Jean Dutourd


Jean Dutourd
Jean Dutourd
Activités écrivain, journaliste, éditeur
Naissance 14 janvier 1920
Paris, France
Décès 17 janvier 2011 (à 91 ans)
Paris, France
Langue d'écriture français
Genres roman, essai, chroniques, pamphlet
Distinctions Prix Stendhal (1946)
Prix Courteline (1950)
Prix Interallié (1952)
Prix Prince-Pierre-de-Monaco (1961)
Prix Saint-Simon (2001)
Grand Prix Catholique de Littérature (2005)

Grand officier de la Légion d'honneur
Commandeur de l'ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres
Membre de l'Académie française (fauteuil 31)
Œuvres principales

Jean Gwenaël Dutourd, né le 14 janvier 1920 à Paris, où il meurt le 17 janvier 2011[1], est un romancier et essayiste français, membre de l'Académie française.

Sommaire

Biographie

Jean Dutourd est né à Paris, le 14 janvier 1920, de François Dutourd, dentiste et d’Andrée Haas[2]. Il perd sa mère à l’âge de sept ans, est mobilisé à vingt ans, et fait prisonnier au bout de quinze jours de guerre. Il s’évade six semaines plus tard, revient à Paris et passe une licence de philosophie à la Sorbonne. Licence incomplète, car il ne parvient jamais à décrocher le certificat de psychologie. Il rencontre Gaston Bachelard à la Sorbonne : le philosophe est témoin de son mariage avec Camille Lemercier, le 22 mai 1942[3]. Le couple aura deux enfants : Frédéric et Clara (décédée). En suite de quoi il entre dans la Résistance. Arrêté au début de 1944, il s’évade et participe à la libération de Paris.

Son premier ouvrage, Le Complexe de César, paraît en 1946 et obtient le prix Stendhal. Jean Dutourd est conseiller littéraire au sein de la maison Gallimard de 1950 à 1966. Il est aussi éditorialiste et succède à Paul Gordeaux comme critique dramatique au quotidien France Soir. Il tient une chronique hebdomadaire d’un quart d’heure sur Radio Courtoisie, de son éviction de France Soir en 1999 jusqu’en 2007.

Il est longtemps intervenu presque quotidiennement au cours de l’émission Les Grosses Têtes, sur RTL, présentée par Philippe Bouvard. À partir de 2001, il répond tous les jours par téléphone à deux questions posées par Philippe Bouvard et, une fois dans l’année, se rend à l’émission en qualité d’invité d’honneur. Il arrête sa participation quotidienne à l’émission en septembre 2008.

De sensibilité monarchiste, Jean Dutourd est membre du comité de soutien du mouvement L'Unité capétienne, où l’on trouve les noms de Marcel Jullian, André Castelot, Gonzague Saint-Bris, Reynald Secher ou encore Georges Bordonove. Il se présente sous les couleurs de l’Union démocratique du travail (mouvement des Gaullistes de gauche) aux élections législatives de 1967, dans la circonscription de Rambouillet mais est battu par la députée sortante, la radicale Jacqueline Thome-Patenôtre. Par la suite, il s’affirmera et sera reconnu comme un homme de droite.

Le 14 juillet 1978, il a été la cible d’un attentat qui détruisit son appartement parisien, sans faire de victime.

Jean Dutourd est élu à l’Académie française, au fauteuil de Jacques Rueff, le 30 novembre 1978 (fauteuil 31). Il est membre du Club des Ronchons. Il est également élu à l’Académie nationale des Sciences, Belles-lettres et Arts de Bordeaux, où il est reçu le 8 mai 1989.

Il est influencé par le duc de Saint-Simon, Stendhal et Jean Giono[3].

De 1987 à 2007, Jean Dutourd a assuré une chronique hebdomadaire sur Radio Courtoisie.

Tombe de Jean Dutourd au cimetière du Montparnasse

Il préside jusqu’en 2009 l’association Défense de la langue française (AG du 28/03/09) : c’est son confrère de l’Académie, Angelo Rinaldi, qui le remplace.

Il est membre du département de langues et de littérature de l’Académie serbe des sciences et des arts[4].

Il meurt le 17 janvier 2011 à 91 ans. Ses obsèques se déroulent le 21 janvier 2011, en l'église de Saint-Germain-des-Prés à Paris, puis au cimetière du Montparnasse[5]. Y assistent notamment Philippe Bouvard, de nombreux académiciens, dont les écrivains Alain Decaux et Max Gallo, et l'historienne Hélène Carrère d’Encausse. L’éditeur Raphaël Sorin, l'avocat Paul Lombard, les hommes politiques Charles Millon et Jean Tiberi ont également assisté à la cérémonie[6].

