La Tapisserie de Bayeux


La Tapisserie de Bayeux

Tapisserie de Bayeux

Morceau de la tapisserie de Bayeux

La Tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de Tapisserie de la reine Mathilde, et plus anciennement « Telle du Conquest » (pour « toile de la Conquête ») se présente techniquement sous la forme d'une broderie. Elle semble avoir été commandée par Odon de Bayeux, le demi-frère de Guillaume le Conquérant et décrit les faits relatifs à la conquête normande de l'Angleterre en 1066. Elle détaille les événements clés de cette conquête, notamment la bataille de Hastings. Toutefois, près de la moitié des images relatent des faits antérieurs à l'invasion elle-même. Bien que très favorable à Guillaume le Conquérant au point d'être considérée parfois comme une oeuvre de propagande, elle a une valeur documentaire inestimable pour la connaissance du XIe siècle normand et anglais. Elle renseigne sur les vêtements, les châteaux, les navires et les conditions de vie de cette époque. A ce titre elle constitue un des rares exemples de l'art roman profane. Conservée jusqu'à la fin du XVIIIe siècle dans la collection de la cathédrale de Bayeux, elle est au XXIe siècle présentée au public dans un musée[1] qui lui est entièrement dédié. La tapisserie est inscrite depuis 2007 au registre Mémoire du monde par l'UNESCO.

Sommaire

Présentation

La Tapisserie de Bayeux n'est pas, à proprement parler, une tapisserie ; en effet, elle relève de la broderie, de huit teintes naturelles de laines sur des pièces de lin bis. Elle a été confectionnée entre 1066 et 1082, peut-être en Angleterre, pour être exposée à la cathédrale de Bayeux pour une population souvent analphabète. Elle est divisée en une série de panneaux, d'une longueur totale de soixante-dix mètres pour une hauteur de cinquante centimètres[2]. Chaque scène est assortie d'un commentaire en latin. Il faut aussi remarquer que la broderie est amputée. Sa fin est perdue mais elle devait se terminer, d'après tous les historiens, par le couronnement de Guillaume. Six cent vingt-six personnages, deux cent deux chevaux et mules, cinq cent cinq animaux de toutes sortes, trente-sept édifices, quarante-neuf arbres sont recensés. Au total, mille cinq cent quinze sujets variés fournissent une mine de renseignements sur le XIe siècle.

Origines

Odon de Bayeux est généralement identifié comme étant le commanditaire de la Tapisserie de Bayeux[3]. La supposition repose sur un faisceau d'indices concordants[4]. Tout d'abord, sur la tapisserie ne sont nommées, en dehors des figures historiques (Harold Godwinson, Édouard le Confesseur, Guillaume le Conquérant etc.) et de la mystérieuse Ælfgyva, que trois personnes, Wadard, Vital et Turold[4]. Ceux-ci ne sont mentionnées dans aucune autre source contemporaine de la bataille de Hastings[4]. Or il apparaît que ces hommes sont tous des tenants d'Odon dans le Kent[4], signe qu'ils faisaient partie des hommes qu'Odon a amené à la bataille. Ensuite, la tapisserie montre Harold Godwinson jurant fidélité au duc Guillaume, sur de saintes reliques, et assistance pour son obtention du trône anglais, à Bayeux[3],[4]. Orderic Vital place l'événement à Rouen, et Guillaume de Poitiers à Bonneville-sur-Touques. De plus, le rôle d'Odon à Hastings est à peine mentionné dans les sources qui ne sont pas liées à Bayeux[3]. Les historiens concluent qu'Odon est le seul à avoir eu les moyens financiers de commanditer une œuvre aussi gigantesque, et qui mette en avant ses tenants et les reliques de Bayeux[4].

