Le Blanc (Indre)


Le Blanc (Indre)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Blanc.

46° 38′ 04″ N 1° 03′ 49″ E / 46.6344444444, 1.06361111111

Le Blanc
Vue générale de la commune.
Vue générale de la commune.
Armoiries logo
Administration
Pays France
Région Centre
Département Indre
(sous-préfecture)
Arrondissement Le Blanc
(chef-lieu)
Canton Le Blanc
(chef-lieu)
Code commune 36018
Code postal 36300
Maire
Mandat en cours
Jean-Paul Chanteguet
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Brenne - Val de Creuse
Site web www.ville-leblanc.fr
Démographie
Population 6 936 hab. (2008)
Densité 120 hab./km²
Gentilé Blancois
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 04″ Nord
       1° 03′ 49″ Est
/ 46.6344444444, 1.06361111111
Altitudes mini. 72 m — maxi. 140 m
Superficie 57,61 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Le BlancPrononciation du titre dans sa version originale est une commune française, située dans le département de l'Indre, en région Centre.

Sommaire

Géographie

Situation

La commune est située à l'extrême sud-ouest du département de l'Indre, dans la région naturelle du Boischaut-Nord au sein du parc naturel régional de la Brenne.

Hydrographie

Le territoire communal est traversé par la rivière Creuse.

La Creuse.
La Creuse.

Hameaux de la commune

  • Les Ages
  • Varennes
  • Avant
  • La Brassardière
  • Les Chézeaux
  • Muant
  • Madrolles
  • La Molière
  • Nervaux
  • Vilnet
  • Beauregard

Communes proches

Communes limitrophes :

Les agglomérations[1] voisines :

Les grandes communes[2] :

Transports et voies de communications

Réseau routier

L'avenue Gambetta (RD 975).
L'avenue Gambetta (RD 975).

Le territoire communal est desservi par les routes départementales : 3, 10, 17, 27, 88, 119, 950, 951 et 975.

Desserte ferroviaire

L'ancienne gare du Blanc.
L'ancienne gare du Blanc.

Les lignes de Saint-Benoît au Blanc, de Port-de-Piles à Argenton-sur-Creuse, de Salbris au Blanc et de Saint-Benoit-du-Sault au Blanc passait par le territoire communal. La commune possédait autrefois une gare ferroviaire qui servait aussi de gare de bifurcation sur ces lignes.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse à 39 km, qui se trouve sur la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon.

Bus

Le territoire communal est desservi par :

Aéroport

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre situé à environ 64 km.

Sentier de randonnée

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays : Vallée de la Creuse et de l'Anglin.

Réseau électrique

La commune possède un poste source[3] sur son territoire qui est situé au lieu-dit La Ferrande.

Histoire

Héraldique

Armes du Blanc

Les armes du Blanc se blasonnent ainsi :
D'azur au cygne d'argent nageant sur des ondes du même.

Historique

  • À la frontière du Berry, du Poitou et de la Touraine, Le Blanc doit probablement son existence à la présence d'un gué permettant de traverser la Creuse. Quant à son étymologie, jusqu'ici obscure, elle n'a manifestement, à l'origine, aucun rapport avec la couleur. Tour à tour, la ville fut dénommée Oblincum, Oblenc, Oublanc, Doublanc, Du Blanc et enfin, Le Blanc.
  • Le cours de la Creuse, partageant la ville jusqu'à la fin de l'ancien régime, a influencé toute son histoire. Plus récente, la ville Basse, au nord, s'est formée autour de l'église St-Génitour, le long de la voie romaine. Elle dépendait intégralement de la province du Berry.

La ville Haute, quant à elle, au sud, était partagée entre les provinces du Berry et du Poitou, se manifestant par la présence de deux places fortes opposées : le château (des) Naillac, berrichon, et le château du Donjon, poitevin, aujourd'hui disparu. Longtemps donc, l'administration de cette cité fut particulièrement complexe et les dissensions vives.

