La Fortune Des Rougon


La Fortune Des Rougon

La Fortune des Rougon

La Fortune des Rougon

Illustration de La Fortune des Rougon


Auteur Émile Zola
Genre Roman naturaliste
Pays d'origine France
Éditeur Librairie internationale A. Lacroix-Verboecken et cie
Date de parution 1871
Série Les Rougon-Macquart
Chronologie
Premier de la série
Premier de la série
Premier de la série
La Curée

La Fortune des Rougon est un roman d’Émile Zola publié en 1871, premier volume de la série les Rougon-Macquart. Le cadre est une petite ville appelée Plassans, qui correspond à Aix-en-Provence, où Zola a passé son enfance et une partie de sa jeunesse, ainsi qu’à Lorgues, dans le Var, où se sont déroulés en décembre 1851 les évènements insurrectionnels décrits dans le roman. Le roman a un triple intérêt :

  • Il marque le début de la généalogie des Rougon-Macquart, qui commence avec Adélaïde Fouque, dite Tante Dide, née en 1768. Elle a épousé un certain Rougon, jardinier dont elle a eu un fils, Pierre Rougon. À la mort de son mari, elle a vécu en concubinage avec Macquart, contrebandier et ivrogne, qui lui a donné une fille, Ursule Macquart, et un garçon, Antoine Macquart. Après la mort de Macquart, elle sombre peu à peu dans la folie. Ses trois enfants ont donné naissance aux trois branches de la famille :
    • les Rougon, chez qui prédomine l’appât du gain et l’appétit de pouvoir ;
    • les Mouret (mariage d’Ursule avec un chapelier ainsi nommé), branche où la fragilité mentale de l’ancêtre réapparaît souvent ;
    • les Macquart, branche la plus fragile, chez qui la folie d’Adélaïde se mêle à l’alcoolisme et à la violence de son amant ;
  • Il raconte enfin une histoire d’amour entre Silvère Mouret (fils d’Ursule) et Miette, fille d’un contrebandier condamné aux galères. L’histoire finit mal : les deux jeunes gens participent à la résistance au coup d’État ; Miette est tuée pendant les combats tandis que Silvère est fusillé par un gendarme, sans que ses oncles Rougon interviennent pour le sauver. Adélaïde Fouque, qui a assisté à la scène, devient folle et est enfermée dans un asile. Elle est alors âgée de 75 ans, mais elle survit jusqu’au dernier roman (le Docteur Pascal), s’éteignant à l’âge de 105 ans.

Sommaire

Personnages

Les personnages de la Fortune des Rougon s’étalent sur quatre générations différentes, on retrouve la majorité en d’autres œuvres de la série les Rougon-Macquart.

1re génération

  • Adélaïde Fouque : Née en 1768, fille d’un bourgeois, elle est atteinte d’une légère folie, d’une incompatibilité avec le monde extérieur. Son comportement est bien souvent puéril. Elle va d’abord se marier en 1786 avec Rougon, son ancien jardinier; de ce mariage elle aura un fils, Pierre. Puis après la mort de Rougon, elle se mettra en concubinage en 1789 avec Macquart, un contrebandier aimant l’alcool et Adélaïde, même s'il lui arrive de la battre. Deux enfants naîtront de cette union: Antoine et Ursule. Ayant d’abord mis en avant sa vie de femme avant celle de mère, elle sera hantée par son péché de ne pas s’être assez occupée de Pierre. Après la mort de Macquart elle sera dépossédée de ses biens par l’aîné de ses fils. Elle élevera plus tard Silvère Mouret, son petit-fils, après l’exécution duquel elle sombrera définitivement dans la folie et sera en conséquence internée aux Tulettes.
  • Rougon : Jardinier et mari de Adélaïde Fouque, il lui donnera un enfant avant de mourir peu de temps après.
  • Macquart : Contrebandier et amant de Adélaïde Fouque, il lui donnera deux enfants, il n’a pas l’air foncièrement mauvais, juste fainéant, c’est à cause de lui que la lignée des Macquart va sombrer dans l’alcoolisme, il sera tué par des gendarmes.

