Jérome Cardan


Jérome Cardan

Gerolamo Cardano

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cardan.
Gerolamo Cardano

Girolamo Cardano (Pavie, 24 septembre 1501 - Rome, 21 septembre 1576), parfois nommé Gerolamo Cardano, Hieronymus Cardanus en latin ou encore Jérôme Cardan en français, est un mathématicien, un philosophe, un astrologue, un inventeur, et un médecin italien.

Sommaire

Biographie

Né à Pavie le 24 septembre 1501, il est bâtard, fils illégitime d'un docte mathématicien milanais, Facio Cardano, jurisconsulte, ami de Léonard de Vinci, et d'une veuve, Chiara Micheri. Extraordinairement précoce et éduqué par son père[1], il est, dès sa jeunesse, célèbre comme astrologue et mage, avant de donner des preuves de son « esprit plus que divin », dans les mathématiques et les sciences naturelles. Il fait des études de médecine à Pavie et à Padoue, pour être reçu docteur en médecine en 1526.

Il est élu recteur de l'université de Padoue à 25 ans, en août 1525, par ses condisciples. Il devient médecin de village à Saccolongo pendant cinq ans. Il obtient une chaire de mathématiques à Milan en 1534, où il enseigne la géométrie et l'astronomie jusqu'en 1539, année où il est enfin agréé par le Collège des médecins de Milan. En 1538 éclate la querelle pour savoir qui a trouvé la solution des équations du troisième degré, entre lui et Tartaglia. Sur décision du Sénat de Milan, il enseigne la médecine à Milan (1543 à 1544), puis à Pavie (1544-1550), Padoue, Bologne (1562-1570). Il publie son fameux Ars magna (1545) sur les équations. Il voyage en Écosse (1552), en Angleterre et en France, montrant un grand talent de médecin, avec cependant de retentissants échecs en médecine ou astrologie.

Il traverse toute sa vie de douloureuses épreuves. Déjà sa mère avait essayé d'avorter de lui, et, jeune, « j'étais », dit-il, « battu sans motif par mon père et ma mère ». Il perd sa femme, Lucia Bandarini (épousée en 1532), en 1546. En février 1560, son premier fils, Giovanni Battista (né en 1534), empoisonne sa femme Brandonia Seroni, et sa petite-fille Diaregina meurt. En avril son fils est exécuté.[2] En juillet 1569 il est cambriolé par son second fils, Aldo (né en 1543). En 1570, sur dénonciation de son propre fils Aldo, l'Inquisition, par la voix du légat pontifical, le cardinal Giovanni Morrone, le fait arrêter à Bologne, il est condamné à verser 1800 écus d'or, à passer deux mois en prison, sommé d'abjurer.[3] Il est interdit de conférences. Il est radié de l'Université de Bologne.

Enfin le vent tourne au mieux. En 1571, à Rome, il parvient en entrer en faveur auprès du pape Pie V, et obtient du pape Grégoire XIII une pension. Il est agréé au Collège des médecins de Rome. Il fait graver sur sa maison sa devise : « Le temps est ma possession et mon champ ». Il meurt le 21 septembre 1576 à Rome. Il sera enterré à Milan dans le tombeau familial.

Personnalité

Jusqu'en 1542 il fut un joueur passionné, jouant (et perdant) beaucoup aux dés et aux cartes, mais aussi aux d'échecs.[4]

En révélant les procédés de résolution des équations, il fut accusé de plagiat. Le mathématicien Niccolo Fontana Tartaglia lui reprocha de lui avoir volé le secret de la résolution de l'équation du 3e degré, qu'il lui avait cédé sur un papier, mais Cardan estimait que ce secret était déjà connu de Scipione del Ferro.[5] Quant à l'équation du 4e degré, il la doit à son disciple Ferrari.

