Jean Étienne Marie Portalis


Jean Étienne Marie Portalis

Jean-Étienne-Marie Portalis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portalis.
Jean-Étienne-Marie Portalis.
Portrait par Pierre Gautherot.

Jean-Étienne-Marie Portalis, né le 1er avril 1746 au Beausset (Var) et mort à Paris le 25 août 1807, est un homme d'État, jurisconsulte et philosophe du droit français.

Sommaire

Formation et carrière

Après des études chez les oratoriens de Toulon puis de Marseille, il fait son droit à Aix-en-Provence où il devient avocat à 19 ans. Il ne tarde pas à s'imposer parmi les tout premiers jurisconsultes de Provence. Jeune avocat, il s'illustre à l'occasion d'un procès intenté contre Beaumarchais, créateur du Mariage de Figaro. Mais sa première vraie célébrité lui vient de la défense qui lui est confiée dans l'instance de divorce présentée par la comtesse de Mirabeau contre son mari, au terme de laquelle le Comte de Mirabeau est défait. En cette année 1783 on parlera de ce procès jusqu'à Paris, il lui vaudra une rancune à vie de la part du Comte de Mirabeau.

En 1787, Portalis devient un des quatre administrateurs de la Provence. Il se distingue en 1788 en publiant un mémoire contre le rétablissement des états de Provence, mais se tient à l'écart des mouvements révolutionnaires. Tenu pour royaliste en vertu de ses convictions (on le dit monarchiste constitutionnel modéré), il doit se réfugier à Lyon puis à Paris où il est emprisonné durant la Terreur. Il doit son salut à peu de choses.

Il est élu en 1795 au Conseil des Anciens, dont il va devenir le secrétaire, et combat le Directoire. Condamné à la déportation lors du coup d'état du 18 fructidor, il s'exile en Suisse, puis en Allemagne, au Holstein.

Napoléon Bonaparte le rappelle en 1800. D'abord nommé commissaire du gouvernement, il entre l'année suivante au Conseil d'État. Il aura ensuite la mission de présenter le Concordat au corps législatif et le rapport préliminaire sur le projet de Code civil des Français. En 1801, un arrêté le charge des affaires concernant les cultes. Il devient ministre des cultes en 1804.

Il est désigné comme membre de la commission de rédaction du Code civil des Français, aux côtés de Tronchet, Bigot de Préameneu et Maleville, sous la direction de Cambacérès. Il est, pour certains, « le père du Code civil des Français » ; il en rédige le Discours préliminaire, qui reprend en effet de nombreux extraits de ses écrits antérieurs.

Portalis déclare : « Quelle tâche que la rédaction d'une législation civile pour un grand peuple ! L'ouvrage serait au dessus des forces humaines s'il s'agissait de donner à ce peuple une institution absolument nouvelle, et, en oubliant qu'il occupe le premier rang parmi les nations policées, on dédaignait de profiter de l'expérience du passé, et de cette tradition de bon sens, de règles et de maximes, qui est parvenu jusqu'à nous et qui forme l'esprit des siècles... Les codes des peuples se font avec le temps ; mais à proprement parler, on ne les fait pas... Il est utile de conserver tout ce qu'il n'est pas nécessaire de détruire : les lois doivent ménager les habitudes, quand ces habitudes ne sont pas des vices. » Ainsi, Portalis expose la nécessité qu'il y a de conserver le droit existant.

Il est élu membre de l'Académie française en 1803. Le Code civil des Français est définitivement adopté le 21 mars 1804. Grand officier de la légion d'honneur, il est nommé Grand Aigle (Grand Croix) de la Légion d'honneur en 1804.

Mais en 1805 le ministre Portalis perd la vue et s'affaiblit. Il s'eteint le 25 août 1807 à Paris. Au lendemain de son décès, consécutif à une opération qui devait le prémunir de la cécité, ses cendres sont transférées au Panthéon de Paris. Il laisse un fils Joseph Marie Portalis, diplomate et homme d'État.

Aix-en-Provence et Portalis

  • Une statue de Portalis trône devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence.
  • Un des bâtiments de la faculté de Droit d'Aix et le grand amphithéâtre portent le nom de Portalis.
  • Un des amphithéatres de la faculté de Droit de Liège porte le nom de Portalis.
  • Un institut de la faculté de Droit porte le nom d'« Institut Portalis ».
  • La ville a célébré en septembre 2007 les 200 ans de la mort du juriste avec divers événements (conférences, théâtre, expositions, visites...) durant un mois et demi.