  • Au Moyen Âge, un pont reliait les deux villes, mais fut emporté par une crue en 1530. Pendant trois cents ans, le passage de la Creuse se fit par le bac. Le pont ne fut reconstruit qu'au début du XIXe siècle, entraînant de grands travaux d'urbanisme qui donnèrent au Blanc son aspect actuel.

De 1940 à 1942, Le Blanc est ville de garnison du 27e régiment d’infanterie, régiment de Bourgogne et du 6e bataillon du génie de l’armée d’armistice[4].

Au 44 route de Pouligny existait une maison close fréquentée par les soldats de la caserne Chanzy et accessoirement par Soutine.

Administration

Maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1882 1884 Henry Peyrot des Gachons    
1884 1885 Pierre Page    
1885 1888 Pierre Babb    
1888 1892 Henry Peyrot des Gachons    
1892 1895 Georges de Beauregard    
1895 1896 Jules Rochoux    
1896 1899 Georges de Beauregard    
1899 1900 Justin Briault    
1900 1906 Georges de Beauregard    
1906 1908 Tissier    
1908 1912 Joseph Blereau    
1912 1919 Justin Briault    
1919 1924 Georges Boistard    
1924 1929 Théophile Boyer    
1929 1934 Louis Fruchon    
1934 1941 Pierre Babb    
1941 1944 Désiré Chaussebourg    
1944 1959 Ferdinand Seville    
1959 1971 André Gasnier    
1971 1977 Jean-Paul Mourot    
1977 1983 René Thimel    
1983 en cours Jean-Paul Chanteguet[5] PS Conseiller économique
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Services publics

Le centre hospitalier du Blanc.
Le centre hospitalier du Blanc.

La commune dispose des services suivants :

Démographie

Évolution démographique

En 2008, Le Blanc comptait 6 936 habitants (soit une stagnation de 1 % par rapport à 1999). La commune occupait le 1 410e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 300e en 1999, et le 4e au niveau départemental sur 247 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Le Blanc depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[9], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises.

Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu chaque année par roulement au cours d'une période de cinq ans[10]. Pour Le Blanc, le premier recensement a été fait en 2004[11], les suivants étant en 2009, 2014, etc. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1e janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Le Blanc, est une évaluation intermédiaire[12].

Le maximum de la population a été atteint en 1975 avec 8 024 habitants.

Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 4 780 4 723 3 662 4 452 4 804 5 095 5 290 6 075 6 788
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 5 731 5 882 5 956 5 709 6 122 6 558 7 140 7 389 6 764
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 6 663 6 520 6 493 5 284 5 511 5 426 5 789 6 719 6 427
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 -
Population 6 402 6 767 8 024 7 769 7 361 6 995 6 927 6 936 -
Notes, sources, ... Sources : base Cassini de l'EHESS pour les nombres retenus jusqu'en 1962[13], base Insee à partir de 1968 (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[14],[15]

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (29,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,4 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 29,9 %) ;
  • 53,4 % de femmes (0 à 14 ans = 14,5 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 16,2 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 35,7 %).
Pyramide des âges à Le Blanc en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
2,7 
10,9 
75 à 89 ans
15,0 
18,3 
60 à 74 ans
18,0 
19,4 
45 à 59 ans
18,2 
17,7 
30 à 44 ans
16,2 
16,1 
15 à 29 ans
15,4 
17,0 
0 à 14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département de l'Indre en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,8 
9,1 
75 à 89 ans
13,3 
16,5 
60 à 74 ans
17,2 
22,0 
45 à 59 ans
20,5 
19,8 
30 à 44 ans
18,4 
15,5 
15 à 29 ans
13,8 
16,6 
0 à 14 ans
15,1 

Économie

La maison médicale.
La maison médicale.
  • La ville du Blanc est un pôle commercial qui dessert une région de 30 000 habitants environ.
  • Le commerce de centre-ville et de proximité côtoie celui des moyennes et grandes surfaces.
  • Le Centre hospitalier, le Centre administratif de la gendarmerie nationale, les établissements scolaires (maternelles, primaires, collèges, lycée), les services de toutes natures (santé, social) font également du Blanc un véritable pôle de service.
  • La ville est dotée de zones industrielles importantes qui peuvent accueillir des entreprises avec accès internet au très haut débit.
  • La municipalité s'attache à développer et à accompagner l'économie locale par une politique de logements volontariste et par des opérations d'urbanisme : la plus importante, en cours, est la restructuration de la zone de la gare qui pourra accueillir résidences, entreprises artisanales et industrielles dans un environnement de qualité.

