Jean Martin Charcot


Jean Martin Charcot

Jean-Martin Charcot

Jean Martin Charcot

Jean-Martin Charcot, né à Paris le 29 novembre 1825 et mort à Montsauche-les-Settons le 16 août 1893, est un clinicien et neurologue français, professeur d'anatomie pathologique, titulaire de la chaire des maladies du système nerveux, membre de l'Académie de médecine (1873) et de l'Académie des sciences (1883). Il est le fondateur avec Guillaume Duchenne de la neurologie moderne, le précurseur de la psychopathologie et l'un des plus grands cliniciens français. Il est également connu comme chef de file de l'École de la Salpêtrière pour ses travaux sur l'hypnose et l'hystérie.

Sommaire

Biographie

Charcot n'a laissé aucun écrit biographique et ce que l'on connaît sur lui repose essentiellement sur ses travaux et le témoignage de ses collègues. Il n'existe ainsi que peu de traces sur sa jeunesse et ses premières années d'études.

Il réussit en 1848 le concours de l'internat des hôpitaux de Paris et finit son cursus à l'Hôpital de la Salpêtrière. Il passe sa thèse en 1853, consacrée à la goutte et aux maladies inflammatoires. Il est nommé alors chef de clinique et commence à se constituer une clientèle privée dans son cabinet de la rue Lafitte. En 1856, il passe avec succès le concours de médecin des hôpitaux et est reçu à l'agrégation à sa deuxième tentative en 1860.

Charcot commence alors à enseigner l'anatomie pathologique à l'université de Paris et en 1862 il est nommé à la Salpêtrière où il s'occupe d'un secteur de 200 lits de grands infirmes et incurables. Il se marie en 1864 avec une veuve fortunée, Augustine Victoire Durvis, avec qui il aura deux enfants, dont Jean-Baptiste Charcot, devenu un célèbre explorateur. En 1868 il décrit la sclérose en plaques, avec son collègue et ami Alfred Vulpian et, l'année suivante, la sclérose latérale amyotrophique, une maladie dégénérative à laquelle son nom restera attaché. Il effectue de nombreux travaux sur les affections de la moelle épinière, la sclérose en plaque, les atteintes de la syphilis (tabès) qui lui valent une renommée croissante. Il obtient la chaire d'anatomie pathologique en 1872. En 1873 il devient membre de l'Académie de médecine. A partir de 1878, il aborde l'étude des processus mentaux en étudiant l'hystérie, utilisant notamment l'hypnose comme mode d'étude.

Dès 1866, il donne ses « Leçons » qu'il ouvre au public à partir de 1879. Il y parle de sujets divers médicaux. En 1882 débute ses « Leçons du mardi matin » qui contribueront à sa célébrité, exposant les cas cliniques de ses patients et examinant en direct ces derniers (C'est le sujet d'un tableau bien connu d'André Brouillet) dont on retrouve une trace importante dans son ouvrage en trois volumes Leçons sur les maladies du système nerveux faites à la Salpêtrière (publiés de 1885 à 1887).

En 1882 la première chaire mondiale de neurologie est créée pour lui et il crée une école de neurologie à la Salpêtrière. Il met en évidence le rapport entre les lésions de certaines parties du cerveau et les atteintes motrices.

Sigmund Freud est son élève d'octobre 1885 à février 1886. Il suit ses cours avec passion, le rencontre et obtient même le droit de traduire en allemand certains de ses travaux. Parmi ses élèves et collaborateurs, on compte également Joseph Babinski, Georges Gilles de La Tourette, Gilbert Ballet, Eugen Bleuler, Albert Pitres, Charles Féré, Nicolas Dahl, Alfred Binet et Pierre Janet.

Charcot souffre d'une insuffisance coronarienne chronique sévère et meurt d'un infarctus du myocarde. Selon une autre version il meurt d'un œdème du poumon. Il est inhumé au Cimetière de Montmartre.