Il prétendait avoir un démon ou génie familier.[6] Il croit aux rêves.[7] Il pense avoir un don de divination.[8]

Il se disait doué d'une clairvoyance surnaturelle, et proférait des opinions si extravagantes pour ses contemporains qu'on l'a dit parfois enclin à des accès de folie. Les défauts qu'il afficha, dont des perversions sexuelles ou un goût marqué pour la magie, de même que son caractère irascible lui attirèrent de nombreux ennemis, tant chez les savants que chez les théologiens. Ces derniers le rangèrent au nombre des athées. Jules César Scaliger concentra plus particulièrement ses attaques sur le traité De subtilitate. Il prétendit même avoir réussi à faire mourir Cardan de chagrin par ses critiques.

Féru d’astrologie, il réalisa, dans son De astrorum judiciis libros commentaria. Commentaire à l'astrologie judiciaire de Ptolémée (1552, 1ère éd. 1554), un horoscope du Christ[9], qui expliquait que la Passion correspondait à la conjonction des planètes, ce qui lui valut, en 1570, d’être arrêté par l’Inquisition pour hérésie. L'Inquisition du 22 mars 1571 avait d'autres options à lui reprocher : dans le "De subtilitate" il considère les trois religions monothéistes comme égales[10], dans le De animi immortalitate il tient le dogme de l'immortalité pour préjudiciable à la société humaine, dans le De varietate il semble douter des miracles et de la sorcellerie[11].

Jules César Scaliger[12] puis Jacques-Auguste de Thou[13] ont prétendu que Cardan aurait pu cesser de s'alimenter[14] pour que la prédiction astrologique qu'il avait faite de sa propre mort se trouvât justifiée. Si rien ne vient étayer cette hypothèse, il n'en demeure pas moins qu'il décéda à la date prévue, âgé de 75 ans moins 3 jours.

Il a écrit sur la physiognomonie[15], la chiromancie[16], la magie naturelle.

Quelques semaines avant sa mort, il termina son autobiographie, De propria vita, qui rencontra une certaine notoriété. Par provocation sans doute, Cardan a lui-même énuméré dans cette autobiographie les défauts et les vices dont l'accusaient ses détracteurs. Si l'on exclut qu'il ait pu également être menteur, on pourrait alors dire qu'on est rarement allé aussi loin dans des aveux.

Mathématiques

On lui attribue quelques découvertes en physique, en chimie et en mathématiques. Entre autres, il fut le premier à introduire des idées générales à la théorie des équations algébriques. Sa méthode de résolution des équations du troisième degré eut pour conséquence l'émergence des nombres imaginaires, qui deviendront nos nombres complexes au XIXe siècle (voir Méthode de Cardan).

Son nom est également associé à une méthode de stéganographie utilisant une grille à trous masquant une partie d'un texte pour révéler les mots utiles. Elle deviendra plus tard une méthode de cryptographie quand la grille pourra être déplacée d'un quart de tour (technique utilisée, par exemple, dans le roman Mathias Sandorf de Jules Verne).

Cardan a donné son nom à un système mécanique permettant le gyroscope libre et ayant donné naissance au joint de transmission. La découverte figure dans le De subtitilate. Robert Hooke, au XVIIe s., perfectionna ce mécanisme pour réaliser un joint brisé, dit aussi joint universel.

Il a avancé le premier exposé du calcul des probabilités (Liber de ludo aleae).

Philosophie

Selon Jean-Claude Margolin[17], "Le De subtilitate fait de l'Univers un immense corps vivant. On retiendra de cette vaste encyclopédie quelques idées importantes sur la diversité des oeuvres de la nature, l'existence d'une sorte de jeu raisonné de cette dernière, la 'magie naturelle', les monstres et prodiges, réintégrés dans une organisation intelligible de l'Univers, la réduction des quatre éléments à trois (air, terre, eau, le feu étant considéré comme un mode d'existence de la matière) et des quatre qualités à deux (le chaud et l'humide), une conception originale du mouvement. Le De rerum varietate a pour dessein manifeste de relier à 'un principe unique, indivisible et absolument simple' l'infinie diversité des choses humaines et divines, des phénomènes naturels, des genres et des espèces qui peuplent la mer, le ciel et la terre. C'est par le recours constant à l'analogie, véritable instrument de découverte et modalité du raisonnement, que Cardan parvient à maintenir l'unité du tout, en sauvegardant en même temps la distinction de ses parties. Fondant sa compréhension de l'Univers sur le schéma traditionnel du microcosme et du macrocosme, il fait de l'homme le témoin, voire l'agent de la cohésion intime des parties du cosmos animé." Cardanus a aussi une connaissance de la kabbale et une philosophie de la "gnose"