Si une majorité d'historiens s'accorde à penser que c'est bien Odon qui commanda cette broderie pour orner la nef de la nouvelle cathédrale Notre-Dame de Bayeux, inaugurée en 1077, la discorde règne encore sur l'identité de ceux qui la fabriquèrent. La légende dit que c'est la reine Mathilde, aidée de ses dames de compagnie, qui en sont les auteurs ; pour d'autres, elle fut confectionnée : soit dans le Kent ; soit à Winchester, dans le Hampshire, vingt ou trente ans après les événements qu'elle relate. Enfin dernière des hypothèses, sa fabrication aurait été effectuée à Saumur.

Toutefois, deux hypothèses de recherches sont avancées.

  • Les dernières recherches de l'Université de Caen, réunissant des sommités archéologues, historiens, médiévistes, s'accordent à penser que la « Broderie d'Hastings » a été faite dans le Kent, à Winchester ou à Canterbury, tout de suite après la bataille elle-même, et sa confection aurait duré deux ans environ. C'est ce que Denise Morel et Marie France Le Clainche font vivre dans leur roman Les Brodeuses de l’Histoire, où elles mettent en scène l'atelier de broderie de Winchester. Nous savons, en effet, que cet atelier rassemblait brodeurs et brodeuses, laïcs et religieuses, anglo-saxonnes, normandes et bretonnes.
  • Selon l'historien américain George Beech, spécialiste du Moyen Âge, plusieurs indices permettraient de démontrer, que la Tapisserie de Bayeux fut en réalité conçue à l'abbaye de Saint-Florent de Saumur. Plusieurs faits permettent d'étayer cette réflexion. L'abbé de l'abbaye de Saint-Florent, Guillaume Rivallon (fils de Riwallon de Dol), était seigneur de Dol en Bretagne. Or plusieurs scènes de la tapisserie racontent les préparations guerrières des batailles au Mont-Saint-Michel, à Dol, à Rennes et à Dinan. De plus, ce seigneur de Dol était lié d'amitié avec Guillaume le Conquérant. Enfin à la fin du XIe siècle, l'abbaye de Saint-Florent-de-Saumur s'est retrouvée propriétaire de nombreux domaines en Angleterre. Ces possessions ont pu être offertes par Guillaume le Conquérant en remerciement de la tapisserie.

Description

Contenu historique

Article détaillé : Conquête normande de l'Angleterre.
1064 - Le duc Guillaume
1064 - Le comte Harold

La broderie reflète le point de vue normand de l'histoire, notamment en justifiant l'invasion de Guillaume par sa légitimité au trône. Harold y est représenté comme un fourbe, parjure, reniant un serment sacré, alors qu'il semble que l'on ne trouve de relation de ce serment que dans la tapisserie et dans la Gesta Guillelmi de Guillaume de Poitiers, une autre source normande, écrite peut-être dix ans après la conquête normande de l'Angleterre. Cela dit, on s'accorde généralement à penser que ce serment eut bien lieu mais qu'il y aurait peut-être eu tromperie, puisque Harold aurait affirmé qu'il ne savait pas qu'il y avait de saintes reliques sous le livre sur lequel il jura. Cependant la tapisserie laisse aussi un peu de place au point de vue anglais. Harold, le parjure, est à l'honneur dès le début de la broderie; il sauve deux normands du Couesnon, on le voit prier Dieu, son couronnement montre qu'il est un roi légitime et les inscriptions durant la bataille prouvent sa dignité de roi. Ainsi la tapisserie en imposant le point de vue général normand permet une lecture plurielle, anglaise ou normande, sur des aspects secondaires.

En 1064, le comte Harold débarque suite à la dérive des courants sur les terres du comte Guy de Ponthieu
La comète vue en avril 1066, figurant sur la Tapisserie de Bayeux. L'inscription, ISTI MIRANT STELLA, signifie Ceux-ci (les hommes) regardent avec étonnement l'étoile

