Juan Carlos Onetti


Juan Carlos Onetti

Juan Carlos Onetti (né le 1er juillet 1909 à Montevideo - décédé le 30 mai 1994 à Madrid) était un écrivain uruguayen, célèbre, entre autres, pour ses romans Ramasse-Vioques (1964) et Le Chantier (1961). Il s'exila en Espagne après avoir été incarcéré, pour sa participation à un jury, par la dictature uruguayenne.

Sommaire

Vie

Juan Carlos Onetti est le fils de Carlos Onetti et Honoria Borges, avec un frère aîné Raúl et une sœur cadette Raquel. Il s'établit en 1930 avec son épouse d'alors, María Amalia Onetti, à Buenos Aires, où ils survivent de petits travaux sur l'eau, et où naît leur fils Jorge en 1931. En 1934 il retourne à Montevideo. À partir de 1939, Onetti vit de journalisme, puis de littérature. Jusqu'en 1941, il est secrétaire de rédaction à la revue hebdomadaire Marcha, dans laquelle il impose une nouvelle orientation de la littérature sud-américaine. Son premier ouvrage, La bataille (1939), contenant de sérieuses attaques contre William Faulkner et l'existentialisme, est considéré comme le premier roman moderne d'Amérique du Sud.

De 1941 à 1955, il vit à nouveau à Buenos Aires. En 1950, paraît La vida breve, première partie du cycle Santa Maria (sur la ville fictive de Santa María). En 1951, sa troisième épouse lui donne une fille, Isabel María. En 1962, il remporte le Premio Nacional de Literatura d'Uruguay. Le 16 novembre 1980, il reçoit le Prix Cervantes, la plus haute reconnaissance littéraire du monde hispanophone. Puis, en 1985, le Gran Premio Nacional de Literatura d'Uruguay, et le 15 novembre 1990 le Premio de la Unión Latina de Literatura.

Onetti dirige à partir de 1957 la bibliothèque municipale de Montevideo. Il est surveillé par la police uruguayenne à partir de 1964[1]. En 1974, pendant la dictature militaire de Bordaberry, il est condamné à la prison (Colonia Etchepare), pour avoir participé à un jury organisé par l'hebdomadaire Marcha ayant décoré une nouvelle, El guardaespaldas (Le garde du corps) de Nelson Marras, critique envers la junte (il n'était d'ailleurs pas d'accord avec ce prix) [1]. Après sa libération, six mois plus tard, en 1975, il s'exile à Madrid, où il gagne sa vie comme serveur, portier, et vendeur.

Œuvres

  • El pozo, (Le puits), 1939, Christian Bourgois, Paris, 1985, trad. Louis Jolicœur,
  • Tierra de nadie, (Terre de personne), 1941, ibid., 1989, trad. D. Laboutis,
  • Para esta noche, (Une nuit de chien), 1943, ibid., 1987, trad. Louis Jolicœur,
  • Un Sueño Realizado, 1943,
  • La vida breve, (La vie brève), 1950, (Cycle Santa María), Stock, Paris, 1971, trad. Alice Gascar (nouv. éd., Gallimard, Paris, 1987, trad. Claude Couffon et Alice Gascar)
  • Los adioses, (Les adieux), 1954, Christian Bourgois, 1985, trad. Louis Jolicœur
  • Para una tumba sin nombre, (Les Bas-Fonds du rêve), 1959, Gallimard, 1981, trad. Laure Guille-Bataillon, Abel Gerschenfeld et Claude Couffon
  • Tan triste como ella y otros cuentos, , 1959, Gallimard, 1981, trad. Laure Guille-Bataillon, Abel Gerschenfeld et Claude Couffon
  • La cara de la desgracia, 1960,
  • El astillero, (Le chantier), 1961, (Cycle Santa María), Stock, 1967, trad. Laure Guille-Bataillon (nouv. éd. revue et corrigée, Gallimard, 1984)
  • El infierno tan temido y otros cuentos, 1962,
  • Tan triste como ella, 1963,
  • Juntacadáveres, (Ramasse-Vioques), 1964, (Cycle Santa María), Gallimard, 1986, trad. Albert Bensoussan
  • La muerte y la niña, 1973,
  • Tiempo de abrazar, 1974,
  • Dejemos hablar al viento, (Laissons parler le vent), 1979, Gallimard, 1997, trad. C. Couffon,
  • Presencia y otros cuentos, 1986,
  • La Novia robada, (La fiancée volée), 1986, Gallimard, 1987, trad. Albert Bensoussan
  • Cuando entonces, (C'est alors que), 1987, Gallimard, 1989, trad. Albert Bensoussan
  • Cuando ya no importe, (Quand plus rien n'aura d'importance), 1993, trad. A. Gabastou, Christian Bourgois, 1994.

Notes et références

  1. a et b Una investigación documenta el control de la sociedad en la dictadura uruguaya, Soitu (avec EFE), 31 mars 2009. A propos de l'étude récente Investigación histórica sobre la dictadura y el terrorismo de Estado en el Uruguay (1973-1985) (dir. Álvaro Rico)

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Juan Carlos Onetti de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Juan Carlos Onetti — Juan Carlos Onettí Born July 1, 1909 Montevideo,  Uruguay Died May 30, 1994 Ma …   Wikipedia

  • Juan Carlos Onetti — Nombre completo Juan Carlos Onetti Nacimiento 1 de julio de 1909  Uruguay, Montevideo …   Wikipedia Español

  • Juan Carlos Onetti — (* 1. Juli 1909 in Montevideo; † 30. Mai 1994 in Madrid) war ein uruguayischer Schriftsteller. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Auszeichnungen 3 Werke …   Deutsch Wikipedia

  • Juan Carlos Onetti — (Montevideo, 1 de julio, 1909 Madrid, 30 de mayo, 1994), escritor uruguayo …   Enciclopedia Universal

  • Juan Carlos Onetti — Libros La literatura es mentir bien la verdad …   Diccionario de citas

  • Juan Carlos — ist der Name folgender Personen: Juan Carlos I. (* 1938), König von Spanien Juan Carlos Ávila, kolumbianischer Politiker Juan Carlos de Borbón (* 1822; † 1887), Graf von Montizón, spanischer Thronprätendent Juan Carlos Ferrero (* 1980),… …   Deutsch Wikipedia

  • Juan Carlos Martelli — Este artículo o sección necesita referencias que aparezcan en una publicación acreditada, como revistas especializadas, monografías, prensa diaria o páginas de Internet fidedignas. Puedes añadirlas así o avisar …   Wikipedia Español

  • Onetti, Juan Carlos — (1909–1994)    Uruguayan novelist, shortstory writer, and journalist. Born in Montevideo, Onetti has often been described as Uruguay’s literary master of the 20th century. In his early 20s he moved to Buenos Aires, Argentina, where he worked… …   Historical Dictionary of the “Dirty Wars”

  • Onetti, Juan Carlos — ▪ 1995       Uruguayan born novelist (b. July 1, 1909, Montevideo, Uruguay d. May 30, 1994, Madrid, Spain), chronicled human struggles with alienation and hopelessness amid the decay of modern urban life. In a series of complex existential novels …   Universalium

  • Onetti, Juan Carlos — ► (1909 94) Escritor uruguayo. Sus creaciones son la pintura realista escéptica, desesperada, de ambientes turbios que oprimen al hombre. Destacan: El pozo (1939), Tierra de nadie (1941), Tan triste como ella (1963), Juntacadáveres (1964) y… …   Enciclopedia Universal