John Carpenter


John Carpenter
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpenter.

John Carpenter

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

John Carpenter en 2001

Nom de naissance John Howard Carpenter
Naissance 16 janvier 1948 (1948-01-16) (63 ans)
Carthage
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Producteur
Scénariste
Compositeur
Monteur
Acteur
Films notables Assaut
Halloween, La Nuit des masques
Fog
The Thing
Christine
New York 1997
Starman
Los Angeles 2013

John Howard Carpenter est un réalisateur, acteur, scénariste, monteur, compositeur et producteur de film américain né le 16 janvier 1948 à Carthage (État de New York, États-Unis). Carpenter a travaillé dans de nombreux genres de films mais son nom est surtout associé à l’horreur et la science-fiction.

Sommaire

Biographie

Né à Carthage (État de New York), John Carpenter est le fils de Milton Jean (née Carter) et Howard Ralph Carpenter, un professeur de musique. Lui et sa famille déménagent à Bowling Green, Kentucky en 1953. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour le cinéma, notamment les westerns de Howard Hawks et John Ford, ainsi que les films d'horreur et de science-fiction indépendants des années 50, comme Planète interdite et La Chose d'un autre monde. Il commence à filmer des courts métrages d'horreur en 8 mm avant même d'entrer au lycée. Il suit brièvement des cours à la Western Kentucky University, où son père tenait la chaire du département de musique, puis est transféré à l'University of Southern California's School of Cinematic Arts (USC) en 1968 dont il sort diplômé en 1971.

Premiers travaux

Alors qu'il est encore à l'USC, il participe en tant que co-scénariste, monteur et compositeur de musique, au court-métrage réalisé par James Rokos et produit par John Longenecker, The Resurrection of Broncho Billy, qui remporte l’Oscar du meilleur court-métrage de fiction en 1970. Le court-métrage était filmé en 35 mm, soixante copies ont été fabriquées. John Longenecker vendra le film à Universal Studios qui le diffusera en salles en avant-programme pendant deux ans aux États-Unis et au Canada[1].

C'est en 1974 que sort Dark Star, le premier long-métrage réalisé par John Carpenter, une comédie noire de science-fiction. Il s'agit en fait du film de fin d'études de Carpenter. Le projet voit le jour au sein de l'USC, au départ un court-métrage de 37 minutes pour un budget de 6000 dollars US. Après l'obtention d'une rallonge de 60 000 dollars US auprès du producteur Jack H. Harris, de nouvelles scènes sont filmées et Dark Star devient un long-métrage[1].
Carpenter signe également la musique du film (ce sera le cas pour quasiment tous les films qu'il réalisera) et co-écrit le scénario avec son camarade de l'USC Dan O'Bannon (qui plus tard co-écrira le scénario de Alien, le huitième passager).

Le film suivant est Assaut en 1976, qui est décrit par John Carpenter lui-même[2] comme une adaptation moderne de Rio Bravo de Howard Hawks. En plus du poste de réalisateur, il occupe celui de scénariste, de compositeur, et de monteur, ce dernier sous le pseudonyme de John T. Chance (le nom du personnage incarné par John Wayne dans Rio Bravo). Ce film voit la première collaboration entre John Carpenter et Debra Hill, ici au poste d'assistant rédacteur[3], qui co-écrira et produira Halloween, la nuit des masques.

En 1978, alors que sort en salles Les Yeux de Laura Mars, réalisé par Irvin Kershner sur un scénario écrit par Carpenter, ce dernier tourne pour la première fois pour la télévision avec Meurtre au 43e étage, téléfilm dont il est également le scénariste et qui est un hommage direct à Alfred Hitchcock.
C'est durant le tournage qu'il rencontre sa future première épouse, l'actrice Adrienne Barbeau.

