Latine


Latine

Latin

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Latin (homonymie).
Latin
Latina lingua
Région Europe
Typologie SOV [1] Flexionnelle
Classification par famille
(Dérivée de la classification SIL)
Statut officiel
Langue officielle de Vatican Vatican
Codes de langue
IETF (en) la
ISO 639-1 la
ISO 639-2 lat
ISO/DIS 639-3 (en) lat
étendue : I (langue individuelle
SIL LTN
Échantillon

Article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme (voir le texte en français)
I
Omnes homines liberi aequique dignitate atque juribus nascuntur. Ratione conscientiaque praediti sunt et alii erga alios cum fraternitate se gerere debent. )

Le latin est une langue italique de la famille des langues indo-européennes, langue-mère des langues romanes. Si ce n'est plus une langue vernaculaire depuis longtemps, elle continue d'être utilisée et développée comme langue écrite dans certains contextes (liés au catholicisme, principalement). Langue flexionnelle, elle comporte sept cas pour deux nombres et trois genres. Munie d'un alphabet propre de 24 lettres, elle possède 6 voyelles et 18 consonnes. Son lexique, d'origine indo-européenne, comporte de nombreux emprunts au grec.

Utilisé par les Romains à partir du début du Ier millénaire av. J.-C., le latin acquiert une importance de plus en plus grande avec l'expansion de l'État romain du IIe siècle av. J.-C. au IIe siècle. Langue officielle de l'Empire elle se répand dans la majeure partie de l'Europe, de l'Afrique du Nord et de l'Asie Mineure. Lors de la chute de l'Empire d'Occident au Ve siècle, les envahisseurs adoptent le mode de pensée romaine et la langue latine afin d'asseoir leur légitimité. Le latin n'est pourtant plus dès cette époque une langue vernaculaire. Tout au long du Haut Moyen Âge, le latin reste la langue des actes officiels, de la diplomatie, de la liturgie et de la littérature. Durant la suite du Moyen Âge, les langues locales s'affirment au plan littéraire et intérieur mais le latin reste influent aux plans diplomatique, juridique, scientifique et philosophique (théologie) ; de plus, de nombreuses langues vernaculaires en dérivent (les langues romanes) et de nombreux mots des langues non romanes (comme l'anglais ou le gotique) lui empruntent du vocabulaire. Il est réformé vers 800 et au XIe siècle sur le modèle du latin classique afin d'éviter une dérive vers les langues vernaculaires.

À la Renaissance, la fonction scientifique et philosophique de la langue latine commence à décliner, tout comme sa fonction diplomatique (Edit de Villers-Cotterêts, 1539). Le latin reste avant tout présent comme langue liturgique et officielle de l'Église catholique (textes doctrinaux ou disciplinaires, droit, etc.). Au XIXe siècle, le latin reste une langue privilégiée dans l'enseignement ouest-européen (heures de cours, rédaction des thèses) mais n'est guère plus utilisé que par les commentateurs et éditeurs de textes antiques. Au XXe siècle, c'est avant tout une langue de culture, qui ne reste plus guère pratiquée que dans l'Église (c'est l'une des quatre langues officielles de l'État du Vatican, et partiellement langue d'enseignement dans les universités pontificales romaines) où seuls certains cardinaux et théologiens le parlent réellement. Quelques personnes le pratiquent encore couramment, c'est le « latin vivant ».

Sommaire

Classification

Le latin est une langue indo-européenne appartenant au groupe italique, même si cette appartenance a été contestée par certains linguistes. Plus précisément, on classe le latin parmi les langues italo-falisques.

Répartition géographique

Statut officiel

Le latin est toujours aujourd'hui la langue officielle de l'Église catholique. La langue officielle de la diplomatie du Vatican est quant à elle le français mais l'usage sur le territoire consacre, de facto, la domination de l'italien.

Langues dérivées

Les langues romanes (principalement l'espagnol, les langues d'oil et le français, l'italien, la langue d'oc, le catalan, le portugais, le romanche et le roumain) sont dérivées du latin. L'interlingua est une synthèse de ces langues romanes. Ses partisans mettent en avant son identité latine et son vocabulaire directement accessible par les 900 millions de locuteurs romans. Un de ses courants, qui se dénomme justement "latin moderne", propose même son emploi direct à destination du public roman de toutes langues, après quelques réformes (orthographe phonétique, élimination des mots antiques sans postérité, modernisation des formes lexicales), la compréhension étant alors immédiate, à condition d'avoir appris environ 50 mots sur un vocabulaire usuel de 5000. A ne pas confondre avec le « latin contemporain » (encore appelé le « latin vivant ») : il ne s'agit pas là d'une nouvelle langue, mais de promouvoir le latin classique comme une véritable langue moderne grâce aux ajouts de vocabulaire.

