Joseph Fesch


Joseph Fesch
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fesch.
Joseph Fesch
Image illustrative de l'article Joseph Fesch
Biographie
Naissance 3 janvier 1763
à Ajaccio (France)
Ordination
sacerdotale
1787
Décès 13 mai 1839
à Rome (Italie)
Évêque de l'Église catholique
Consécration
épiscopale
15 août 1802 par le
card. Giovanni Caprara Montecuccoli
Fonctions épiscopales Archevêque de Lyon (France)
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
17 janvier 1803 par le
pape Pie VII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Lucina
Cardinal-prêtre de S. Maria della Vittoria

Blason
(en) Notice sur catholic-hierarchy.org

Le cardinal Joseph Fesch était un homme d'Église français, archevêque de Lyon de 1802 à 1836.

Né à Ajaccio le 3 janvier 1763, il est mort à Rome le 13 mai 1839.

Il était le fils de François Fesch, officier suisse au service de Gênes, et de Angèle-Marie Pietra-Santa veuve de Jean-Jérome Ramolino dont elle eut une fille, Lætitia Ramolino, la mère de l'Empereur, ce qui fait donc de lui l'oncle de Napoléon Bonaparte).

Sommaire

Dans les Ordres

Après des études à Ajaccio, il obtient grâce à l'archidiacre Lucien Bonaparte, une bourse pour rentrer au Séminaire d'Aix-en-Provence de 1781 à 1786. Il entre ainsi dans les ordres. Au moment où éclata la Révolution, il était archidiacre et prévôt du chapitre d'Ajaccio.

Sous la Terreur, Joseph Fesch, ayant abandonné l'habit, doit trouver des revenus.

Il devient d'abord garde-magasin d'une division de l'armée des Alpes avant de se voir confier par son neveu Napoléon Bonaparte la charge, en 1795 de commis aux marchés de fournitures pour l'armée d'Italie.

Un ecclésiastique distingué

Durant cette campagne, il commence une collection de tableaux, appelée à devenir l'une des plus riches de France. En 1800 il réintègre l'Église, et en 1802, son neveu Napoléon lui constitue un diocèse sur mesure, réunissant les départements du Rhône, de la Loire et de l'Ain, et siégeant à Lyon.

Il devint alors archevêque de Lyon et primat des Gaules à la tête de l'église en France; il appelle alors Gaspard-André Jauffret comme vicaire général.Quelques années plus tard, Jauffret deviendra évêque de Metz.

Cérémonie du mariage de Napoléon avec Marie Louise d'Autriche auquel assiste le cardinal Fesch

En 1803, Joseph Fesch devient le premier cardinal de l'Église restaurée; Bonaparte est personnellement intervenu en sa faveur, écrivant au Pape : L'archevêque de Lyon est un ecclésiastique distingué par la sévérité de sa morale et l'attachement particulier que je lui porte, étant mon proche parent.

Pour obtenir la reconnaissance de l'Empire par le pape, Napoléon alors Premier Consul envoie alors son oncle comme ambassadeur à la cour de Rome, où il le charge de négocier la venue de Pie VII à Paris pour le sacre. Le secrétaire particulier du cardinal à l'ambassade est Chateaubriand. La veille de la cérémonie du sacre, quand Joséphine avoue au pape qu'elle et Bonaparte ne sont pas unis religieusement, c'est encore le cardinal Fesch qui est chargé de donner aux époux une discrète bénédiction nuptiale.

En 1805, élevé aux dignités de grand aumônier de l'Empire, de comte et de sénateur, ses relations avec son neveu paraissent bonnes. Elles vont se détériorer lors de la crise entre la France et le Saint-Siège. Le cardinal restant fidèle au pape, se trouve en effet dans une situation difficile face à Napoléon, qu'il s'efforce de modérer.

En 1806, celui-ci le rappelle de son ambassade à Rome, le soupçonnant de tarder volontairement à obtenir l'adhésion du pape à la guerre contre l'Autriche. La même année le cardinal Fesch est nommé coadjuteur de l'archi-chancelier de l'empire d'Allemagne (ancien Électeur de Mayence).

En 1807 en remerciement de ses services, et en tant que membre de la famille impériale, Napoléon Ier lui attribue par décret impérial et par lettres patentes le titre de prince de l'Empire (« prince français ») avec le prédicat d'altesse sérénissime.

Il cumule également les décorations : chevalier de l'Ordre de l'Éperon d'or par le pape Pie VII le 10 août 1802, grand officier (25 prairial an XII : 14 juin 1804) puis grand-aigle de la Légion d'honneur le 13 pluviôse an XIII[1] (2 février 1805[2]) par le premier Consul, et chevalier de la Toison d'Or en juillet 1805 par le roi Charles IV d'Espagne.

Le 1er août 1810, le cardinal Fesch consacre le mariage de Napoléon et de la nouvelle impératrice Marie-Louise.

Après la naissance du Roi de Rome le 20 mars 1811, il est chargé par la suite de baptiser l'héritier de Napoléon lors d'une cérémonie solennelle à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris le 9 juin 1811. Cette même année, en tant que chef de l'Église de France, il préside le concile national avec une certaine indépendance.

L'enlèvement de Pie VII choque profondément Joseph Fesch, mais il n'ose protester ouvertement auprès de Napoléon, qui le contraint par ailleurs à accepter l'annulation de son premier mariage.