Bibliographie

Ouvrages

  • Arcana politica, sive de prudentia civili liber (1544, 1ère éd. 1635), trad. : La science du monde, ou la sagesse civile, 1652, 7-467 p.[1]
  • Ars magna, sive de regulis algebraicis liber unus, Nuremberg, 1545, trad. : Le grand art ou Les règles algébriques, traduit pour la première fois du latin en français, par Jean Peyroux, Bordeaux et Paris, diff. A. Blanchard, 2006, 155 p. Procédés de résolution des équations du 3e degré (Niccolo Tartaglia) et du 4e degré (Ludovico Ferrari), théorie des équations algébriques.
  • De subtilitate (1547), 1ère éd. 1550, Nuremberg, trad. : De la subtilité et subtiles inventions, ensemble les causes occultes, et raisons d'icelles. Paris, Charles Langelier, traduit par Richard Le Blanc, 1578, 478 p. Selon Brunet, la traduction a été faite sur le texte de 1554 et elle en reproduit les passages censurés.
  • De rerum varietate, Bâle, 1557. Complément du De subtilitate.
  • De metoposcopia (1558, 1ère éd. 1658), trad. (1658) : De la métoposcopie, Paris, Aux amateurs de livres, 1990, VIII-225 p. Divination physiognomonique par l'aspect du front.[2]
  • De vita propria, 1575-1576, 1ère éd. 1643, trad. : Ma vie, Paris, Belin, par Jean Dayre (1936) révisée par Étienne Wolff, Paris, Belin, 1992, 284-XLIV p.
  • De sanitate tuenda, 1580. Traité médical.
  • Liber de ludo aleae (Livre du jeu de hasard, vers 1564), Milan, F. Angeli, 2006, 426 p. Découverte du calcul des probabilités. Trad. an. : Øystein Ore, Cardano, the gambling scholar, Princeton, 1953.

Oeuvres

  • Ses œuvres ont été réunies par Charles Spon, 10 volumes in-fol., Lyon, 1663 : Opera omnia.
  • La plupart sont encore à l'Index Librorum Prohibitorum à Rome.

Études en français

  • J.A. de Thou, Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou : depuis 1543. jusqu'en 1607, traduite sur l'édition latine de Londres, 1734. p. 361 et 362.[3]
  • Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique (1695-1697), article "Cardan". [4]
  • Guillaume Libri, Histoire des sciences mathématiques en Italie depuis la renaissance des lettres jusqu'à la fin du 17e s., Halle, H. W. Schmidt, 1865, t. II, p. 169 sq.
  • Pierre Duhem, Origines de la statique (1905-1906), Paris, Jacques Gabay, 2006, t. 1, p. 34-60. [5]
  • Jean Lucas-Dubreton, Le monde enchanté de la Renaissance, Jérôme Cardan l'halluciné, Paris, Fayard, 1954.
  • Jean-Claude Margolin, "Rationalisme et irrationalisme dans la pensée de J. Cardan", Revue de l'université de Bruxelles, n° 2-3, 1969.
  • Maurice de Gandillac, "La philosophie de la Renaissance", in Histoire de la philosophie, Gallimard, "Pléiade", t. 2, 1973, p. 156-167.
  • P. Raymond, De la combinatoire aux probabilités, Paris, Maspero, 1975.
  • Anthony Crafton, Cardano's cosmos. The worlds and works of a Renaissance astrologer, Cambridge, 1999.

