Jean Beaufret


Jean Beaufret

Jean Beaufret, né le 2 mai 1907 à Auzances, mort le 7 août 1982 à Paris, est un philosophe français, disciple et ami de Martin Heidegger.

Sommaire

Biographie

Formation

Beaufret étudie au lycée de Montluçon. Il entre en khâgne au lycée Louis-le-Grand, mais va assister de temps en temps aux cours d’Alain au lycée Henri-IV.

Il intègre l'École normale supérieure en 1928 ; il effectue son service militaire, puis est reçu à l'agrégation de philosophie en 1933, après avoir passé sept mois à Berlin au moment de la prise de pouvoir de Hitler. Il rédige cette année-là un mémoire sur l'État chez Fichte ; il entame une thèse, qu'il n'achève pas, sous la direction de Jean Wahl, puis de Jean Guitton après sa brouille avec Jean Wahl.

Il habite à Paris, d'abord passage Stendhal (dans le XXe arrondissement), puis rue du Temple. Il a souvent invité chez lui certains de ses élèves, mais aussi le poète Paul Celan et Heidegger.

Avant la guerre, il rencontre Maurice Merleau-Ponty, Paul Éluard, Paul Valéry et André Breton.

Il s'intéresse alors à la philosophie allemande, et en particulier à Fichte, Hegel, et Marx. Après avoir rencontré Heidegger, il va se consacrer à faire connaître sa pensée en France.

L'ambassadeur de Heidegger en France

Rencontre avec Heidegger

La rencontre entre Beaufret et Heidegger est le fait de Frédéric de Towarnicki, qui, rendant visite à Heidegger à l'automne 1945, lui apporte une série de quatre articles de Beaufret intitulée « À propos de l'existentialisme », parue dans la revue Confluences (no 2 à 6). (Les articles ont été réédités dans le recueil de Beaufret De l'existentialisme à Heidegger, paru en 1986 chez Vrin).

Heidegger y voit une fine lecture de Être et temps. Ils se rencontrent pour la première fois en septembre 1946.

La Lettre sur l'humanisme

En novembre 1946, apprenant que l'un de ses amis part pour Fribourg-en-Brisgau, il rédige sur une table de café une lettre à l'intention de Heidegger, où il lui pose notamment trois questions :

  1. la première porte sur la théorie sartrienne de l'engagement ;
  2. « comment redonner un sens au mot "humanisme"  ? »
  3. « comment sauver l'élément d'aventure que comporte toute recherche sans faire de la philosophie une simple aventurière  ? »

La réponse de Heidegger constitue l'une de ses œuvres majeures : la Lettre sur l'Humanisme. C'est à la deuxième question que Heidegger répond le plus longuement, en critiquant tout humanisme dans la mesure où il repose sur une conception métaphysique de l'homme, et en affirmant que si un humanisme doit ressurgir, ce sera en prenant une plus haute définition de l'homme en tant que « berger de l'être ».

Enseignement

Il a enseigné une quinzaine d'années à l'École normale supérieure, mais en 1962, Louis Althusser ne reconduit pas sa charge.

Il a également été professeur de chaire supérieure dans les lycées Henri-IV de 1949 à 1953 et Condorcet de 1955 à 1972.

Il postule à deux reprises pour un poste à l'université, mais il est refusé les deux fois ; la première fois, en 1953 ou 1954, c'est Jean Wahl qui s'y oppose, en voyant que sa thèse n'avance pas ; la seconde, il postule à l'université d'Aix-en-Provence en 1969-1970, mais il est à nouveau refusé, en particulier par Granger.

Élèves

Jean Beaufret a initié de nombreux élèves à la pensée heideggérienne. Parmi les plus célèbres figurent Jean-François Courtine, Emmanuel Martineau, François Vezin, François Fédier, Jean-Luc Marion, Michel Deguy, Claude Roëls, Alain Renaut (heideggérien jusqu'en 1976), Dominique Janicaud, Roger Munier, Jean-François Marquet

Dernières années

Trois affaires assombrissent les dernières années de Jean Beaufret :

  1. une accusation d'antisémitisme ;
  2. la dissolution du groupe des heideggériens ;
  3. l'échec répété de la carrière universitaire de Beaufret.

