Jeans


Jeans
Page d'aide sur les redirections Pour l'article concernant la toile de coton qui sert à fabriquer les blue-jeans, voir denim.
Deux pantalons en jean

Le jeans ou blue jeans ou denim, est un pantalon à coutures, coupé dans une toile denim, renforcé par des rivets, qui à l'origine est un vêtement de travail. Par extension, le denim est lui-même dénommé jean[1].

Sommaire

Origines

Pour une présentation des hypothèses sur l'origine du tissu, voir : jean (tissu) et denim.

L'invention du vêtement lui-même reviendrait à une collaboration entre Levi Strauss et Jacob Davis, tailleur à Reno dans le Nevada. Le premier était en effet à la tête d'un commerce de tissu et vêtements, Levi Strauss & Co., installé sur la côte ouest américaine lors de la ruée vers l'or en 1853. Il fournissait la toile denim dans laquelle Davis taillait des pantalons. Ce dernier eut l'idée, afin de satisfaire les exigences en matière de solidité d'une cliente pour son mari bûcheron, de riveter les poches d'un pantalon de travail[2]. Devant le succès de son pantalon et pour éviter les contrefaçons, en 1872, il propose à Levis Strauss de partager les fruits de la commercialisation de son invention en échange du paiement de la somme nécessaire au dépôt du brevet. Jacob Davis joint à la lettre proposant l'affaire à Levi Strauss deux pantalons de sa fabrication selon ce procédé, dont l'un en denim[3].

Le brevet est accordé en mai 1873[4]. Jacob Davis supervise cette activité de confection de vêtement de travail au sein de l'entreprise Levi Strauss & Co. Bien qu'une partie de la production soit en d'autres tissus (coutil ou duck canvas), ce sont les modèles en denim de chez Amoskeag, notamment grâce à leur couture en double X, qui assurent une réputation de solidité de la marque dans la dernière décennie du XIXe siècle.

Ce qui garantit le succès de la collaboration Davis-Levi Stauss, c'est, outre le choix du denim et le renforcement par des rivets, le fait d'avoir privilégié le pantalon, et non comme la concurrence, la salopette. À l'origine, le produit est désigné par son fabricant sous le terme Waist overalls par opposition aux Bib overalls, les salopettes, mais par la suite, c'est l'appellation « jeans » qui finira s'imposer. Le mot proviendrait de la contraction de "de Gênes", déformé par la prononciation locale. Le bleu de Gênes (blu di Genova) désignait la teinture correspondant à la couleur originelle des bleus de travail rivetés en denim produits par l'entreprise Levi Strauss & Co. et les autres marques l'imitant. Le terme s'impose dans les années 1920 lorsque la marque californienne Can't Bust'Em lance un modèle dénommé Frico Jeens.

Les jeans de production Levi Strauss & Co. des premiers temps conservent les attributs caractéristiques des vêtements de travail de la marque à destination des bûcherons et chercheurs d'or :

  • coupe très large ;
  • poche unique au dos ;
  • martingale, une demi-ceinture placée à l'arrière resserrant la taille ;
  • présence de boutons pour les bretelles ;
  • poche à outil latérale sur certains modèles...

Évolution et chronologie

Agencement des poches et des rivets en cuivre caractéristiques du jean

Les "Waist overalls" en denim produits par Levi Strauss & Co. connaissent rapidement un certain succès. Si les rivets constituent le plus-produit de la marque, de nombreuses firmes se développent sur le marché des vêtements de travail et concurrencent la marque californien avec des produits en denim: Eloesser-Heynemann Co. Can't bust'em (1851, Californie), Hamilton Carhartt (1884, Michigan), OshKosh B'Gosh, (1895,Wisconsin), Brownstein, Newmark & louis Co The Stronghold (1895, Californie), Larned, Carter & Co Headlight (1897, Michigan), Neustadter Brothers Boss of The Road (avant 1877, Californie), Hudson Overall Company Blue bell, futur Wrangler (1904, Caroline du Nord). ...

La coupe des pantalons désignés par le terme "jeans" diffère initialement assez peu d'un fabricant à l'autre. Elle sera peu à peu modifiée en raison de l'évolution des usages et de la mode.

