Klimt


Klimt

Gustav Klimt

Page d'aide sur les redirections « Klimt » redirige ici. Pour les autres significations, voir Klimt (homonymie).
Gustav Klimt
Portait de Gustav Klimt
Naissance 14 juillet 1862
Baumgarten, Empire Autrichien
Décès 6 février 1918 (à 55 ans)
Vienne
Nationalité Flag of Austria-Hungary 1869-1918.svg Autrichien
Activité(s) Artiste-peintre
Maître Ferdinand Laufberger
Élèves Egon Schiele
Mouvement artistique Art nouveau Symbolisme
Œuvres réputées Judith I, Le Baiser , Portrait d'Adele Bloch-Bauer I, Danaë
Récompenses
* Croix d'or du mérite artistique
* Médaille d'or de l'exposition universelle de Paris de 1900.

Gustav Klimt (14 juillet 1862 - 6 février 1918) est un peintre symboliste autrichien, et l'un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau de Vienne.

Sommaire

Jeunesse et début de parcours

Klimt, 1905

Deuxième enfant d'une famille de sept, Gustav Klimt est né à Baumgarten le 14 juillet 1862, à côté de Vienne, Autriche. Fils de Rodolph Klimt, orfèvre ciseleur, et Annie Finster, chanteuse de pop, il suit les cours de la Universität für angewandte Kunst Wien (de) (École des arts décoratifs) de Vienne dans les années 1876-1883, où il est l'élève de Ferdinand Laufberger (de).

En 1879, il débute sa carrière comme acteur dans l'équipe de Hans Makart, en participant à l'organisation du Festzug (noces d'argent du couple impérial). En 1880, Gustav Klimt adhére au Künstlerhaus (la Compagnie des artistes). L'évènement le plus important dans ces années là est l'achèvement de la décoration de l'escalier du Kunshistorisches Museum, qu'il méne à bien malgré le décès du maître d'œuvre de ce travail conduit par le maître Hans Mackart, lequel travail consolide encore sa réputation.

En 1883, il crée un atelier avec son frère Henri, qui est orfèvre ciseleur, et Franz Matsch (de), jusqu'en 1891. Il réalise en particulier de nombreuses fresques, allégories et emblèmes dans un style néo-classique académique (comme pour l'escalier du Burgtheater de 1886 à 1888 à Vienne) et la précision de ses portraits est renommée. Il se voit confier la décoration de murs et plafonds de villas mais aussi de théâtres et édifices publics. Il décore les plafonds du théatre de Fiume en 1893, la villa Herms à Laiz, le théâtre de Carlsbad en 1886 Les qualités artistiques de Klimt sont reconnues officiellement, et il reçoit en 1888 la Croix d'or du mérite artistique de la part de l'empereur François-Joseph 1er. Quatre ans plus tard, la mort de Matsch provoque la dissolution de la Compagnie. Ainsi jusqu'en 1890, Gustav Klimt aura eu un début de carrière fait d'une solide réputation de peintre décorateur répondant à des demandes officielles de peintures architecturales, mais sans réelle originalité, car éloignée au fond de lui de ses goûts personnels pour un art moderne dans lequel il a envie de s'exprimer totalement.

Année 1890: Rencontre d'Émilie Flöge et rupture avec le "style Académique"

Portrait d'Emilie Flöge, 1902

Il prend pour compagne Émilie Flöge qui tient une maison de couture, et se rapproche en ces débuts des années 1890 des écrivains Arthur Schniltzer, Hofmaansthal et Hermann Bahr tout en s'intéressant au symbolisme et à l'impressionnisme français. En 1895, lors d'une exposition à Vienne, il découvre les œuvres de Liebermann, de Félicien Rops, mais aussi de Klinger, Böcklin et Rodin.

En 1892, à la mort de son frère, il doit assurer la sécurité financière de sa famille. Il amorce sa rupture avec l'académisme. Par ailleurs, le ministère refuse sa nomination à la chaire de peinture d'histoire des Beaux-Arts.

