Judeo-christianisme


Judeo-christianisme

Judéo-christianisme

Le terme judéo-chrétiens a plusieurs sens :

  • Il désigne en premier lieu les premiers chrétiens, et plus spécifiquement ceux d'origine juive qui continuaient à observer les prescriptions de la loi mosaïque (circoncision, interdits alimentaires, observance du sabbat, fête de Pessah) après leur conversion au christianisme. Ils furent surnommés les judaïsants, un terme repris ensuite pour qualifier péjorativement les marranes retournés au judaïsme.
  • Mais il fut en réalité créé et popularisé par Karl Marx qui s'en sert pour discréditer la civilisation victorienne de son temps[réf. nécessaire].

Sommaire

Historique

Jacques le Juste, le « frère »[1] de Jésus cité dans le Nouveau Testament et les Antiquités judaïques de Flavius Josèphe (Ant. jud., XX, 197-203), a été le plus important représentant du judéo-christianisme aux temps apostoliques[2] bien qu'il admît que les païens convertis n'étaient pas tenus de se soumettre aux mêmes impératifs que les Juifs :

« Je suis donc d'avis de ne pas accumuler les obstacles devant ceux des païens qui se tournent vers Dieu. Écrivons-leur simplement de s'abstenir des souillures de l'idolâtrie, de l'immoralité, de la viande étouffée et du sang. Depuis des générations en effet, Moïse dispose de prédicateurs dans chaque ville, puisqu'on le lit tous les sabbats dans les synagogues[3]. »

À la mort de Jacques en 62, rapportée par Flavius Josèphe (Ant. Jud., XX, 200), l'Église de Jérusalem dont il était le chef aurait été dirigée par Siméon qui était lui aussi un « frère de Jésus » - un cousin, selon Eusèbe de Césarée (Histoire ecclésiastique, 2, 23 ; 3, 11, 32).

Dans la période qui a précédé la guerre juive de 66-70, la communauté judéo-chrétienne de Jérusalem s'est réfugiée à Pella en Transjordanie (Hist. eccl. 1, 5), puis s'est dispersée. « Son histoire ultérieure est obscure » [4].

Comme le souligne Marie-Françoise Baslez : « Bien que des traditions locales subsistent qui affirment le maintien d'une communauté judéo-chrétienne jusqu'à la seconde révolte juive menée par Bar Kochba, en 135, Jérusalem a cessé d'être un des centres de gravité du christianisme[5]. »

Le judéo-christianisme s'est cependant maintenu dans divers groupes que l'on nomme nazaréens et ébionites[6], qui se distinguent du courant chrétien majoritaire. La source principale à leur sujet est le Panarion d'Épiphane de Salamine qui a tendance à les confondre entre eux mais rapporte qu'ils observent « la loi, la circoncision, le sabbat et le reste[7]. » En témoignent aussi certains apocryphes (Évangile des Nazaréens, Évangile des Ébionites, Évangile des Hébreux) dont il ne reste que des fragments[8].

Selon Édouard-Marie Gallez[9], de nombreux passages du Coran montrent le lien entre ces courants orientaux et l'islam de Mahomet au VIe siècle. Dire que les chrétiens des deux premiers siècles étaient aux marges du christianisme orthodoxe serait pourtant réducteur car une orthodoxie ne se met en place dans le christianisme qu'à compter du IVe siècle[10].

Les Pères apostoliques, et en particulier les hérésiologues, condamneront ultérieurement cette communauté à un moment où une figure de « Christ » se sera constituée. On lit par exemple dans la Lettre aux Magnésiens d'Ignace d'Antioche : « Il est absurde de parler de Jésus-Christ et de judaïser. Car ce n'est pas le christianisme qui a cru au judaïsme, mais le judaïsme au christianisme, en qui s'est réunie toute langue qui croit en Dieu.» (Lettre aux Magnésiens, X,3[11])

Notes et références

  1. Sur la question des frères de Jésus, voir l'article Proches de Jésus, mais aussi Jacques, le frère du Seigneur de Pierre André Bernheim, chez Noesis.
  2. André Lemaire, Jacques et les chrétiens de Jérusalem in Les premiers temps de l'Église, Folio histoire, Gallimard, 2004.
  3. Actes des Apôtres 15:19 (trad. oeucuménique de la Bible).
  4. Marcel Simon, La civilisation de l'Antiquité et le christianisme, Arthaud, 1972.
  5. Marie-Françoise Baslez, Bible et histoire, Folio histoire, Gallimard, 1998
  6. Cf. Unitarisme
  7. Simon Mimouni, L'Église, le Temple et la synagogue in Les premiers temps de l'Église, Folio histoire, Gallimard, 2004.
  8. Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Brepols, 2003
  9. Édouard Marie Gallez, Le Messie et son prophète, 2 vol., Éditions de Paris, 2005.
  10. Walter Bauer, Heresy & Orthodoxy, 1932 et Histoire du christianisme, chez Albin Michel, sous la direction de Alain Corbin, 2007.
  11. Les Pères apostoliques, texte intégral, éd. du Cerf, coll. Sagesses chrétiennes, p. 174 consultable en ligne.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Wikisource