La forme considérée comme classique comporte cinq poches, une braguette à boutons timbrés, des surpiqûres orange assorties au cuivre des rivets et une étiquette de faux cuir cousue à la taille. Il correspond au millésime de 1947 du 501 de Levi Strauss & Co.. L'alternative également classique est représentée par le 101Z à fermeture à glissière de la marque Lee.

À l'origine, le denim utilisé est d'un poids relativement léger : 9 puis 10 Oz. Dans les années 40, les jeans Lee sont faits à partir de denim de 11,5 Oz. Les jeans actuels « classiques » ont une toile de 13,5 ou 14 Oz. Certains fabricants, notamment japonais proposent des jeans fabriqués à partir d'un denim de 16, voire 22 Oz[5].

A l'origine vêtement des travailleurs manuels américains à la fin du XIXe siècle, devenu ensuite vêtement emblématique des États-Unis, le port quotidien du jean est aujourd'hui répandu sur tous les continents et dans toutes les catégories sociales.

En Europe, où ce vêtement était beaucoup plus cher que dans son pays d'origine (prix trois à quatre fois plus élevé, en raison des taxes douanières auxquelles il était soumis)[6], il a d'abord été populaire dans les années 1950 chez les blousons noirs, ce qui lui a donné initialement très mauvaise presse en en faisant un symbole de marginalité voire de délinquance. Au début des années 1960, son port était rigoureusement prohibé dans de nombreux lycées et collèges. Au cours de la décennie il est progressivement imposé comme tenue de loisir, d'abord chez les jeunes, jusqu'à devenir de nos jours socialement admis dans tous les milieux et dans toutes les classes d'âge.

Si l'on excepte l'attrait de son image légitimement associée à l'Amérique et à sa façon de vivre (l'American way of life), le confort et la robustesse sont probablement les atouts majeurs qui permettent au pantalon en jean de résister aux modes et bien souvent de s'y adapter.

Le chemin parcouru entre la toile taillée en forme de pantalon portée par le pionnier et les créations des plus grands stylistes portées par les hommes et femmes les plus riches et renommés de la planète est énorme. Cependant, le jean n’a pas changé de clients, il a juste élargi sa clientèle : aujourd’hui encore, les plus démunis portent des jeans, seulement, ce ne sont pas les mêmes. Quelle clientèle pour quels jeans actuellement ? Sachant que l’on peut trouver des jeans à 10 € comme à 250 € pour des sur-mesures ou encore à plus de 900 € pour des jeans de marques telles que Dior ; on imagine qu’il y a une clientèle adaptée à chaque tranche de prix de jean.

Principales dates

1889 : The Lee Company voit le jour, à Salina au Kansas. L'activité initiale de la société est orienté autour du commerce de tissus et de produits d'épicerie. La fabrication des jeans et salopettes Lee ne débute, elle, qu'en 1911. La firme sera à l'origine de 2 innovations :

  • en 1913, Lee lance la cotte, c'est-à-dire un vêtement de travail comportant joints un blouson et une veste (Lee Union-All en anglais). La firme bénéficiera d'un contrat avec l'armée américaine pour la fourniture de ces cottes pendant la Première Guerre mondiale ;
  • en 1926, Lee lance le jeans à fermeture glissière.

1950 : Le jeans symbolise la révolte de la jeune génération. On l'associe au blouson noir et à la Harley, c'est le phénomène « adolescent » et il sera même interdit dans les écoles aux États-Unis. Il est porté par James Dean et Marlon Brando.

Un pouceux sur la route 66 aux États-Unis en 1972, avec un jean hippie élaboré

1960 : Jusqu'en dans les années 1960, le modèle des jeans n'évolue pas. C'est le mouvement hippies qui lancera les premières évolutions : variation de couleurs, de forme, de coupe, broderie, ornementations, rapiècement, effrangée, etc.

1969 : Un demi-million de personnes, ceux de la love génération se retrouvent au festival de Woodstock, sans doute le plus grand rassemblement au monde de porteurs de jeans.

