Langue (anatomie)


Langue (anatomie)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langue (homonymie) .

La langue est un organe situé dans la cavité buccale, qui sert à la mastication, à la phonation et à la déglutition. C'est aussi l'organe du goût. C'est un organe très vascularisé. Les pressions développées par la langue sur les dents sont capables de les déplacer. La langue est le principal facteur de récidives en orthodontie. Pour cette raison, l'orthodontie fonctionnelle lui accorde une place centrale.

Une langue humaine

Sommaire

Anatomie

Muscles extrinsèques de la langue. Vue de droite.

La langue mesure en moyenne 10 cm.

La langue est divisée en deux sections, la racine de la langue et le corps de la langue qui est, lui aussi, divisé en deux parties : le tiers postérieur ou segment pharyngien et les deux-tiers antérieurs ou segment buccal.

La langue prend naissance au niveau de l'os hyoïde. Son squelette est ostéo-fibreux : il comprend l'os hyoïde et deux membranes fibreuses, le septum lingual (qui sépare la langue en deux moitiés) et la membrane hyo-glossienne.

Plusieurs muscles concourent à la formation de la langue. Ces muscles prennent origine sur l'os hyoïde, la mandibule, l'apophyse styloïde du temporal et le palais. Ils sont quinze en tout, et à l'exception d'un seul (le muscle longitudinal supérieur), ils sont présents en paires. Il y a donc sept muscles pairs et un muscle impair.

Muscles de la langue

Muscles extrinsèques de la langue

Par définition, les muscles extrinsèques de la langue prennent naissance à l'extérieur de celle-ci et s'insèrent sur elle. Les quatre paires de muscles extrinsèques servent à sa protrusion, sa rétraction, sa dépression ou son élévation.

Muscle Fixation externe Nerf Fonction
Génioglosse mandibule hypoglosse protrusion et dépression de sa partie centrale.
Hyoglosse os hyoïde hypoglosse dépression de la langue.
Styloglosse apophyse styloïde hypoglosse élévation et rétraction de la langue.
Palatoglosse aponévrose palatine branche pharyngée du nerf vague dépression du palais mou, déplacement des piliers antérieurs vers la ligne médiane et élévation de l'arrière de la langue.

Muscles intrinsèques de la langue

Il existe un muscle impair et trois paires de muscles intrinsèques de la langue :

  • le muscle longitudinal supérieur (impair)
  • les muscles longitudinaux inférieurs
  • les muscles verticaux
  • les muscles transverses

La langue est souvent citée comme étant « le muscle le plus fort du corps humain », une affirmation qui ne correspond à aucune définition de la force. Cette phrase tient peut-être son origine d'une métaphore, en référence au pouvoir des mots.

Vaisseaux de la langue

La langue est vascularisée par l'artère linguale, une branche de l'artère carotide externe. L'artère linguale se divise en trois branches majeures :

  • l'artère dorsale de la langue,
  • l'artère sublinguale,
  • l'artère linguale profonde.

La veine linguale, ou veine ranine, assure le drainage du territoire de la langue dans le tronc veineux thyro-linguo-facial qui se jette ensuite dans la jugulaire interne.

Face antérieure

La partie postérieure (segment pharyngien) de la face antérieure de la langue comprend l'épiglotte, les amygdales linguales, les piliers antérieurs et postérieurs entre lesquels logent l'amygdale palatine et le foramen cæcum. La portion pharyngienne de la langue est peu visible normalement lorsque la bouche est ouverte. Cette partie va jusqu'au sillon terminal de la langue, là où commence la langue comme elle est définie par la majorité des gens, soit la section buccale de la langue.

La section buccale part de l'apex de la langue jusqu'au sillon terminal et est parcourue par un sillon médian. C'est sur cette partie que se trouvent les papilles.

Face inférieure

Vascularisation de la face inférieure de la langue

Sur la face inférieure de la langue, on peut apercevoir le frein lingual qui est une mince membrane qui relie la face inférieure de la langue au plancher de la bouche. Les veines ranines sont également bien visibles dû au fait que la peau (muqueuse) est mince et transparente dans cette région.

Une autre structure visible est la caroncule linguale, située dans le plancher de la bouche, au pied du frein lingual. La caroncule sublinguale est percée de l'ostium ombilical qui est en fait l'orifice du canal de Wharton. Le canal de Warthon est le canal excréteur de la glande salivaire submandibulaire.

De chaque côté de la caroncule, on peut aussi voir les orifices des canaux salivaires des glandes sublinguales.

