La date en latin


La date en latin

Calendrier romain

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calendrier romain (homonymie).

L'expression calendrier romain désigne l'ensemble des calendriers utilisés par les Romains jusqu'à la création du calendrier julien en 45 av. J.-C.. Il serait, selon la tradition entre autres rapportée par Ovide dans Les Fastes, l'invention de Romulus, fondateur de Rome vers 753 av. J.-C.. Il semble cependant avoir été basé sur le calendrier lunaire grec.

Sommaire

Calendrier de Romulus

Selon la tradition, ce calendrier comportait à l'origine 10 mois (usage hérité semble-t-il du Calendrier étrusque[1][2]) commençant à l'équinoxe vernal, pour un total de 304 jours. Les jours restants auraient été ajoutés à la fin de l'année (entre décembre et mars). Il commençait aux alentours du 1er mars, ce qui explique que le nom du mois de septembre ait la même racine latine que le nombre sept alors qu'il est de nos jours le neuvième mois (même remarque pour octobre, novembre, et décembre) :

  • I - Martius, (mars) : 31 jours, nommé ainsi en l'honneur du dieu romain Mars,
  • II - Aprilis (avril) : 30 jours, dédiés à la déesse grecque Aphrodite, et désignant l’ouverture de l'année,
  • III - Maius (mai) : 31 jours, en l'honneur de Maia, une très ancienne déesse romaine, souvent désignée comme la compagne de Vulcain
  • IV - Iunius (juin) : 30 jours, en l'honneur de la déesse romaine Junon,
  • V - Quintilis (juillet) : 31 jours,
  • VI - Sextilis (août) : 30 jours,
  • VII - September (septembre) : 30 jours,
  • VIII - October (octobre) : 31 jours,
  • IX - November (novembre) : 30 jours,
  • X - December (décembre) : 30 jours.

Il restait alors environ 61 jours par an hors du calendrier, ajoutés irrégulièrement pour réajuster le calendrier sur les lunaisons : on s'arrêtait simplement de compter les jours durant l'hiver en attendant les calendes de mars marquant la première lune du printemps.

Chaque mois était initialement divisé en 3 décades (decadi) de 10 jours (avant que cette tradition ne soit progressivement remplacée par les nundines, la semaine commerçante de 8 jours). Pour rendre honneur au dieu Mars, une décade de 10 jours de fête (nommés les calendes de Mars) était organisée en fin d'année jusqu'au jour dit (cette durée est réduite à 8 jours plus tard).

Toutefois, le terme calendes désignait en fait le premier jour du mois et devait correspondre à une nouvelle Lune, le jour des annonces officielles. Le 15e jour des quatre mois longs de 31 jours, ou le 13e jour des autres mois était nommé ides (et correspondait à la pleine Lune).

On comptait les jours par anticipation de ces jours remarquables en comptant ce jour inclusivement.

Le neuvième jour avant les ides (donc exactement une semaine avant dans la tradition romaine), était aussi un jour remarquable nommé none (donc la none tombait le 5 ou le 7 selon les mois, suivant que les ides tombaient le 13 ou le 15) correspondant au premier quartier de lune. Les veilles de ces jours remarquables étaient nommées pridie, par exemple pridie nonas était la veille des nones, mais l'avant-veille des nones était le troisième jour avant les nones (et non le second). Ainsi, tous les jours en fin de mois après les ides étaient comptés en référence à la calende du mois suivant.

Calendrier romain réformé de Numa

La première réforme fondamentale du calendrier de Romulus est attribuée à Numa Pompilius (715-673 av. J.-C.), le second des sept rois traditionnels de Rome. Il aurait ajouté 50 jours à l'année et réduit les 6 mois de 30 jours à 29, pour créer deux mois supplémentaires de 28 jours, février et janvier. Il y ajouta aussi un mois supplémentaire (mens intercalaris) de 29 jours ajouté tous les 4 ans, intercalé en tant que douzième mois durant les années bissextiles. Aussi l'année compta 354 jours (ou 384 jours tous les 4 ans) :