Halloween, succès commercial et critique

1978 est une année marquante pour John Carpenter, puisqu'elle voit la sortie de Halloween, la nuit des masques, film d'horreur d'un nouveau genre, le slasher movie, mettant en scène le personnage de Michael Myers, avec notamment Jamie Lee Curtis et Donald Pleasance. C'est Psychose d'Alfred Hitchcock qui a inspiré le cinéaste pour ce film : « Je voulais faire depuis longtemps un film effrayant et c'est Psychose qui m'a donné envie de faire Halloween. J'ai simplement ajouté au film d'Hitchcock une dimension surnaturelle en faisant du tueur masqué une incarnation du mal. »[1]. Produit par Debra Hill et Moustapha Akkad pour la somme de 325 000 dollars, le film en rapportera 47 millions rien qu'aux États-Unis[4]. En France, il obtient en 1979 le prix de la critique au Festival d'Avoriaz ainsi que le prix d'interprétation féminine et le Grand Prix du public au Festival international de Paris du film fantastique et de science-fiction. Le thème musical principal est certainement le plus célèbre composé par Carpenter. Il est basé sur une rythmique 5/4 (cinq temps dans une mesure) que le père du cinéaste lui avait apprise au piano quand il était enfant[1]. Il l'a rejouée en y ajoutant quelques effets sonores.

John Carpenter enchaîne en filmant un film biographique pour la télé américaine consacré à Elvis Presley, Le Roman d'Elvis sur un scénario d'Anthony Lawrence. C'est à ce moment qu'il rencontre Kurt Russell qui joue le rôle du King : c'est le début d'une longue amitié et d'une collaboration fructueuse.
Lors de sa première diffusion en 1979, l'audience du téléfilm est telle qu'elle dépasse celle du film Autant en emporte le vent diffusé à la même heure sur une chaîne concurrente[1]. Le Roman d'Elvis bénéficiera d'une exploitation en salles en Europe, mais avec une durée ramenée à 1 heure 30 au lieu des 3 heures du téléfilm d'origine.

Le succès est aussi au rendez-vous[réf. nécessaire] en 1980 à la sortie de Fog, un film fantastique où Carpenter fait du brouillard le personnage principal, et où on retrouve Adrienne Barbeau et Jamie Lee Curtis. Il s'agissait au départ de développer un concept inspiré par un film d'horreur anglais de 1958, The Crawling Eye, où une brume cache des monstres descendant d'une colline[1]. Mais Carpenter oriente le scénario, qu'il co-écrit avec Debra Hill, vers une histoire ou le brouillard incarnerait une entité active et maléfique. C'est aussi un hommage aux bandes dessinées d'horreur de son enfance, ainsi qu'à des auteurs de la littérature fantastique comme Edgar Poe ou H. P. Lovecraft. À la sortie du film, des critiques reprochent au film d'être trop traditionnel[5]. Cela ne l'empêchera pas de recevoir le prix de la critique au Festival d'Avoriaz.

Carpenter enchaîne avec le tournage de New York 1997 qui sort en 1981. Le film devient rapidement culte, notamment grâce au personnage de Snake Plissken incarné par Kurt Russell. Selon le réalisateur : « Snake Plissken symbolise surtout la liberté totale sans entrave, sans la moindre contrainte sociale. [...] Tout ce qu'il désire c'est vivre soixante secondes de plus. »[5]. Adrienne Barbeau fait une nouvelle fois partie de la distribution, tout comme Donald Pleasance,auxquels s'ajoutent Lee Van Cleef, Ernest Borgnine et Isaac Hayes.

L'année suivante, Carpenter écrit en collaboration avec Debra Hill, la suite de Halloween, la nuit des masques : Halloween 2, dont il confie la réalisation à Rick Rosenthal.

1982-1986, premiers revers

C'est durant l'été 1982 que sort son nouveau film : The Thing, un remake de La Chose d'un autre monde de Christian Nyby et Howard Hawks. Le scénario de Bill Lancaster est basé sur la nouvelle La Bête d'un autre monde (Who Goes There?) de John W. Campbell figurant dans le recueil Le ciel est mort. La distribution est exclusivement masculine, incluant Kurt Russell dans le rôle principal. La musique est composée cette fois par Ennio Morricone et les effets spéciaux sont l'œuvre de Rob Bottin. Échec commercial et critique lors de sa sortie en salles (« Les critiques et pas mal de fans ont descendu le film à l'époque »[6]), The Thing finira par trouver son public à sa sortie en VHS puis en DVD et obtiendra son statut de film culte.

En 1983, John Carpenter se voit confier la réalisation de Christine, une adaptation du roman éponyme de Stephen King sur un scénario de Bill Phillips. L'histoire tourne autour d'un lycéen nommé Arnie Cunningham (Keith Gordon) qui achète une Plymouth Fury de 1958 qui se révèle avoir des pouvoirs surnaturels.