Enseignement

Le collège (Les Ménigouttes).
Le collège (Les Ménigouttes).

La commune possède[18] :

Sport

Le stade des Ménigouttes.
Le stade des Ménigouttes.

Voici les équipements[19] sportifs de la commune :

  • stade des Ménigouttes (athlétisme, football, course pédestre et sport scolaire) ;
  • stade vélodrome (vélo, VTT, football, rugby et sport scolaire) ;
  • stade militaire (athlétisme, football, rugby, pétanque et sport scolaire) ;
  • piscine des Ménigouttes de novembre à fin mai (natation, gym aquatique, plongée et canoë-kayak) ;
  • piscine d'été de Juin à fin Août (natation et loisirs) ;
  • gymnase des Ménigouttes (badminton, tennis, volley, gymnastique et sport scolaire) ;
  • gymnase Jean Moulin (basket, escalade, foot en salle, volley et sport scolaire) ;
  • gymnase Pasteur (gymnastique sportive et sport scolaire) ;
  • aérodrome (parachutisme, vol à voile, vol moteur et aéromodélisme) ;
  • boulodrome Louis Renault (boule lyonnaise) ;
  • cours de tennis couvert (tennis club et scolaires) ;
  • dojo (aïkido, jujitsu, judo, gym volontaire et sport scolaire) ;
  • local canoë-kayak (canoë-kayak et matériel) ;
  • salle de billard ;
  • salle de tennis de table ;
  • base de plein air (escalade, mini moto, pêche, spéléologie et tir à l'arc) ;
  • stand de tir de Varennes (tir à l'arc sur cible et tir sportif) ;
  • skatepark (piste de Skate, roller, BMX, fun box, barre slide et quarter).

Lieux et monuments

  • L'hôtel de Ville
    Le couvent des Augustins fondé au XIVe siècle, vendu comme bien national en 1792 est alors partagé entre différentes administrations et la mairie. Édifié contre l'ancienne chapelle, l'Hôtel de Ville, dans un style néo-classique avec sa façade rythmée par des pilastres plats, est entré en fonction en 1825.


  • La maison de la Marquise
    Acquise par Claude Dupin, arrière-grand-père de George Sand, qui acheta le marquisat du Blanc en 1739, cette maison, une des plus anciennes de la place, est dite "de la Marquise" en souvenir de Madame Dupin qui fut Dame du Blanc.


  • Le Quai Aubépin
    Il fut créé à la fin du XVIIIe siècle, refait lors de la construction du pont à l'emplacement des murailles d'enceintes de la Ville Haute et bordé d'hôtels particuliers dont la maison d'Élisabeth Bichier des Ages, fondatrice de l'ordre des filles de la Croix. On peut y voir d'imposantes toitures ornées d'épis de faîtage en céramique.


  • L'église Saint Cyran
    Comprise dans l'enceinte de la "basse-cour" du château Naillac, église paroissiale, désaffectée en 1793, elle abrita jusqu'en 1270 le corps de Saint Cyran. Le contrefort situé à l'est du chevet est évidé pour accueillir une lanterne des morts. Remaniée au XVIIe siècle, grange au XIVe, l'église restaurée en 1985 abrite désormais des expositions temporaires.


Le Château Naillac.
Le Château Naillac.