L'« affaire Beaufret »

La première affaire concerne l'accusation d'antisémitisme dont il a été l'objet. En 1968, autour de François Fédier, on prévoit la publication d'un ouvrage collectif en hommage à Jean Beaufret : L'Endurance de la pensée. Y contribuent Jacques Derrida, François Fédier (qui dirige la publication, sans le mentionner dans l'ouvrage même), Dominique Fourcade, Maurice Blanchot... Le recueil d'articles est presque terminé lorsque survient ce que l'on a appelé l'« affaire Beaufret ».

Un soir, chez Beaufret, Roger Laporte l'entend prononcer des propos antisémites sur Emmanuel Lévinas, et dire que « les exterminations alléguées des Juifs étaient aussi peu crédibles que les bruits qui couraient au sujet des horreurs en Belgique après la guerre de 1914 (les Allemands qui tuaient et égorgeaient des enfants) » (Jacques Derrida, entretien avec Dominique Janicaud, in Heidegger en France. 2. Entretiens, Albin Michel, 2001, p. 97). Laporte rapporte ces propos à Derrida, qui réagit au quart de tour et écrit à François Fédier à ce sujet ; Fédier répond qu'il s'agit d'une calomnie, et Beaufret nie tout. Laporte, selon le récit de Derrida, passe en position d'accusé. Pour le protéger, sa femme Jacqueline prévient Maurice Blanchot, qui avait aussi envoyé un article à Fédier pour l'hommage à Beaufret. Blanchot décide au dernier moment de dédier son texte à Lévinas, en signe de protestation. Quant à Lévinas, entendant parler de cette affaire, aurait réagi, selon Derrida, avec flegme : « Oui, vous savez, on a l'habitude… » (ibid., p. 99). Derrida et Blanchot écrivent une lettre à chacun des rédacteurs du recueil pour exprimer leur protestation ; ils laissent à l'éditeur Gallimard le soin de transmettre les lettres, mais les lettres n'arrivent jamais à destination, vraisemblablement interceptées par François Fédier.

Il convient de préciser que ces renseignements sont tirés du livre de D. Janicaud La Réception de Heidegger en France, ouvrage auquel les hommes sans doute les plus directement concernés par cette question et encore vivants, à savoir F. Fédier, F. Vezin et E. Martineau, ont refusé de participer (comme le précise Janicaud lui-même au début de son livre). Il ne s'agit donc que de renseignements de seconde main, autrement dit de rumeurs, que les principaux intéressés ne sont pas là pour démentir. D'un autre côté, le fait que les défenseurs de Beaufret (dont ne fait pas partie E. Martineau, mais qui a tout de même trouvé le livre suspect) aient refusé de s'expliquer sur ce point ne plaide pas nécessairement en leur faveur - à moins qu'ils n'aient estimé l'avoir suffisamment fait auparavant.

Plus tard, Beaufret apporta son soutien à l'un de ses anciens élèves, l'historien négationniste Robert Faurisson (comme l'attestent deux lettres qu'il lui adresse), après que celui-ci eut été violemment agressé dans la rue - geste que certains ont interprété comme une confirmation d'un certain antisémitisme, et qu'on a voulu lier à l'aigreur de son échec répété à entrer dans la carrière universitaire.

