Jean Luchaire

Jean Luchaire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luchaire.

Jean Luchaire est un journaliste et patron de presse français, né le 21 juillet 1901 à Sienne (Italie) et mort fusillé le 22 février 1946 au fort de Châtillon. Son nom reste associé à la politique collaborationniste en raison de son rôle sous l'Occupation.

Sommaire

Biographie

Ses parents sont Julien Luchaire, historien et écrivain, et Fernande Dauriac, écrivain, éditrice et économiste, fille de l'écrivain Lionel Dauriac (1847-1923). Il eut comme parrain Horace Finaly, président de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

Il épouse en août 1920 Françoise Besnard, fille du peintre Robert Besnard et déjà enceinte de deux mois. De ce mariage naîtront cinq enfants : Corinne (1921-1950), comédienne, Robert (1922) décorateur de cinéma, Monique (1925), Florence (1926-1982) actrice et ballerine et Jean-François (1929), mort à la naissance.

Jean Luchaire collectionna les aventures féminines notamment avec des actrices comme Marie Bell, Monique Joyce, Mireille Balin, Yvette Lebon et Maud Sacquard de Belleroche.

Un promoteur des relations franco-allemandes

Après avoir assisté à la montée du fascisme en Italie, il se consacre au journalisme en France. Il s'oppose au traité de Versailles qu'il juge injuste pour l'Allemagne. Homme de gauche, Luchaire se fait très tôt le promoteur d'un rapprochement entre la France et l'Allemagne. C'est dans cette perspective qu'il soutient la politique extérieure de la France patronale entreprise par Aristide Briand[1]. De même en 1932, il apporte son soutien à Léon Blum.

Il fonde, en 1927, le mensuel Notre Temps qui appuie un pacifisme raisonné et constructif. Ce périodique a pour collaborateurs, entre autres : Bertrand de Jouvenel, André Weil-Curiel, Jacques Chabannes, Pierre Brossolette et Pierre Mendès France.

Du pacifisme à la collaboration

En 1930, Luchaire fait la connaissance d'Otto Abetz et noue avec lui une amitié durable. En liaison avec ce dernier, l'équipe de Notre temps participe aux rencontres franco-allemandes du Sohlberg en Forêt-Noire (juillet-août 1930), de Rethel dans les Ardennes (août 1931) et de Mayence (mars 1932)[2]. Ces rencontres donnent naissance au Comité d'entente des jeunesses pour le rapprochement franco-allemand, présidé par Jean Luchaire. Malgré le changement de régime intervenu en Allemagne, Luchaire s'obstine dans la conviction que l’établissement d’une paix définitive passe par une politique de conciliation entre les deux pays. Il écrit en 1933 : « Européens, nous devons traiter avec les gouvernements européens quels qu'ils soient. [...] Stresemann était plus sympathique qu'Hitler mais Hitler, c'est l'Allemagne. [...] Au surplus, ce qui compte essentiellement à nos yeux, c'est la paix. La liberté n'est le plus précieux des biens qu'à condition de vivre[3] ».

L'Occupation

La défaite de la France dans la bataille de 1940 rapproche encore davantage Luchaire et Abetz, devenu alors ambassadeur du Troisième Reich à Paris. À partir de novembre 1940, Luchaire fonde le journal collaborationniste Les Nouveaux Temps et occupe dès lors une place considérable dans la presse parisienne. Fidèle au gouvernement de Vichy, il devient le président de l'Association de la presse parisienne en 1941 et préside la Corporation nationale de la presse française.

Quelque jours avant la libération de Paris (août 1944), il se réfugie avec le maréchal Pétain à Sigmaringen, en compagnie de Marcel Déat et de Fernand de Brinon[4] Il est nommé commissaire à l'Information au sein de la Commission gouvernementale pour la défense des intérêts français, présidée par Fernand de Brinon. Directeur du journal La France, quotidien en langue française destiné aux exilés de Sigmaringen qui paraîtra jusqu'en mars 1945, il dirige aussi une radio.

Lors de la défaite de l'Allemagne et de la chute du gouvernement en exil en avril 1945, il tente, sans succès, d'obtenir le droit d'asile politique au Liechtenstein et en Suisse avec sa famille et Marcel Déat. Il est arrêté à Merano à la mi-mai 1945 et livré aux Français par les Américains.

Ramené à Paris, il est traduit en justice pour collaboration avec l'ennemi devant la Haute Cour de justice en janvier 1946. Il est condamné à mort, malgré le témoignage en sa faveur d'Otto Abetz (qui écope de vingt ans de travaux forcés en 1949), et est exécuté le 22 février au fort de Châtillon.

Témoignages

Contrairement à son fils, Julien Luchaire choisit le camp de la Résistance. Il laisse un témoignage de son déchirement entre ses convictions et son fils dans un ouvrage intitulé Confessions d'un Français moyen.

Corinne Luchaire, comédienne et fille de Jean Luchaire, a publié quant à elle juste avant sa mort prématurée en 1950 un ouvrage biographique (Ma drôle de vie, 1949) qui constitue un document intéressant sur sa situation de fille d'un personnage en vue de la collaboration.