Fidèle aux Bonaparte

Le Cardinal Fesch, cour du Musée Fesch, Ajaccio

Les rapports deviennent de plus en plus tendus entre Napoléon et son oncle. La lettre que fait parvenir le cardinal Fesch en 1810 au pape lors de son transfert de Savone à Fontainebleau signe leur rupture.

L'empereur lui retire alors la charge de Grand Aumônier, le privant d'une partie de ses revenus; il l'assigne en outre à résidence dans son diocèse de Lyon où il restera jusqu'en 1814.

Pourtant, Fesch n'a cessé d'être loyal envers Napoléon. Lors des Cent-Jours, l'Empereur le nomme pair de France mais le cardinal ne siégea pas.

Après l'abdication de l'Empereur et Waterloo, il alla vivre à Rome où il fut accueilli par Pie VII, sa maison servant de point de rencontre aux Bonaparte en exil.

Il passa ses derniers jours dans l'étude des lettres et des arts, sans vouloir jamais consentir à se démettre de son archevêché.

En 1822, le pape Pie VII redimensionna le diocèse de Lyon au niveau du département.

Collectionneur ou amasseur ?

Le cardinal Fesch avait recueilli 3 000 tableaux, avec des perles remarquables au milieu de quantité de médiocrités, car il achetait souvent des ensembles complets. Fixé à Rome au Palais Falconieri, il y faisait volontiers les honneurs de sa collection, où les reliques des primitifs ne manquaient pas. La vente de cette galerie, en 1841 et 1845, en plusieurs sessions, entraîna la dispersion de peintures de Nicolas Poussin, Rembrandt, Giorgione, dont il ne mesurait peut-être pas la valeur[réf. nécessaire]. Une partie des pièces fut toutefois léguée à Ajaccio"[3].

Les toiles léguées à la ville sont au nombre de 1200. Ce don est à l'origine de la création du Musée Fesch. La cour du musée est ornée de la statue du prélat par Gabriel-Vital Dubray.

Le procès en béatification de Jacques Fesch, en parenté avec le cardinal Joseph Fesch, a été ouvert par le cardinal Lustiger.

Notes

  1. Almanach impérial pour l'année 1810, Testu [lire en ligne] 
  2. Notice no LH/965/30, sur la base Léonore, ministère de la Culture
  3. André Chastel, L'art français, le temps de l'éloquence, 1775-1825, Flammarion, 1996, pp. 194-195

Bibliographie

  • Hervé de la Verrie, Le service iconographique antique du Cardinal Fesch, 2007.
  • De Bonaparte à l'Empereur, Éditions Atlas, D.L., 2004.

Liens externes

Source partielle


Précédé par Joseph Fesch Suivi par
Yves Alexandre de Marbeuf
Primat des Gaules
Louis-Jacques-Maurice de Bonald



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Joseph Fesch de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joseph Fesch —     Joseph Fesch     † Catholic Encyclopedia ► Joseph Fesch     Cardinal, b. at Ajaccio, Corsica, 3 January, 1763; d. at Rome, 13 May, 1839. He was the son of a captain of a Swiss regiment in the service of Genoa, studied at the seminary of Aix,… …   Catholic encyclopedia

  • Joseph Fesch — (January 3, 1763 May 13, 1839) was a French cardinal, closely associated with the family of Napoleon Bonaparte.BiographyFesch was born at Ajaccio in Corsica. His father, a Swiss officer in the service of the Genoese Republic, had married the… …   Wikipedia

  • Joseph Fesch — Cardenal de la Iglesia Católica Ordenación 1787 por el Arzobispo Jean Marie Mioland Consagración episcopal 29 de Julio de 1802 por …   Wikipedia Español

  • Joseph Fesch — Kardinal Joseph Fesch Wappen von Kardinal Fesch …   Deutsch Wikipedia

  • Fesch, Joseph — • Cardinal, b. at Ajaccio, Corsica, 3 January, 1763; d. at Rome, 13 May, 1839 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Fesch, Joseph     Joseph Fesch …   Catholic encyclopedia

  • Fesch — ist der Name folgender Personen: Jacques Fesch (1930–1957), ein zum Tode verurteilter Polizistenmörder Joseph Fesch (1763–1839), französischer Kardinal Willem de Fesch (1687–1757), niederländischer Violinist und Komponist Fesch ist außerdem: der… …   Deutsch Wikipedia

  • Fesch — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour l article principal, voir Famille Fesch ou Faesch. Joseph Fesch, (1763 1839), archevêque de Lyon de 1802 à 1836 et oncle de Napoléon Bonaparte.… …   Wikipédia en Français

  • Fesch, Joseph — (1763 1839)    prelate    Born in Ajaccio, Corsica, Joseph Fesch was the maternal uncle of napoléon i. Archdeacon of Ajaccio (1793), he renounced the priesthood and was named commissioner for the French army in Italy. once again a churchman,… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Joseph Jauffret — Pour les articles homonymes, voir Jauffret. Joseph Jauffret par A.Ansiaux, 1806 Joseph Jauffret, maître des requêtes au conseil d Etat (France), est né le 6 décembre …   Wikipédia en Français

  • Joseph Denais — (1851 à Beaufort en Vallée en France 1916 à Beaufort en Vallée) était un journaliste catholique et un collectionneur français. Sommaire 1 Biographie 1.1 Le journaliste 1.2 Le collectionneur …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.