Son fils Jean-Baptiste Charcot (1867-1936), médecin également, est l'auteur de campagnes et de travaux océanographiques dans les régions polaires.

Hypnose et hystérie

Jean-Martin Charcot (1825 - 1893) durant une leçon avec une patiente hystérique, à l'Hôpital de la Salpêtrière.

En 1876, Charcot est membre d'une commission nommée par Claude Bernard pour étudier les expériences de métallothérapie du médecin Victor Burq. En 1878, il commence à étudier l'hypnose sous l'influence de Charles Richet et en 1882, dans Sur les divers états nerveux déterminés par l'hypnotisation chez les hystériques, il réhabilite l'hypnose comme sujet d'étude scientifique en la présentant comme un fait somatique propre à l'hystérie. Pour Charcot, l'intérêt pour l'hypnose est inséparable de la méthode anatomo-clinique, c'est à dire de l'identification des altérations anatomiques susceptibles d'expliquer les maladies nerveuses organiques. Il a recours à l'hypnose dans une perspective expérimentale pour démontrer que les paralysies hystériques ne sont pas déterminées par une lésion organique mais par ce qu'il appelle une « lésion dynamique fonctionnelle » qu'il est possible de recréer sous hypnose. Charcot n'utilise en revanche pas l'hypnose dans un cadre thérapeutique, pour tenter de « défaire » des symptômes qu'il avait d'abord provoqués de manière artificielle.

La publication du livre de Charcot marque le début de l'âge d'or de l'hypnose en France et fait de Charcot le chef de file de ce que l'on a appelé l'École de la Salpêtrière. Charcot y décrit les trois états du « Grand Hypnotisme » des malades hystériques :

  • La léthargie, obtenue en pressant sur les paupières du sujet, durant laquelle le sujet reste inerte tout en manifestant une « hyperexcitabilité neuro-musculaire » (le moindre contact provoque une contracture)
  • La catalepsie, obtenue en rouvrant les yeux du sujet (ou en faisant résonner un gong), durant laquelle le sujet prend les poses qu'on lui donne et « transfère » à volonté les contractures du coté du corps où l'on applique un aimant
  • Le somnambulisme, obtenu en frictionnant le sommet du crâne du sujet, durant lequel le sujet vous parle et bouge normalement
  • Le sujet fait preuve d'une amnésie totale au réveil.

Le travail de Charcot restitue également toute sa dignité au sujet de l'hystérie : la malade n'est plus une simulatrice, puisque Charcot de toute son autorité répond de l'authenticité et de l'objectivité des phénomènes hystériques. Les études cliniques de Charcot permettent aussi de découvrir, à la surprise générale, que l'hystérie n'est pas le privilège des femmes.

Dans les leçons 18 à 22 des Leçons sur les maladies du système nerveux, portant sur sept cas d'hystérie masculine, Charcot déclare que les symptômes hystériques sont dus à un « choc » traumatique provoquant une dissociation de la conscience et dont le souvenir, du fait même, reste inconscient ou subconscient. Il pose là les bases de la théorie « traumatico-dissociative » des névroses qui sera développée par Pierre Janet, Joseph Breuer et Sigmund Freud. Ces derniers, entre 1888 et 1889, entreprennent de « retrouver » sous hypnose les souvenirs traumatiques de leurs patients.

L'école de Nancy, sous la direction d'Hippolyte Bernheim va cependant s'opposer à ses conceptions.

Eponymie

Charcot a donné son nom à de très nombreuses reprises à des symptômes ou à des maladies, soit de son vivant, soit a posteriori, en son hommage.