Un an plus tard sort Starman que Carpenter considère comme son film le plus hollywoodien, un « E.T. l'extra-terrestre adulte »[2]. Le long-métrage est produit par Michael Douglas, avec Karen Allen et Jeff Bridges qui est nommé aux Golden Globe Awards et aux Oscars pour son rôle. Le compositeur Jack Nitzsche obtient, quant à lui, une nomination pour le Golden Globe de la meilleure musique de film.

Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin en 1986 se veut un hommage au cinéma d'arts martiaux de Hong Kong[2], avec Kurt Russell dans le rôle principal. Le mélange des genres, Kung Fu, aventures, fantastique et comédie ne séduit à l'époque ni le public ni la critique. Cependant, à l'instar de The Thing, Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin obtiendra un important succès en vidéo[réf. nécessaire].

Retour aux films à petit budget

Après cet échec au box-office, Carpenter décide de revenir à des films à petit budget. Ainsi en 1987 apparaît sur les écrans Prince des ténèbres, film d'épouvante où le cinéaste retrouve Donald Pleasance et dont il signe le scénario sous le pseudonyme de Martin Quatermass. Le film obtiendra le prix de la critique au Festival d'Avoriaz en 1988.

1988, qui voit la sortie de Invasion Los Angeles, film de science-fiction dont le scénario de Frank Armitage (alias John Carpenter) s'inspire de la nouvelle Les Fascinateurs (Eight O'Clock in the Morning) de Ray Faraday Nelson.
Roddy Piper y incarne le personnage de John Nada.

Années 90 : succès moins marqué

Il faut attendre 1992 pour voir un nouveau film de John Carpenter sur les écrans : Les Aventures d'un homme invisible, avec Chevy Chase, Daryl Hannah et Sam Neill.
Décrit par le metteur en scène comme « la parfaite parabole de l'homme d'affaire des années 90 »[2], il n'en écrit pas le scénario et n'en compose pas la musique. Mais il utilise pour la première fois de sa carrière les effets spéciaux numériques.

L'année suivante, Carpenter revient au petit écran avec Petits cauchemars avant la nuit, un téléfilm composé de trois sketches dont deux qu'il réalise lui-même. Il s'agissait au départ d'un pilote de série que désirait produire la chaîne câblée Showtime, mais le projet de série fut abandonné. John Carpenter y joue le rôle d'un médecin légiste étrange, apparaissant au début et à la fin du téléfilm pour présenter les histoires, un peu à la manière du gardien de la crypte dans Les Contes de la crypte.

En 1994, Carpenter travaille de nouveau avec l'acteur Sam Neill dans son nouveau film L'Antre de la folie, inspiré par l'univers de H. P. Lovecraft et dans une moindre mesure par celui de Stephen King, avec un scénario de Michael de Luca. Puis le cinéaste enchaîne l'année suivante avec Le Village des damnés, remake du film du même titre de Wolf Rilla et basé sur le roman de John Wyndham Les Coucous de Midwich, avec Christopher Reeve et Kirstie Alley.

1996 marque le retour sur les écrans de Snake Plissken (toujours incarné par Kurt Russell) dans Los Angeles 2013 avec un scénario écrit par John Carpenter, Debra Hill et Kurt Russell. Mais contrairement à New York 1997, le succès ne sera pas au rendez-vous[réf. nécessaire].

Avec Vampires, en 1998, mettant un scène James Woods dans le rôle du chef d'une bande de chasseurs de vampires liée à l'Église catholique, Carpenter reste en dehors des clichés gothiques et offre une ambiance de western fantastique. « La plupart de mes films sont des westerns, sous une forme ou une autre », déclare-t-il[2].

Années 2000 : pause dans la carrière et remakes

En 2001 sort Ghosts of Mars, film de science-fiction se déroulant sur Mars. Carpenter n'avait plus située l'action d'un de ses films ailleurs que sur Terre depuis Dark Star. Natasha Henstridge et Ice Cube jouent les rôles principaux.

Après ce long-métrage, le réalisateur s'accorde une longue pause, ne repassant derrière la caméra qu'en 2005 pour filmer un épisode de la première saison de la série télé Les Maîtres de l'horreur, renouvelant l'expérience l'année suivante pour la seconde saison.

