Le Gaulois


Le Gaulois

Le Gaulois

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaulois.
 Le Gaulois
{{{nomorigine}}}
Le Gaulois.jpg

Pays France France
Langue(s) Français
Périodicité quotidien
Genre politique, mondain, littéraire
Diffusion entre 13 000 & 30000 ex. (-)
Date de fondation 5 juillet 1868
Date du dernier numéro 30 mars 1929
Ville d’édition Paris

ISSN -

Le Gaulois est un journal littéraire et politique français, fondé en 1868 qui deviendra la propriété du patron de presse Arthur Meyer et sera publié jusqu’en 1929 avant d’être fusionné avec le Figaro propriété de son dernier patron, le milliardaire François Coty.

Sommaire

Introduction

Le Gaulois est un journal littéraire et politique, fondé le 5 juillet 1868 par Henry de Pène et Edmond Tarbé des Sablons. Ce journal, qui se veut indépendant, va s’avérer être l’un des plus grands succès de ventes de l’époque. Il critiquait énormément ses concurrents qui se contentaient uniquement de sources officielles. Le Gaulois était sans aucun doute l’un des journaux les mieux informés de l’époque. Mondain et railleur, le mélange de rouerie et de prudence qu’on y trouvait, lui étant tout particulier.

Monarchiste à ses débuts, bonapartiste et républicain par la suite, il fut frappé par la sévérité de la Commune (il est supprimé) mais reparaît rapidement à Versailles. Le Gaulois fut le premier journal à oser défendre ouvertement la cause de l’ancien Empereur, dès août 1871. Cette feuille s’inspirait beaucoup du Figaro, notamment dans sa formule. Il débauchait d’ailleurs parfois ses collaborateurs, sans pour autant atteindre la même audience. Toujours est il que son tirage élevé le plaçait parmi les premiers rangs de la presse française.

Racheté en juillet 1879 par Arthur Meyer, le Gaulois prend alors un nouveau tournant conservateur et légitimiste. Anti-dreyfusard, il va devenir le journal de la bonne société et du grand monde, supplantant même par moment le Figaro. Derrière ses aspects mondains et le ton assez terne de son contenu, il possédait une certaine puissance politique, étant lu par la noblesse et la haute bourgeoisie.

Il va finir par être quelque peu dépassé par l’évolution de la presse après 1914 et va voir son nombre de tirages revu à la baisse. Il sera fusionné avec le Figaro en mars 1929.

Un journal bonapartiste et antirépublicain…

De sa création en 1868 à son rachat par Arthur Meyer onze ans plus tard, le Gaulois sera souvent qualifié de « journal des informations du matin et moniteur de l’ancien esprit français ». De sensibilité monarchiste à l’origine, on verra des personnalités comme Émile Zola y participer (il publia 59 articles avant 1870). Après la chute du Second Empire, il reste anti-républicain, mais devient plutôt bonapartiste. Il prendra d’ailleurs la défense de Napoléon III et fera partie des 28 journaux protestataires, réprimés par la Commune en 1871.

Le 2 mars 1878, Edmond Tarbé, désormais le seul des deux créateurs encore à la tête du journal, puisque De Pène est passé à Paris-Journal en 1871, affirme : « Le Gaulois n’a jamais été un journal de parti, se contentant d’être un journal de conviction et d’espérances ».

… puis légitimiste et conservateur

En juillet 1879, Tarbé vend le Gaulois à une société que dirigeait Arthur Meyer et rallie le Gaulois à la cause légitimiste, les bonapartistes ayant pris un coup très grave avec la mort du prince Eugène. Les bailleurs de fond du quotidien, principalement la Banque Parisienne, chassèrent très rapidement Meyer (en mars 1881) et en firent un organe républicain modéré. Mais finalement, Meyer en reprend la direction en 1882 et installe son siège au n° 2 de la rue Drouot, à Paris.

Le Gaulois devient conservateur pour de bon. Vendu 15 centimes (prix élevé pour une feuille à l’époque), le journal recrutait sa clientèle dans les milieux aisés et cultivés de Paris (où il se vendait au numéro) et de province (par abonnement). Globalement, son existence et ses tirages restaient très stables.

