Kurt Sanderling


Kurt Sanderling
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanderling.
Kurt Sanderling
Erich Honecker et Kurt Sanderling lors les célébrationsdu 750e anniversaire de Berlin en 1987.
Erich Honecker et Kurt Sanderling lors les célébrations
du 750e anniversaire de Berlin en 1987.

Naissance 19 septembre 1912
Arys, Flag of Prussia 1892-1918.svg Royaume de Prusse,
Drapeau: Empire allemand Empire allemand
Décès 18 septembre 2011 (à 98 ans)
Berlin, Drapeau d'Allemagne Allemagne
Activité principale Chef d'orchestre
Lieux d'activité Moscou, Leningrad, Berlin, Dresde, Stuttgart

Kurt Sanderling est un chef d'orchestre allemand, né le 19 septembre 1912 à Arys en Prusse-Orientale et mort le 18 septembre 2011 à Berlin[1].

Sommaire

Biographie

En raison de ses origines juives, Kurt Sanderling fuit l'Allemagne en 1936, un an après la promulgation des lois de Nuremberg. Afin d'échapper aux persécutions antisémites du régime nazi, il s'installe en Union soviétique, où il travaille avec l'Orchestre symphonique Tchaïkovski de la Radio de Moscou, puis de 1942 à 1960 avec l'orchestre philharmonique de Léningrad, comme assistant d'Evgeni Mravinski. En 1960, il s'installe en Allemagne de l'Est et prend la tête du Berliner Sinfonie-Orchester. Il dirigera également entre 1964 et 1967, la prestigieuse Staatskapelle de Dresde avec laquelle il enregistrera, entre autres, une intégrale de l’œuvre symphonique de Johannes Brahms. Après la chute du Mur de Berlin en 1989, il dirige les concerts de l'orchestre de Stuttgart. Il prend sa retraite en mai 2002.

Son fils Thomas Sanderling, issu d'un premier mariage, est également chef d'orchestre tandis que Stefan Sanderling et Michael Sanderling (en), ses deux fils nés d'un second mariage, sont chef d'orchestre et violoncelliste, respectivement.

Kurt Sanderling meurt la veille de son 99e anniversaire.

Répertoire

En tant que chef d'orchestre, Sanderling affectionne les tempos lents et un certain sentimentalisme dans l'expression, racheté par une technique impeccable et une grande probité vis-à-vis du texte. Sa vision des symphonies de Chostakovitch, qu’il avait bien connu particulièrement, est peut-être la plus émouvante de toutes, car la plus lyrique. Sanderling a eu, en outre, le privilège de rencontrer personnellement le compositeur finlandais Jean Sibelius[2]. En Russie, il a contribué, avec des chefs comme Evgueni Mravinski et Guennadi Rojdestvenski, à faire connaître et apprécier son œuvre.

En Allemagne de l'Est, il réalise plus tard une intégrale des symphonies de Sibelius d'une grandeur abrupte et sans concessions.

Kurt Sanderling et Chostakovitch : La Quinzième symphonie

  • Bien qu'il ne dirigea, ni n'enregistra la totalité de ses œuvres symphoniques, contrairement à d'autres chefs d'orchestre russes, comme Kirill Kondrachine ou Rudolf Barchaï, Kurt Sanderling fut, néanmoins, considéré comme l'un des dépositaires les plus authentiques de la pensée musicale de Dmitri Chostakovitch. Il fut surtout, en particulier, un fervent défenseur et un interprète assidu de son ultime symphonie, la Quinzième en la majeur opus 141. Il l'enregistra, d'ailleurs, à deux reprises : à Berlin, en Allemagne de l'Est, en 1978 ; puis avec l'Orchestre de Cleveland, en 1991, pour le label Erato. Voici ce qu'il déclarait au Monde de la musique, lors d'un de ses concerts parisiens, au milieu des années 1990 : « Évoquer un magasin de jouets à propos du premier mouvement de cette symphonie est juste, à condition de bien comprendre que ces jouets sont des marionnettes sans vie. C'est ce que rappelle le thème de Guillaume Tell de Rossini : l'absence d'âme. Cela n'a rien d'une musique légère. J'ai dirigé cette œuvre plus de soixante-dix fois et le public est toujours bouleversé. » Il confiait également : «  D'après mon expérience de chef d'orchestre, je peux dire que c'est justement la Quinzième Symphonie qui fait la plus grande impression sur le public, celui-ci sent la monstruosité du contenu. Tout particulièrement dans le dernier mouvement, qui est un adieu à la vie riche en larmes et profondément émouvant. À la fin, lorsque la batterie commence à trembler et à striduler, cela me fait toujours penser par association d'idées à une station intensive dans un hôpital : l'homme est relié aux appareils les plus divers et les indicateurs indiquent que les courants du cœur et du cerveau s'éteignent progressivement, puis après un dernier soubresaut, tout est terminé. » (entretien avec Hans Bitterlich pour Berlin Classics, février 1995).