Mais une fois de plus, François Fédier s'est efforcé de défendre Beaufret en montrant que l'ancien résistant (qu'était Beaufret) ne pouvait avoir mesuré à l'époque l'étendue du révisionnisme de Faurisson - et dénonce "la manœuvre dérisoire et lâche de laisser entendre qu’avec l’âge, Jean Beaufret se serait abandonné à trahir celui qu’il avait été pendant l’Occupation, finissant dans le camp de ses ennemis d’autrefois" (voir la lettre de F. Fédier au professeur H. Ott, Paris 4 juillet 1991 dans les liens externes[1]). Il cite à l'appui un autre témoignage : "Jean Daniel (né Bensaïd) écrit à Faurisson, plus d'un an et demi après Jean Beaufret : « Par votre dernière lettre vous venez de vous démasquer. (...) » Cette lettre date du 7 mai 1980. Le lettre écrite par Jean Beaufret porte la date du 22 novembre 1978. Je demande simplement : pour quelle raison probante Jean Beaufret pourrait-il être soupçonné de n'avoir pas manifesté à l'égard de Faurisson, un intérêt comparable à celui que dit avoir manifesté à la même époque Jean Daniel ?" (Mécanique de la diffamation)

Perte de l'hégémonie sur Heidegger

De la fin des années 1940 au milieu des années 1970, Beaufret est au centre de la lecture de Heidegger en France : il représente la plus grande autorité après Heidegger lui-même. Mais, à la mort de Heidegger en 1976, cette autorité commence à lui être contestée, et ce, principalement à deux occasions.

La première de ces occasions est une polémique initiée par Alain Renaut autour de la publication de Questions IV en 1976 : Renaut conteste la rigueur du texte et les partis pris des traducteurs. Cette affaire déchire le groupe des heideggériens, jusque là soudé autour de la personne de Beaufret.

La seconde occasion de cette contestation est une lettre écrite par Roger Munier à Heidegger, où il dénonce ce monopole beaufrétien ; Heidegger prévient Beaufret, qui, très affecté par ce désaveu, verse, ses dernières années, dans la polémique.

L'échec universitaire

La troisième affaire est l'échec réitéré de Beaufret à obtenir un poste à l'université, ce qui le rend très amer. Il est persuadé qu'il s'agit d'une sorte de complot contre sa personne et celle de Heidegger.

Beaufret meurt en 1982. Il est enterré à Auzances, dans la Creuse.

Amitié avec Heidegger

Jean Beaufret est essentiellement célèbre pour avoir été l'ami de Heidegger, et son principal représentant en France : c'est autour de lui que se sont formées plusieurs générations de lecteurs de Heidegger.

Parménide

Jean Beaufret a édité le Poème de Parménide, qui a remporté un grand succès.

De Heidegger, Beaufret retient la conception de l'histoire de la philosophie comme oubli de l'être, dont Parménide avait amorcé la pensée.

Ouvrages de Beaufret

  • Le poème de Parménide, PUF, 1955
  • Hölderlin et Sophocle, 10/18, 1965
  • Introduction aux philosophies de l'existence, Denoël/Gonthier, Paris, 1971.
  • Dialogue avec Heidegger, Ed. de Minuit, 4 vols. 1973-1985
  • Notes sur la philosophie en France au XIXe siècle, Vrin, 1984
  • Entretiens avec F. de Towarnicki, PUF, 1984
  • De l'existentialisme à Heidegger, Vrin, 1986
  • Leçons de philosophie, Seuil coll. Traces écrites, 2 vols. 1998
  • Introdução às Filosofias da Existência. De Kierkegaard a Heidegger, Livraria Duas Cidades, São Paulo (Brésil), 1976. Tradução e notas: Salma Tannus Muchail.
  • Al encuentro de Heidegger, Editorial Monte Ávila, Caracas (Venezuela), 1987. Traducción de Juan Luis Delmont.
  • Fondement philosophique des mathématiques, conférences, Seuil, 2011

Bibliographie

  • L'Endurance de la pensée. Pour saluer Jean Beaufret, ouvrage collectif, Plon, 1968.
  • Dominique Janicaud, Heidegger en France, Albin Michel, coll. Idées, 2001, 2 volumes : une somme magistrale sur la réception de Heidegger en France, dans laquelle Beaufret joue le rôle principal, peut-être surévalué du fait de la filiation intellectuelle de l'auteur (ancien élève de Beaufret).
  • François Fédier, Heidegger vu de France, Lettre au professeur H. Ott; in Regarder Voir, Les Belles Lettres/ Archimbaud, Paris, 1995. ISBN 2-251-44059-3