2e génération

  • Pierre Rougon : fils de de Rougon et d’Adélaïde Fouque, né en 1787, très tôt il développe le principal défaut de la branche des Rougon : l’avidité, Pierre a le désir de devenir bourgeois, il souhaite cela plus que tout autre chose. Pour cela, il expulse de chez lui par un fin stratagème, son demi-frère, Antoine, et marie sa soeur Ursule, à un charpentier du nom de Mouret. Il se marie a son tour avec la fille d’un marchand d’huile, Félicité Puech et reprend le commerce familial. Il a 5 enfants. Son aîné, Eugène, grâce à son éducation et à son intelligence, gagne une haute place à Paris et sent venir le coup d'État du 2 décembre 1851. Il en informe son père, qui, feignant d’être un brave et sachant qu’il court peu de risques, sauve Plassans des griffes d'insurgés imaginaires et devient ainsi, après le coup d’État, receveur particulier et chevalier de la légion d'honneur.
  • Antoine Macquart : Fils de Macquart et d’Adélaïde Fouque, né en 1789, après avoir été expulsé de chez lui, il devient soldat sous Napoléon, il revient ensuite à Plassans où il ordonne à son frère de lui rendre son argent, devant le refus de celui-ci, Antoine va devenir un républicain engagé afin de pouvoir réaliser son rêve : vivre sans travailler. En plus de son défaut de paresse, il est également alcoolique, il se marie avec Joséphine Gavaudan et a 3 enfants avec elle. Suite à sa mauvaise humeur et à la mort de sa femme, il est abandonné de ses enfants. Devant se nourrir seul, il fait tout pour que la république gagne à Plassans et lorsqu’il n’y a plus d’espoir, avec l’aide de sa belle-soeur, Félicité, il participe à une mise-en-scène faisant passer Pierre pour un héros, ce qui lui permet de fuir à l’étranger avec de l’argent.
  • Ursule Mouret : Fille de Macquart et d’Adélaïde Fouque, née en 1791, elle se marie en 1810 avec Mouret, un charpentier, elle a 3 enfants avec lui. Elle va vivre avec lui à Marseille et meurt en 1840 de phtisie.
  • Félicité Rougon : née Puech, puis mariée à Pierre Rougon, tout comme son mari, elle a une avidité maladive, ayant le désir fort d’être bourgeois, c’est grâce à elle que le plan fonctionne. Très intelligente, beaucoup plus que son mari, elle soutient efficacement le camp des conservateurs à Plassans.
  • Joséphine Macquart : née Gavaudan, puis mariée à Antoine Macquart, tout comme son mari elle aime l’alcool à l’excès, mais à sa différence elle n’hésite pas à travailler, elle nourrit son mari pendant plusieurs années et meurt finalement en 1851 des suite d’un effort trop grand.
  • Mouret : Charpentier qui tombe fou amoureux d’Ursule Macquart, il lui donne 3 enfants. Après la mort de sa femme, il sombre dans la dépression et finit par se suicider un an après.