Publications

Ses écrits

  • Les Rapports franco-italiens et la question yougoslave, Florence, Vita latina, Ligue latine de la jeunesse, 1919.
  • Problèmes du jour , Paris, A. Delpeuch, 1924.
  • Un plan de liquidation financière de la guerre. L'Évacuation rhénane par le règlement des réparations et des dettes interalliées, Paris, [?], 1928.
  • Une génération réaliste, Paris, Valois, Bibliothèque syndicaliste, 1929.
  • Les Anglais et nous. L'Action britannique contre la France jusqu'au 13 décembre 1940, Paris, éditions du Livre moderne, 1941.
  • Partage du pouvoir, patrons et salariés, Paris, éditions Balzac, 1943.
  • De l'Union fédérale européenne à la réforme de l'État français, Paris, 86 rue Claude-Bernard, sans date.

Sur son activité sous l'Occupation

  • Claude Lévy, Les Nouveaux Temps et l'Idéologie de la collaboration, Librairie Armand Colin et Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1974
  • Henry Rousso, Un château en Allemagne, Sigmaringen 1944-1945, Ramsay, 1980 (ISBN 2-85956-146-3). Réédité en 1999 sous le titre Pétain et la Fin de la collaboration : Sigmaringen 1944-1945, éditions Complexe (ISBN 2-87027-138-7)

Sur son procès

  • Quatre procès de trahison devant la Cour de justice de Paris : Paquis, Bucard, Luchaire, Brasillach. Réquisitoires et Plaidoiries, Paris, Les Éditions de Paris, 1947.
  • Les Procès de collaboration : Fernand de Brinon, Joseph Darnand, Jean Luchaire. Compte rendu sténographique, Paris, Albin Michel, 1948.

Liens externes

Notes et références

  1. Simon Epstein, Un paradoxe français, Albin Michel, pp. 160-161.
  2. Barbara Lambaueur, Otto Abetz et les Français, ou l'Envers de la collaboration, Paris, Fayard, 2001.
  3. Jean Luchaire, « Meilleur climat européen », Notre temps, 26 mars 1933.
  4. Claude Lévy, Les Nouveaux Temps et l'Idéologie de la collaboration, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1974, p. 224.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Luchaire de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Jean Luchaire — (21 July 1901 22 February 1946) was a French journalist and politician who founded the weekly Notre Temps in 1927 and the Collaborationist evening daily Les Nouveaux Temps in 1940. Luchaire supported the Vichy regime s Révolution nationale . Born …   Wikipedia

  • Luchaire — is a surname, and may refer to:* Corinne Luchaire (1921 1950), French actress * Denis Jean Achille Luchaire (1846 1908), French historian * Jean Luchaire (1901 1946), French journalist and collaborator …   Wikipedia

  • Luchaire — ist der Familienname folgender Personen: Achille Luchaire (1846–1908), französischer Historiker Corinne Luchaire (1921–1950), französische Schauspielerin Florence Luchaire (1926–1982), französische Schauspielerin François Luchaire (1919–2009),… …   Deutsch Wikipedia

  • Luchaire — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronymes Achille Luchaire (1854 1909), historien et philologue français. Julien Luchaire (1876 1962), historien et écrivain français, fils d Achille… …   Wikipédia en Français

  • Jean Mercanton — Jean Louis Georges Mercanton est un acteur français né à La Roque d Anthéron (Bouches du Rhône) le 17 mai 1920 et mort à Neuilly sur Seine (Hauts de Seine) le 4 novembre 1947 de la poliomyélite. Il peut être considéré comme l acteur ayant débuté… …   Wikipédia en Français

  • Luchaire Francois — François Luchaire Pour les articles homonymes, voir Luchaire. François Luchaire, né le 1er janvier 1919 à La Rochelle et mort le 7 août 2009 à Paris, est un professeur de droit public français, co fondateur de l université de… …   Wikipédia en Français

  • Luchaire François — François Luchaire Pour les articles homonymes, voir Luchaire. François Luchaire, né le 1er janvier 1919 à La Rochelle et mort le 7 août 2009 à Paris, est un professeur de droit public français, co fondateur de l université de… …   Wikipédia en Français

  • Luchaire, Achille — ▪ French historian in full  Denis jean achille Luchaire   born Oct. 24, 1846, Paris, France died Nov. 4, 1908, Paris       definitive historian of the Capetians (the royal house of France from 987 to 1328) and of Pope Innocent III (1198–1216).… …   Universalium

  • Jean Piat — Pour les articles homonymes, voir Piat (homonymie). Jean Piat Données clés Nom de naissance Jean Piat Naissance 23 septembre 1924 (1924 09 23) (87 ans) …   Wikipédia en Français

  • Jean Chevrier — Pour les articles homonymes, voir Chevrier (homonymie). Jean Chevrier est un acteur français né le 25 avril 1915 à Paris (France) et mort le 13 décembre 1975 à Paris (France). Très séduisant, il accepta souvent des rôles où il portait l uniforme… …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»