Écriture

Article détaillé : Alphabet latin.

Les Romains sont les créateurs de l'alphabet latin, qui comportait, à l'époque classique, les lettres suivantes :

A B C D E F G H I K L M N O P Q(V) R S T V X Y Z
a b c d e f g h i k l m n o p q(u) r s t u x y z
[a] [b] [k] [d] [e] [f] [g] [h] [i] ou [j] [k] [l] [m] [n] [o] [p] [] [r] [s] [t] [u] ou [w] [ks] [y] [zz]

Les lettres K, Y et Z sont rares. Y et Z ont été ajoutées pour transcrire les mots grecs et K était initialement utilisé pour C devant A et les consonnes, mais a progressivement été éliminé.

Prononciation

Prononciation médiévale

  • æ et œ, donnent [e] ; ex : (cælum, class. ['kælum] ; med. ['tselum] ; le ciel).
  • h : initialement [h] (comme en anglais ou en allemand) puis très rapidement simple légère aspiration (dès les premiers textes littéraires) ;
  • c se prononce [ts] devant les voyelles e et i et devant les diphtongues œ et æ: « Caesar » ['tsesar], « Cicero » ['tsitsero], etc.;
  • g : [g] (toujours dur): « Graecia » ['gretsia], « genus » ['genus], etc. ;
  • r : [r] (roulé) ;
  • sc se prononce [sts] devant les voyelles e et i et devant les diphtongues œ et æ: « scientia » [stsi'entsia] ;
  • le digramme ph se prononce [f] (philosophia [filo'zofia]) ;
  • ti se prononce devant les voyelles [tsi] : « ratio » (« la raison »), en latin class. [ratio], en latin med. ['ratsio];
  • sti, tti, xti toujours [sti], [tti], [ksti], : « mixtio » ['mixtio] « Attius » ['attius];
  • x se prononce [ks] ; ex : (ex, [ɛks] ; de).

Prononciation ancienne restituée

On connaît avec précision la prononciation du latin classique, grâce aux nombreux témoignages laissés par les auteurs latins et au moyen de la méthode comparatiste. L'une des modifications les plus importantes depuis l'indo-européen est le rhotacisme (passage de [s] à [r] dans certaines conditions ; principalement entre voyelles). La prononciation d'une langue n'étant pas figée, tant que le latin a été parlé, ses phonèmes ont évolué. Les évolutions les plus flagrantes ont été :

  • æ (diphtongue) : initialement [ae̯] puis [ɛː] (à partir du IIe siècle av. J.-C.) ;
  • au (diphtongue) : [au̯] ; cette diphtongue, hormis dans certaines prononciations dialectales, s'est conservée tout au long du latin ;
  • c : [k] (toujours dur) ; dans les inscriptions archaïques (et dans les prénoms Caius et Cnaeus), c pouvait servir à noter [g] ;
  • ch : [] (aspiré, comme en grec ancien) ;
  • g : [g] (toujours dur) ;
  • h : initialement [h] (comme en anglais ou en allemand) puis très rapidement simple légère aspiration (dès les premiers textes littéraires) ;
  • i : note à la fois la voyelle [i], longue ou brève, et la spirante [j] ([jj] entre deux voyelles) ; dans les éditions scolaires, quand i vaut [j], il est souvent écrit j, distinction que les Romains ne pratiquaient pas (pour cause : la lettre j n'est apparue que bien après) : ils écrivaient I en toute position ;
  • m : [m] ; très rapidement muet en fin de mot (avec vraisemblablement une nasalisation de la voyelle précédente ; ce traitement est survenu avant la période littéraire) ;
  • œ (diphtongue) : [oe̯] puis [] (à partir du IIe siècle) ;
  • ph: [] (aspiré ; emprunté du grec ancien) ;
  • qu : [] ;
  • r : [r] (roulé) ;
  • s : toujours [s] ; le latin ne connaissait pas le son [z], remplacé par [r] (rhotacisme) ;
  • th : [] (aspiré ; emprunté du grec ancien) ;
  • u : note à la fois la voyelle [u] et la spirante [w] ; la distinction entre u et v en minuscules est relativement récente et ne s'emploie que dans les éditions scolaires. Les Romains écrivaient V en toute position ;
  • y : [u] (emprunté au grec ancien mais le latin prononce [u] et non [y] ; par exemple Ganymedis se lit « Ganoumédis ») ;
  • z : [zz] (long ; emprunté au grec).

Chaque voyelle (a, e, i, o, u, y) peut être brève ou longue (distinguées par le diacritique ˘ ou ¯). Le latin antique était une langue à accent de hauteur aussi dotée d'un accent d'intensité secondaire.

