La Marque Jaune


La Marque Jaune

La Marque jaune

La Marque Jaune
06e album de la série Blake et Mortimer
Scénario Edgar P. Jacobs
Dessin Edgar P. Jacobs
Coloriste Edgar P. Jacobs

Éditeur Le Lombard
Première publication 04/1956
Nombre de pages 70 pages sans la présentation
Albums de la série Blake et Mortimer
Le Mystère de la Grande Pyramide 2
L'Énigme de l'Atlantide


La Marque jaune est un album de bande dessinée de la série Blake et Mortimer créée par Edgar P. Jacobs.

Comme les autres aventures de Blake et Mortimer La Marque jaune a été d'abord publiée dans le journal de Tintin en planches hebdomadaires, en quatrième de couverture, puis sous forme d'album en 1956. Elle a fait l'objet d'un disque 33 tours puis d'un feuilleton radiophonique sur France Inter, publié depuis en album sonore ainsi que d'une mise en dessins animés.

Synopsis

Un criminal mystérieux commet une série de cambriolages spectaculaires signés avec la lettre grecque μ entourée d'un cercle dessinée à la craie jaune, culminant par le vol de la couronne royale dans la Tour de Londres. Nul ne peut arrêter ce personnage insaisissable, capable d'assommer les gens sans les toucher. Blake est alors chargé par le MI5 d'aider l'inspecteur-chef Glenn Kendall de Scotland Yard à résoudre cette affaire ce qui ne l'empêche pas de passer une agréable soirée avec ses amis Mortimer, Leslie Macomber, rédacteur en chef du Daily Mail, Sir Hugh Calvin, juge, Professeur Raymond Vernay, médecin et le professeur Jonathan Septimus, psychiatre, au Centaur Club. Le soir même, Vernay est enlevé, puis c'est au tour de Macomber. Il ne fait alors aucun doute que Calvin et Septimus sont les prochaines cibles et ils disparaissent eux aussi malgré la protection de la police. Mortimer mène alors une enquête de son côté et découvre un autre lien entre les quatre victimes, une affaire remontant à 1922. A l'époque, le mystérieux Docteur Wade avait publié un livre intitulé The Mega Wave qui expliqué que le cerveau était dirigé par des ondes qu'il était possible de contrôler. Vernay et Macomber avaient alors lancé une violente diatribe contre Wade respectivement dans le Lancet et dans le Daily Mail et il ne s'était trouvé que Septimus pour le défendre. L'éditeur du livre avait alors intenté un procès en diffamation contre Vernay et Macomber qui remportèrent le procès grâce au juge Calvin profondément opposé aux thèses du livre. Pendant que Mortimer découvre cela, La Marque Jaune demande un rendez-vous avec Blake à Limehouse Dock où il accepte de se rendre. Pendant ce temps, Mortimer déniche un exemplaire de The Mega Wave et découvre toute la vérité en le parcourant. Il se rend alors en taxi à Limehouse Dock où La Marque Jaune vient de tenter d'assassiner Blake. Quand Mortimer arrive, La Marque Jaune s'enfuit et Mortimer se lance à sa poursuite. Il arrive finalement à la tanière de l'ennemi public numéro 1 qui n'est autre qu'Olrik contrôlé par Septimus lui-même. Capturé, Mortimer se fait tout révéler par le professeur: c'était lui le mystérieux Dr Wave qui avait écrit ce livre révolutionnaire. Outré par l'accueil réservé à ses théories et la mort de son éditeur, il était parti dans le nord du Soudan comme médecin de garnison pour oublier toute cette affaire. Ce n'est que trente ans plus tard que son passé lui revint à la face quand il rencontra un homme errant dans le désert complètement fou sans savoir que c'était Olrik, le dangereux criminel qui venait d'avoir l'esprit effacé par le cheik Razek. Il pensa alors que cet homme à la personnalité défaillante était la personne idéale pour mettre en pratique les idées qu'il avait exprimées dans The Mega Wave. Revenu à Londres il construisit dans sa cave le télécéphaloscope, machine capable de contrôler les ondes du cerveau. Olrik, dans un costume approprié commit alors quelques méfaits pour s'entraîner puis enleva les véritables cibles pour accomplir la vengeance de Septimus puis son maître lui-même pour brouiller les pistes. Septimus lave le cerveau de Vernay, Macomber et Calvin puis les branche au télécéphaloscope afin de les contrainder à s'excuser. Pendant ce temps, les recherches commencent pour retrouver Mortimer et grâce au conducteur du taxi qui a amené Mortimer à Limehouse Dock, Blake et Kendall retrouvent la veste de Mortimer et donc le livre qui leur permet de découvrir la vérité. La police commence alors à forcer la porte blindée de la cave de Septimus. Pendant ce temps, Mortimer se souvenant de la phrase magique de Razek lancée au visage d'Olrik, ainsi déstabilisé, un "Par Horus demeure" et Septimus, fou de rage, détruit par inadvertance le poste de contrôle du télécéphaloscope. Libéré, Olrik se retourne contre son maître et le pulvérise avec la machine à éclair d'énergie que Septimus avait mise au point pour accomplir sa vengeance et exécuter son prisonnier. Au moment où Olrik se retourne contre Mortimer, les hommes du Yard font céder la porte, mettant ainsi en fuite le dangereux criminel.