Les papilles gustatives

Le V lingual

Chez l'humain, elles permettent de reconnaître les différentes saveurs : sucré, salé, amer, l'umami et l'acide. Des papilles gustatives recouvrent la langue et sont responsables de la perception des goûts. Les papilles se classent en quatre sortes :

  • les papilles circumvallées (ou caliciformes), au nombre de 9, formant le V lingual qui délimite les 2/3 antérieur du 1/3 postérieur de la langue  ;
  • les papilles fongiformes, disséminées sur la pointe et les 2/3 antérieur de la langue ;
  • les papilles filiformes, celles qui sont présentes en plus grand nombre et donnent à la langue sa texture particulière et situées de par et d'autres du sillon médian  ;
  • Les papilles foliées (ou coralliformes), situées sur les bords latéraux et postérieurs de la langue.

Des bourgeons gustatifs sont des structures composées de cellules gustatives reliées à des nerfs sensitifs. La perception d'un type de goût n'est pas due à une sorte de papille particulière mais à une région de la langue (information fausse source recherche de l'IRA A.Furion). On peut aussi retrouver des bourgeons gustatifs à d'autres endroits que sur les papilles gustatives, comme sur la muqueuse des joues, des gencives, du palais et de la luette.

Seuls les 5 goûts précités (sucré, salé, acide, amer, umami) sont susceptibles d'être perçus par les bourgeons du goût. Pour le reste des goûts (goût de réglisse, d'anis, de riz, etc.), c'est du côté du nez et de l'odorat que ça se passe.

L'innervation

La langue possède une triple innervation :

  • Motrice : la langue possède des muscles intrinsèques (forme de la langue) et extrinsèques (position de la langue).
  • Sensitive : comme toute muqueuse, la surface de la langue est sensible aux stimuli mécaniques, au chaud, au froid, à la douleur.
  • Sensorielle : la langue est l'organe du goût.

Nerfs moteurs de la langue

Tous les muscles de la langue sont innervés par le nerf hypoglosse (XII) sauf le palato-glosse innervé par la partie vagale du plexus pharyngien (X).

Nerfs sensitifs

  • Le nerf laryngé supérieur (provient du nerf vague X) innerve l'extrémité postérieure de la langue et l'épiglotte.
  • La base de la langue (tiers postérieur) est innervée par le nerf glosso-pharyngien.
  • Le nerf lingual (provient du nerf mandibulaire V3) innerve les 2/3 antérieurs de la langue.

Nerfs sensoriels (goût)

  • Le nerf glosso-pharyngien (nerf crânien IX) innerve le tiers postérieur de la langue.
  • La corde du tympan (provient du nerf facial VII) innerve toute la portion moyenne et antérieure et ses fibres sont véhiculées par le nerf lingual.

Rôles de la langue

  • Mastication : rassemblement du bol alimentaire pour le soumettre aux faces triturantes des dents
  • Déglutition salivaire, déglutition prandiale (aliments)
  • Papilles gustatives
  • Phonation et expression (mimique, nerf VII)

L'enregistrement numérique à 15 images/seconde (Canon PowerShot G3, 2003) ou 30 images/seconde (Canon PowerShot S5 IS, 2006) de la phonation permet d'apporter des éléments objectifs au diagnostic de la malocclusion dentaire et de la dysfonction manducatrice (SADAM, DAM, STM, etc.)

Sources principales des dysfonctions des mâchoires, les deux éléments-clés à repérer sont :

  1. les interpositions linguales entre les deux arcades dentaires (déglutition atypique), facteurs de béances occlusales et d'encombrements dentaires, et
  2. la dimension verticale de l'Espace libre depuis la position présumée de repos physiologique de tous les muscles posturaux des mâchoires.

Documentation radiographique : Analyse cinéradiographique de l'articulation des consonnes en chinois de Pékin, par Henri Bach et Bernard Vallancien, Service du Film de Recherche Scientifique, CERIMES (France), 1976.

  • Croissance des mâchoires
La déglutition salivaire infantile, atypique (adulte) et dysfonctionnelle est associée à un encombrement dentaire.

La déglutition infantile, ou déglutition primaire, caractérise la fonction linguale chez tous les nourrissons et les enfants : ce réflexe naît au quatrième mois de la grossesse (réflexe inné) et elle se manifeste par une langue qui s'étale horizontalement entre les deux maxillaires, ou "interposition linguale". Chez plus de 75 % des adultes, un étalement horizontal persistant de la langue devient une dysfonction : c'est la déglutition atypique, ou déglutition dysfonctionnelle. Les logopèdes (Belgique) / orthophonistes (France) tentent, tant bien que mal, de corriger cette interposition linguale via des exercices volontaires, ou myothérapie fonctionnelle (MTF). Mais, face à l'automatisme inné des réflexes de la déglutition salivaire, l'efficacité de la MTF reste un sujet à caution. Une déglutition atypique favorise la respiration buccale, accompagnée d'une étroitesse des mâchoires et d'un manque de place pour aligner toutes les dents permanentes. Ceci peut conduire aux malocclusions ou aux dysfonctions des mâchoires (SADAM, DAM, STM, etc.)