  • I - Martius (mars) : 31 jours,
  • II - Aprilis (avril) : 29 jours,
  • III - Maius (mai) : 31 jours,
  • IV - Iunius (juin) : 29 jours,
  • V - Quintilis (juillet) : 31 jours,
  • VI - Sextilis (août) : 29 jours,
  • VII - September (septembre) : 29 jours,
  • VIII - October (octobre) : 31 jours,
  • IX - November (novembre) : 29 jours,
  • X - December (décembre) : 29 jours,
  • XI - Ianuarius (janvier) : 28 jours, en l'honneur du dieu Janus.'
  • XII -Februarius' (février) : 28 jours (ou 29 jours tous les 4 ans), en l'honneur du dieu Februa.
    • Mens intercalaris : 29 jours (uniquement tous les 4 ans)

Les Romains ayant horreur des nombres pairs[réf. nécessaire] portèrent l'année à 355 jours en fixant le mois de janvier à 29 jours, et jusqu'en 450 av. J.-C. l'année compta 355 jours (ou 385 jours tous les 4 ans), mais les grands pontifes chargés de définir le calendrier et de déterminer les mois intercalaires oublièrent d'y apporter une correction périodique (pourtant connue des Grecs qui utilisaient un cycle correcteur de 24 ans) :

  • I - Martius (mars) : 31 jours,
  • II - Aprilis (avril) : 29 jours,
  • III - Maius (mai) : 31 jours,
  • IV - Iunius (juin) : 29 jours,
  • V - Quintilis (juillet) : 31 jours,
  • VI - Sextilis (août) : 29 jours,
  • VII - September (septembre) : 29 jours,
  • VIII - October (octobre) : 31 jours,
  • IX - November (novembre) : 29 jours,
  • X - December (décembre) : 29 jours,
  • XI - Februarius (février) : 28 jours (ou 29 jours tous les 4 ans).
    • Mens intercalaris : 29 jours (uniquement tous les 4 ans)
  • XII - Ianuarius (janvier) : 29 jours.

De plus l'année moyenne était trop courte et comptait alors 362,5 jours. Aussi des jours supplémentaires pouvaient être apportés de façon irrégulière, pour recaler le calendrier avec le cycle saisonnier solaire.

Calendrier romain républicain

Une inscription du Calendrier romain. Ce calendrier précède la réforme Julienne du calendrier ; on peut observer qu'il contient les mois Quintilis et Sextilis, et permet l'insertion d'un mois intercalaire. Il affiche également les nones, les ides et les lettres nundinales.

C'est sous la République romaine, vers 450 av. J.-C. que l'on inversa les noms des mois de février et de janvier, peut-être pour plaire au dieu Janus dont janvier porte le nom ; le mois intercalaire déplacé en fin d'année fut appelé Mercedonius nommé ainsi parce que les mercenaires reçevaient leurs salaires (en latin : merces) à ce moment là, l'année comptant alors 355 jourscalen tous les 2 ans, et alternativement 377 ou 378 jours les autres années :

  • I - Martius (mars) : 31 jours,
  • II - Aprilis (avril) : 29 jours,
  • III - Maius (mai) : 31 jours,
  • IV - Iunius (juin) : 29 jours,
  • V - Quintilis (juillet) : 31 jours,
  • VI - Sextilis (août) : 29 jours,
  • VII - September (septembre) : 29 jours,
  • VIII - October (octobre) : 31 jours,
  • IX - November (novembre) : 29 jours,
  • X - December (décembre) : 29 jours,
  • XI - Ianuarius (janvier) : 29 jours,
  • XII - Februarius (février) : 28 jours (ou 23 ou 24 jours alternativement les années avec mois intercalaire)
    • Mercedonius : 27 jours (uniquement tous les 2 ans, les années avec mois intercalaire).
  • Les cinq derniers jours de Mercedonius étaient considérés comme faisant normalement partie de février, mais l'usage a consacré de les compter dans Mercedonius.

Bien que plus proche de l’année solaire que le calendrier précédent, l'année moyenne de ce calendrier comptait encore 366,25 jours. A noter que la durée moyenne des mois était de 29,59 jours, assez proche de la durée d'une lunaison (intervalle entre deux pleines lunes) qui est de 29,53 jours. C'est lors de la République que la semaine commerçante de 8 jours s'est imposée.

