Le Corniaud


Le Corniaud

Le Corniaud

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Une Cadillac DeVille convertible de 1964, semblable à celle utilisée dans le film

Réalisation Gérard Oury
Scénario Gérard Oury
Acteurs principaux Bourvil
Louis de Funès
Venantino Venantini
Jacques Ferrière
Jean Droze
Henri Génès
Beba Loncar
Sociétés de production Les Films Corona
Pays d’origine Drapeau de France France
Drapeau d'Italie Italie
Genre Comédie, Aventure
Sortie 1965
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le poste de douane de Menton rendu célèbre par le film dans lequel Antoine Maréchal (Bourvil) croise Léopold Saroyan (Louis de Funès) et ses sbires lors du désossement de la Cadillac DeVille par les douaniers.

Le Corniaud est un film franco-italiano-espagnol réalisé par Gérard Oury, sorti le 24 mars 1965.

Sommaire

Synopsis

Alors qu'il n'a encore parcouru que quelques dizaines de mètres sur le chemin de l'Italie où il souhaitait passer ses vacances, la 2 CV d'Antoine Maréchal se disloque lorsqu'elle est percutée à Paris sur la place Sainte-Geneviève par la Bentley de Léopold Saroyan, un soi-disant directeur d'une maison d'import-export. D'abord de mauvaise foi, Saroyan reconnaît ses torts et, comme dédommagement, offre à Maréchal le vol Paris-Naples en Caravelle, puis de convoyer tous frais payés, jusqu'à Bordeaux, d'où elle sera réexpédiée à Miami, une superbe et immense Cadillac décapotable appartenant à un de ses amis américains, et arrivée à Naples par bateau en provenance de Beyrouth. Voilà qui promet de formidables vacances pour Maréchal.

Cependant celui-ci ne se doute pas alors que Saroyan est le parrain d'un syndicat de gangsters et qui l'utilise comme « mule » pour convoyer ce « paquebot routier » bourré en fait de produits de contrebande : drogue (héroïne), pierres précieuses (dont le « Youkounkoun », le plus gros diamant du monde), or, etc... Voici donc le pauvre Maréchal bientôt sur les routes d'Italie, ignorant tout de sa précieuse cargaison (car comme le dit Saroyan : « À la douane messieurs, c'est l'homme qui est suspect ce n'est pas la voiture ! ») et ne remarquant pas que le malfaiteur le suit à distance pour veiller sur la marchandise, qui elle aussi est convoitée par une bande rivale …

Commentaire

Le Corniaud est un road movie comique, un voyage en Italie qui conduit les protagonistes de Paris à Rome, Naples, Pise, la Côte d'Azur, la Cité de Carcassonne et Bordeaux, en passant par des sites magnifiques comme la Villa d'Este, le château Saint-Ange et la Toscane. Loin des comédies « réalisées à l'économie », le film entièrement tourné en extérieur bénéficie de conditions assez exceptionnelles pour un film comique français de cette époque : un budget important[1], ainsi que la couleur, le son direct et quinze semaines de tournage. Même si les deux acteurs principaux ont peu de scènes communes[2], leurs emplois sont complémentaires : Bourvil joue le corniaud, le naïf émouvant qui effectue innocemment un extraordinaire périple et joue le joli cœur, tandis que De Funès incarne la mauvaise foi « montée sur ressort » cherchant à exploiter son acolyte, un chef de bande colérique et fébrile qui voit tous ses plans malhonnêtes s'effondrer au fur et à mesure du chemin.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