Avec certains de ses amis dont Moser, Joseph M.Olbrich et Carl Mol, il crée le 3 avril 1897 un journal intitulé "Ver Sacrum" (Printemps Sacré), avec l'ambition de créer un édifice consacré aux arts. Il participe la même année à la fondation de l'Union des artistes Figuratifs, appelée la "Sécession viennoise" avec dix neufs artistes de la Küntlerhauss de Vienne. Il devient le président de cette association, dont l'objectif est de réformer le vie artistique de l'époque et de réaliser des œuvres d'art qui élèvent "l'art autrichien à une reconnaissance internationale à laquelle il aspire". Il s'agit aussi de combler le fossé entre les arts dit "mineurs", de rapprocher les objets utilitaires et les objets d'art, de transformer le monde au moyen des arts. Les arts doivent éveiller les consciences et s'éloigner de toute compromission avec l'art et l'académisme établis.

Cette fondation est en quelque sorte la réponse au mouvement "Art Nouveau" en France et au "Jugendstil" qui se développe en Allemagne. Le magazine "Ver Sacrum" devient le moyen d'expression de la "Secession", et le porte parole de cette volonté de changer le monde, tandis que Joseph M. Olrich parvient à réaliser cet édifice dédié aux arts et souhaité par Klimt, pour donner aux jeunes artiste figuratifs un lieu permanent d'exposition pour leurs œuvres.

Pallas Athéna

Pallas Athéna, 1898, Huile sur toile, 75cm x 75cm, Vienne

Il peint, en 1898, le célèbre tableau "Pallas Athéna" qui marque en quelque sorte cette émancipation de Gustav Klimt par rapport à l'art officiel.

Sous un mode ironique, il détourne la représentation traditionnelle du sujet en montrant sous le visage de la déesse aux traits d'une femme fatale, une gorgone tirant la langue. Cette toile fût l'objet de l'affiche de la premiére exposition de la "Sécession" en 1898.

1900-1907: "La Philosophie", "la Médecine" et "la Jurisprudence"

Ces toiles commandées par l'Université de Vienne pour décorer le hall d'entrée seront détruites par les nazis en 1945.

"La Philosophie": Analyse

La Philosophie, détruite en 1945 par les nazis

Au cours de l'année 1900, lors de la septième exposition de la "Sécession", Klimt présente sa toile intitulée "La Philosophie", qui est la première des trois toiles préparatoires avec "la Médecine" et "La Jurisprudence" qui lui avaient été commandées en 1886 pour illustrer les voûtes du plafond de l'Aula Magna, le hall d'accueil de l'Université de Vienne. Il choisit de représenter la philosophie sous la forme d'une sphinge aux contours flous, la tête perdue dans les étoiles, tandis qu'autour d'elle se déroule tous les cycles de la vie, de la naissance à la vieillesse, en passant par les étreintes de l'amour. À gauche, à l'avant plan, la connaissance revêt les traits d'une femme fatale fixant de ses yeux froids et sombres le spectateur.

Cette toile fait l'objet d'une critique sévère des autorités universitaires qui s'attendaient à ue représentation classique du sujet et qui considérent alors cette allégorie comme une provocation au libertinage et une atteinte aux bonnes mœurs. La critique violente de la presse accuse Klimt d'outrager l'enseignement et de vouloir pervertir la jeunesse. On lui reproche ses peintures trop érotiques, et on s'interroge sur sa santé mentale et sur ses crises de dépression. "Il est trapu, écrit-on, un peu lourd, athlétique...pour allonger son visage sans doute, il porte ses cheveux en arrière et rejetés très haut au desses des tempes. C'est le seul signe qui pourrait penser que cet homme est un artiste".

"La Médecine" et "La Jurisprudence"

La Jurisprudence
La Médecine à l'Université de Vienne

Les compositions qui suivent, "La Médecine" et "La Jurisprudence" déchaînent et amplifient les critiques. La médecine est représentée par une femme qui offre son corps, au côté des représentations de la souffrance et de la mort. La jurisprudence quant à elle est représentée par un criminel en proie à ses instincts, tandis que la justice reste figée et impassible enchâssée dans une mosaïque d'inspiration byzantine. Klimt doit renoncer à voir se peintures décorer l'Aula Magna, sans pourtant renoncer à son invention esthétique.