Déchéance du calendrier romain républicain

Néanmoins les règles déterminant les mois intercalaires (pour tenter de conserver l'alignement de lunaisons) restèrent floues, et le calendrier devint incompréhensible, d'autant que le calendrier contenait un jour de trop pour être lunaire, et que les consuls manipulaient à volonté le calendrier en fonction d'échéances politiques, notamment en raccourcissant ou supprimant parfois les mois intercalaires[réf. nécessaire] ; au fil de l'histoire le calendrier finit par se décaler dans l'année.

Par deux fois dans l'histoire, les mois intercalaires furent omis, notamment au IIe siècle av. J.-C. après les guerres puniques, et au milieu du Ier siècle av. J.-C..

C'est Jules César (qui avait été élu Pontifex Maximus depuis une quinzaine d'années) qui mit fin à ce système compliqué, et souvent peu respecté, en introduisant un nouveau calendrier en 45 av. J.-C., le calendrier julien, abolissant les mois intercalaires. Auparavant, il ajoute un jour au mois de septembre, non pas en fin de mois selon les traditions, mais le lendemain des ides (il s'agissait au départ de rattraper progressivement le retard accumulé par l'ancien calendrier romain républicain en dépit du fait que l'année moyenne était trop longue, mais le calendrier julien apportera une solution plus radicale car non calquée sur le cycle lunaire, et plus durable).

Ensuite la tradition des nones et des ides lunaires s'est étiolée avec l'arrivée progressive de la semaine commerciale de 7 jours importée de l'est de l'empire, et l'influence grandissante des civilisations orientales sémitiques puis chrétiennes. Et dès lors on commencera à compter les jours à partir du début du mois calendaire.

Mois et jours

Voici comment on exprime la date en latin :

L‘année romaine commence en mars. Les mois sont désignés par des adjectifs : Martius, Aprilis, Maius, Iunius, Iulius, Augustus, September, October, November, December, Ianuarius, Februarius.

Les jours débutent à midi. Dans un mois, trois jours ont un nom particulier et servent de repères  :

  • les calendes (kalendae, kalendarum, (f./pl.)) : le 1er jour de chaque mois.
  • les nones (nonae, nonarum, (f./pl.)) : normalement le 5 ; mais en mars, mai, juillet et octobre, c’est le 7.
  • les ides (idus, iduum, (f./pl.)) : normalement le 13 ; mais en mars, mai, juillet et octobre, c’est le 15.

On utilise ces trois jours comme repères :

  • Si l‘on veut exprimer l‘un de ces trois jours, on emploie ces mots à l‘ablatif. Par exemple le 1er avril se dit Kalendis Aprilibus, le 7 mars est Nonis Martiis et pour le 13 janvier on dit Idibus Ianuariis ; César est mort aux ides de mars : Idibus Martiis, etc.
  • Dans les autres cas, on fait un "compte à rebours" à partir de ces jours repères, en comptant le jour repère comme le premier avant lui-même, contrairement à notre logique moderne :
    • pour la veille, on emploie pridie + accusatif (exemples : pridie Nonas Iunias = la veille des nones de juin = le 4 juin ; pridie Idus Novembres = le 12 novembre ; pridie Kalendas Ianuarias = le 31 décembre ; etc.)
    • l’avant-veille est comptée comme le "3e jour avant" (nous dirions le deuxième) ante diem tertium Nonas Iulias = le 3e jour à partir des nones de juillet = le 5 juillet, et ainsi de suite.

Attention : pour exprimer une date après les ides, on se réfère aux calendes du mois suivant : le 18 janvier sera donc le 15e jour avant les calendes de février.

Les mois romains n’ont pas toujours eu la même longueur ni les mêmes noms.

Initialement, le calendrier de Jules César a rétabli la synchronisation des calendes de mars avec l’équinoxe vernale, mais le calendrier s’est stabilisé sur l’année solaire, en lui donnant une longueur de 365 jours, plus un jour intercalaire entre le sixième et le cinquième jour des calendes de mars (donc dans les derniers jours de l’année dans l’actuel mois de février) : c’est l’origine des années bissextiles. La position du le journée bissextile fait également l’objet de désaccord selon les auteurs, mais on retient encore que le mot bissextile est lié à la seconde sixième journée avant la calende de mars, cette journée ayant été choisie pour ne pas perturber la date de célébration des les fêtes religieuses ou populaires qui précèdent ces calendes, ni celle des jours de marchés (dans la semaine romaine de huit jours).