3e génération

  • Eugène Rougon : fils de Pierre et de Félicité Rougon, né en 1811, suite à une bonne éducation, il va avoir un haut poste à Paris qui lui permettra de prévoir le coup d'État du 2 décembre 1851, il préviendra ses parents et les guidera pour qu’ils fassent fortune, sa vie reste obscure à Paris, on sait juste qu’il est un proche du futur Napoléon III. Il réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans Son Excellence Eugène Rougon.
  • Pascal Rougon : second enfant de Pierre et Félicité Rougon, né en 1813, à la différence des autres membres de sa famille il ne souffre d'aucune tare héréditaire. Docteur, il va aider les républicains en les soignant, il aime beaucoup tester des expériences bizarres sur les cadavres pour comprendre le fonctionnement du système humain. À cause de cela, il est mis à l'écart à Plassans. Il réaparait par la suite dans plusieurs œuvres de Zola et plus particulièrement dans Le Docteur Pascal .
  • Aristide Rougon : troisième enfant de Pierre et Félicité Rougon, né en 1815, il épouse en 1836 Angèle Sicardot qui lui donnera 2 enfants, il pense que c’est la république qui va l’emporter et la soutient donc intensément, grâce à son travail dans un journal il va écrire plusieurs articles pro-républicains. Lorsqu’il découvrira que son frère, Eugène, soutient Louis-Napoléon Bonaparte, il se mettra à douter de la victoire républicaine et lors du coup d’État, changera de camp pour soutenir le Second Empire. Il réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans la Curée et l'Argent.
  • Sidonie Rougon : Quatrième enfant de Pierre et Félicité Rougon, née en 1818, elle épouse en 1838 un clerc avoué et partira sur Paris ; comme tous les membres de sa famille, elle ne manque ni d’envie ni de cupidité. Elle réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola.
  • Marthe Rougon : Cinquième enfant de Pierre et Félicité Rougon, née en 1820, elle épouse en 1840 son cousin François Mouret. Elle réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans la Conquête de Plassans.
  • Lisa Macquart : Fille d'Antoine et Joséphine Macquart, née en 1827, calme et posée, elle partira avec une femme qui l’emploie sur Paris. Elle réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans le Ventre de Paris.
  • Gervaise Macquart : Second enfant d'Antoine et Joséphine Macquart, née en 1828, petite, fine et boiteuse, elle va très tôt commencer à boire, et aura un amant du nom de Lantier qui lui donnera 2 fils. Après la mort de sa mère, pour échapper à son père, partira avec Lantier sur Paris. Elle réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans l'Assommoir. C'est très certainement le personnage le plus connu des Rougon-Macquart.
  • Jean Macquart : Troisième enfant d'Antoine et Joséphine Macquart, né en 1831, il est révolté par la conduite injuste de son père, mais il restera pour soutenir ses soeurs et sa mère. Après le départ de Lisa et la mort de sa mère, il prépare un plan avec Gervaise et ils partent le même jour de Plassans, laissant leur père seul au monde. Il réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans La Terre et La Débâcle.
  • François Mouret : Fils d'Ursule et Mouret, né en 1817, après le suicide de son père, il viendra travailler avec son oncle, Pierre Rougon, une fois que celui-ci partira à la retraite, il se mariera avec sa fille Marthe Rougon et repartira à Marseille. Il réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans La Conquête de Plassans.
  • Silvère Mouret : Troisième fils d'Ursule et Mouret (la deuxième fille n’apparait pas dans ce roman), né en 1834, républicain de tout son coeur, il va aller vivre avec son frère à Plassans après le suicide de son père, il n’a alors que 11 ans. Il va habiter chez sa grand-mère, Adélaïde Fouque qu’il surnomme affectueusement « Tante Dide ». Il va tomber amoureux de Miette mais refusera d’avoir des relations sexuelles avec elle tant qu’ils ne seront pas mariés, chose qui aurait dû arriver après la victoire républicaine. Il se battra contre le coup d'État du 2 décembre 1851, à ce moment il crèvera l’œil d'un gendarme, celui-ci, après la mort de Miette, le retrouvera et l'assassinera juste devant sa grand-mère qui deviendra folle suite à cela.
  • Miette : fille d’un contrebandier qui a tué un gendarme quand celui-ci le tenait en joue, elle se révolte à chaque fois qu’on accuse son père d’autre chose que du meurtre. Très seule suite aux commentaires désobligeants des habitants de Plassans, son premier ami sera Silvère, puis ils tomberont amoureux l’un de l’autre. Lors de la marche des insurgés contre le coup d'État du 2 décembre 1851, elle sera tuée par un tir général des soldats, à ce moment là, regrettant plus que tout de mourir fille, Silvère finira par embrasser sa poitrine juste avant qu’elle n’agonise, souriant tristement sur sa virginité qu’elle n’a pu perdre.