  • Après la projection des épreuves (rushes) des deux premières semaines de tournage, De Funès trouvant qu'il n'était pas assez présent à l'écran[3] fera une « grève du masque[4]» pendant près 24 heures. Oury imagine alors la célèbre scène de douche, où l'acteur compare sa musculature avec celle d'un « grand balèze », l'ex-catcheur Robert Duranton. L'idée lui est inspirée par une rencontre étonnante faite lors d'un voyage en Italie «  ... j'avais rencontré à Capri un couple étrange, lui : un homo maigrichon américain, ridaillé mais milliardaire, elle : un colossal biquet français culturiste ! L'opposition physique entre ces deux êtres dépassait les limites de la bouffonnerie[5] ».
  • L'aventure de La Grande Vadrouille commence ... sur le tournage du Corniaud où Gérard Oury raconte aux deux comédiens le scénario du film à venir.
  • La 2CV était équipée de 250 boulons électriques afin qu'elle se disloque au moment voulu. Cette scène, la dernière tournée le 7 décembre 1964 sur la place Sainte-Geneviève à Paris[6], fut peut-être inspirée à Oury par sa « rencontre » cinématographique avec Bourvil[7] sur le tournage du Miroir à deux faces. Dans ce film dramatique d'André Cayatte réalisé en 1958, Bourvil au volant de sa 2CV est percuté par Gérard Oury, acteur mais aussi co-scénariste du film, au volant d'une grosse américaine.
  • Lorsque Bourvil/Maréchal dit « elle va marcher beaucoup moins bien, forcément », juste après l'accident de la 2CV, on voit de Funès baisser la tête pour rire. Cette réplique n'était pas prévue et cette scène aurait difficilement été rejouable, ce qui aurait dû être le cas si de Funès n'avait pas eu la présence d'esprit de se dissimuler le visage. On remarque également qu'au moment où la 2CV de Bourvil se disloque, ce dernier tire plusieurs fois sur le volant pour qu'il se décroche de son axe et ainsi assurer le gag et surtout la continuité de la scène.
  • Le scénario du Corniaud s'inspire de la mésaventure d'un présentateur de la télévision française, Jacques Angelvin, qui fut arrêté aux États-Unis en 1962 au volant d'une Buick provenant de France et dans laquelle plus de cinquante kilogrammes d'héroïne pure avaient été dissimulés[8]. Lors de son arrestation, la voiture ne contenait plus la drogue et Angelvin clama d'abord son innocence en prétendant avoir été dupé, d'une manière semblable au héros du Corniaud. Il fut pourtant prouvé que la voiture du Français avait bien servi à transporter la drogue depuis Marseille jusqu'aux États-Unis et qu'il avait touché dix mille dollars pour cela. Plaidant coupable lors de son procès, le présentateur de Paris-Club fut incarcéré pendant cinq ans[9]. Cette arrestation est un des épisodes du démantèlement de la « French connection » qui a inspiré les films du même nom (French Connection et French Connection 2).
  • Le cachet de Bourvil pour ce film est trois fois plus important que celui octroyé à De Funès[10].
  • La Cadillac conduite par Bourvil est un modèle DeVille de 1964, qui ressemblait beaucoup aux modèles Series 62 convertible 1963 ou à l'Eldorado Biarritz 1963. La signature Deville est visible dans la scène du garage.
  • n°1 au box-office en 1965 : 11,74 millions d'entrées.
  • Lors du Festival de Cannes 1965, Oury et son producteur se voient proposer par des américains de réaliser et produire un remake avec Dean Martin et Jack Lemmon. Malgré une offre importante (« Budget doublé, salaires versés en Suisse, promesses de deux autres films dans les cinq ans. Énorme »[11]), les Français ne donneront pas suite.
  • Le stratagème de l'américaine avec le pare-chocs en or massif avait été auparavant utilisé dans l'épisode du Saint intitulé Une jeune fille romanesque (The Romantic Matron), diffusé le 18 janvier 1964. Peut-être cela a t-il servi d'inspiration pour le Corniaud. À noter qu'en 1956, Judy Holliday conduisait déjà une Cadillac en or massif dans la comédie du même nom.

Hommage à Chaplin

Louis De Funès rend hommage à sir Charlie Chaplin qu'il admirait, dans la scène culte où il « empreinte » en pleine nuit l'atelier d'un garagiste pour réparer la Cadillac (à la 54e minute du film). Il s'agit d'un clin d'œil évident au Temps modernes :

  • La musique est très proche à une scène du film de Chaplin : la pause déjeuner (1h01m). Il s'agit ici de la Tarantelle extraite de La Boutique fantasque de Gioachino Rossini (arrangée par Ottorino Respighi).
  • De Funès est toujours en mouvement dans la scène, son bras ne peut s'empêcher de faire des gestes circulaires ce qui parodie bien sûr le travail à la chaine critiqué dans le film de Chaplin.
  • On peut remarquer à la fin de la scène (lorsque De Funès est debout sur la voiture) des rouages sur le côté : le plan est très proche de l'affiche des Temps modernes.

Lieux de tournage

Récompenses

  • Prix du meilleur scénario du Festival de Moscou 1965[5].

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Olivier de Funès et Patrick de Funès, Louis de Funès : Ne parlez pas trop de moi, les enfants !, Le Cherche midi, 2005, (ISBN 274910372X)
  • Gérard Oury, Mémoire d'éléphant, Presses Pocket, Paris, 1989