Commentaires

  • La Marque Jaune est considérée comme l'album emblématique de la série. Ainsi d'après Claude le Gallo, auteur du "Monde de Edgar P. Jacobs", "la Marque Jaune est le cœur de l'œuvre jacobsienne, le carrefour de son monde"...
  • La signature de la Marque Jaune ressemble à la lettre M, mais il s'agit de la lettre grecque Mu, qui désigne l'onde méga. Lorsqu'il décrit cette signature, Jacobs parle d'ailleurs de "signe fatidique" ou de "marque jaune" et non de lettre M.
  • Le "Mu" avec lequel la Marque Jaune signe ses forfaits est une référence explicite au film M le maudit de Fritz Lang. Sur une des vignettes en effet, Blake découvre avec surprise le dessin d'un "Mu" sur le dos de son imperméable, reprise évidente de la scène du film où un truand marque d'un "M" le dos du pardessus du meurtrier pour le désigner à ses poursuivants.
  • L'œuvre contient une erreur de chronologie. Le Professeur Septimus explique à Mortimer qu'il a rencontré celui qu'il ne sait pas être le colonel Olrik errant dans le désert et l'a ramené à Londres « avant la guerre ». Or les évènements qui ont conduit Olrik à perdre la raison, racontés dans Le Mystère de la grande pyramide, sont postérieurs à la guerre en question, racontée dans Le Secret de l'Espadon. Par ailleurs, Londres, détruite dans ce premier épisode semble absolument intacte dans La Marque Jaune.
  • L'album contient également une erreur sur les événements ayant eu lieu dans l'album précédent (Le Mystère De La Grande Pyramide). Mortimer s'adresse à Olrik à travers la porte de sa cellule pour tenter de lui faire retrouver la mémoire, il lui dit: "Souviens toi de la grande pyramide! Le cheik Abdel Razek! La chambre d'Horus!!!..". Or Mortimer est censé n'avoir aucun souvenir de la chambre d'Horus car lui et Blake furent hypnotisés par le cheik Abdel Razek à la fin de l'histoire de "La Grande Pyramide"; la bague retrouvée à son doigt lui aurait-elle suffi à se souvenir de son aventure ?
  • L'œuvre est travaillée à partir de croquis et de photographies contemporaines de l'action, ce qui lui donne son aspect totalement réaliste. À ce sujet, on pourra consulter "Le monde de Edgar P. Jacobs", par Claude le Gallo, publié en 1984 aux Éditions du Lombard. Ce livre renferme, dans un chapitre consacré à cet album, nombre de ces photos prises par l'auteur de la série, au cours d'explorations préparatoires poussées, notamment sur les docks de Londres. Jacobs s'est cependant trompé plusieurs fois en dessinant l'intérieur de véhicules, mettant le volant à gauche. Le volant de Blake est à droite en quittant Park Lane, à gauche en arrivant dans Limehouse Docks et de nouveau à droite en rejoignant Tavistock Square.
  • Cet album a inspiré de nombreuses parodies et fait aussi l'objet d'un grand nombre d'hommages ou de clins d'œil dans les albums d'autres auteurs par la présence de références qui y sont puisées. Ainsi en est-il de la copie de la séquence nocturne sur la Tour de Londres par Gilles Chaillet dans son album "Sortilèges" des aventures de Vasco qui se déroulent, elles, au milieu du XIVième siècle.
  • La couverture de l'album est une des plus connues des amateurs de BD franco-belge et est très régulièrement pastichée (par exemple dans: Le Chat, Roger Bismuth, La marque rouge, Le Lorgnon, La marque rose, Cubitus,...)
  • De nombreuses références au Londres de Black et Mortimer peuvent être trouvées dans l'album des aventures de G. Lefranc "Londres en péril" par J. Martin.
  • Une publication des planches au format original en noir en blanc a été réalisée en 1977 en un album aux éditions Phigi.
  • Une version anglaise, "The Yellow M", est publiée en 2007 chez Cinebook.
  • Une version allemande, "Das gelbe M", est publiée avec succès depuis 1979 aux éditions Carlsen