4e génération

  • Jacques Lantier : Fils de Gervaise et de Lantier, né en 1844, il sera élevé par sa grand-mère du coté paternel. Il partira avec sa mère à Paris. Il réapparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans La Bête humaine.
  • Étienne Lantier : Présenté comme le second fils de Gervaise et Lantier, il est en réalité le troisième (il y a absence de Claude dans cette oeuvre). Elevé d’abord par sa grand-mère paternelle, il partira avec sa mère à Paris. Il réaparait par la suite dans plusieurs oeuvres de Zola et plus particulièrement dans Germinal.
  • Anna Coupeau : fille de Gervaise et de Coupeau, elle sera l'héroïne du roman Nana
  • Maxime Saccard: fils d'Aristide Saccard et de sa première femme, Angèle. Il figure parmi les personnages principaux de La Curée, au même titre que son père et que sa belle-mère, Renée Saccard (née Béraud du Châtel)

Explication du titre

De prime abord, l'on pourrait croire que le titre, La Fortune des Rougon, est simple à comprendre. Cependant tout un raisonnement se fait dans l'esprit du lecteur à partir du titre : tout d'abord il nous indique que les personnages principaux de cette histoire ne sont ni Silvère, ni Miette, ni Macquart, il s'agit de la branche des Rougon ; le titre nous apprend ensuite que cette branche de la famille va faire fortune. En cela, le combat de Félicité et de Pierre contre la pauvreté apparaîtra moins triste, moins déséspéré ; de plus, Macquart n'arrivera pas à se venger de son frère, du moins sur le plan financier. Ce titre nous informe donc déjà sur l'histoire, son contenu, mais également sur la fin même du récit : les Rougon vont devenir de riches bourgeois.

Bibliographie

  • (en) Marie-Sophie Armstrong, « The Opening Chapter of La fortune des Rougon or the Darker Side of Zolian Writing », Dalhousie French Studies, Fall 1998, n° 44, p. 39-53.
  • Marie-Sophie Armstrong, « Totem et tabou dans La Fortune des Rougon », Excavatio, 2001, n° 14 (1-2), p. 73-85.
  • Maurice Agulhon, « Aux sources de la Fortune des Rougon : deux types d’insurgés de 1851 », Europe, 1968, n° 468-469, p. 161-167.
  • Colette Becker, « Les Machines à pièces de cent sous des Rougon », Romantisme, 1983, n° 13 (40), p. 141-152.
  • Colette Becker, « Zola, un déchiffreur de l’entre-deux », Études Françaises, 2003, n° 39 (2), p. 11-21.
  • Anne Belgrand, « Le Couple Silvère-Miette dans La Fortune des Rougon », Romantisme, 1988, n° 18 (62), p. 51-59.
  • Janice Best, « ...une soirée sanglante de cette fin de siècle », Excavatio, 2002, n° 16 (1-2), p. 58-66.
  • Jean Bourgeois, « Du mythe collectif au mythe personnel: La Fortune des Rougon, Le Rêve », Cahiers Naturalistes, 2005, n° 79, p. 23-44.
  • (en) Joseph Breines, « 'Submerging and Drowning' the Characters: Zola’s Wet Determinism », Romanic Review, Nov 1996, n° 87 (4), p. 511-29.
  • Anne Carol, « Zola et la combustion spontanée : de l’usage d’un mythe en médecine », Cahiers Naturalistes, 2001, n° 75, p. 139-55.
  • (en) Gilbert Chaitin, « The Voices of the Dead: Love, Death and Politics in Zola’s Fortune des Rougon », Literature and Psychology, 1976, n° 26, p. 131-44.
  • David Charles, « La Fortune des Rougon, roman de la Commune », Romantisme, 2006, n° 131, p. 99-114.
  • Véronique Cnockaert, « 'Speculo oratio': Le Puits-tombeau dans La Fortune des Rougon d’Émile Zola », French Forum, Jan 1999, n° 24 (1), p. 47-56.
  • Evelyne Cosset, « La Représentation de l’acte de parole des personnages dans La Fortune des Rougon », Les Cahiers Naturalistes, 1991, n° 37 (65), p. 155-68.
  • Auguste Dezalay, « L’Infortune des Rougon ou le Mal des origines », Le Mal dans l’imaginaire littéraire français (1850-1950), Paris, L’Harmattan, 1998, p. 181-92.
  • Auguste Dezalay, « Ordre et désordre dans les Rougon-Macquart : l’exemple de La fortune des Rougon », Travaux de Linguistique et de Littérature, 1973, n° 11 (2), p. 71-81.
  • Catherine Sanvert, « Des Mystères de Marseille à La Fortune des Rougon ou du feuilleton 'illusion' au roman 'fondement' », À la rencontre du populaire, Saint-Étienne, Univ. de Saint-Étienne, 1993, p. 43-55.
  • Olivier Got, « L’idylle de Miette et de Silvere dans La fortune des Rougon: Structure d’un mythe. », Les Cahiers Naturalistes, 1973, n° 46, p. 146-64.
  • Elliott M. Grant, « L’Emploi des l’expédition a Rome dans La Fortune des Rougon », Les Cahiers Naturalistes, 1966, n° 31, p. 53-56.
  • Christophe Ippolito, « La Vérité toute nue sort du puits : communication et sexualité dans La Fortune des Rougon », Excavatio, 1997, n° 10, p. 166-71.
  • Jurate Kaminskas, « La Fortune des Rougon : des origines et des parasites », Excavatio'', 1997, n° 10, p. 172-82.
  • Jurate Kaminskas, « Structures parasitaires dans la trilogie de Plassans », Cahiers Naturalistes, 2000, n° 74, p. 33-42.
  • (en) Martin Kanes, « Zola, Balzac and la Fortune des Rougon », French Studies, 1964, n° 18, p. 203-212.
  • (en) Wendell McClendon, « Images of Family in Zola: La Fortune des Rougon et des Macquart », Excavatio, May 1992, n° 1, p. 111-20.
  • Henri Mitterand, « La Publication en feuilleton de La fortune des Rougon d’Émile Zola », Mercure de France, 1959, n° 337, p. 531-536.
  • Naomi Schor, « Mythe des origines, origine des mythes : La Fortune des Rougon », Les Cahiers Naturalistes, 1978, n° 52, p. 124-34.
  • László Szakács, « Les Vivants et les morts dans La Fortune des Rougon », Acta Litteraria Academiae Scientiarum Hungaricae, 1990, n° 32 (1-2), p. 91-95.
  • (en) Robert Ziegler, « Blood and Soil: The Stuff of Creation in La Fortune des Rougon », Studia Neophilologica, 1997, n° 69 (2), p. 235-41.