Notes et références

  1. 530 millions de centimes pour un budget initial de 350, ce qui représente 6,3 millions d'€ en 2005 si l'on se réfère au tableau de conversion établi par l'INSEE (Cf. [1]). Le dépassement, en grande partie dû à une mauvaise météo sur l'Italie, faillit causer la faillite du producteur Robert Dorfmann.
  2. Les deux acteurs ne jouent ensemble qu'au début et à la fin du film. Entretemps, De Funès/Saroyan suit à distance Bourvil/Maréchal en évitant d'être repéré.
  3. Cette impression fut sans doute renforcée par le fait que deux jours avant le premier tour de manivelle, le fils de 16 ans du premier assistant « emprunte » la Jaguar verte que De Funès devait utiliser et la détruit dans un accident. En conséquence, beaucoup des scènes de l'acteur ne pourront être filmées qu'après l'arrivée d'une voiture de rechange, des jours plus tard (cf. Mémoires d'éléphant, p. 223).
  4. Mémoires d'éléphant, p. 225. Patrick De Funès revient sur cet incident dans le livre Ne parlez pas trop de moi, les enfants !. Il écrit p. 144 : « J'ai lu plus tard que mon père, un temps, se serait livré à un sorte de grève sur le tournage [...]. C'est inexact : il avait bien trop de conscience professionnelle pour cela. [...] en réalité, durant cette très courte période de froid, il ne joua plus que ce qui était écrit [...] sans plus chercher à inventer ni improviser »
  5. a et b Mémoires d'éléphant, p. 225.
  6. Le Corniaud - Tournage de la scène de l'accident (1964)
  7. Leur première rencontre cinématographique s'est produite sur le plateau du Passe muraille de Jean Boyer. « Le Passe-Muraille, c'était Bourvil, et il devait m'assener des claques au travers des cloisons [...] j'avais la tête comme une calebasse. Naturellement, après un certain nombre de prises, je ne pouvais plus me défendre d'un réflexe d'appréhension. Cela dura deux jours et fut à l'origine de vingt ans d'amitiés. » Gérard Oury, Ma grande vadrouille, Plon, Paris, 2001, p. 18.
  8. « Influencé par l'affaire Angelvin, j'en ai rêvé de cette histoire. Ce présentateur croupit en prison à N.Y pour avoir emmené par bateau sa voiture américaine en Amérique. Cela a paru louche [..] Ou alors le type ne savait rien. C'est ce qu'il prétend, ce corniaud ! » Gérard Oury, Mémoire d'éléphant, Presses Pocket, 1989, Paris, p. 221.
  9. Il raconte son histoire dans Jacques Angelvin, Mes prisons américaines, Plon, 1968.
  10. Mémoires d'éléphant, p. 230.
  11. Sur la route de la grande vadrouille : les coulisses du tournage, p. 9.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Corniaud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • corniaud — [ kɔrnjo ] n. m. • 1929; chien corniau 1845; var. de corneau (1165); de corne « coin » : chien bâtard, fait au coin des rues 1 ♦ Chien mâtiné. 2 ♦ Fam. Imbécile, sot. Quel corniaud ! ⇒ cornichon. Adj. m. Il est un peu corniaud. ● corniaud ou… …   Encyclopédie Universelle

  • corniaud — n.m. Imbécile …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • corniaud — nm., nigaud, idiot, crétin, écervelé : banbwé <bamboué> (Albanais.001), banbé (Combe Si.) ; téta ê l êê <tête en l air>, téta sê sarvale <tête sans cervelles>, sabota <galoche> (001). A1) petit nigaud (ep. d un enfant, d… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Le corniaud — Le fameux poste de douane de Menton rendu célèbre par le film dans lequel Antoine Maréchal croise Léopold Saroyan et ses sbires lors du désossement de la Cadillac Eldorado par les douaniers. Le Corniaud est un film franco italiano espagnol… …   Wikipédia en Français

  • Le Corniaud — ( The Sucker ) is a French, Italian and Spanish comedy movie by Gérard Oury, released in 1965.PlotWhile leaving his flat in Paris for vacation, Antoine Maréchal has an accident. His 2CV is totally wrecked by Léopold Saroyan s Bentley, the… …   Wikipedia

  • Le Corniaud —    Comédie de Gérard Oury, avec Bourvil, Louis de Funès, Venantino Venantini, José Luis de Vilallonga.   Pays: France et Italie   Date de sortie: 1965   Technique: couleurs   Durée: 1 h 30    Résumé    Le jour de son départ en vacances, la 2 CV d …   Dictionnaire mondial des Films

  • corniot — ● corniaud ou corniot nom masculin (de corne) Chien bâtard. Populaire. Homme stupide …   Encyclopédie Universelle

  • Gerard Oury — Gérard Oury Pour les articles homonymes, voir Oury. Gérard Oury Nom de naissance Max Gérard Houry Tannenbaum Naissance 29 avril 1919 Paris, France Nationalité(s) …   Wikipédia en Français

  • Gérard Oury — Pour les articles homonymes, voir Oury. Gérard Oury …   Wikipédia en Français

  • Max-Gérard Tannenbaum — Gérard Oury Pour les articles homonymes, voir Oury. Gérard Oury Nom de naissance Max Gérard Houry Tannenbaum Naissance 29 avril 1919 Paris, France Nationalité(s) …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.