Des remakes de ses films voient le jour à partir de 2005, avec Rupert Wainwright qui réalise une nouvelle version de Fog, produite par John Carpenter, et Jean-François Richet qui propose la même année Assaut sur le central 13 d'après Assaut.

En 2007 Rob Zombie produit et réalise sa version de Halloween. Une suite sera produite deux ans plus tard.

Le projet de remake concernant New York 1997 est toujours d'actualité, malgré les désistements de Len Wiseman à la mise en scène et de Gerard Butler pour le rôle de Snake Plissken. C'est désormais Breck Eisner qui doit se charger de la réalisation[7].

2010 est l'année du retour de John Carpenter au cinéma. Son nouveau film The Ward avec Amber Heard est présenté au Festival international du film de Toronto, mais il n'est distribué en salles qu'en 2011, en Grande-Bretagne tout d'abord, au mois de janvier, la sortie aux États-Unis n'ayant lieu qu'en juillet[8].

Le 31 octobre 2010 le nouveau projet du réalisateur est dévoilé, il s'agit de Darkchylde, adaptation du comics du même titre, où il s'associe à Weta Workshop pour les effets spéciaux[9]. Ce film devance l'adaptation du roman Fangland qui semblait la priorité du cinéaste.

En outre, d'autres projets sont annoncés comme The Prince[10], Hollywood[11] et Riot[12] (officiellement annulé, Nicolas Cage, acteur envisagé, étant parti travailler dans d'autres productions).

Techniques

Ses films se caractérisent par un éclairage et une photographie minimalistes, des caméras statiques, l'utilisation du steadicam, et des musiques synthétisées généralement auto-composée. Il se décrit comme ayant été influencé par Howard Hawks, Alfred Hitchcock, Nigel Kneale et La Quatrième Dimension.

Musique

À l'exception de The Thing, Starman, Les Aventures d’un homme invisible, et The Ward, John Carpenter a toujours composé les musiques des films sortis en salles qu'il a réalisé. Parfois en collaboration avec Alan Howarth, Shirley Walker ou Dave Davies. Il chante même pour le clip du film Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin.

Il a même fondé un groupe de rock, plutôt dans un esprit de récréation, The Coupe de Villes, avec ses deux amis Nick Castle et Tommy Lee Wallace. Le trio interprète la chanson du générique des Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin et a publié confidentiellement en 1985 un album intitulé Waiting Out The Eighties[13].

Il a aussi travaillé sur la bande originale du jeu vidéo Sentinel Returns conçu par Geoff Crammond.

Héritage

Grâce à sa longue carrière John Carpenter jouit d'une solide réputation en tant que cinéaste indépendant. Bien que certains de ses films comme The Thing ou Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin aient été des échecs commerciaux lors de leurs sorties en salles, ils ont bénéficié d'un nouvel intérêt lors de leurs sorties en VHS puis en DVD, trouvant leur public plusieurs années après la sortie en salles. Aujourd'hui, ils ont acquis une renommée internationale.

Plusieurs des films de Carpenter ont été réédités en DVD pour des éditions spéciales agrémentées de nombreux bonus. Aux Editions du collectionneur, la saga Halloween, La Nuit des masques, New York 1997, Christine, The Thing, Assaut, Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin. Certains ont été ré-édités récemment proposant un nouveau transfert panoramique anamorphique. Au Royaume-Uni, plusieurs des films de Carpenter sont sortis avec un commentaire audio de Carpenter et ses collaborateurs (Roddy Piper, Jeff Bridges et Peter Jason) mais ceux-ci ne sont toujours pas parus aux États-Unis.

Vie privée

John Carpenter a entretenu une relation amoureuse avec la scénariste et productrice Debra Hill, avec qui il travaille depuis le film Assaut, jusqu'à sa rencontre en 1978 sur le tournage de son téléfilm Meurtre au 43e étage avec l'actrice Adrienne Barbeau qu'il épouse le 1er janvier 1979. Le couple divorce en 1984, l'année de la naissance de leur fils John Cody (né le 7 mai).
Malgré la fin de leur relation, Carpenter et Hill continueront à collaborer sur plusieurs films.

Depuis 1990 Carpenter est marié à la productrice Sandy King, laquelle a produit plusieurs longs métrages de son mari comme L'Antre de la folie, Ghosts of Mars et Los Angeles 2013.