Notes et références

  1. Cardan, Ma vie, chap. XXXIV.
  2. Cardan, Ma vie, chap. XXVII.
  3. Cardan, Ma vie, chap. IV.
  4. Cardan, Ma vie, chap. XIX, XXV, XXXVII.
  5. Cardan, Ma vie, chap. XLVII.
  6. Cardan, De varietate, livre XVI, chap. 93 ; Ma vie, chap. XLVII.
  7. Cardan, Ma vie, chap. XXVI, XXXVII, XLV.
  8. Cardan, Ma vie, chap. II, XLII.
  9. Hieronymi Cardani Opera omnia, Lyon, 1663, t. V : Astronomica, Astrologica, 0nirocritica, p. 93-368 : Commentariorum in Ptolemaeum de Astrorum judiciis libri IV, p. 221 (Nativitas Domini Nostri). Ma vie, p. 156.
  10. Cardan, De la subtilité, livre XI.
  11. Cardan, De varietate, livres XIV et XV.
  12. Jules-César Scaliger, Exotericae exercitationes, 1557.
  13. Histoire de J.A. de Thou, livre LXII, p.361 et 362
  14. Dictionnaire historique et critique, entrée Jérôme Cardan, Pierre Bayle
  15. Cardan, De la métoposcopie (1558), trad. 1990.
  16. Cardan, De la subtilité, livre XV. Ma vie, p. 180.
  17. Jean-Claude Margolin, "CARDAN Jérôme", in Dictionnaire des philosophes, Encyclopaedia Universalis/Albin Michel, 1998, p. 314-317.

Source partielle

Liens externes

  • Cardan musicologue [6]
  • Sur l'élaboration de la "méthode ou formule de Cardan" [7]

  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail des mathématiques Portail des mathématiques
  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Gerolamo Cardano ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jérome Cardan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jérôme Cardan — Gerolamo Cardano Pour les articles homonymes, voir Cardan. Gerolamo Cardano Girolamo Cardano (Pavie, 24 septembre 1501 …   Wikipédia en Français

  • Jerome (prenom) — Jérôme (prénom) Pour les articles homonymes, voir Jérôme. Sommaire 1 Sens et origine du nom 2 Variantes 3 Popul …   Wikipédia en Français

  • Cardan — may refer to:* Gerolamo Cardano or Jerome Cardan (1501 1576), a Renaissance mathematician, physician, astrologer, and gambler * A universal joint, U joint or Cardan joint, a joint in a rigid rod that allows the rod to bend in any direction *… …   Wikipedia

  • Cardan grille — The Cardan grille is a method of writing secret messages using a grid.HistoryIn 1550, Girolamo Cardano (1501 1576), known in French as Jérôme Cardan, proposed a simple grid for writing hidden messages. He intended to cloak his messages inside an… …   Wikipedia

  • Cardan — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Cardan », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Girolamo Cardano est aussi connu sous le nom… …   Wikipédia en Français

  • Jérôme (prénom) — Pour les articles homonymes, voir Jérôme. Sommaire 1 Sens et origine du nom 2 Variantes 3 Popularité du nom …   Wikipédia en Français

  • cardan — ˈkärˌdan noun or cardan joint ( s) Usage: usually capitalized C Etymology: after Jerome Cardan (Geronimo Cardano) died 1576 Italian mathematician, its inventor : a universal joint that transmits motion unchanged …   Useful english dictionary

  • cardan shaft — n. Engin. a shaft with a universal joint at one or both ends. * * * noun Usage: usually capitalized C Etymology: after Jerome Cardan, its inventor 1. : a shaft that has a universal joint at one or both ends enabling it to rotate freely when in… …   Useful english dictionary

  • cardan — [ kardɑ̃ ] n. m. • 1868; on disait de Cardan, à la Cardan; nom fr. du savant it. Cardano, 1501 1576 ♦ Mécan. 1 ♦ Système de suspension dans lequel le corps suspendu conserve une position invariable malgré les oscillations de son support. Réchaud… …   Encyclopédie Universelle

  • Jerome K. Jerome Bloche — Jérôme K. Jérôme Bloche Jérôme K. Jérôme Bloche Série Scénario Alain Dodier Serge Le Tendre Pierre Makyo Dessin Alain Dodier Coloriste Cerise Personnages principaux Jérôme K. Jérôme Bloche …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.