Pendant l’affaire Dreyfus, le Gaulois (particulièrement anti-dreyfusard), récupéra une partie de la clientèle du Figaro. Meyer sut également regrouper la clientèle d’autres journaux royalistes qu’il racheta comme Paris-Journal, la Civilisation ou encore le Clairon.

Le journal de l’aristocratie et de la haute-bourgeoisie

Grâce à la perspicacité de son directeur, à son sens aigu des goûts et des préjugés de sa clientèle, le Gaulois devient vraiment le journal de la bonne société. On y trouvait une rédaction de haute qualité, composée de jeunes talents et d’académiciens. On remarquait une certaine pudeur dans les propos, car il était lu également par des femmes.

Les rubriques les plus importantes étaient assurément « la chronique mondaine », « l’écho de la vie des châteaux et des salons » et « le carnet du jour ».

Léon Daudet, qui a collaboré au Gaulois, a tracé, dans Fantômes et Vivants, ce portrait du responsable de la rubrique « mondanités » :

« Pendant ma collaboration au Gaulois – dont la comédie perpétuelle m’enchantait – le « mondanitaire » en chef était le comte Fleury, fils d’un favori à la cour impériale, homme long, maigre, amer pareil à un casse-noix ébréché et privé de tout agrément. Il était non seulement recommandé, mais ordonné audit Fleury d’assister à la plupart des cérémonies qu’il narrait quotidiennement aux lecteurs du Gaulois. On le voyait correct et sinistre, la tête dressée, tenant son haut-de-forme au bout de son parapluie, dans tous les cortèges nuptiaux ou funèbres à la mode. Chaque jour, il saluait deux cents fois et serrait cent cinquante mains. Quelquefois convié aux dîners somptueux – tout au moins sur le papier – dont il célébrait la composition et les menus, il devait plus habituellement se contenter de la soirée, de cette invraisemblable soirée mondaine stéréotypée, où des messieurs chauves jouent au bridge, puis conversent, d’un air malicieux, avec de jeunes personnes à transparence de bougie de luxe, lesquelles font semblant de rire de leurs propos ; où de vieilles dames écroulées s’entretiennent de la dernière pièce issue d’Henri Lavedan et du dernier roman pondu par Marcel Prévost. Meyer exigeait de lui, comme de ses prédécesseurs, qu’il fût constamment en habit, à partir de sept heures du soir. Par la porte ouverte de son cabinet, on voyait l’infortuné, courbé en deux, alignant les bronzes et les sautoirs exposés à la noce de Untel, rappelant les hauts faits des ancêtres du nouveau marié, de la nouvelle mariée. (…) Parfois, un des admis aux « mondanités » apportait lui-même sa notice, avec le tableau de ses alliances et la nomenclature des cadeaux. Alors Fleury, tout pâle et courbé jusqu’à terre, relisait ces magnificences d’une voix nasillarde, extasiée, comme si c’était pour lui que s’ouvrait la cataracte d’encriers de vermeil et de sucriers de cristal taillé promis aux tête-à-tête des conjoints.(…) Un jour, il y eut un affreux scandale. Un typographe facétieux et spirituel – comme il n’en manque pas chez les Parigots– remplaça ce cadeau, un serpent qui se mord le dos, sujet en bronze et en argent, par cet autre : un sergent qui se mord le dos, sujet en bronze et en argent. Le numéro du Gaulois fit prime, à cause de cet incomparable coquille. Meyer en demeura sombre pendant tout un jour. Je ne sais s’il diminua à cette occasion les appointements de Fleury. »

Le Gaulois joua un rôle politiquement, notamment dans le ralliement des monarchistes à la cause boulangiste. Son aspect vieillot était aussi un gage de sa qualité.

La fin du Gaulois

Au début du XXe siècle, le quotidien commença à décliner progressivement. Son nombre de tirages et de ventes baissa, surtout à cause de l’Action française, le nouveau journal en vogue du moment. Comme les autres journaux monarchistes, il dû aligner ses positions sur ce nouvel organe de presse. En 1904, il est déjà question d’une fusion entre le Gaulois et le Figaro. La Première Guerre mondiale n’eut pas de conséquences.