Filmographie

Réalisateur

Courts-métrages

  • 1962 : Revenge of the Colossal Beasts, réalisé à 14 ans
  • 1963 : Terror from Space, réalisé à 15 ans
  • 1969 : Captain Voyeur, retrouvé dans les archives de l'USC en 2011[14]
  • 1969 : Warrior and the Demon, crédité en tant que Johnny Carpenter
  • 1969 : Sorceror from Outer Space
  • 1969 : Gorgo versus Godzilla
  • 1969 : Gorgon, the Space Monster

Téléfilms + Séries

Films

Projets 
  • 2011 : Fangland (annoncé, en cours d'écriture)

Scénariste

Compositeur

Acteur

Producteur

Box-office

Film Budget Drapeau des États-Unis États-Unis[15] Drapeau de France France [16] Monde Monde
Dark Star 60 000 $[17] N/A 15 795 entrées[17] N/A
Assaut 100 000 $[18] N/A 133 566 entrées[19] N/A
Halloween, la nuit des masques 325 000 $[15] 47 000 000 $[15] 283 934 entrées[16] 60 000 000 $[20]
Le Roman d'Elvis 2 100 000 $[21] N/A 51 239 entrées[21] N/A
Fog 1 000 000 $[16] 21 378 361 $[15] 942 885 entrées[16] N/A
New York 1997 6 000 000 $[16] 25 244 626 $[15] 1 278 378 entrées[16] N/A
The Thing 10 000 000 $[16] 19 629 760 $[15] 562 478 entrées[16] N/A
Christine 9 700 000 $[22] 21 017 849 $[15] 981 177 entrées[16] N/A
Starman 24 000 000 $ [16] 28 744 356 $[15] 411 022 entrées[16] N/A
Les Aventures de Jack Burton dans les
griffes du Mandarin
25 000 000 $ [23] 11 100 000 $[15] 766 894 entrées[16] N/A
Prince des ténèbres 3 000 000 $[16] 14 182 492 $[15] 169 515 entrées[16] N/A
Invasion Los Angeles 4 000 000 $[16] 13 008 928 $[15] 177 294 entrées[16] N/A
Les Aventures d'un homme invisible 40 000 000 $[16] 14 358 033 $[15] 284 996 entrées[16] N/A
L'Antre de la folie 8 000 000 $[15] 8 924 549 $[15] 182 061 entrées [16] N/A
Le Village des damnés 22 000 000 $[24] 9 418 365 $[15] 144 975 entrées[16] N/A
Los Angeles 2013 50 000 000 $[16] 25 477 365 $[15] 293 540 entrées[25] 42 179 912 $[16]
Vampires 20 000 000 $[15] 20 308 772 $[15] 482 383 entrées[16] 28 877 297 $[16]
Ghosts of Mars 28 000 000 $[15] 8 709 640 $[15] 409 296 entrées[16] 14 079 832 $[16]

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Gilles Boulenger, John Carpenter: the prince of darkness, Silman-James Press, Los Angeles, 2003, 296 p. (ISBN 9781879505674)
  • (en) Ian Conrich et David Woods (dir.), The cinema of John Carpenter : the technique of terror, Wallflower, Londres, 2004, 219 p. (ISBN 978-1-904764-14-4)
  • (en) Colin Odell et Michelle Le Blanc, John Carpenter, Kamera Books, Harpenden, 2009, 160 p. (ISBN 9781842433386)
  • (fr) Éric Costeix, Cinéma et pensée visuelle : regard sur le cinéma de John Carpenter, L'Harmattan, Paris ; Budapest ; Kinshasa, 2005, 304 p. (ISBN 2-7475-9995-7) (texte remanié d'une thèse de doctorat en Arts et sciences de l'art. Esthétique et cinéma, soutenue à l'Université Paris 1 en 2004)
  • (fr) Luc Lagier et Jean-Baptiste Thoret, Mythes et masques : les fantômes de John Carpenter, Dreamland, paris, 1998, 335 p. (ISBN 2-910027-27-9)