La première moitié de la broderie relate les aventures du comte Harold Godwinson, beau-frère du roi Édouard le Confesseur, dont le navire débarqua suite à la dérive des courants sur les terres du comte Guy de Ponthieu (dans la Somme actuelle) en 1064. Il fut capturé par Guy qui envisageait de le libérer contre rançon. Hélas, un espion de Guillaume, visible sur la broderie, était là. Guillaume exigea de Guy qu'il lui remît Harold, ce qui fut fait. Guillaume adouba Harold chevalier à Rouen. C'est lors de cette cérémonie, qu'on voit sur la broderie, que Harold jura, sur les reliques d'un saint (très important à l'époque) à Guillaume de le soutenir pour succéder à Édouard sur le trône d'Angleterre. Il revint sur cette promesse plus tard, ce qui lui valut son excommunication par le pape. La broderie montre ensuite Harold retourner en Angleterre et se faire acclamer roi après la mort d'Édouard.

La mort du roi Harold le 14 octobre 1066

La broderie contient une représentation d'une comète, la comète de Halley visible en Angleterre à la fin d'avril 1066. La mention de cette comète est entièrement justifiée, car elle devait justement passer à cette époque. En effet, chronologiquement la comète figure sur la tapisserie, placée entre la scène du couronnement d'Harold (janvier 1066) et l'annonce qui lui est faite d'une menace d'invasion par la flotte normande dont le regroupement s'effectue dès le début août 1066 à l'embouchure de la Dives et dans les ports environnants.

Ensuite, sur la broderie, nous voyons les préparatifs de Guillaume pour son invasion de l'Angleterre effectuée dans la nuit du 27 au 28 septembre 1066 ; puis des images de la bataille d'Hastings du 14 octobre. À ce sujet, on a longtemps cru que Harold y était représenté mourant d'une flèche dans l'œil, mais on pense, de nos jours, qu'il y a eu confusion sur la personne, le frère d'Harold étant mort d'une flèche dans l'œil.

Les frises

Frises en haut et en bas avec des animaux

Les éléments (animaux fantastiques, sauvages ou domestiques, fables, chevrons) figurant dans les parties hautes et basses de la broderie ne semblent pas avoir de rapport avec le principal récit pour une minorité d'auteurs comme Wolgang Grape ou Carole Hicks. Ainsi, on peut voir par exemple dans la partie basse de la tapisserie une scène du corbeau et du renard d'Esope reprise par Phèdre qui n'aurait qu'un rôle décoratif. Cependant la grande majorité des spécialistes pense qu'il existe des liens entre les bordures et la bande principale. D. Beirstein et Daniel Terkla en ont fait la démonstration. Mais il y a débat sur le point de vue reflété par les fables. R.Wissolik et D.Bernstein ont interprété ces fables comme un commentaire anglo-saxon d'ordre moral. Pour Bard McNulty ou D.Terkla il s'agit d'une paraphrase soutenant le point de vue normand. Pour d'autres historiens de l'art, comme Denis Bruna, les dessins (animaux, scènes érotiques, fable, ...) figurant dans ces frises auraient un effet apotropaïque, c'est-à-dire un rôle de protection ou de porte-bonheur.

Toutefois, à la fin de la broderie, lorsque la bataille entre Guillaume et Harold fait rage, les motifs décoratifs de la frise du bas disparaissent, et la frise se remplit des cadavres des morts et des boucliers et armes tombés à terre, comme si ce « débordement » devait traduire la fureur des combats, impossibles à contenir dans la zone du milieu de la tapisserie.

Autres apports

La broderie nous apporte une connaissance quant à des faits historiques dont nous avons peu de trace par ailleurs. Elle apporte des informations nouvelles sur des éléments de l'expédition de Bretagne, sur le lieu du serment : Bayeux, sur la place des frères de Guillaume dans la conquête ou encore sur Odon, un évêque, qui a osé combattre dans la bataille ce que l'Eglise interdisait. La présentation de la broderie, sous forme d'images, la rendit tout au long des siècles accessible à tous alors que peu savaient lire.