Publications

  • De l'Usage et de l'abus de l'esprit philosophique durant le XVIIIe siècle (2 volumes, 1820)
  • Écrits et discours juridiques et politiques, Aix-en-Provence : Presses universitaires d'Aix-Marseille, 1988
  • Discours préliminaire au premier projet de Code civil édité aux éditions confluences et paru le 22 décembre 1998

Citations

  • La loi permet, ordonne ou interdit.
  • L'expérience prouve que les hommes changent plus facilement de domination que de lois. (Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de Code civil)
  • Nous appelons esprit révolutionnaire, le désir exalté de sacrifier violemment tous les droits à un but politique. (Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de Code civil)
  • En matière criminelle, il faut des lois précises et point de jurisprudence.(Discours préliminaire prononcé lors de la présentation du projet de Code civil).
  • Il faut toujours présumer le bien quand le mal n'est pas prouvé
  • Quand la raison n'a point de frein, l'erreur n'a point de bornes
  • Une loi n'est point injuste par cela seul qu'elle est répressive; et il est souvent nécessaire que la loi soit répressive pour ne pas être insuffisante"
  • Il ne faut point de lois inutiles, elles affaibliraient les lois nécessaires.

L'image dans la postérité

Dans Sade à l'ombre de la loi, le juriste et philosophe belge François Ost consacre la dernière partie de son ouvrage à un dialogue imaginaire sur la loi entre le marquis de Sade et Portalis. Quelques biographies du célèbre juriste sont parues ces dernières années, par ailleurs.

Liens internes

Liens externes


Précédé par
Marie-Gabriel-Florent-Auguste de Choiseul-Gouffier
Fauteuil 25 de l’Académie française
1803-1807
Suivi par
Pierre Laujon
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
  • Portail du droit français Portail du droit français
Ce document provient de « Jean-%C3%89tienne-Marie Portalis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Étienne Marie Portalis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-Etienne-Marie Portalis — Jean Étienne Marie Portalis Pour les articles homonymes, voir Portalis. Jean Étienne Marie Portalis. Portrait par …   Wikipédia en Français

  • Jean-étienne-marie portalis — Pour les articles homonymes, voir Portalis. Jean Étienne Marie Portalis. Portrait par …   Wikipédia en Français

  • Jean-Étienne-Marie Portalis — (April 1, 1746 – August 25, 1807) was a French jurist and politician in time of the French Revolution and the First Empire. His son, Joseph Marie Portalis was a diplomat and statesman. Contents …   Wikipedia

  • Jean-Étienne-Marie Portalis — (* 1. April 1746 in Le Beausset; † 25. August 1807 in Paris) war ein französischer Jurist, Rechtsphilosoph und Kulturminister. Biographie Portalis war maßgeblich an der Ausarbeitung des Code Civil (Zivilgesetzbuches) beteiligt. Der… …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Étienne-Marie Portalis — Pour les articles homonymes, voir Portalis. Jean Étienne Marie Portalis. Portrait par Claude Gautherot. Jean Éti …   Wikipédia en Français

  • Jean-Étienne-Marie de Portalis — Jean Étienne Marie Portalis Pour les articles homonymes, voir Portalis. Jean Étienne Marie Portalis. Portrait par …   Wikipédia en Français

  • Jean Étienne Marie de Portalis — Jean Étienne Marie Portalis Pour les articles homonymes, voir Portalis. Jean Étienne Marie Portalis. Portrait par …   Wikipédia en Français

  • Portalis, Jean-Étienne-Marie — (1746 1807)    political figure, jurist    Born in Le Beausset, Provence, Jean Étienne Marie Portalis was an attorney for the Parlement of Aix (1765). During the revolution of 1789, he was arrested under the terror. A member of the Council of… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Portalis, Jean-Étienne-Marie — ▪ French lawyer and politician born April 1, 1746, Le Beausset, Fr. died Aug. 25, 1807, Paris  French lawyer and politician, one of the chief draftsmen of the Napoleonic Code, or Civil Code, which is the basis of the French legal system.       A… …   Universalium

  • Joseph Marie Portalis — Pour les autres membres de la famille, voir : Portalis. Portrait de Joseph Marie Portalis. Joseph Marie Portalis, 1er comte Portalis (19 février 1778 à Aix en Provence 5 août …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.