"La Fresque de Beethoven"

Lors de la quatorzième exposition de la "Sécession" en 1902 consacrée à la musique de Beethoven, Klimt présente un e fresque en sept panneaux représentant la Neuvième Symphonie, destinée à illustrer un décor pour l'architecte Josef Hoffman chargé de réaliser un monument en mémoire du musicien. Cette œuvre d'art est encouragée par Gustav Mahler lui même, qui représente une aspiration au bonheur de la part de l'humanité souffrant en cherchant son apaisement dans les arts. Cette œuvre fait de nouveau l'objet de critiques violentes au nom de la morale.

"Cycle d'or" de Klimt

Durant les années 1902-1903 constituent un tournant dans l'œuvre de Klimt, et une période d'intense créativité. Il entame la réalisation de son "Cycle d'Or" avec les "Serpents d'Eau", le "Portrait d'Adéle Bloch-Bauer" et "Danaé". En 1904, un riche banquier belge Adolphe Stoclet lui commande la réalisation des mosaïques murales de la salle à manger x d'un luxueux palais qu'il construit à Bruxelles sur les plans de l'architecte Hoffman. La richesse décorative de Klimt éclate dans "L'Attente" et dans "L'Accomplissement" qu'il réalise pour Adolphe Stoclet.

"Le Baiser" et fin de la "Sécession"

Le Baiser, 1906-1908, Huile sur Toile, 180 × 180 cm, Galerie Österreichische, Vienne

Le tableau "Le Baiser" qui est le tableau le plus représentatif du génie de Gustav Klimt et qu'il peint en 1906 sera reproduit dans le thème de "L'Accomplissement" pour la fresque d'Aldolphe Stoclet.

À partir de 1908, il quitte avec plusieurs de ses amis la "Sécession" qui, selon lui, tend à se scléroser, et il se consacre à la peinture de paysages ou des scènes allégoriques très ornementées, de plus en plus stylisées et aux couleurs vives qui le rapproche du pointillisme de Seurat, mais aussi Van Gogh et de Bonnard.

Fin de carrière: Décorateur "fin de siécle"

Mulher sentada

Il s'intéresse davantage à la peinture intimiste et aux portraits. Il réalise des portraits de femmes de grandes dimensions avec des compositions richement décorées pour flatter une clientèle riche et bourgeoise qui lui fait des commandes, et il réalise aussi de nombreuses scènes de femmes nues ou aux poses langoureuses et érotiques, en tenues extravagantes dans des compositions asymétriques, sans relief et sans perspectives, riches d'une ornementation chatoyante, envahissante et sensuelle. En 1910, Klimt participe à la Biennale de Venise où il retrouve le succès et la notoriété d'avant l'Aula Magna. Il reprend le titre de décorateur "fin de siècle", de peintre de l'intelligentsia autrichienne et d'inventeur de l'art décoratif.

En 1917, l'Académie des Arts de Vienne et celle de Munich le nomment membre honoraire.

Il décède le 6 février 1918 à Vienne d'une attaque d'apoplexie et est enterré dans cette même ville au cimetière Hietzing (de). Il laisse de nombreuses toiles inachevées.

Célibataire endurci, il vit avec sa mère et ses sœurs. Il a cependant de nombreuses maîtresses, notamment Emilie Flöge qu'il rencontre au début des années 1890. Elle sera sa principale compagne jusqu'à la fin de sa vie. De ses nombreuses conquêtes naîtront 14 enfants illégitimes officiels.

Œuvres personnelles en rupture avec le style académique

À l'occasion de ses premières commandes personnelles (les pendentifs du grand escalier du Kunsthistorisches Museum), il se dégage des modèles académiques, inspiré par les estampes japonaises, et le symbolisme. Avec notamment Josef Olbrich, Koloman Moser Josef Hoffmann, Joseph Maria Olbrich, Max Kurzweil (de), Josef Engelhart (de), Ernst Stöhr (de), et d'autres, il crée le 3 avril 1897 la Sécession viennoise, groupe d'artistes rompant avec l'académisme. Il fonde également un périodique, Ver Sacrum, reprenant l'activité de ce groupe.