Comics.

  • Aux éditions Labor est paru en 1989 dans la collection "un livre/une œuvre" l'ouvrage "La Marque Jaune/EP Jacobs"
  • A noter dans SpotBD de 1987 l'article de P. Bronson "La marque jaune. Dossier" ainsi que "Sur les traces de La Marque Jaune" par François Rivière dans le numéro 30 des cahiers de la BD.
  • Portail de la bande dessinée Portail de la bande dessinée
Ce document provient de « La Marque jaune ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Marque Jaune de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • La Marque jaune — 6e album de la série Blake et Mortimer Scénario Edgar P. Jacobs Dessin Edgar P. Jacobs Couleurs Edgar P. Jacobs Éditeur …   Wikipédia en Français

  • La marque jaune — 06e album de la série Blake et Mortimer Scénario Edgar P. Jacobs Dessin Edgar P. Jacobs Coloriste Edgar P. Jacobs Éditeur …   Wikipédia en Français

  • Jaune —   Composantes RVB (r, v, b) (255, 255, 0) Triplet hexa. FFFF00 CMJN (c, m …   Wikipédia en Français

  • jaune — [ ʒon ] adj., n. et adv. • XIIe; jalne 1080; lat. imp. galbinus I ♦ Adj. 1 ♦ Qui est d une couleur placée dans le spectre entre le vert et l orangé et dont la nature offre de nombreux exemples (citron, bouton d or). ⇒ ambré, blond, doré; xantho …   Encyclopédie Universelle

  • Jaune (album) — Jaune Album par Jean Pierre Ferland Sortie 1970 Label Barclay 80090 Albums de Jean Pierre Ferland …   Wikipédia en Français

  • Marque d'identification des aéronefs (A-C) — En raison de sa taille l article Marques d identification des aéronefs est subdivisé en quatre pages : Marque d identification des aéronefs (A C) Marque d identification des aéronefs (D J) Marque d identification des aéronefs (K P) Marque d… …   Wikipédia en Français

  • Marque d'identification des aéronefs (K-P) — En raison de sa taille l article Marques d identification des aéronefs est subdivisé en quatre pages : Marque d identification des aéronefs (A C) Marque d identification des aéronefs (D J) Marque d identification des aéronefs (K P) Marque d… …   Wikipédia en Français

  • Marque d'identification des aéronefs (D-J) — En raison de sa taille l article Marques d identification des aéronefs est subdivisé en quatre pages : Marque d identification des aéronefs (A C) Marque d identification des aéronefs (D J) Marque d identification des aéronefs (K P) Marque d… …   Wikipédia en Français

  • Marque d'identification des aéronefs (Q-Z) — En raison de sa taille l article Marques d identification des aéronefs est subdivisé en quatre pages : Marque d identification des aéronefs (A C) Marque d identification des aéronefs (D J) Marque d identification des aéronefs (K P) Marque d… …   Wikipédia en Français

  • marque — 1. marque [ mark ] n. f. • 1530; « droit d entrée » fin XVe; de marquer; a remplacé merc, de l a. nord. merki « marque » I ♦ 1 ♦ Signe matériel, empreinte mis(e), fait(e) sur une chose pour la distinguer, la reconnaître ou pour servir de repère.… …   Encyclopédie Universelle