  • La maladie de Charcot est l'autre nom de la sclérose latérale amyotrophique. Elle désigne également l'atteinte articulaire au cours de la syphilis (désignation plus usité dans le milieu anglophone)
  • La Maladie de Charcot-Marie-Tooth est un ensemble de maladies héréditaires touchant les nerfs sensitivo-moteurs.
  • Le signe de Charcot se voit en cas des paralysie des muscles cubitaux.
  • L'anévrisme de Charcot-Bouchard est une complication cérébrale de la tuberculose.
  • Les cristaux de Charcot-Leyden se voient dans certains crachats d'asthmatique.
  • Le pouls lent de Charcot est une manifestation du bloc auriculo-ventriculaire pouvant conduire à une syncope.

Œuvres

  • Sur les divers états nerveux déterminés par l'hypnotisation chez les hystériques, 1882
  • Leçons sur les maladies du système nerveux, 1885-1887
  • Avec Paul Richer, Les Démoniaques dans l'art, Delahaye et Lecrosnier, 1887
  • Avec Paul Richer, Les Difformes et les Malades dans l'art, Lecrosnier et Babé, 1889
  • La foi qui guérit, Félix Alcan, Paris, 1897 Texte en ligne

Notes et références

  • Dupont JC, Charcot, à la conquête du cerveau, les génies de la science, 2008 n° 37

Bibliographie

  • Victor Burq, Métallothérapie, 1871
  • Victor Burq, Des origines de la métallothérapie, 1882
  • Frédéric Carbonel (Actes des conférences des 1er et 2 juin 2007), « L’aristocratie aliéniste face au disciple de Charcot : une nouvelle croisée des chemins au début des années 1890 ? » in Janetian Studies spécial n°2: 1-21.
  • Pierre Janet, « J. M. Charcot. Son oeuvre psychologique. », Revue Philosophique, Vol. 39, 1895 (P. 569-604)
  • Léon Chertok et Isabelle Stengers, Le cœur et la raison. L'hypnose en question de Lavoisier à Lacan, Paris, Payot, 1989
  • Mikkel Borch-Jacobsen, Folies à plusieurs. De l'hystérie à la dépression, Empêcheurs de penser en rond, 2002

Articles connexes

Lien externe

Commons-logo.svg

  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de la psychologie Portail de la psychologie
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
Ce document provient de « Jean-Martin Charcot ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Martin Charcot de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-Martin Charcot — Born 29 November 1825(1825 11 29) Paris, France …   Wikipedia

  • Jean Martin Charcot — (* 29. November 1825 in Paris; † 16. August 1893 in Morvan) war ein französischer Neurologe. Er war zusammen mit Guillaume Benjamin Duchenne der Begründer der modernen Neurologie. Er war der Vater des Polarforschers Jean Baptiste Charcot. Nach… …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Martin Charcot — Nacimiento 29 de noviembre de 1825 …   Wikipedia Español

  • Jean-Martin Charcot — (* 29. November 1825 in Paris; † 16. August 1893 in Morvan) war ein französischer Neurologe. Er war zusammen mit Guillaume Benjamin Duchenne der Begründer der modernen Neurologie. Der Polarforscher Jean Baptiste Charcot war sein Sohn. Nach dem… …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-martin charcot — Jean Martin Charcot, né à Paris le 29 novembre 1825 et mort à Montsauche les Settons le 16 août 1893, est un clinicien et neurologue français …   Wikipédia en Français

  • Jean-Martin Charcot —  Ne doit pas être confondu avec Jean Baptiste Charcot. Jean Martin Charcot Jean Martin Charcot, né à Paris le 29 novembre …   Wikipédia en Français

  • Jean Martin Charcot — noun French neurologist who tried to use hypnotism to cure hysteria (1825 1893) • Syn: ↑Charcot • Instance Hypernyms: ↑neurologist, ↑brain doctor …   Useful english dictionary

  • Jean-Martin Charcot — …   Википедия

  • Jean-Baptiste Charcot — Nacimiento 15 de julio de 1867 Neuilly sur Seine, Francia Fal …   Wikipedia Español

  • Jean-baptiste charcot — Naissance 15 juillet 1867 Neuilly sur Seine Décès 16  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.