Son œuvre maîtresse de cette époque est une série d'allégories peintes pour illustrer certaines matières de l'université de Vienne : la Philosophie, la Médecine et la Jurisprudence. Ces tableaux offusquent la critique, mais le premier est couronné de la médaille d'or de l'exposition universelle de Paris de 1900. Ces trois œuvres sont détruites par les nazis en 1945.

En 1902, il peint une grande fresque en l'honneur de Ludwig van Beethoven pour la 14e exposition de la Sécession. Cette frise fait l'objet de nombreuses critiques, mais est appréciée par Auguste Rodin. En 1907, il rencontre le jeune peintre Egon Schiele qu'il va beaucoup influencer ; Klimt sera pour Schiele un modèle et un maître.

Devant les désaccords avec de nombreux artistes du groupe, il quitte la 'Secession' en 1908, accompagné par Koloman Moser, Carl Moll, Otto Wagner et d'autres. Il épure son style, évitant, à partir de 1909, l'or.


Style et thèmes récurrents

Judith I et la tête de Holofernes, 1901, Belvedere à Vienne

Son oeuvre comprend 230 tableaux dont 54 tableaux représentant des paysages. Ses principaux travaux incluent les peintures, les fresques, les croquis et autres objets d'art, dont plusieurs sont exposés à la galerie Vienna Secession. La profusion des détails, la richesse des décors et de la coloration en sont caractéristiques, ainsi que la précision des portraits. Il utilise souvent les formes phalliques dans ces œuvres notamment dans Judith 2 (1909), dans Le Baiser (1907-1908) mais surtout dans Danaë (1907). Un des thèmes récurrents du travail de Klimt est la femme dominatrice personnifiée par la femme fatale.

Klimt est connu pour son utilisation de l'or dans les peintures, qu'il découvre après avoir vu des mosaïques byzantines de Ravenne : voir le tableau de droite, Judith I, peint en 1901. Mais ses inspirations sont éclectiques. Les historiens de l'art répertorient des inspirations aussi diverses que celles de la Grèce classique, minoenne et égyptienne. Il est aussi inspiré par les ciselures d'Albrecht Dürer, les peintures européennes de la fin du Moyen-Age et de l'école Japonaise de Rimpa.

Klimt peint également quelques paysages, privilégiant une toile carrée (comme beaucoup d'artistes de la Secession), avec une absence totale de personnages, ce qui donne une ambiance de particulière sérénité. Ces tableaux sont peints "sur le vif" et terminés en atelier.

Citation

« Il n'existe pas d'autoportrait de moi. Je ne m'intéresse pas à ma propre personne comme "objet de représentation", mais aux autres êtes, surtout féminins, et plus encore aux apparitions". »

Principales œuvres

  • Les peintures murales de l'Université de Vienne
  • Les mosaïques du palais Stoclet de Bruxelles
  • Buchenwald ((de) Birkenwald) (1901);
  • Judith I (1902);
  • Émilie Flöge (1902);
  • Le Chevalier d'or(1903)
  • Judith II ou Salomé (1909);
  • Wasserschlangen I (1904);
  • Portrait d'Adele Bloch-Bauer I (1907);
  • Le Baiser (1907);
  • Danaë (1907);
  • Adele Bloch-Bauer II (1912);
  • Die Jungfrau (1913);
  • La frise Beethoven de la Secession de Vienne ;
  • L'Accomplissement ;
  • L'Attente ;
  • Serena Pulitzer Lederer, portrait, huile sur toile, 190,8 x 85,4 cm, Metropolitan Museum of Art, New York.

Divers

  • Le générique du dessins-animés tiré du manga « Elfen Lied » s'inspire grandement de ses oeuvres.
  • En 2005, Raoul Ruiz réalise le film Klimt, avec John Malkovich dans le rôle du peintre.
  • Dans le film Dracula (film, 1992) de Francis Ford Coppola, sorti en 1992, la robe portée par Dracula dans la scéne de lutte finale dans le château a été inspiré d'une peinture de Gustav Klimt intitulée "Le Baiser".