La broderie est inestimable quant à la connaissance de la vie de l'époque ; d'abord sur les techniques de broderie du XIe siècle, notamment l'apparition de ce qui est nommé depuis le point de Bayeux ; ensuite sur nombre de techniques de l'époque, puisque y apparaissent des constructions de châteaux, de bateaux (la flotte d'invasion de Guillaume). Y figurent aussi des vues de la cour de Guillaume, de l'intérieur du château d'Édouard, à Westminster. Nous y voyons nombre de soldats, ce qui a permis de se faire une meilleure idée de leur équipement. La plupart portaient des broignes et non des cottes de mailles comme on l'a cru longtemps. De même, sont bien visibles des signes distinctifs sur les boucliers, ce qui était peu répandu jusqu'alors. Toutefois, les soldats y sont représentés se battant mains nues alors que toutes les autres sources écrites de cette époque font apparaître que les soldats se battaient (et chassaient) presque toujours gantés.

Histoire de la tapisserie

Vers l'an 1100, un poète français du nom de Baudry compose pour Adèle de Normandie, fille de Guillaume le Conquérant, un poème dans lequel il décrit une tapisserie faite de soie, d'or et d'argent et représentant la conquête de l'Angleterre. Même si la taille et les matériaux de cette tapisserie montrent qu'il ne s'agit pas de la même tapisserie, même si l'existence de la tapisserie de la comtesse Adèle est mise en doute, il est évident que le poème de Baudry s'inspire soit directement, soit indirectement de la tapisserie de Bayeux. La plus ancienne mention directe de la tapisserie est un inventaire des biens de la cathédrale de Bayeux, dressé en 1476, qui en mentionne l'existence et précise qu'elle est suspendue autour de la nef pendant quelques jours chaque été. En 1562, des religieux, avertis de l'arrivée imminente d'une troupe de Huguenots, mirent à l'abri quelques biens. Ils firent bien, car ceux-ci mirent à sac la cathédrale. D'une notoriété encore très locale, elle ne commença à intéresser des érudits non normands qu'à la fin du XVIIe siècle[5].

La Révolution française faillit marquer la fin de la Tapisserie. Déjà, le nouveau pouvoir préconisait de détruire tous les documents historiques. En 1792, la France étant menacée d'invasion, des troupes sont levées. Au moment du départ du contingent de Bayeux, on s'avisa qu'un des chariots chargés de l'approvisionnement n'avait pas de bâche. Un participant zélé, proposa de découper la tapisserie conservée à la cathédrale pour couvrir le chariot. Prévenu tardivement, le commissaire de police, Lambert Léonard Leforestier, arriva cependant juste à temps pour empêcher cet usage. Il se créa alors une commission artistique qui veilla à la sécurité de l'œuvre pendant la Révolution. À des fins de propagande contre l'Angleterre qu'il projetait d'envahir, Napoléon la fit venir à Paris en 1803 où elle fut exposée à l'admiration des foules parisiennes. Elle retourna à Bayeux en 1805. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Mme Elisabeth Wardle, femme d'un riche marchand, finança une copie de même taille qui se trouve maintenant en Angleterre[6].

Elle fut à nouveau cachée pendant la guerre franco-prussienne de 1870 puis durant la Seconde Guerre mondiale. À l'heure actuelle, elle est exposée au Centre Guillaume le Conquérant, à Bayeux.