Le latin enseigné actuellement en France (et dans beaucoup de pays à travers le monde) correspond à cette prononciation restituée du Ier siècle av. J.-C.: c'est cette prononciation qu'il faut pratiquer pour lire convenablement un texte latin.

Prononciation ecclésiastique

Une autre prononciation du latin est celle du « latin ecclésiastique », ou « latin d'église », qui est assez proche de l'italien, avec quelques exceptions. Cette prononciation du latin, fondée sur aucune base philologique sérieuse, est celle définie par Érasme dans son De recta Latini Graecique Sermonis Pronunciatione écrit en 1528.

  • æ et œ, donnent [e] ; ex : (cælum, class. [kælum] ; eccl. [tʃelum] ; le ciel).
  • h est généralement ignoré ;
  • c se prononce t͡ʃ devant les voyelles e et i et devant les diphtongues œ et æ ;
  • g se prononce d͡ʒ devant les voyelles e et i et devant les diphtongues œ et æ ;
  • sc se prononce ʃ devant les voyelles e et i et devant les diphtongues œ et æ ;
  • le digramme ph se prononce [f] (philosophia [filosofia]) ;
  • tio se prononce [tsio] : « ratio » (« la raison »), en latin class. [ratio], en latin eccl. [ratsio]) ;
  • x se prononce [ks] ; ex : (ex, [ɛks] ; de).

Grammaire

Morphologie

La morphologie du latin est celle d'une langue hautement flexionnelle.

Système nominal

Article détaillé : Déclinaisons latines.

On compte dans le système nominal autant les noms que les adjectifs, qui suivent des flexions proches, sinon similaires. La flexion nominale comporte :

  • deux nombres : singulier et pluriel, avec des survivances de duel (dans les formes de l'adjective numéral duo, duæ, duo) ;
  • trois genres : masculin, féminin et neutre ;
  • cinq types de déclinaisons[note 1] pour le nom. Ces cinq types, que tous les livres de grammaire latine distinguent classiquement, ne sont en fait que des catégories qui elles-mêmes se subdivisent en différents sous-catégories avec pour chacune un tableau de déclinaisons associé. Ainsi, dans la 3e déclinaison, on distingue les thèmes consonantiques (leo, leonis, m., « le lion » a pour thème leon-) des thèmes en -i (civis, -is, m., « le citoyen » a pour thème civi-), etc. ; en outre, pour les 3 premières déclinaisons, il existe des variantes pour les noms d'origine grecque. La déclinaison offrant le plus d'irrégularités est de loin la 3e déclinaison (rete, -is, n., « le filet, le piège » ; os, ossis, n., « le visage » ; securis, -is, f. « la hache », etc.). Quelques noms, typiquement d'origine étrangère, sont indéclinables ou ont une déclinaison qui leur est propre, comme « Iesus » ;
  • deux classes d'adjectifs : la première correspond aux deux premières déclinaisons du nom, la seconde à la troisième déclinaison du nom. La classe offrant le plus d'irrégularités est la 2e classe. Certains adjectifs tels « nequam », « frugi » sont indéclinables ;
  • trois degrés de l'adjectif : positif, comparatif (de supériorité, ainsi qu'à valeur intensive ou excessive) et superlatif (à valeur à la fois relative et absolue), marqués par des suffixes. Il des exceptions pour certains adjectifs courants, comme « bonus », « bon » qui donne « melior » au comparatif et « optimus » au superlatif.
  • sept cas : nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif, locatif. Ces six premiers cas existent pour la quasi-totalité des noms à quelques noms défectifs près tels « vicis » (« tour, retour ») ; quant au locatif, il est limité aux noms propres de villes et de petites îles des deux premières déclinaisons (« Romae » : « À Rome ») et à quelques noms communs isolés tels que « domi » (« à la maison »), « vesperi » (« le soir »).

Pronoms personnels

Article détaillé : Liste des pronoms en latin.

Lexique

Lexique hérité, lexique emprunté

Comme toute langue indo-européenne, le latin possède un grand nombre de termes hérités du lexique indo-européen commun. Ainsi, à agnus, « agneau », correspondent le vieux slave agnę, le russe ягнёнок yagnyonok, le grec ancien ἀμνός / amnós, le breton oan, etc.

Quant aux emprunts, ils se font aux langues locales, l'étrusque – pour des mots comme kalendæ, « calendes » (d'où calendrier), ou uerna, « esclave né à la maison » (d'où vernaculaire) – dans le lexique courant et religieux, l'osque, l'ombrien, voire d'autres langues méditerranéennes plus éloignées. C'est surtout le grec ancien qui a fourni, tout au long de l'histoire de la langue latine, le plus d'emprunts, dans tous les domaines de la vie.

