Lautréamont


Lautréamont

Comte de Lautréamont

Lautréamont
Lautréamont.jpg
Nom de naissance Isidore Lucien Ducasse
Autres noms comte de Lautréamont
Naissance 4 avril 1846
Montevideo, Flag of Uruguay.svg Uruguay
Décès 24 novembre 1870
Paris, France France
Langue d'écriture Français
Genre(s) Poésie
Œuvres principales

Isidore Lucien Ducasse, né le 4 avril 1846 à Montevideo et mort le 24 novembre 1870 à Paris, plus connu par son pseudonyme de comte de Lautréamont (qu’il emprunta très probablement au Latréaumont d’Eugène Sue), est un poète franco-uruguayen, auteur des Chants de Maldoror et de deux fascicules, Poésies I et Poésies II.

Sommaire

Biographie

La vie d'Isidore Ducasse, auteur dont le succès fut posthume, reste relativement mal connue, par manque de sources.

Fils de François Ducasse, un commis-chancelier au Consulat général de France à Montevideo, et de Jacquette Célestine Davezac, qui décédera le 9 décembre 1847 dans des circonstances mystérieuses (elle se serait suicidée), Isidore Ducasse passe son enfance en Uruguay. En octobre 1859, il entre comme interne au lycée impérial de Tarbes. On perd sa trace entre août 1862 et octobre 1863 où il suit les cours de l'établissement qui deviendra le lycée Louis-Barthou à Pau, « où il est un élève des plus ternes »[1]. À cette époque, son tuteur est un avoué tarbais, Jean Dazet. Il obtient en août 1865 son baccalauréat ès lettres avec la mention « passable ».

On sait qu’après un voyage en Uruguay en 1867, il revient à Paris et s’installe à l’hôtel L’Union des Nations, rue Notre-Dame-des-Victoires. Il doit entamer des études supérieures dont la nature reste inconnue (concours d’entrée à l’École Polytechnique, a-t-on souvent écrit). Il publie à compte d’auteur le premier des Chants de Maldoror en 1868 (l’œuvre complète sera imprimée en Belgique un an plus tard). En 1870, il habite rue Vivienne et publie les Poésies dont une publicité paraîtra dans la Revue populaire de Paris.

Le 24 novembre, alors que le Second Empire s’effondre, il meurt à son domicile au 7 rue Faubourg-Montmartre. Sur son acte de décès, il est écrit : « Sans autres renseignements ». Selon certaines sources, il serait mort phtisique.

Succès posthume

En 1874, les exemplaires de l’édition originale des Chants de Maldoror sont rachetés par le libraire-éditeur tarbais J.-B. Rozez, installé en Belgique. Il faudra attendre 1885 pour que Max Waller, directeur de la Jeune Belgique, en publie un extrait et en fasse découvrir les textes. Plus tard, Alfred Jarry rendra hommage à « cet univers pataphysique » et les surréalistes reconnaîtront le poète comme l’un de leurs plus éminents précurseurs.[réf. souhaitée]

Œuvre

Portrait de Lautréamont
par Félix Valloton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).

Les Chants de Maldoror, texte très riche, d’un abord difficile, et aux interprétations multiples, semblent incarner une révolte adolescente où le monde de l’imaginaire paraît plus fort que la vie dite réelle. On se sent pris d'un sentiment de vertige à la lecture de Lautréamont. Il partage sa vision d'un monde en perpétuel mouvement. Dans son expression, l'artiste (dont la vision si personnelle semble bouleverser des mouvements tels que le naturalisme et le romantisme littéraire), communique au lecteur un certain mépris des situations et des personnages dont il nous rapporte l'expérience.

Il existe à ce jour huit préfaces[2] aux Chants de Maldoror, parfois contradictoires, publiées pour la majorité au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Citation

« Lecteur, c’est peut-être la haine que tu veux que j’invoque dans le commencement de cet ouvrage ! Qui te dit que tu n’en renifleras pas, baigné dans d’innombrables voluptés, avec tes narines orgueilleuses, larges et maigres, en te renversant de ventre, pareil à un requin, dans l’air beau et noir, comme si tu comprenais l’importance de cet acte et l’importance non moindre de ton appétit légitime, lentement et majestueusement, les rouges émanations ? Je t’assure, elles réjouiront les deux trous informes de ton museau hideux, ô monstre, si toutefois tu t’appliques auparavant à respirer trois mille fois de suite la conscience maudite de l’Éternel ! »

— Les Chants de Maldoror, I, 2

« Le roman est un genre faux, parce qu’il décrit les passions pour elles-mêmes ; la conclusion morale est absente. Décrire les passions n’est rien ; il suffit de naître un peu chacal, un peu vautour, un peu panthère »

— Poésies

« Il est beau [...] comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie ! »

— "Les Chants de Maldoror(Chant VI-§1)

Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie!