Extraits

Bibliographie

  • (en) David J. Bernstein, The Mystery of the Bayeux tapestry, London, Weidenfeld & Nicolson, 1986 ISBN 0226044009
  • Simone Bertrand & Sylvette Lemagnen, La Tapisserie de Bayeux, Ouest-France 1996, 32 pages.
  • Pierre Bouet, François Neveux, Brian Levy, La Tapisserie de Bayeux. L'art de broder l'histoire française, Caen, Presses universitaires de Caen, 2003 ISBN 2841331601
  • (en) Andrew Bridgeford, 1066 : the Hidden History in the Bayeux Tapestry, Harpercollins Publishers, New York, 15 mars 2004 (ISBN 1-84115-040-1) [détail des éditions] 
  • (en) Shirley Ann Brown, The Bayeux tapestry : history and bibliography, Woodbridge ; Wolfeboro, Boydell Press ; Boydell & Brewer, 1988 ISBN 085115509X
  • (en) Rouben Charles Cholakian, The Bayeux tapestry and the ethos of war, Delmar, Caravan Books, 1998 ISBN 0882060902
  • (en) Meredith Clermont-Ferrand, Anglo-Saxon propaganda in the Bayeux tapestry, Lewiston, E. Mellen Press, 2004 ISBN 0773463852
  • (en) Richard Gameson, The Study of the Bayeux tapestry, Woodbridge : Boydell Press, 1997 ISBN 0851156649
  • (en) Charles Harvard Gibbs-Smith, The Bayeux Tapestry, London ; New York, Phaidon ; Praeger, 1973
  • Wolfgang Grape, Valérie Agéma, Patrick Maubert, La Tapisserie de Bayeux : Monument à la gloire des Normands, Munich, Prestel, 1994 ISBN 3791315773
  • (de) Ulrich Kuder, Der Teppich von Bayeux : oder : Wer hatte die Fäden in der Hand ?, Frankfurt-am-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1994 ISBN 3596114853
  • Sylvette Lemagnen (dir.),La tapisserie de Bayeux, une chronique des temps vikings, acte du colloque international de Bayeux (mars 2007), Point de vues, 2009, ISBN 978-2-915548-21-1
  • (en) Suzanne Lewis, The Rhetoric of power in the Bayeux tapestry, Cambridge ; New York, Cambridge University Press, 1999 ISBN 0521632382
  • (en) Eric Robert Dalrymple Maclagan, The Bayeux tapestry, Baltimore, Penguin Books, 1953
  • (en) J. Bard McNulty, The Narrative Art of the Bayeux tapestry master, New York, AMS Press, 1989 ISBN 0404614434
  • (en) J. Bard McNulty, Visual Meaning in the Bayeux tapestry : problems and solutions in picturing history, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2003 ISBN 0773466185
  • Lucien Musset, La Tapisserie de Bayeux, Paris, Zodiaque, 2002 ISBN 2736902815
  • (en) Gale R Owen-Crocker, King Harold II and the Bayeux Tapestry, Woodbridge ; Wolfeboro, Boydell Press ; Boydell & Brewer, 2005 ISBN 1843831244
  • Michel Parisse, La Tapisserie de Bayeux, un documentaire du XIe siècle, Denoël 1988, 141 pages.
  • Mogens Rud, La Tapisserie de Bayeux et la bataille de Hastings 1066, Eljers, 2006, 103 pages.
  • Frank Merry Stenton, La Tapisserie de Bayeux, Paris, Flammarion, 1957
  • Jean Verrier, La Broderie de Bayeux dite tapisserie de la reine Mathilde, Paris, 1946
  • (en) David M. Wilson, The Bayeux tapestry : the complete tapestry in colour, London, Thames and Hudson, 1985 ISBN 0500234477
  • David M. Wilson, La Tapisserie de Bayeux, Flammarion 2005, 234 pages
  • (en) Richard David Wissolik, The Bayeux tapestry : a critical, annotated bibliography with cross-references and summary outlines of scholarship, 1729-1990, Greensburg, Eadmer Press, 1990 ISBN 0929914082
  • H. Chefneux, Les Fables dans la Tapisserie de Bayeux, Romania LX 1934 p 1-35 et 153-194 (encore d'actualité)
  • L. Herrmann, Les Fables antiques de la Broderie de Bayeux, Latomus, Bruxelles, 1964
  • M.-F. Le Clainche, D. Morel, Les Brodeuses de l'Histoire, roman historique, Rennes, Coop Breizh, 2006, ISBN 284346269X
  • Adrien Goetz, Intrigue à l'anglaise, roman policier historique, Paris, Grasset, avril 2007, ISBN 978-2-246-72391-2