Via les pressions de la langue sur les parois palatines osseuses (procès alvéolaire), la déglutition salivaire physiologique, dite « en dents serrées » (A. Jeanmonod) est répétée 1 500 à 2 000 fois par jour : c'est le principal moteur de la croissance du massif facial osseux. Le rôle premier de la déglutition est d'élimner le bol salivaire vers l'œsophage, soit une secrétion quotidienne totale de 1 500 millilitres. Par an, cela représente un peu moins d'une demi-tonne de liquide. La déglutition salivaire est le travail le plus contraignant de la cavité buccale. Dans les conditions physiologiques de la déglutition salivaire, la langue s'élève dans le palais et produit des pressions sur les procès alvéolaires et sur la voûte palatine. La déglutition salivaire contribue à la croissance osseuse et au développement du palais, des fosses nasales et du sinus maxillaires. La croissance de l'os alvéolaire permet un alignement adéquat des dents permanentes. Le développement des fosses nasales permet une respiration nasale chez l'adulte et une bonne ventilation des sinus maxillaires. La fonction linguale a donc un rôle majeur dans le développement et la croissance de l'être humain avant d'aboutir à l'âge adulte.

  • Influence sur la posture

L'os hyoïde sur lequel la langue s'insère est un centre névralgique connecté à l'ensemble des chaînes musculaires du corps. La position de la langue influence directement le tonus postural et la position du diaphragme. Une langue ptôsée ou basse (déglutition infantile, déglutition atypique) est responsable de l'avachissement de la posture et d'une respiration buccale, ou claviculaire superficielle par blocage du diaphragme<refnec>.

Enrouler sa langue

Langue enroulée

Il a longtemps été cru que pouvoir rouler sa langue en forme de U était un caractère génétique. Cette erreur est d'ailleurs présente dans certains manuels scolaires. N.G. Martin a prouvé le contraire dans une étude parue en 1975, notamment en étudiant cette capacité chez des jumeaux. Il s'est avéré que chez certains jumeaux monozygotes (ou vrais jumeaux), l'un pouvait rouler sa langue en U et pas l'autre[1].

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Langue (anatomie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anatomie humaine — Cet article concerne l anatomie du corps humain. Pour la science, voir Anthropotomie. Les parties du corps humain chez la femme et l h …   Wikipédia en Français

  • Langue (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « langue », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Une langue, en linguistique. La langue,… …   Wikipédia en Français

  • Anatomie animale — Anatomie Planche anatomique datant de la fin du 13e siècle et représentant le réseau veineux …   Wikipédia en Français

  • Anatomie de l'horreur — Auteur Stephen King Genre Essai Version originale Titre original Danse Macabre Éditeur original Everest House Langue originale Anglais a …   Wikipédia en Français

  • Langue Originelle — La langue originelle, également appelée langue mère ou protolangue originelle, est un langage hypothétique qui constituerait un idiome vieux d au moins 50 000 ans, parlé par les populations homo sapiens primitives, et aurait été le premier… …   Wikipédia en Français

  • Anatomie De L'horreur — est un essai de Stephen King sorti en 1981. Présentation Cet essai a été écrit en deux tomes. L œuvre pourrait être considérée comme autobiographique mais l auteur le nie. Cet essai explique les différentes sortes d horreur dans la littérature et …   Wikipédia en Français

  • Anatomie du cheval — Anatomie de la tête du cheval L anatomie du cheval est la description des parties internes de cet animal. Elle a été étudiée tôt par l homme car ce dernier a cherché à comprendre son fonctionnement pour mieux l utiliser. Un des premiers ouvrages… …   Wikipédia en Français

  • Anatomie d'un crime — Auteur Elizabeth George Genre Policier Version originale Titre original What Came Before He Shot Her Langue originale Anglais Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Anatomie d'un rapport — est un film français de Luc Moullet et Antonietta Pizzorno sorti en 1976. Sommaire 1 Synospsis 2 Fiche techinque 3 Distribution 4 Liens externes …   Wikipédia en Français

  • Anatomie des félins — Les différentes espèces de félins ont des poids et tailles variés qui vont de 1,5 kg pour le chat à pattes noires à plus de 300 kg pour le tigre. Pourtant, malgré leur différence, les félins partagent de nombreux points communs comme… …   Wikipédia en Français