L’empereur Auguste a renommé le cinquième mois de l’année Quintilius en Iulius pour rendre hommage à Jules César, inventeur du calendrier julien initial. Son successeur a voulu faire de même en rendant hommage à l’empereur Auguste en renommant le sixième mois de Sextilius en Augustus.

Certains auteurs croient qu’à l’origine l’alternance des longueurs de mois longs et courts, de mars à février était parfaite dans le calendrier de Jules César et d’Auguste mais pour que le mois consacré à Auguste ait le même nombre de jours que le mois consacré à Jules, un jour lui aurait été ajouté le lendemain des ides de ce mois, mais cette hypothèse ne semble pas attesté (en effet la tradition était plutôt d'ajouter les mois intercalaires entre les derniers jours avant les calendes de mars) ; selon cette hypothèse, pour que le nombre de jours de l’année ne soit pas modifié, un jour aurait alors été retiré le lendemain des ides du dernier mois de l’année (Februarius). L’alternance des longueurs de mois entre September et December aurait alors été modifiée (afin qu’il n’y ait pas trois mois longs successifs et aussi de maintenir les dates de l’équinoxe d’automne et du solstice d’hiver) ; la journée bissextile aurait alors été déplacée non plus dans les jours qui suivent les ides d’août (auparavant Sextilus) mais dans les jours qui suivent les ides du dernier mois de Februarius, ce qui effectivement renumérotait tous les jours avant des calendes de mars.

Dans le calendrier julien, les mois de janvier et février sont nouveaux et n’existaient pas dans l’ancien calendrier républicain (lunisolaire) : il n’y avait qu’un mois intercalaire, inséré de façon très irrégulière entre les derniers jours avant les calendes de mars, mais seulement certaines années ou en fonction des circonstances politiques, jusqu’à ce que Jules César mette fin à la grande confusion en instaurant son calendrier solaire. Mais pour rattraper le retard pris sur le calendrier, 57 jours étaient nécessaires et il a fallu deux mois (dont un mois intercalaire) en fin d’année, à la suite de quoi les mois intercalaires ont été abolis ; et c’est bien dans les derniers jours de ce second mois avant les calendes de mars qu’a été instituée la journée intercalaire dite « ante diem bis sextum kalendas ». La répartition des jours entre ces deux mois aurait aussi été faite en fonction des fêtes populaires, en veillant à ce que le dernier mois de l’année soit un mois cours pour ne jamais être plus long que le premier mois de l’année, le mois de mars.

Voici un tableau de correspondance, à partir de l’instauration du calendrier julien actuel, quand on a encore continué à nommer les jours selon les systèmes des calendes, nones et ides selon la tradition du calendrier romain républicain :

Noms des jours Abrégés Martius
Maius
Iulius
October
 
 
 
 
 
Augustus
 
December
Ianuarius
 
Aprilis
Iunius
September
November
 
 
 
 
 
 
 
 
Februarius
(bissextile)
 
 
 
 
 