L’un de ses derniers coups d’éclat fut la création d’une chronique hebdomadaire sur le cinéma, ce qui ne s’était jamais fait.

Dans les années 1920, il continue sa carrière de journal de grande qualité à faible tirage. Il coûtait beaucoup plus cher que ses confrères, atteignant jusqu’à 70 centimes en 1928 (les autres coûtaient deux à trois fois moins cher). À la mort de Meyer en 1923, René Laron devient directeur et Lucien Corpechot le rédacteur en chef. Le journal reste égal à lui-même.

Finalement, le milliardaire François Coty, rentré depuis peu dans le monde de la politique et de la presse, et connu pour sa versatilité et son manque de confiance envers ses rédacteurs, le rachète et le fusionne avec le Figaro.

Le 30 mars 1929, marque la fin du quotidien, après plus de soixante ans d’existence.

Tirages et collaborateurs

1869 : 13 000 exemplaires quotidiens 1880 : 14 800 exemplaires quotidiens 1885-1910 : entre 20 000 et 30 000 exemplaires quotidiens 1910 : 30 000 exemplaires quotidiens 1912 : 20 000 exemplaires quotidiens 1917 : 22 000 exemplaires quotidiens

Le Gaulois a compté parmi ses collaborateurs des écrivains de talent tels que Barbey d’Aurevilly, Joris-Karl Huysmans, Guy de Maupassant, Octave Mirbeau.

Liens externes

Source

  • Histoire Générale de la Presse Française, t. 2 et 3, sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou, Paris, Presses Universitaires de France, 1969 et 1972.
  • Portail de la presse écrite Portail de la presse écrite
Ce document provient de « Le Gaulois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Gaulois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • gaulois — gaulois, oise [ golwa, waz ] adj. et n. • XVe; de Gaule, frq. °Walha « pays des Walh ou Romans » 1 ♦ De Gaule. Les peuples gaulois. ⇒ celtique; aussi gallo romain. Poète gaulois. ⇒ 1. barde. Prêtres gaulois. ⇒ druide, eubage. Divinités gauloises …   Encyclopédie Universelle

  • gaulois — gaulois, oise (gô loî, loî z ) adj. 1°   Qui est de la Gaule. Les peuples gaulois.    Fig. Qui a le caractère des vieilles et bonnes moeurs. Une probité, une franchise gauloise.    En un autre sens. Qui a le caractère inculte et mal poli des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Gaulois mourant — au musée du Capitole (Rome), H. 0,95 cm, inventaire MC 747 Le Gaulois mourant ou Galate mourant est la copie romaine en marbre d un original grec perdu, vraisemblablement exécuté en bronze, commandé entre 230 et 220 av. J. C. par …   Wikipédia en Français

  • Gaulois Mourant — ██████████ …   Wikipédia en Français

  • Gaulois de Sannois — Données clés Fondé en 1988 Couleurs …   Wikipédia en Français

  • Gaulois Orbe — Logo des Gaulois Orbe Club fondé en 2006 Couleurs …   Wikipédia en Français

  • gaulois — GAULOIS, [gaul]oise. adj. Habitant de la Gaule, qui est l ancien nom de la France. On dit prov. d Un homme dont la conduite est sincere, franche & droite, que C est un bon gaulois, un vieux gaulois. On dit aussi, d Un homme qui s habille à la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Gaulois — (spr. gōlŭá), gallisch; esprit g. nennt man in der französischen Literatur den ausgelassenen, derben und zynischen Geist, den man für ein Erbteil der schon von Cäsar als lebhaft, ausgelassen und neugierig geschilderten alten Gallier hält. Als… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Gaulois — (frz., spr. golŏá), gallisch, altfränkisch; auch veraltete Redeweise …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Gaulois (peuples) — Pour les articles homonymes, voir Gaulois. Le terme Gaulois désigne les populations protohistoriques de langue celtique qui résidaient en Gaule (Gallia, en latin), c est à dire approximativement sur les territoires actuels de la France, de la… …   Wikipédia en Français

  • Gaulois (langue) — Pour les articles homonymes, voir gaulois et gauloise. † Gaulois Période jusqu au Ve siècle Extinction Ve siècle Région Gaule …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.