Liens externes

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f Mad Movies Hors Série Collection Réalisateurs N° 1 "John Carpenter" (2001)
  2. a, b, c, d et e Filmographie commentée par John Carpenter in Première n° 215, février 1995
  3. Page IMDb du film
  4. Box Office Mojo
  5. a et b Interview de John Carpenter par Didier Allouch in Mad Movies Hors Série Collection Réalisateurs N° 1 "John Carpenter" (2001)
  6. Carpenter commentant sa filmographie in Première n° 215, février 1995
  7. "Snake Plissken Goes Crazy", article sur mad-movies.com
  8. Fiche IMDb du film
  9. Darkchylde, prochain film de Carpenter
  10. The Prince sur IMDb
  11. L.A. Gothic sur IMDb
  12. Riot sur IMDb
  13. The Coupe De Villes
  14. John Carpenter: back to the roots!, Madmovies.com, 27/10/2011
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t (en) Box-office américain des films réalisés par John Carpenter sur Box Office Mojo.com. Consulté le 16 juillet 2011.
  16. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z (fr) Box-office français des films réalisés par John Carpenter sur Jp's Box-office. Consulté le 16 juillet 2011.
  17. a et b http://www.boxofficestars.com/13-categorie-10295624.html
  18. Q & A session with John Carpenter and Austin Stoker at American Cinematheque's 2002 John Carpenter retrospective, in the 2003 special edition Region 1 DVD of Assault on Precinct 13.
  19. http://www.boxofficestars.com/17-categorie-10295624.html
  20. http://www.imdb.com/title/tt0077651/business
  21. a et b http://www.imdb.fr/title/tt0079103/business
  22. http://www.imdb.com/title/tt0085333/business
  23. http://www.imdb.fr/title/tt0090728/business
  24. http://www.imdb.com/title/tt0114852/business
  25. http://lumiere.obs.coe.int/web/film_info/?id=108&market=FR

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article John Carpenter de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • John Carpenter — en 2001. Nombre real John Howard Carpenter Nacimiento 16 de enero de 1948 (63 años) Carthage, Nueva York …   Wikipedia Español

  • John Carpenter — im September 2001 John Howard Carpenter (* 16. Januar 1948 in Carthage, New York) ist ein US amerikanischer Regisseur, Drehbuchautor, Produzent, Schauspieler und Filmmusikkomponist …   Deutsch Wikipedia

  • John Carpenter — nació el 16 de junio de 1948 en Carthage, Nueva York y con el paso del tiempo se convirtió en uno de los más renombrados directores de cine de terror moderno. Entre sus influencias reconocidas se encuentran los directores Alfred Hitchcock, Howard …   Enciclopedia Universal

  • John Carpenter — Infobox actor imagesize = birthname = John Howard Carpenter birthdate = birth date and age|1948|01|16 birthplace = Carthage, New York, U.S.A. occupation = director, screenwriter, producer, composer spouse = Adrienne Barbeau (1979 1984) Sandy King …   Wikipedia

  • John Carpenter, town clerk of London — John Carpenter (1370? 1442?), was an important figure in the early history of the city of London. He left property in his will which eventually led to the founding of the City of London School. LifeIn the 1200s merchants with the surname… …   Wikipedia

  • John Carpenter (disambiguation) — John Carpenter may refer to:* John Carpenter (born 1948), American film director, screenwriter, producer, actor, and film music composer * Johnny Carpenter (born 1914), American film actor, screenwriter and producer who worked mostly in Westerns… …   Wikipedia

  • John Carpenter (game show contestant) — John Carpenter (born 24 December 1967) was the first millionaire on the United States version of the game show Who Wants to Be a Millionaire . The historic event occurred on November 19, 1999. He held the record for the largest single win in… …   Wikipedia

  • John Carpenter (concursante de TV) — John Carpenter (nacido en 1967) fue el primer millonario en la versión estadounidense del concurso de televisión Who Wants to Be a Millionaire, y el primer ganador del premio mayor en todas las versiones internacionales del serie ¿Quién quiere… …   Wikipedia Español

  • John Carpenter (desambiguación) — John Carpenter es el nombre de las siguientes personas: John Carpenter (1948), director de cine norteamericano. Johnny Carpenter (1914), actor de cine estadounidense. Actuó en muchas películas del oeste (Westerns). John C. Carpenter, atleta… …   Wikipedia Español

  • John Carpenter (Leichtathlet) — John Carpenter (John Condict Carpenter; * 7. Dezember 1884 in Washington, D.C.; † 4. Juni 1933 in Chicago) war ein US amerikanischer Sprinter. Bei den Olympischen Spielen 1908 in London kam er im Finale des 400 Meter Laufs als Erster ins Ziel,… …   Deutsch Wikipedia