1970 : Code vestimentaire et symbole de la génération hippie, le jeans patte d'éléphant. Pendant les années 1960-70, les années hippies, le jean se transforme de plus en plus. On le customise, on le peint, on le brode, on coud des coquillages et bien d’autres choses dessus. On y met des strass, des bijoux, des fleurs, des motifs « peace and love ». Le bas de la jambe s’allonge : c’est la naissance des « pattes d’eph », de pattes d’éléphant, qui reviendront plusieurs fois à la mode plus tard. Chacun a son propre jean customisé.

1972 : Les jeans C17 sont créés par André Desseilles, à Castelnaudary, dans l'Aude. C17 mettra 15 ans pour devenir le deuxième distributeur de jeans en Europe, derrière Levi's, puisque la marque diffusera jusqu'à 3 millions d'articles par an. À cette époque, le groupe C17 dans son ensemble atteindra 700 millions de francs de chiffre d'affaires.

1973 : La France entre dans la crise, avec le choc pétrolier. Le jeans s'impose comme un bien de très grande consommation. Le marché se développe de façon exponentielle jusqu'au début des années 1980. À New York, le musée d'art contemporain expose pendant deux mois une sélection de jeans décorés et attire 10 000 visiteurs.

1978 : Apparition du stone-washed, un traitement qui consiste à bombarder le tissu de petites pierres ponces.

1981 : Le marché français plafonne, avec 40 millions de pièces vendues par an, denim, toile et velours confondus.

1984/85 : Le jeans recule, au profit des slacks, les pantalons de toile plus légers et plus habillés. L'effondrement du jeans est un tel phénomène que les médias s'en emparent.

1986 : Le jeans revient peu à peu sur le devant de la scène. Il s'impose comme un produit de mode à part entière.

1990 : Apparition du surteint qui renouvelle le jeans et lui donne un coup de jeune.

1994 : L'énorme vague du Lycra submerge le jeans. Le cinq poches élastis connaît un très gros succès, surtout auprès des femmes. Ce sont elles, d'ailleurs qui dynamisent le marché.

1996 : Pour la première fois en France, les femmes achètent sensiblement autant de jeans que les hommes.

1997 : Le grand retour du jeans brut (souvent appelé par son terme anglais de "raw") qui devient le nouveau produit de mode par excellence.

2000 : Avec un chiffre d'affaires de plus de 100 MF (15 M€) Rica Lewis devient numéro un du jeans sur le marché de la grande distribution. Levi'Strauss offre à chacun de ses employés dans le monde, une prime d'un an de salaire pour fêter le passage à l'an 2000 !

Jean « mode » à faux plis en 2010

2002 : Chiffre d'affaires de 28 M€. Rica Lewis conforte sa place de leader sur le marché (10% de parts de marché - source SECODIP).

2006 : Une entreprise de confection italienne sous le label arabe Al-Quds (Jérusalem en arabe) a lancé un modèle de jeans conforme spécifiquement pour les hommes pieux musulmans. Ayant comme caractéristique d’une coupe large pour leur permettre de se prosterner lors de la prière[7], [8]. Dans les sociétés occidentales, la mode du jean slim apparue alors dans les années 1970-1980 avec le punk est de retour et concerne autant les femmes que les hommes. Le jean slim, également appelé skinny, est moulé sur toute sa longueur ; il fait alors office de « seconde peau » (skin en anglais, signifie « peau »).

2008 : Le jean n'est plus seulement un vêtement utilitaire, mais un signe identitaire d'appartenance, cet appartenance s'affirme souvent par la forme (le slim, le boot cut, le relax, le regular, etc.) ou par la marque (Levi's, Diesel, Notify, Acquaverde, Pepe jeans, etc.).