Bibliographie

  • Simon-Claude Mimouni, Les Chrétiens d'origine juive dans l'Antiquité, Albin Michel, coll. « Présences du judaïsme », 2004 
  • Simon-Claude Mimouni (préface de André Caquot), Le Judéo-christianisme ancien, Cerf, coll. « Essais historiques », 1998 
  • Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Brepols, 2003 
  • collectif, Les premiers temps de l'Église, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2004 
  • Marie-Françoise Baslez, Bible et histoire, Gallimard, 1998 
  • Edouard-Marie Gallez, Le Messie et son prophète, 2 vol., éditions de Paris, 2005 
  • Marcel Simon, La Civilisation de l'Antiquité et le christianisme, Arthaud, 1972 
  • Marcel Simon et André Benoît, Le Judaïsme et le christianisme antique, d'Antiochus Épiphane à Constantin, PUF, 1998 
  • Robert Eisenman, The Dead sea scrolls and the first christians, 1996 
Ce document provient de « Jud%C3%A9o-christianisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Judeo-christianisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • JUDÉO-CHRISTIANISME — Le terme de «judéo christianisme » désigne des réalités d’une extension plus ou moins grande. On peut le réserver à l’Église de Jérusalem, composée de chrétiens de la circoncision et gouvernée par les parents de Jésus: c’est ce que fait H. J.… …   Encyclopédie Universelle

  • Judéo-Christianisme — Le terme judéo chrétiens a plusieurs sens : Il désigne en premier lieu les premiers chrétiens, et plus spécifiquement ceux d origine juive qui continuaient à observer les prescriptions de la loi mosaïque (circoncision, interdits alimentaires …   Wikipédia en Français

  • Judéo-christianisme — Le terme judéo chrétiens a plusieurs sens : Il désigne en premier lieu les premiers chrétiens, et plus spécifiquement ceux d origine juive qui continuaient à observer les prescriptions de la loi mosaïque (circoncision, interdits alimentaires …   Wikipédia en Français

  • judéo-christianisme — (ju dé o kri sti ani sm ) s. m. Opinion de ceux qui, parmi les premiers chrétiens, enfermaient le christianisme dans le cadre du judaïsme, et qui pensaient que l accès n en était permis aux païens qu autant qu ils s étaient fait d abord agréger à …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Théologie du judéo-christianisme — Judéo christianisme Le terme judéo chrétiens a plusieurs sens : Il désigne en premier lieu les premiers chrétiens, et plus spécifiquement ceux d origine juive qui continuaient à observer les prescriptions de la loi mosaïque (circoncision,… …   Wikipédia en Français

  • judéo-chrétien — judéo chrétien, ienne [ ʒydeokretjɛ̃, jɛn ] adj. • 1861; de judéo et chrétien ♦ Qui appartient à la fois au judaïsme et au christianisme. Les valeurs judéo chrétiennes. La civilisation judéo chrétienne. judéo chrétien, enne adj. Qui appartient à… …   Encyclopédie Universelle

  • Judeo-nazareisme — Judéo nazaréisme L’appellation de Nazaréens (héb. נצרים Netzarim ou נוצרים Notzrim) fut la toute première que les chrétiens prirent sur la base du titre de Nazaréen ou Nazôréen donné à Jésus (la vocalisation importe peu – « Ainsi s accomplit …   Wikipédia en Français

  • Judeo-nazaréisme — Judéo nazaréisme L’appellation de Nazaréens (héb. נצרים Netzarim ou נוצרים Notzrim) fut la toute première que les chrétiens prirent sur la base du titre de Nazaréen ou Nazôréen donné à Jésus (la vocalisation importe peu – « Ainsi s accomplit …   Wikipédia en Français

  • Judéo-Nazaréisme — L’appellation de Nazaréens (héb. נצרים Netzarim ou נוצרים Notzrim) fut la toute première que les chrétiens prirent sur la base du titre de Nazaréen ou Nazôréen donné à Jésus (la vocalisation importe peu – « Ainsi s accomplit ce que le… …   Wikipédia en Français

  • Judéo-chrétienne — Judéo christianisme Le terme judéo chrétiens a plusieurs sens : Il désigne en premier lieu les premiers chrétiens, et plus spécifiquement ceux d origine juive qui continuaient à observer les prescriptions de la loi mosaïque (circoncision,… …   Wikipédia en Français