Februarius
non bissextile)
Kalendis Kal. 1
ante diem sextum Nonas a.d. VI Non. 2  
ante diem quintum Nonas a.d. V Non. 3  
ante diem quartum Nonas a.d. IV Non. 4 2
ante diem tertium Nonas a.d. III Non. 5 3
pridie Nonas prid. Non. 6 4
Nonis Non. 7 5
ante diem octavum Idus a.d. VIII Id. 8 6
ante diem septimum Idus a.d. VII Id. 9 7
ante diem sextum Idus a.d. VI Id. 10 8
ante diem quintum Idus a.d. V Id. 11 9
ante diem quartum Idus a.d. IV Id. 12 10
ante diem tertium Idus a.d. III Id. 13 11
pridie Idus prid. Id. 14 12
Idibus Id. 15 13
ante diem novodecimum Kalendas a.d. XIX Kal.   14  
ante diem octavodecimum Kalendas a.d. XVIII Kal.   15 14  
ante diem septimodecimum Kalendas a.d. XVII Kal. 16 15    
ante diem sextodecimum Kalendas a.d. XVI Kal. 17 16 14
ante diem quintodecimum Kalendas a.d. XV Kal. 18 17 15
ante diem quartodecimum Kalendas a.d. XIV Kal. 19 18 16
ante diem tertiodecimum Kalendas a.d. XIII Kal. 20 19 17
ante diem dodecimum Kalendas a.d. XII Kal. 21 20 18
ante diem unodecimum Kalendas a.d. XI Kal. 22 21 19
ante diem decimum Kalendas a.d. X Kal. 23 22 20
ante diem novum Kalendas a.d. IX Kal. 24 23 21
ante diem octavum Kalendas a.d. VIII Kal. 25 24 22
ante diem septimum Kalendas a.d. VII Kal. 26 25 23
ante diem sextum Kalendas a.d. VI Kal. 27 26 24
ante diem bis sextum Kalendas a.d. bis VI Kal.   25  
ante diem quintum Kalendas a.d. V Kal. 28 27 26 25
ante diem quartum Kalendas a.d. IV Kal. 29 28 27 26
ante diem tertium Kalendas a.d. III Kal. 30 29 28 27
pridie Kalendas prid. Kal. 31 30 29 28

Références

Voir aussi

Liens internes

Calendrier | Calendrier babylonien | Calendrier romain | Calendrier julien | Calendrier grégorien | Jours de l’année

Liens externes


Calendrier romain
Mois : Martius · Aprilis · Maius · Iunius · Quintilis (Iulius) · Sextilis (Augustus) · September · October · November · December · Ianuarius · Februarius · Mercedonius
Jours : Calendes · Nones · Ides
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Calendrier romain ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La date en latin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • date — ‘time of an event’ and date ‘fruit’ are distinct words in English, and perhaps unexpectedly the latter [13] entered the language a century before the former. It came via Old French date and Latin dactylus from Greek dáktulos, which originally… …   The Hutchinson dictionary of word origins

  • date — ‘time of an event’ and date ‘fruit’ are distinct words in English, and perhaps unexpectedly the latter [13] entered the language a century before the former. It came via Old French date and Latin dactylus from Greek dáktulos, which originally… …   Word origins

  • date — Ⅰ. date [1] ► NOUN 1) the day of the month or year as specified by a number. 2) a day or year when a given event occurred or will occur. 3) informal a social or romantic appointment. 4) a musical or theatrical performance, especially as part of a …   English terms dictionary

  • Latin American culture — is the formal or informal expression of the peoples of Latin America, and includes both high culture (literature, high art) and popular culture (music, folk art and dance) as well as religion and other customary practices. Definitions of Latin… …   Wikipedia

  • date — [ dat ] n. f. • 1281; lat. médiév. data (littera) « (lettre) donnée », premiers mots de la formule indiquant la date où un acte avait été rédigé 1 ♦ Indication du jour du mois (⇒ quantième), du mois et de l année (⇒ millésime) où un acte a été… …   Encyclopédie Universelle

  • Latin Europe — European countries with a Romance language. Latin Europe, also known as the Romance speaking nations of Europe, is a region of Europe which is said to have several cultural aspects in common including the use of a Romance language officially, co… …   Wikipedia

  • Latin archaïque — Prisca Latinitas Période République romaine Extinction Ier siècle av. J.‑C. (se perpétue dans le latin classique) Langues filles latin classique Parlée dans République romaine Rég …   Wikipédia en Français

  • Latin Literature in Early Christianity —     Latin Literature in Early Christianity     † Catholic Encyclopedia ► Latin Literature in Early Christianity     The Latin language was not at first the literary and official organ of the Christian Church in the West. The Gospel was announced… …   Catholic encyclopedia

  • Latin American involvement in international peacekeeping — dates back to the start of United Nations peacekeeping efforts with the Organization s founding in the 1940s but has seen a sharp acceleration in recent years.The military establishments of the larger nations of Latin America (with the notable… …   Wikipedia

  • Latin nationalism — Latin nationalism,Fact|date=December 2007 also known as Latin American nationalism and various other names, is a form of ethnic nationalism supported by some Spanish speaking Latin Americans.Fact|date=December 2007 This type of nationalism seeks… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.