Évolution du lexique latin vers le lexique français

Article détaillé : Langue romane.

Un mot latin peut avoir engendré un mot français qui est son direct descendant ; c'est le cas pour ala, « aile », qui devient aile, amare / aimer, barba / barbe, carpa / carpe, etc.

Dans d'autres cas, la situation n'est pas si simple et le mot a évolué d'une manière moins linéaire : aqua, « eau », donne eau mais après une autre évolution phonétique, le même étymon aqua a donné le doublet ève, encore présent dans le doublet populaire évier de aquarium. Fagus, « hêtre », se voit évincé par un mot germanique et crus, « jambe », ne se retrouve qu'indirectement dans crural.

Exemples

Mot Traduction Etymologie Prononciation restituée Prononciation médiévale
humus humus (terre, sol) idem oumousse houmousse
terre terra (terre en temps qu'élément) idem terra terra
ciel cælum idem kaeloum tseloum
soleil sol soliculus, « petit soleil » solikoulous solikoulous
eau aqua ève forme intermédiaire akoua akoua
feu ignis focus, « foyer » fokous fokous
homme homo idem omo homo
femme femina idem femina femina
manger edere manducare edɛre edɛre
boire bibere idem bibere bibere
grand magnus grandis magnous magnous
petit paruus putitus, « petiot » putitous putitous
nuit nox idem noks noks
jour dies diurnus, « du jour » diès diès

Annexes

Voir aussi

Wikibooks-logo-fr.png

Wikibooks propose un ouvrage abordant ce sujet : le latin.

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Traditionnellement, on dit simplement « déclinaisons » pour « types de déclinaisons »

Références


L'histoire du latin
—75 av. J.-C. 75 av.J.-C. – Ier siècle IIe – VIIIe siècle IXe – XVe siècle XVe – XVIIe siècle XVIIe – aujourd’hui
latin archaïque latin classique latin vulgaire latin médiéval latin humaniste latin moderne
  • Portail des langues Portail des langues

Ce document provient de « Latin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Latine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • latine — ● latin, latine adjectif et nom (latin latinus) Du Latium. Qui appartient à un pays où la langue est d origine latine. Qui a les caractéristiques, le comportement attribués traditionnellement aux personnes appartenant aux pays de civilisation… …   Encyclopédie Universelle

  • latine — latin(e obs. form of lateen, latten …   Useful english dictionary

  • LATINE CHRÉTIENNE (LITTÉRATURE) — La littérature latine chrétienne a commencé à se développer à la fin du IIe siècle et n’a pris son véritable essor qu’au début du IIIe siècle. On convient généralement de placer sa fin au VIIIe siècle, en même temps que celle du monde antique.… …   Encyclopédie Universelle

  • LATINE (LITTÉRATURE) — Tous les textes de langue latine écrits depuis le Ve siècle avant J. C. et jusqu’à nos jours ne forment pas la « littérature latine ». On ne comprend en général sous ce nom que les textes latins littéraires composés entre le IIIe siècle avant J.… …   Encyclopédie Universelle

  • LATINE MÉDIÉVALE (LITTÉRATURE) — Le latin médiéval a été, en son temps, l’instrument de culture qui fondait toute compréhension internationale. Dans un temps où les langues vernaculaires étaient encore grossières, il a été le conservatoire des techniques et des figures… …   Encyclopédie Universelle

  • LATINE (LANGUE) — La langue latine, liée à une civilisation qui a tenu beaucoup de place dans l’histoire, mère des langues romanes, éducatrice de toutes celles de l’Europe, doit aussi être étudiée en elle même, dans ses caractères spécifiques. Elle a fait de ce… …   Encyclopédie Universelle

  • Latine loqui. — См. Русским языком говорить …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • Amérique latine — Pour les articles homonymes, voir Amérique (homonymie). Carte des pays de langues ibériques (espagnol et portugais) et autre langue latine (français), appartenant à l’Amérique latin …   Wikipédia en Français

  • Culture Latine — Dans le sens premier du terme, la culture latine est la culture des Latins, peuple habitant la région du Latium durant l antiquité. Par extension, la culture latine désigne la culture de la Rome antique et de l Empire romain qui a diffusé dans la …   Wikipédia en Français

  • AMÉRIQUE LATINE (économie et société) — Avec 20 385 000 km2, l’ensemble latino américain représente près de 16 p. 100 des terres émergées, soit une superficie équivalente à celle de l’ex U.R.S.S. ou du groupe États Unis Canada; il rassemblait, en 1990, 8,5 p. 100 de la population… …   Encyclopédie Universelle