  • Le château Naillac
    Il domine la Creuse de ses deux donjons depuis plus de 800 ans. Cette forteresse, plusieurs fois remaniée, a conservé une salle seigneuriale ornée d'une cheminée romane entourée de deux baies à colonnettes et la charpente intérieure d'un hourd du XVe siècle. Prison puis école pendant plus d'un siècle, il devient en 1986 le siège de l'Ecomusée de la Brenne et abrite l'exposition permanente "Des hommes, un pays, une histoire" mise en scène de façon ludique et attractive. Objets témoins, maquettes et reconstitutions offrent aux visiteurs les clefs du passé et du présent pour partir à la découverte de la Brenne.


  • La grande rue
    Longtemps axe principale de la Ville Haute, la Grande rue était très animée. En témoignent les échoppes dont certaines se trouvent situées en contrebas de la rue actuelle, rehaussée au cours des temps. Les maisons les plus anciennes datent du XVe siècle.


  • L'écomusée de la Brenne
    Installé dans le château féodal du XIIe siècle, l'Écomusée de la Brenne est incontournable pour qui veut appréhender et connaître ce territoire. L'écomusée nous parle des secrets de sa constitution géologique, de l'origine des étangs grâce à une carte interactive, de la vie agricole, des faux sauniers, du passé industriel avec maquette animée des forges de Bélâbre, de la Brenne actuelle et une exposition permanente "pour un voyage à travers le temps en Brenne".


  • La maison des amis du Blanc
    Deux maisons du XVe siècle abritent ses collections d'arts et traditions populaires, ainsi qu'un ensemble de cycles et vélocipèdes en souvenir de l'entreprise Dilecta. Les Amis du Blanc ont réalisé en 1971 l'arbre des métiers installé au carrefour de la Grande rue et de la rue de la Poterne. D'inspiration bavaroise, il rappelle la vie active d'un pays à travers les âges.


  • Le Gué
    C'est ici qu'à l'époque gallo-romaine un gué traversait la Creuse. Sur la rive gauche, l'ancien moulin à blé du XIXe siècle en filature de lin employant plus de 400 ouvriers, et possédant des machines à vapeur.


  • L'église Saint-Génitour
    L'église Saint-Génitour (classée Monument Historique), en ville-basse, devant laquelle passait, vers le gué, l'ancienne voie romaine de Bourges à Poitiers. A l'origine, un prieuré dédié à la Vierge, dépendance de l'abbaye de Déols au XIIe siècle. Agrandie au XIIIe siècle d'une nef, d'une chapelle au Sud du chœur à la fin du XVIe siècle, puis de deux chapelles Nord et Sud (première travée) au XVIIIe siècle, l'église Saint-Génitour conclue son édification au XIXe siècle par des bas-côtés et un ensemble mobilier destiné à enrichir cette église après les pillages qu'elle subie aux lendemains de la Révolution. La forte déviation du chœur par rapport à la nef (comme la proche abbaye de Fontgombault), trouve son origine dans les différentes campagnes d'agrandissement préservant l'ouverture des rues voisines. En 1998, des fresques sont mises à jour dans les voûtes du chœur, suite à la chute de plâtre des différentes campagnes de blanchissement de l'église au début du XIXe siècle.


Le Viaduc.
Le Viaduc.


  • Le viaduc du Blanc
    C'est le plus imposant monument de la ville, édifié de 1885 à 1886, ce viaduc permettait aux convois ferroviaires en provenance de Poitiers et Montmorillon de franchir la rivière à 38 mètres de hauteur, par une voie unique empruntant ses 21 arches et ses 528 mètres de longueur aujourd'hui parcourus lors d'une promenade ou d'une randonnée.


  • La caserne Chanzy
    Imposant bâtiment militaire du XIXème siècle.

Activités festives

  • Festival les Milliaires du nom des bornes des voies romaines est organisé sur l'ancienne voie romaine passant par le Blanc. La ville a accueilli plusieurs manifestations dans ce cadre et joué un rôle actif pour l'organisation de ce festival.
  • Fête des Bons-Saints.
  • Le 11 juillet 1997, la commune a accueilli le départ de la 6e étape du Tour de France 1997 de cyclisme.