Citation

« Aimer, c'est être embêtant, tatillon, exigeant, c'est vouloir qu'on soit mieux qu'on est, c'est empoisonner l'existence de l'être qu'on aime. »

Œuvre

  • 1946 : Le Complexe de César, essai (Gallimard)
  • 1947 : Le Déjeuner du lundi, roman (Robert Laffont)
  • 1947 : Galère, poèmes (Éditions des Granges-Vieilles)
  • 1948 : L'Arbre, théâtre (Gallimard)
  • 1950 : Le Petit Don Juan, traité de la séduction (Robert Laffont)
  • 1950 : Une tête de chien, roman (Gallimard)
  • 1952 : Au bon beurre, scènes de la vie sous l'Occupation, roman (Gallimard)
  • 1955 : Doucin, roman (Gallimard)
  • 1956 : Les Taxis de la Marne, essai (Gallimard)
  • 1958 : Le Fond et la Forme, essai alphabétique sur la morale et sur le style, tome I (Gallimard)
  • 1959 : Les Dupes, contes (Gallimard)
  • 1959 : L'Âme sensible, essai (Gallimard)
  • 1960 : Le Fond et la Forme, tome II (Gallimard)
  • 1963 : Rivarol, essai et choix de textes (Mercure de France)
  • 1963 : Les Horreurs de l'amour, roman (Gallimard)
  • 1964 : La Fin des Peaux-Rouges, moralités (Gallimard)
  • 1965 : Le Fond et la Forme, tome III (Gallimard)
  • 1965 : Le Demi-Solde (Gallimard)
  • 1967 : Pluche ou l'Amour de l'art, roman (Flammarion)
  • 1969 : Petit Journal, 1965-1966 (Julliard)
  • 1970 : L'École des jocrisses, essai (Flammarion)
  • 1971 : Le Crépuscule des loups, moralités (Flammarion)
  • 1971 : Le Paradoxe du critique, essai (Flammarion)
  • 1971 : Le Paradoxe du critique, suivi de Sept Saisons, critique dramatique (Flammarion)
  • 1972 : Le Printemps de la vie, roman (Flammarion)
  • 1973 : Carnet d'un émigré (Flammarion)
  • 1976 : 2024, roman (Flammarion)
  • 1977 : Mascareigne, roman (Julliard)
  • 1977 : Cinq ans chez les sauvages, essai (Flammarion)
  • 1978 : Les Matinées de Chaillot, essai (S.P.L.)
  • 1978 : Les Choses comme elles sont, entretiens (Stock)
  • 1979 : Œuvres complètes, tome I (Flammarion)
  • 1980 : Le Bonheur et autres idées, essai (Flammarion)
  • 1980 : Discours de réception à l'Académie française (Flammarion)
  • 1980 : Mémoires de Mary Watson, roman (Flammarion)
  • 1981 : Un ami qui vous veut du bien (Flammarion)
  • 1982 : De la France considérée comme une maladie (Flammarion)
  • 1983 : Henri ou l'Éducation nationale, roman (Flammarion)
  • 1983 : Le Socialisme à tête de linotte (Flammarion)
  • 1984 : Œuvres complètes, tome II (Flammarion)
  • 1984 : Le Septennat des vaches maigres (Flammarion)
  • 1985 : Le Mauvais Esprit, entretiens avec J.-E. Hallier (Orban)
  • 1985 : La Gauche la plus bête du monde (Flammarion)
  • 1986 : Contre les dégoûts de la vie (Flammarion)
  • 1986 : Le Spectre de la rose (Flammarion)
  • 1987 : Le Séminaire de Bordeaux, roman (Flammarion)
  • 1989 : Ça bouge dans le prêt-à-porter (Flammarion)
  • 1990 : Conversation avec le Général (Flammarion)
  • 1990 : Les Pensées (Éditions du Cherche-Midi)
  • 1990 : Loin d'Édimbourg (Éditions de Fallois)
  • 1991 : Portraits de femmes, roman (Flammarion)
  • 1992 : Vers de circonstance (Éditions du Cherche-Midi)
  • 1993 : L'Assassin, roman (Flammarion)
  • 1994 : Domaine public (Flammarion)
  • 1994 : Le Vieil Homme et la France (Flammarion)
  • 1995 : Le Septième Jour, récits des temps bibliques (Flammarion)
  • 1996 : Le Feld-Maréchal von Bonaparte, uchronie (Flammarion)
  • 1996 : Scènes de genre et tableaux d'époque (Guy Trédaniel)
  • 1997 : Trilogie française (Le Séminaire de Bordeaux, Portraits de femmes, L'Assassin) (Flammarion)
  • 1997 : Scandale de la vertu (Éditions de Fallois)
  • 1997 : Journal des années de peste, 1986-1991 (Plon)
  • 1998 : Grand chelem à cœur (Éditions du Rocher)
  • 1999 : À la recherche du français perdu (Plon)
  • 2000 : Jeannot : mémoires d'un enfant, souvenirs (Plon)
  • 2001 : Le Siècle des lumières éteintes (Plon)
  • 2003 : Les cinq à sept de Fernand Doucin (Plon)
  • 2004 : Journal intime d'un mort (Plon)
  • 2006 : Les perles et les cochons (Plon) (ISBN 978-2259204217)
  • 2007 : Leporello (Plon) (ISBN 2259206050)
  • 2008 : La grenade et le suppositoire (Plon) (ISBN 9782259208000)
  • 2009 : La chose écrite (Flammarion)


