant caméra : François Lauliac
  • 2me assistant caméra : Jean-Paul Cornu
  • Script : Betty Elvira
  • Durée : 105 minutes (1h45)
  • Pays : France / Italie
  • Langue : Français
  • Couleur : Eastmancolor
  • Téchnologie du son : Mono
  • Sociétés de production : CICC, Fida Cinematografica, Filmel et TC Productions
  • Sociétés de distribution : Artists International (1972) (États-Unis), Luna Vídeo (Brésil) (vidéo), New Yorker Films (vidéo), Prodis, The Criterion Collection (2005) (États-Unis) (DVD)
  • Date de sortie : 25 octobre 1967 (France)

Distribution

  • Alain Delon : Jef Costello
  • François Périer : Le commissaire
  • Nathalie Delon : Jane Lagrange, la maîtresse de Costello
  • Cathy Rosier : Valérie, la pianiste (comme Caty Rosier)
  • Jacques Leroy : Tireur
  • Michel Boisrond : Wiener
  • Robert Favart : Barkeeper
  • Jean-Pierre Posier : Olivier Rey
  • Catherine Jourdan : Réceptionniste
  • Roger Fradet : 1er inspecteur
  • Carlo Nell : 2e inspecteur
  • Robert Rondo : 3e inspecteur
  • André Salgues : Garagiste
  • André Thorent : Policier / homme au volant du taxi
  • Jacques Deschamps : Policier
  • Georges Casati : Damolini
  • Jacques Léonard : Garcia (comme Jack Léonard)
  • Pierre Vaudier : Policier
  • Maurice Magalon : Policier
  • Gaston Meunier : Gérant de l'hôtel
  • Jean Gold : 1er client dans la boite de nuit
  • Georges Billy : 2e client dans la boîte de nuit
  • Ari Aricardi : Joueur de Poker
  • Guy Bonnafoux : Joueur de Poker (comme Bonnafoux)
  • Humberto Catalano : Inspecteur de police (comme Catalano)
  • Carl Lechner : Sosie de Jef
  • Maria Maneva : Jeune fille au chewing-gum

Anecdotes

  • On peut citer l'hommage rendu au Samouraï et la source d'inspiration pour Jim Jarmusch dans son film de 1999, Ghost Dog. La structure et les principaux thèmes du film y sont repris, soit directement soit sous forme de clin d'œil appuyé.
  • C'est pendant le tournage du Samouraï, que les Studios Jenner, si chers aux yeux de Melville, ont été incendiés, le 29 juin 1967.
  • John Woo a régulièrement cité ce film comme source d'inspiration pour ses oeuvres Le syndicat du crime (A Better Tomorrow) et The Killer.

Lieux de tournages

  • Scènes représentant Paris : à Paris.
  • La scène où Jef Costello vient toucher son argent pour le meurtre après avoir été relâché du 36 quai des Orfèvres se passe sur une passerelle métallique, surplombant les voies ferrées, à laquelle on accède par la gare du boulevard Masséna, qui fait partie de la Petite Ceinture de Paris. Cette gare a été reconvertie en station RER et est aujourd'hui désaffectée : passerelle encore brièvement visible, avant sa destruction fin 2004, de l'ancienne gare RER du boulevard Masséna, à Paris - 13e.

Dates de tournage

Du 19 juin au 5 août 1967

Voir aussi

Liens externes

  • Portail du cinéma Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle Portail de la réalisation audiovisuelle
Ce document provient de « Le Samoura%C3%AF ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Samourai de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Samourai — Samouraï Pour les articles homonymes, voir Samurai. Samouraï en armure, en 1860. Samouraï ( …   Wikipédia en Français

  • samouraï — [ samuraj ] n. m. VAR. didact. samurai • 1852, 1876; mot jap. ♦ Guerrier japonais de la société féodale (environ du Xe à la fin du XIXe s.). Des samouraïs, des samurai. ● samouraï nom masculin ou …   Encyclopédie Universelle

  • Samouraï Jack — Logotype original de la série Samouraï Jack Titre original Samuraï Jack Genre Série d animation Créateur(s) Genndy Tartakovsky Pays d’or …   Wikipédia en Français

  • Samouraï d'Argent — (VF) Silver Samurai (VO) Personnage de fiction apparaissant dans Daredevil Alias Kenichiro Ken Harada …   Wikipédia en Français

  • Samourai Jack — Samouraï Jack Samouraï Jack Titre original Samuraï Jack Genre Série d animation Créateur(s) Genndy Tartakovsky Pays d’origine  États Unis Chaîne d’origine …   Wikipédia en Français

  • Samourai jack — Samouraï Jack Samouraï Jack Titre original Samuraï Jack Genre Série d animation Créateur(s) Genndy Tartakovsky Pays d’origine  États Unis Chaîne d’origine …   Wikipédia en Français

  • Samourai d'Argent — Samouraï d Argent Le Samouraï d argent est un super vilain créé par Marvel Comics. Il est apparu pour la première fois dans Daredevil #111, en 1974. Origines Kenichiro Harada est le fils bâtard et mutant de Shingen Yashida. Autrefois garde du… …   Wikipédia en Français

  • Samourai d'argent — Samouraï d Argent Le Samouraï d argent est un super vilain créé par Marvel Comics. Il est apparu pour la première fois dans Daredevil #111, en 1974. Origines Kenichiro Harada est le fils bâtard et mutant de Shingen Yashida. Autrefois garde du… …   Wikipédia en Français

  • Samouraï d'argent — Le Samouraï d argent est un super vilain créé par Marvel Comics. Il est apparu pour la première fois dans Daredevil #111, en 1974. Origines Kenichiro Harada est le fils bâtard et mutant de Shingen Yashida. Autrefois garde du corps de la Vipère,… …   Wikipédia en Français

  • Samourai Editions — Samouraï Éditions Samouraï Éditions (ou Samouraï), à l origine grand magasin de manga dans Paris, est l un des tous premiers éditeurs de mangas, ayant commencé dans le début des années 90, aux côtés de Glénat et de Tonkam. Cependant, si ces deux… …   Wikipédia en Français

  • Samouraï Editions — Samouraï Éditions Samouraï Éditions (ou Samouraï), à l origine grand magasin de manga dans Paris, est l un des tous premiers éditeurs de mangas, ayant commencé dans le début des années 90, aux côtés de Glénat et de Tonkam. Cependant, si ces deux… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.