Le Lutrin


Le Lutrin
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir lutrin.

Le Lutrin est une célèbre parodie épique de Nicolas Boileau, sous-titrée « poème héroï-comique ».

Tandis que les quatre premiers chants en sont antérieurs à l'Art poétique, puisque publiés entre 1672 et 1674, les deux derniers chants en virent le jour en 1683. Tout d’abord intitulé « poème héroïque » (épopée), Boileau y substitua le sous-titre de « poème héroï-comique » en 1698, sur les conseils de ses amis.

Son élaboration semble due à une gageure : Boileau aurait cherché à démontrer la possibilité de faire une épopée sur des sujets aussi minces soient-ils (en l’occurrence une dispute entre un trésorier et un chantre du chapitre). Le caractère parodique de l’œuvre est à entendre dans un tout autre sens que pour le Virgile travesti par exemple. Au contraire de Scarron, Boileau ne cherche en effet pas à détourner un sujet sérieux, mais au contraire à bâtir une œuvre sérieuse sur un sujet insignifiant. S’il n’en détourne pas moins quelques canons épiques, en donnant par exemple à son poème un titre évoquant un meuble, en parodiant le fameux cano de l'Énéide de Virgile, en mettant en scène des personnages sans noblesse et des allégories pour le moins originales, comme la Mollesse, il ne sombre jamais dans le grotesque baroque. Critique, le Lutrin l’est aussi : Boileau n’y cache pas sa volonté de moquer quelques œuvres ennuyeuses de son temps, comme le Cyrus et la Clélie de Madeleine de Scudéry et d’attaquer « l’abus de l’allégorie, de la mythologie », « le goût du siècle pour l’emphase et le ton ampoulé ».

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • William Calin, « Querelles de clocher: Aspects du comique dans le Lutrin », Études de philologie romane et d’histoire littéraire offerts à Jules Horrent à l’occasion de son soixantième anniversaire, Tournai, Gedit, 1980, p. 559-64.
  • (en)J. Douglas Canfield, « The Unity of Boileau’s Le lutrin: The Counter-Effect of the Mock-Heroic. », Philological Quarterly, 1974, n° 53, p. 42-58.
  • (en)Michael Edwards, « A Meaning for Mock-Heroic », Yearbook of English Studies, 1985, n° 15, p. 48-63.
  • Paul Emard, La Sainte Chapelle du Lutrin : pourquoi et comment Boileau a composé son poème, Genève ; Paris, Droz ; Minard, 1963.
  • (en)H. Gaston Hall, « Guarini in Boileau’s Lutrin », Modern Language Review, 1965, n° 60, p. 17-20.
  • (en)H. A. Mason, « Boileau’s Lutrin. », Cambridge Quarterly, 1969, n° 4, p. 362-80.
  • Claudine Nédélec, « Boileau, poète héroï-comique? », Papers on French Seventeenth Century Literature, 2004, n° 31 (61), p. 493-510.
  • Thomas Stauder, « Le Lutrin de Boileau et Le Virgile travesty de Scarron : étude comparative des procédés et des fonctions », Papers on French Seventeenth Century Literature, 2004, n° 31 (61), p. 461-79.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Lutrin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • lutrin — [ lytrɛ̃ ] n. m. • 1606; letrin XIIe; lat. pop. °lectrinum, de lectrum « pupitre », du rad. de legere « lire » 1 ♦ Relig. Pupitre sur lequel on met les livres de chant, à la messe ou à l office. « Le Lutrin », poème de Boileau. 2 ♦ Pupitre sur… …   Encyclopédie Universelle

  • lutrin — lutrín s. n. Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  LUTRÍN s.n. (Rar) Pupitru înalt pe care se pun cărţile în corul unei biserici catolice. [< fr. lutrin, cf. lat.t. lectrinum]. Trimis de LauraGellner, 20.05.2005. Sursa:… …   Dicționar Român

  • lutrin — LUTRIN. s.m. Pupitre elevé dans le Choeur d une Eglise, sur lequel on met les livres dont on se sert pour chanter l Office. Chanter au lutrin …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Lutrin — (spr. lüträng, »Kirchenpult«), komisches Epos von Boileau Despréaux (s. d.) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Lutrin — Pour les articles homonymes, voir Le Lutrin. Gravure du Moyen Âge Le lutrin est un petit meuble pour lire ou écrire commodément un livre. Il est particulièrement utile si l ouvrage est volumineux ou …   Wikipédia en Français

  • LUTRIN — s. m. Pupitre élevé dans le choeur d une église, sur lequel on met les livres dont on se sert pour chanter l office. Chanter au lutrin. Cet homme a une voix de lutrin.   Il se dit aussi, collectivement, de Ceux qui chantent au lutrin. C est lui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • lutrin — (lu trin) s. m. 1°   Pupitre d église où l on place les livres de chant. Chanter au lutrin. •   Je chante les combats, et ce prélat terrible Qui.... Fit placer à la fin un lutrin dans le choeur, BOILEAU Lutr. I. 2°   Collectivement, ceux qui… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LUTRIN — n. m. Pupitre élevé dans le choeur d’une église, sur lequel on met les livres dont on se sert pour chanter l’office. Chanter au lutrin …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • lutrin — …   Useful english dictionary

  • Cinioch Mac Lutrin — ou Kinet mac Luthren est roi des Pictes de 621 à 631. La Chronique Picte lui attribue un règne de 20 ans dans le manuscrit de 971 et de seulement 14 ans dans celui de 1317. Son père porte un nom celtique à rapprocher de celui du dieu Lug. On le… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.