Personnalités liées à la commune

  • Mado Robin, séjournait régulièrement au Blanc, chez l'une de ses sœurs, et y donna plusieurs concerts mémorables, notamment en 1952.
  • Soutine, demeura au Blanc de 1926 à 1928 au 17 boulevard Chanzy où il peint plusieurs toiles.

Notes et références

  1. Les distances des agglomérations par rapport à la commune de Le Blanc sur Mappy.
  2. Les distances des grandes communes par rapport à Le Blanc sur Mappy.
  3. La Nouvelle République (Édition du 28/10/2009).
  4. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939/1945 : la vie quotidienne sous l’Occupation, Lyon : Horvath, 1993. 264 pages. ISBN : 2-7171-0838-6, p. 41.
  5. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture de l'Indre.
  6. L'office de tourisme sur le site Berry.fr.
  7. Le centre hospitalier du Blanc sur le site hopital.fr.
  8. Carte de la viabilité hivernale du conseil général de l'Indre.
  9. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  10. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009.
  11. Calendrier des recensements des communes du département de l'Indre sur www.insee.fr, Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  12. Par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 d’afficher dans le tableau des recensements : la population 2006, première population légale connue post-1999, les populations légales suivantes correspondant aux années réelles de recensement et enfin la dernière population légale publiée par l’INSEE. Dans le graphique sont par contre représentés l’ensemble des populations légales connues.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur site de l'École des hautes études en sciences sociales. Consulté le 23 juillet 2011.
  14. Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) sur Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  15. Recensement de la population au 1er janvier 2008 sur Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  16. Évolution et structure de la population à Le Blanc en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  17. Résultats du recensement de la population de l'Indre en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  18. Site officiel de l'inspection académique de l'Indre.
  19. Les équipements sportifs sur le site officiel de la commune.
  20. Le Jeu des mille euros sur le site officiel de France Inter.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Blanc (Indre) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Blanc-Argent — Chemin de fer du Blanc Argent Ch. de fer du Blanc Argent Ligne du Blanc à Argent via Salbris, Romorantin, Luçay le Mâle Un autorail X 74500 du Blanc Argent Pays …   Wikipédia en Français

  • Indre (departement) — Indre (département) Pour les articles homonymes, voir Indre. Indre …   Wikipédia en Français

  • Indre (Departement) — Indre (36) Region Centre …   Deutsch Wikipedia

  • Indre (Département) — Indre (36) Region Centre …   Deutsch Wikipedia

  • Indre — (spr. Äugder), 1) Nebenfluß der Loire in Frankreich; entspringt an der Südgrenze des Departements I., welches er gegen Nordwesten durchfließt u. in fast gleiche Hälften theilt, geht über in das Departement Indre et Loire, wird von Loches an 16… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Indre [2] — Indre (spr. ängbr ), Departement im Innern Frankreichs, nach dem Fluß I. benannt, ist aus dem westlichen Teil der ehemaligen Provinz Berry nebst kleinen Stücken von Orléanais, Marche und Touraine gebildet, grenzt im N. an das Depart. Loir et Cher …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Blanc [3] — Blanc (le B.), 1) Bezirk im französischen Departement Indre; 62,000 Ew.; 2) (B. en Berry), Hauptstadt daselbst an der Creuse, Töpfereien, Wollenspinnerei, Gerberei, Weinbau, Fischhandel; 6800 Ew.; ehemals befestigt …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Blanc, Le — Blanc, Le, Arrondissementshauptstadt im franz. Depart. Indre, an der Creuse, Knotenpunkt der Orléansbahn, mit Schloßruinen, einem Collège und (1901) 5368 Einw., die Pferdezucht, Leinenfabrikation, Töpferei etc. betreiben …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Blanc [2] — Blanc, Le (spr. lĕ blang), Stadt im franz. Dep. Indre, an der Creuse, (1901) 6663 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Blanc [1] — Blanc, franz. Stadt im Departem. Indre, 6800 E., Wollspinnereien, Gerbereien, lebhafter Handelsverkehr …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.