Sources et références

  1. « Mort du chef d'orchestre Kurt Sanderling », dans Le Figaro, avec AFP (et dpa), 18 septembre 2011 [texte intégral (page consultée le 27 septembre 2011)] .
  2. La Philharmonie de Leningrad, alors dirigée par Mravinski et Sanderling, donna, en mars 1946, neuf concerts à Helsinki. Le 20 mars, les deux chefs d'orchestre furent conduits par Jussi Jalas chez Sibelius à Ainola. (in : Marc Vignal : Jean Sibelius, Fayard, 2004).

Liens externes


Précédé de :
Hermann Hildebrandt
Chef principal, Berliner Sinfonie-Orchester
1960–1977
Suivi de :
Günther Herbig
Précédé de :
Otmar Suitner
Chef principal, Staatskapelle de Dresde
1964–1967
Suivi de :
Martin Turnovský

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kurt Sanderling de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Kurt Sanderling — und Erich Honecker während der 750 Jahr Feier von Berlin (1987) Kurt Sanderling (* 19. September 1912 in Arys, Kreis Johannisburg, Ostpre …   Deutsch Wikipedia

  • Kurt Sanderling — (born September 19, 1912) is a German conductor.BiographyBorn in Arys, East Prussia, Sanderling, after early work at the Deutsche Oper Berlin, Sanderling left for Russia in 1936, where he worked with the Moscow Radio Symphony Orchestra. From 1942 …   Wikipedia

  • Kurt Sanderling — Erich Honecker y Kurt Sanderling. Kurt Sanderling, CBE, (19 de septiembre de 1912, Arys, Prusia Oriental …   Wikipedia Español

  • Sanderling (Begriffsklärung) — Sanderling ist der Name eines Watvogels, siehe Sanderling und ist der Familienname folgender Personen: Kurt Sanderling (1912–2011), deutscher Dirigent Michael Sanderling (* 1967), deutscher Dirigent und Cellist Stefan Sanderling (* 1964),… …   Deutsch Wikipedia

  • Kurt — ist ein verbreiteter männlicher Vorname. Varianten sind: Cord, Curd, Curt (engl.) Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und Bedeutung des Namens 2 Namenstag 3 Berühmte Namensträger …   Deutsch Wikipedia

  • Sanderling — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sanderling est un nom de famille notamment porté par : Kurt Sanderling (1912 2011), chef d orchestre allemand Stefan Sanderling (né en 1964), chef d… …   Wikipédia en Français

  • SANDERLING, KURT — (1912– ), conductor. Sanderling was born in East Prussia and began his conducting career at the age of 18, as assistant conductor at the Berlin Staatsoper. Forced to leave Nazi Germany, he was subsequently engaged to conduct the Moscow Radio… …   Encyclopedia of Judaism

  • Sanderling — I Sanderling,   Art der Strandläufer. II Sạnderling,   Kurt, Dirigent, * Arys (Ostpreußen) 19. 9. 1912; kam (nach Berufsverbot 1933 und Aberkennung der deutschen Staatsbürgerschaft 1935) über Moska …   Universal-Lexikon

  • Michael Sanderling — (born 21 February 1967 in Berlin) is a German violoncellist and conductor. Contents 1 Biography 1.1 Artistic career as a violoncellist 1.2 Artistic career as a conductor …   Wikipedia

  • Michael Sanderling — bei einem öffentlichen Konzert im Potsdamer Nikolaisaal Michael Sanderling (* 21. Februar 1967 in Berlin) ist ein deutscher Dirigent und Cellist …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.