Notes et références

  1. Site officiel de la Tapisserie de Bayeux.
  2. De par sa présentation, sous formes d'images distinctes, on a pu y voir l'ancêtre de la bande dessinée; cependant, le fait que, suivant les spécialistes, il y ait de 30 à 70 images distinctes relativise ce point de vue.
  3. a , b  et c David R. Bates, « The Character and Career of Odo, Bishop of Bayeux (1049/50-1097) », dans Speculum, vol. 50, n°1 (1975), p. 5.
  4. a , b , c , d , e  et f N. P. Brooks, H. E. Walker, « The authority and Interpretation of the Bayeux Tapestry », dans Anglo-Norman Studies I: Proceedings of the Battle Conference 1978, éditeurs R. Allen Brown & Marjorie Chibnall, publié par Boydell & Brewer, 1979, p. 1-34. (ISBN 0851151078).
  5. Entre autres : Nicolas Jean Foucault († 1721), intendant de Normandie ; Antoine Lancelot (1675-1740) de l'Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres ; Bernard de Montfaucon (1655-1741), historien et bénédictin.
  6. Tout l'historique de la tapisserie est tirée de cette source:
    Andrew Bridgeford (trad. Béatrice Vierne), 1066, l’histoire secrète de la tapisserie de Bayeux, Édition du Rocher, Monaco, 2004, 386 p. (ISBN 2-268-05528-0) [détail des éditions] , p. 35-57

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes

  • Portail de l’histoire de l’art Portail de l’histoire de l’art

Ce document provient de « Tapisserie de Bayeux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Tapisserie de Bayeux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tapisserie de bayeux — Morceau de la tapisserie de Bayeux La Tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de Tapisserie de la reine Mathilde, et plus anciennement « Telle du Conquest » (pour « toile de la Conquête ») se présente techniquement sous …   Wikipédia en Français

  • Tapisserie de Bayeux — Détail de la tapisserie de Bayeux La Tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de Tapisserie de la reine Mathilde, et plus anciennement « Telle du Conquest » (pour « toile de la Conquête ») se présente techniquement sous… …   Wikipédia en Français

  • Tapisserie de la reine Mathilde — Tapisserie de Bayeux Morceau de la tapisserie de Bayeux La Tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de Tapisserie de la reine Mathilde, et plus anciennement « Telle du Conquest » (pour « toile de la Conquête ») se… …   Wikipédia en Français

  • TAPISSERIE — Œuvre de laine et de soie résultant de l’entrecroisement, réalisé à la main sur un métier de haute ou de basse lice, des fils de chaîne avec ceux de trame – ces derniers, colorés, recouvrant entièrement les premiers et constituant ainsi le motif… …   Encyclopédie Universelle

  • Bayeux — v. de France, ch. l. d arr. du Calvados, sur l Aure; 15 106 hab. Cath. goth. (XIIIe s.). La bibliothèque abrite la tapisserie de Bayeux (70,34 m de long) représentant la conquête de l Angleterre par les Normands …   Encyclopédie Universelle

  • Bayeux — Cet article concerne la ville normande. Pour les autres significations, voir Bayeux (homonymie). 49° 16′ 46″ N 0° 42′ 10″ …   Wikipédia en Français

  • Tapisserie — La tapisserie est une forme d art textile, traditionnellement tissé sur un métier vertical, mais qui peut être aussi pratiquée sur un métier horizontal à plat. Une tapisserie est composée de deux ensembles de fils entrelacés, ceux parallèles à la …   Wikipédia en Français

  • Bayeux Tapestry — The Bayeux Tapestry ( fr. Tapisserie de Bayeux) is a 50 cm by 70 m (20 in by 230 ft) long embroidered cloth which explains the events leading up to the 1066 Norman invasion of England as well as the events of the invasion itself. The Tapestry is… …   Wikipedia

  • Tapisserie de Baldishol — La Tapisserie de Baldishol La Tapisserie de Baldishol est une tapisserie de haute lisse conservée au musée des arts décoratifs et du design d’Oslo. Datée de la fin du XIIe siècle ou du début XIIIe siècle, elle fut déco …   Wikipédia en Français

  • Bayeux — Bayeux …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.