  • Œuvres complètes, tome III (Flammarion)
Traductions

Récompenses

  • 1946 : Prix Stendhal, pour Le Complexe de César
  • 1950 : Prix Courteline, pour Une tête de chien
  • 1952 : Prix Interallié, pour Au Bon Beurre
  • 1961 : Prix Prince Pierre de Monaco, pour l'ensemble de son œuvre
  • 2001 : Prix Saint-Simon, pour Jeannot, mémoires d'un enfant
  • 2005 : Grand Prix Catholique de Littérature, pour Journal intime d'un mort

Décorations

Annexe

Notes et références

  1. « L'académicien Jean Dutourd est mort à 91 ans », dépêche AFP, mis en ligne le 18 janvier 2011
  2. Who's Who in France, Édition 1991-1992, page 640.
  3. a et b (fr)www.votrejournal.net Jean Dutourd rencontre pour Service littéraire sur Votre Journal. Consulté le 9 mars 2010
  4. (en)Liste des membres du département de langues et de littérature de l’Académie serbe des sciences et des arts
  5. Hommage à M. Jean Dutourd, par Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel, en l'église Saint-Germain-des-Prés, le vendredi 21 janvier 2011
  6. Jean Dutourd : ses obsèques à Saint-Germain-des-prés et sa tombe à Montparnasse, Celemondo.com, 24 janvier 2011

Bibliographie

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par
Jacques Rueff
Fauteuil 31 de l’Académie française
1978-2011
Suivi par
Fauteuil vacant

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Dutourd de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Dutourd — Jean Gwenaël Dutourd (b. January 14, 1920 in Paris) is a French novelist. His mother died when he was seven years old. At the age of twenty, he was taken prisoner fifteen days after Germany s invasion of France in World War II. He escaped six… …   Wikipedia

  • Jean-Francois Deniau — Jean François Deniau Pour les articles homonymes, voir Deniau. Jean François Deniau Parlementaire français …   Wikipédia en Français

  • Jean-Francois Revel — Jean François Revel Pour les articles homonymes, voir Revel. Jean François Revel, de son vrai nom Jean François Ricard (né le 19 janvier 1924 à Marseille, mort le 30 avril 2006 au Kremlin Bicêtre, Val de Marne) est un… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Marie Lustiger — Biographie Naissance 17 septembre 1926 à Paris Ordination …   Wikipédia en Français

  • Jean-christophe rufin — Jean Christophe Rufin, né à Bourges dans le Cher le 28 juin 1952 est voyageur, médecin, écrivain et diplomate français, membre de l Académie française. Ancien directeur d Action contre la faim, il est actuellement ambassadeur de France… …   Wikipédia en Français

  • Jean-francois deniau — Jean François Deniau Pour les articles homonymes, voir Deniau. Jean François Deniau Parlementaire français …   Wikipédia en Français

  • Jean-françois deniau — Pour les articles homonymes, voir Deniau. Jean François Deniau Parlementaire français …   Wikipédia en Français

  • Jean-françois revel — Pour les articles homonymes, voir Revel. Jean François Revel, de son vrai nom Jean François Ricard (né le 19 janvier 1924 à Marseille, mort le 30 avril 2006 au Kremlin Bicêtre, Val de Marne) est un philosophe, écrivain et… …   Wikipédia en Français

  • Jean-loup dabadie — est un homme de lettres français né à Paris le 27 septembre 1938, journaliste, romancier, auteur de sketches et de chansons, auteur et metteur en scène dramatique, traducteur, scénariste et dialoguiste. Il est élu à l Académie française …   Wikipédia en Français

  • Jean-luc marion — Pour les articles homonymes, voir Marion. Jean Luc Marion France Théologie et philosophie contemporaine Naissance : 3 juillet  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.