Jean Pierre Francois Bonet


Jean Pierre Francois Bonet

Jean Pierre François Bonet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonet.
Jean Pierre François Bonet
Jean Pierre François Bonet
Naissance 8 août 1768
Alençon
Décès 23 novembre 1857 89 ans)
Alençon
Origine France France
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Drapeau français République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Empire français (Cent-Jours)
Flag of the Kingdom of France (1814-1830).svg Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Drapeau français République française
Drapeau français Empire français
Arme Infanterie
Grade général de division
Service 1786 - 1848
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Insurrection royaliste de 1832
Distinctions Légion d'honneur
(Grand-Croix)
Hommage Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile
Autres fonctions Pair de France
Sénateur inamovible

Jean Pierre François, comte Bonet, né à Alençon le 8 août 1768 et mort dans la même ville, le 23 novembre 1857, est un général de division français.

Sommaire

Biographie

Jean Bonet est soldat dans le régiment du Boulonnais de 1786 à 1791. Soldat au moment de la Révolution française, sergent dans un bataillon de volontaires de son département, il est ensuite officier dans l’Armée du Nord. Il passa par tous les grades et fut nommé général de brigade.

Blessé en 1793 à Hondschoote alors qu’il est capitaine, il y perd l’œil gauche. En 1794, il fit à l'armée de Sambre-et-Meuse, sous les ordres de Jourdan, les campagnes de 1794 et 1795, se signala au combat de la Chartreuse en Belgique, le 16 septembre 1794 et à toutes les affaires où il prit part. Il est promu au grade de général en 1794.

Il fit avec la même distinction les campagnes d'Allemagne et d'Italie de 1796 à 1799. Sa conduite à la bataille de Hohenlinden, attira sur lui l'attention du premier Consul. Général de division, le 27 août 1803, il commanda la 26e division d'infanterie à Aix-la-Chapelle et fut envoyé au camp de Brest en 1804, sous les ordres d'Augereau.

Il resta en non-activité jusqu'à la fin de 1807. Appelé alors au commandement d'Aranda, il se distingua surtout pendant la campagne de 1808 en Espagne. Il combat à Burgos, en Espagne, en 1808 avant d’être gouverneur de Santander et commandant de la 2e division du 2e corps. Pendant les années suivantes, il combat à Santander, contre Juan Díaz Porlier dans les Asturies, à l'attaque de Celdessajoras, à Gijon, à la bataille des Arapyles, qui fut livrée par Marmont, malgré les vives remontrances du général Bonet et dans laquelle celui-ci se battit héroïquement, enfin au combat de Penaranda, où il fut blessé très-grièvement.

En 1811 il se déplace vers le sud à Astorga, sous Dorsenne. Il retourne dans les Asturies en novembre 1811. Il combat à Salamanque en juillet 1812 et est blessé.

En 1813, le comte Bonet commandait une division dans le corps de l'armée de Marmont, à la campagne d'Allemagne, il est avec la Grande Armée en Allemagne à Lützen, où il soutint plusieurs charges de cavalerie, à Bautzen le 8 mai, sur les hauteurs de Dohna, et le 10, dans la plaine de Tœplitz et à Dresde où il finit la campagne comme prisonnier de guerre. Il est commandant de plusieurs places en France à la fin de l’Empire.

Le 20 mars 1815, Napoléon lui confia le commandement de Dunkerque. Après la bataille de Waterloo, Bonet reparut un moment sous le ministère du maréchal Gouvion-Saint-Cyr, et fut appelé au commandement de la 13e division militaire à Rennes. À l'arrivée du duc de Feltre au ministère, Bonet rentra dans la vie privée et fut mis à la retraite, le 16 février 1820.

Au commencement de 1831, Louis-Philippe Ier le nomma commissaire extraordinaire dans les 4e, 12e et 13e divisions militaires, lui conféra, le 20 avril, le titre de grand' croix de la Légion d'honneur, et le créa pair de France, le 19 novembre suivant.

En 1832, il combat les insurgés en Vendée.

Nommé, cette même année, président de la commission spéciale, envoyée en Afrique, il en revint l'année suivante, après avoir dignement rempli sa mission.

Rentré dans le cadre de réserve, en 1835. Il prend sa retraite en 1848 avant de mourir 9 ans plus tard dans sa ville natale. Il avait la réputation d’être un général énergique mais dur. Son nom figure sur l’Arc de Triomphe de l'Étoile, côté sud.

Décorations

Titres

Hommage, Honneurs, Mentions,...

Autres fonctions

Pensions, rentes

Réglement d'armoiries

« Écartelé: au 1 du quartier des comtes militaires ; au 2, d'argent, à une tête d'aigle de sable, acc. de trois étoiles d'azur, 2 et 1 ; au 3, de gueules, à deux colonnes d'or, réunies par un listel d'argent, au 4, d'azur, à deux drapeaux d'argent, passés en sautoir.[1] »

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • « Jean Pierre François Bonet », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition] (Wikisource)


Notes et références

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Jean Pierre Fran%C3%A7ois Bonet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Pierre Francois Bonet de Wikipédia en français (auteurs)