Types de jeans

En ce qui concerne les tons :

  • Acid washed, le tissu est d'une couleur unie avec des tâches réparties, semblables à un passage sous javel ;
  • Black, le fil indigo est remplacé par un fil noir ;
  • Bleached, blanchi avec des agents de blanchiment ;
  • Brut, à l'état naturel tel que sortant de la chaine de fabrication ;
  • Stone washed, délavage avec des pierres ponces, mise au point dans les années 1980 ;
  • Stone bleached, délavage avec des pierres ponces et enzymes de blanchiment ;
  • Surteint, originellement jean bleu teint en noir, se pratique désormais avec pratiquement toutes les couleurs en surteinte ;
  • Used, jean vieilli par sablage (technique désormais interdite).
  • Bio, jean en coton biologique.
  • Ethique, jean fabriqué selon les normes du commerce équitable.

Annexes

Notes et références

  1. []
  2. DENIM, l'épopée illustrée d'un tissu de légende, Editions du collectionneur, 2002 (ISBN 2-909450-94-5)
  3. la lettre de J. Davis est reproduite sur le site de la marque Ben Davis, fondée par le descendant de Jacob Davis : http://www.bendavis.com/about-us/history/letter-to-levi-strauss
  4. United states patent Office : Brevet no 139,121.
  5. Exemple : Ironheart.
  6. L'Eternel Masculin, par Bernard Roetzel, éd. Könneman, 1999
  7. Une entreprise italienne lance : des jeans pour musulmans
  8. Site officiel de Al Quds

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes


Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jeans de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jeans — are trousers made from denim. Mainly designed for work, they became popular among teenagers starting in the 1950s. Historic brands include Levi s and Wrangler. Today, jeans are a very popular form of casual dress around the world and come in many …   Wikipedia

  • jeans — ● jeans nom masculin Synonyme de blue jean. ● jeans (difficultés) nom masculin Prononciation Jean : [&ph88;ʒ&ph93;&ph98;]; jeans : [&ph88;ʒ&ph93;&ph98;&ph103;], en articulant le s. Orthographe On dit, on écrit, un jean ou un jean …   Encyclopédie Universelle

  • Jeans — Saltar a navegación, búsqueda Para otros usos de este término, véase Jeans (desambiguación). Pantalón vaquero Los jeans (pronunciado [ jins]), bluyines,[1 …   Wikipedia Español

  • jeans — s.m.inv. ES ingl. {{wmetafile0}} 1. tela di cotone ruvida e robusta, in genere di colore blu, usata per abiti da lavoro e indumenti sportivi: una gonna di jeans; anche in funz. agg.inv.: tessuto jeans 2. al pl., blue jeans: indossare i jeans |… …   Dizionario italiano

  • Jeans — Spl std. (20. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus ne. (blue) jeans, einer Bezeichnung dieses speziellen Baumwollstoffs, wohl aus me. Gēne, Jene (usw.), das über romanische Zwischenstufen wahrscheinlich auf den Namen der Stadt Genua (frz. Gênes)… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Jeans — [dʒiːnz] die; , ; eine meist blaue Hose aus festem Baumwollstoff ≈ Bluejeans <eine Jeans / ein Paar Jeans tragen> …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • jeans — s. m. 1. pânză groasă, de cânepă, de obicei albastră. 2. (pl.) blue jeans (< amer. blue jeans) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • Jeans- — [dʒiːns ] im Subst, begrenzt produktiv; aus dem (blauen) Stoff, aus dem Jeans sind; der Jeansanzug, das Jeanshemd, die Jeansjacke, der Jeansrock, der Jeansstoff …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • jeans — /dʒi:nz/, it. /dʒins/ s. ingl. [pl. di jean, tipo di tela che trae prob. il nome dalla città di Genova], usato in ital. al masch. (abbigl.) [pantaloni di tela ruvida, in origine di colore azzurro, poi anche in altre tinte, con impunture molto… …   Enciclopedia Italiana

  • jeans — [dʒi:nz] n [plural] ↑jeans [Date: 1800 1900; Origin: jean strong cotton cloth (15 21 centuries), from Gene, early form of the name Genoa, Italian city where the cloth was first made] trousers made of ↑denim (=a strong, usually blue, cotton cloth) …   Dictionary of contemporary English

  • jeans — [ dʒinz ] noun plural * informal pants made of heavy cotton cloth called denim: a pair of faded blue jeans …   Usage of the words and phrases in modern English