Liens externes

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « La Fortune des Rougon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Fortune Des Rougon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • La Fortune des Rougon — Auteur Émile Zola Genre Roman naturaliste Pays d origine France Éditeur …   Wikipédia en Français

  • La fortune des rougon — Auteur Émile Zola Genre Roman naturaliste Pays d origine France Éditeur Librairie international …   Wikipédia en Français

  • La Fortune des Rougon — infobox Book | name = La Fortune des Rougon title orig = translator = image caption = author = Émile Zola illustrator = cover artist = country = France language = French series = Les Rougon Macquart genre = publisher = release date = 1871 english …   Wikipedia

  • Rougon-Macquart — Les Rougon Macquart Pour les articles homonymes, voir Rougon (homonymie). L’arbre généalogique des Rougon Macquart Le titre génériq …   Wikipédia en Français

  • Rougon (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Rougon peut désigner : Rougon, une commune française des Alpes de Haute Provence ; les Rougon Macquart, la famille créée par Zola comme sujet de …   Wikipédia en Français

  • Les Rougon-Macquart — Infobox Novel series name = Les Rougon Macquart, Histoire naturelle et sociale d une famille sous le Second Empire image caption = Preface of La Fortune des Rougon , the first book of the serie books = 20 books, see this list author = Emile Zola… …   Wikipedia

  • Son Excellence Eugene Rougon — Son Excellence Eugène Rougon Son Excellence Eugène Rougon Auteur Émile Zola Genre Roman naturaliste Pays d origine France Éditeur …   Wikipédia en Français

  • Son Excellence Eugène Rougon — Auteur Émile Zola Genre Roman naturaliste Pays d origine France Éditeur …   Wikipédia en Français

  • Les Rougon-Macquart — Pour les articles homonymes, voir Rougon (homonymie). L’arbre généalogique des Rougon Macquart Le titre générique Les Rougon Macquart regroupe un ensemble de vingt …   Wikipédia en Français

  • Son Excellence Eugène Rougon — infobox Book | name = Son Excellence Eugène Rougon title orig = translator = image caption = author = Émile Zola illustrator = cover artist = country = France language = French series = Les Rougon Macquart genre = Novel publisher = Charpentier… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.