Bibliographie

  • Gaston Bachelard, Lautréamont
  • Guy Debord et Gil J. Wolman, Mode d'emploi du détournement, texte paru dans la revue Les Lèvres nues, mai 1956. Ce texte est inclus dans la nouvelle édition des œuvres de Lautréamont dans la collection de La Pléiade à paraître en 2009. [1]
  • Louis Janover, Lautréamont et les chants magnétiques
  • Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu, Les Cahiers du Sud, 1930
  • Leyla Perrone-Moisés et Emir Rodríguez Monegal, Lautréamont, l’identité culturelle
  • Peter Dayan, Lautréamont et Sand
  • P. Fedy, Quatre Lectures de Lautréamont
  • Hara Taichi, Lautréamont : vers l’autre étude sur la création
  • Philip, Lectures de Lautréamont
  • Robert Pickering, Lautreamont-Ducasse
  • Paul Zweig, Lautréamont, ou les violences du narcisse
  • Rochon, Lautréamont et le style homérique
  • Maurice Blanchot, Lautréamont et Sade
  • Michel Teston, Lautréamont: Névrose et christianisme dans l’œuvre du poète
  • Michel Pierssens, [2]Lautréamont : Éthique à Maldoror
  • Michel Pierssens, Ducasse et Lautréamont : l’envers et l’endroit
  • Philippe Sollers, Logiques
  • Maurice Saillet, Les Inventeurs de Maldoror
  • Marcelin Pleynet, Lautréamont par lui-même
  • François Caradec, Isidore Ducasse, comte de Lautréamont
  • André Breton, Anthologie de l’humour noir
  • Peter W. Nesselroth, Lautréamont’s Imagery
  • Jean-Jacques Lefrère, Isidore Ducasse : Auteur des Chants de Maldoror, par le comte de Lautréamont, Fayard, 1998
  • Jean-Jacques Lefrère, Lautréamont, Flammarion, 2009

Notes et références

  1. Maurice Saillet, « Notes pour une vie d’Isidore Ducasse et de ses écrits », introduction aux oeuvres complètes d’Isidore Ducasse, Livre de poche n° 111
  2. Préfaces par L.Genouceaux, R. de Gourmont, Éd. Jaloux, A. Breton, Ph. Soupault, J. Gracq, R. Caillois, M. Blanchot, rassemblées aux éditions : José Corti, 1954. (dépôt de la "Librairie Regards" au Musé de La Vieille Charité, Marseille, Bouches-du-Rhône, France)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Comte de Lautr%C3%A9amont ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lautréamont de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lautreamont — Lautréamont (1846 1870) imaginäres Porträt von Félix Vallotton Lautréamont, auch Comte de Lautréamont, Pseudonym für Isidore Lucien Ducasse (* 4. April 1846 in Montevideo, Uruguay; † 24. November 1870 in Paris), war ein französischer …   Deutsch Wikipedia

  • Lautréamont — (1846 1870) imaginäres Porträt von Félix Vallotton Lautréamont, auch Comte de Lautréamont, Pseudonym für Isidore Lucien Ducasse (* 4. April 1846 in Montevideo, Uruguay; † 24. November 1870 in Paris), war ein französischer …   Deutsch Wikipedia

  • Lautréamont —   [lotrea mɔ̃], Comte de, eigentlich Isidore Lucien Ducasse [dy kas], französischer Dichter, * Montevideo 4. 4. 1846, ✝ Paris 24. 11. 1870. Einzelheiten über Lautréamonts Leben und die Umstände seines Todes sind weitgehend ungeklärt. Seit 1867… …   Universal-Lexikon

  • Lautréamont — Lautréamont, Isidore Ducasse, llamado conde de …   Enciclopedia Universal

  • Lautréamont — (Isidore Ducasse, dit le comte de) (1846 1870) écrivain français. Ses Chants de Maldoror (1869), éloge sarcastique du mal, annoncent le surréalisme. En 1870, il fit paraître sous son nom des Poésies, sentences morales au sérieux déconcertant …   Encyclopédie Universelle

  • Lautreamont — Lautréamont (izg. lotremȏn), comte de (1846 1870) DEFINICIJA francuski pjesnik, preteča modernog francuskog pjesništva, osobito nadrealizma (Maldororove pjesme) …   Hrvatski jezični portal

  • Lautréamont — /loh trdday ann mawonn /, n. Comte de (Isidore Lucien Ducasse), 1846 70, French poet, born in Uruguay. * * * …   Universalium

  • Lautréamont — /loh trdday ann mawonn /, n. Comte de (Isidore Lucien Ducasse), 1846 70, French poet, born in Uruguay …   Useful english dictionary

  • LAUTRÉAMONT (COMTE DE) — L’œuvre d’Isidore Ducasse, alias comte de Lautréamont, se résume à deux titres: Les Chants de Maldoror et les Poésies . Troublante et révoltée, elle comble, sans nul doute, l’imaginaire de celui qui consent à en accepter sans arrière pensée les… …   Encyclopédie Universelle

  • Lautréamont et Sade — est un essai écrit par Maurice Blanchot, publié aux Editions de Minuit en 1949. Comme dans beaucoup de ses ouvrages, Blanchot s interroge longuement sur ce en quoi consiste l écriture, notamment dans la Préface Qu en est il de la critique ? …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.