Côte

Le 7 août 2006, la Maison Christie's annonce qu'elle va s'occuper de la vente de quatre tableaux de Klimt qui provient de la collection de Maria Altman et des ses co-héritiers aprés une longue bataille juridique contre l'Autriche. Le Portrait d'Adéle Bloch Bauer II est vendu aux enchéres pour 88 millions $, la troisiéme plus grosse vente lors d'une vente aux enchéres à cette époque. Le Pommier I (1912) est vendu pour 33 millions $, La forêt de Birch (1903) est vendu pour 40,3 millions $ et Les Maisons d'Unterach sur le Lac Utter (1916) est vendu pour 31 millions $.

Adele Bloch Bauer

Portrait d'Adele Bloch-Bauer I, peinture à l'huile, 138 × 138 cm ,(1907), musée new-yorkais Neue Galerie

En juin 2004, la Cour Suprême des États-Unis permet à Maria Altmann, nièce d'Adele Bloch Bauer, de poursuivre l'Autriche pour obtenir la restitution de six peintures de Klimt volées par les nazis en 1938.

Gardées par l'Autriche après la guerre, les peintures étaient visibles au palais du Belvédère de Vienne. Les cinq tableaux incluaient le célèbre Adele Bloch-Bauer I surnommée « La Joconde d'Autriche ».

Le 18 juin 2006, le tableau Adele Bloch-Bauer I est adjugé pour 135 millions de dollar chez Christie's [1]. Il sera exposé au musée new-yorkais Neue Galerie. La vente des cinq tableaux a rapporté plus de 327 millions $.

Galerie de Paysages

Galerie de la Mythologie

Galerie d'allégories

Galerie de portraits

Galerie de peintures sans style attribué

Référence

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la peinture Portail de la peinture
  • Portail de l’Autriche Portail de l’Autriche
Ce document provient de « Gustav Klimt ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Klimt de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Klimt — steht für Georg Klimt (1867–1931), österreichischer Kunsthandwerker Gustav Klimt (1862 1918), österreichischer Künstler Claudia Klimt Weithaler (* 1971), österreichische Politikerin (KPÖ) Klimt (Film), ein Film über den Künstler Siehe auch:… …   Deutsch Wikipedia

  • KLIMT (G.) — KLIMT GUSTAV (1862 1918) Peintre viennois. Porteur du goût, des rêves et des angoisses des années 1900, Gustav Klimt est généralement considéré comme «le peintre de la femme». En vérité, si la femme intervient au niveau figuratif dans la majorité …   Encyclopédie Universelle

  • Klimt — (izg. klȉmt), Gustav (1862 1918) DEFINICIJA austrijski slikar i dekorater; glavni predstavnik bečkog Jugendstila (secesije) i simbolizma; simbolično alegorijski prikazi s naglašenom erotskom komponentom, portreti bečkih dama, monumentalne stropne …   Hrvatski jezični portal

  • Klimt — [klimt] Gustav [goos′täf΄] 1862 1918; Austrian painter …   English World dictionary

  • Klimt — /klimt/, n. Gustav /goos tahf/, 1862 1918, Austrian painter. * * * …   Universalium

  • Klimt — Klimt, Gustave …   Enciclopedia Universal

  • Klimt — (Gustav) (1862 1918) peintre autrichien; cofondateur de la Sécession viennoise (1897) qui propagea l art nouveau …   Encyclopédie Universelle

  • Klimt — Klimt, Gustav (1862 1918) an Austrian artist who was the founder of the Vienna Secession, the Austrian ↑art nouveau movement …   Dictionary of contemporary English

  • Klimt — noun Austrian painter influenced by art nouveau (1862 1918) • Syn: ↑Gustav Klimt • Instance Hypernyms: ↑painter * * * /klimt/, n. Gustav /goos tahf/, 1862 1918, Austrian painter. * * * [klimt] Gustav (1862 1918), Austrian painter and designer.… …   Useful english dictionary

  • Klimt — Klịmt,   Gustav, österreichischer Maler, * Baumgarten (heute zu Wien) 14. 7. 1862, ✝ Wien 6. 2. 1918; Hauptvertreter des österreichischen Jugendstils, leitete 1897 1905 die von ihm mitbegründete »Wiener Secession«. Eine enge Freundschaft verband …   Universal-Lexikon