Jean Sirmond


Jean Sirmond

Jean Sirmond, né vers 1589 à Riom où il est mort en 1649, est un poète néolatin et homme de lettres français, historiographe de Louis XIII.

Sommaire

Sa vie et son œuvre

Il est connu surtout pour le combat qu'il mènera toute sa vie contre Mathieu de Morgues, dit le sieur de Saint-Germain, partisan de Marie de Médicis et auteur de libelles contre Richelieu. Jean Sirmond y répond par une série de petits ouvrages qu'il écrit sous différents pseudonymes, tels que Julius Pomponius Dolabella, le Français fidèle ou le Sieur des Montagnes.

« Il estoit neveu du P. Sirmond Jésuite, Confesseur du Roi Louis XIII, & l'un des plus savans hommes de notre siècle. Il vint à la Cour, & par la faveur du Cardinal de Richelieu, qui l'estimoit un des meilleurs écrivains qui fussent alors, il fut fait Historiographe du Roi, avec douze cens écus d'appointemens[1]. »

Lors de son séjour à Paris, Jean Sirmond collabore à la rédaction des statuts de l'Académie française, dont il devient l'un des premiers membres en 1634. Il est aussi l'auteur d'une Vie du Cardinal d’Amboise, parue en 1631, et il écrit des poèmes en latin, qui ne seront publiés qu'à titre posthume, en 1653. Après la mort du roi et du cardinal, il se re retire dans son Auvergne natale, dépité de se retrouver sans soutien après avoir tant lutté.

Paul Pellisson a rendu à Jean Sirmond un hommage personnel qui constitue également un témoignage sur l'évolution de la langue française, dont certains ont comme lui le sentiment qu'elle est désormais suffisamment « raisonnable » pour être digne de remplacer le latin et le grec comme langue à la fois savante et littéraire. Il écrit :

« J'ajoûterai ici par une espèce de reconnaissance, qu'un de ses ouvrages est une des premières choses, qui m'ont donné goût pour notre Langue. J'étois fraîchement sorti du Collège : on me présentoit je ne sais combien de Romans, & d'autres pièces nouvelles, dont tout jeune, & tout enfant que j'étois, je ne laissois pas de me mocquer, revenant toûjours à mon Cicéron, & à mon Térence, que je trouvois bien plus raisonnables. Enfin, il me tomba presque en même temps quatre livres [de Jean Sirmond] entre les mains [...]. Dès-lors, je commençai non-seulement à ne plus mépriser la Langue Françoise ; mais encore à l'aimer passionnément, à l'étudier avec quelque soin, & à croire, comme je fais encore aujourd'hui, qu'avec du génie, du temps, & du travail, on pouvoit la rendre capable de toutes choses[2]. »

Ouvrages

  • Les Bons et Vrays Advis du François fidelle. Aux Mal-contans retirez de la Cour
  • La Pitarchie française ou réponse aux vaines plaintes des malcontens (1615)
  • Discours au Roy sur l'excellence de ses vertus incomparables et de ses actions héroïques (1624)
  • La Lettre déchiffrée (1627). Éloge de Richelieu.
  • Advertissement aux provinces sur les nouveaux mouvemens du royaume (1631)
  • La Vie du Cardinal d'Amboise, en suite de laquelle sont traictez quelques poincts sur les affaires présentes (1631)
  • Le Coup d'estat de Louys XIII (1631)
  • La Défense du roi et de ses ministres contre le manifeste que sous le nom de Monsieur on fait courre parmi le peuple (1631)
  • L'Homme du pape et du roy, ou Réparties véritables sur les imputations calomnieuses d'un libelle diffamatoire semé contre sa Sainteté et sa Majesté très-chrestienne (1634)
  • Le Souhait du Cid en faveur de Scudéri : une paire de lunettes pour faire mieux ses observations (1637). Documents sur la querelle du Cid.
  • La Chimère deffaicte, ou Réfutation d'un libelle séditieux tendant à troubler l'Estat, sous pretexte d'y prévenir un schisme (1640)

Notes et références

  1. Paul Pellisson, Histoire de l'Académie françoise, volume I, p. 279 (1653)
  2. Op. cit., p. 281-82

Lien externe

Notice biographique de l'Académie française


Précédé par
Premier Membre
Fauteuil 16 de l’Académie française
1634-1649
Suivi par
Jean de Montereul

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Sirmond de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Sirmond — (1589, Riom, France 1649, Riom, France) was a neo Latin poet and French man of letters, historiographer of Louis XIII.His life and writingSirmond is known especially for his lifelong feud with Mathieu de Morgues, known as the son of Saint Germain …   Wikipedia

  • Jean De Montereul — (v. 1614 à Paris 27 avril 1651 à Paris) est un homme d Église et diplomate français. Fils d un avocat au parlement de Paris, il se destine au barreau, mais au cours d un voyage en Italie en compagnie de Pomponne de Bellièvre, un neveu du pape… …   Wikipédia en Français

  • Jean de Montreuil — Jean de Montereul Jean de Montereul (v. 1614 à Paris 27 avril 1651 à Paris) est un homme d Église et diplomate français. Fils d un avocat au parlement de Paris, il se destine au barreau, mais au cours d un voyage en Italie en compagnie de… …   Wikipédia en Français

  • Jean de montereul — (v. 1614 à Paris 27 avril 1651 à Paris) est un homme d Église et diplomate français. Fils d un avocat au parlement de Paris, il se destine au barreau, mais au cours d un voyage en Italie en compagnie de Pomponne de Bellièvre, un neveu du pape… …   Wikipédia en Français

  • Jean de Montereul — Pour les articles homonymes, voir Jean de Montreuil (humaniste). Jean de Montereul (v. 1614 à Paris 27 avril 1651 à Paris) est un homme d Église et diplomate français. Fils d un avocat au parlement de Paris, il se destine au barreau, mais au… …   Wikipédia en Français

  • Jean Soanen — Jean Soanen[1], né à Riom, le 6 janvier 1647[2] et mort en 1740, est un prédicateur oratorien et évêque de Senez suspendu par le « Concile » d Embrun. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Jean Garnier —     Jean Garnier     † Catholic Encyclopedia ► Jean Garnier     Church historian, patristic scholar, and moral theologian; b. at Paris, 11 Nov., 1612; d. at Bologna, 26 Nov., 1681. He entered the Society of Jesus at the age of sixteen, and, after …   Catholic encyclopedia

  • Jean Garnier — (* 11. November 1612 in Paris; † 26. November 1681 in Bologna) war ein französischer Jesuit, Patristiker, Kirchenhistoriker und Moraltheologe. Leben Garnier wurde in Paris geboren. Im Alter von 16 Jahren trat er in die Gesellschaft Jesu ein. Nach …   Deutsch Wikipedia

  • Jean Garnier — Jean Garnier, né à Paris le 11 novembre 1612, mort à Bologne le 26 novembre 1681, est un théologien et érudit français, membre de la Compagnie de Jésus. Il devint jésuite à seize ans, en 1628, et professa d abord la rhétorique, puis, à partir de… …   Wikipédia en Français

  • Jean Garnier — (11 November 1612 ndash; 26 November 1681), was a French Jesuit church historian, patristic scholar, and moral theologian.LifeHe was born at Paris, entered the Society of Jesus at the age of sixteen, and, after a distinguished course of study,… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.