Notes et références

  1. Autre extrait : « je tiens à honneur d’avoir été l’élève de Jean Beaufret : un homme qui lorsqu’il y a danger pour lui de montrer publiquement qu’il juge inique une législation d’ostracisme ; un homme qui signe de son nom, au moment le plus sombre de la persécution criminelle, un texte où il salue la mémoire de son maître juif ; un homme qui n’hésite pas à manifester devant sa classe et de façon solennelle le sursaut de la conscience devant le crime raciste – un tel homme, Monsieur, a fait ses preuves. Je ne vois pas qui d’entre nous, pas plus que vous, Monsieur, que moi, ni aucun de ceux qui se sont impudemment érigés en juges de Jean Beaufret, pourrait légitimement venir lui donner des leçons de morale. Aucun de nous ne peut en fait prétendre avoir fait ses preuves au même titre que lui. »

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Beaufret de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Beaufret — (1907 ndash; 1982) was a French philosopher and Germanist tremendously influential in the reception of Martin Heidegger s work in France.After graduating from the École Normale Supérieure and completing military service Beaufret passed his… …   Wikipedia

  • Jean Beaufret — (* 2. Mai 1907 in Mars bei Auzances im Département Creuse; † 7. August 1982 in Paris) war ein französischer Philosoph und Germanist. Er war stark durch Martin Heidegger geprägt. Zu seinen frühen Interessen zählen die Philosophen Hegel, Fichte und …   Deutsch Wikipedia

  • Beaufret — Jean Beaufret (* 1907; † 1982) war ein französischer Philosoph und Germanist. Er war stark durch Martin Heidegger geprägt. Zu seinen frühen Interessen zählen die Philosophen Hegel, Fichte und Karl Marx. Seit der Zeit vor dem Zweiten Weltkrieg… …   Deutsch Wikipedia

  • BEAUFRET (J.) — BEAUFRET JEAN (1907 1982) Le nom du philosophe Jean Beaufret demeure lié à celui de Martin Heidegger. La rencontre entre les deux hommes décida d’un dialogue lui même décisif pour la pensée de notre temps. Jean Beaufret naquit à Auzances dans la… …   Encyclopédie Universelle

  • Jean-luc marion — Pour les articles homonymes, voir Marion. Jean Luc Marion France Théologie et philosophie contemporaine Naissance : 3 juillet  …   Wikipédia en Français

  • Jean-Paul Charles Aymard Sartre — Jean Paul Sartre [ʒɑ̃ˈpɔl saʀtʀ] (* 21. Juni 1905 in Paris; † 15. April 1980 ebenda; vollständiger Name Jean Paul Charles Aymard Sartre) war ein französischer Schriftsteller und Philosoph. Der politisch engagierte Verfasser zahlreicher Romane,… …   Deutsch Wikipedia

  • Jean Paul Sartre — [ʒɑ̃ˈpɔl saʀtʀ] (* 21. Juni 1905 in Paris; † 15. April 1980 ebenda; vollständiger Name Jean Paul Charles Aymard Sartre) war ein französischer Schriftsteller und Philosoph. Der politisch engagierte Verfasser zahlreicher Romane, Erzählungen, Dramen …   Deutsch Wikipedia

  • Jean Laplanche — (né en 1924), philosophe de formation, est un psychanalyste « de la troisième génération ». L importance de son œuvre se mesure à l aune de l avancée scientifique que propose la psychanalyse en France après Freud : les travaux de… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Paul Sartre — (um 1950) Jean Paul Sartre [ʒɑ̃ˈpɔl saʀtʀ̩] (* 21. Juni 1905 in Paris; † 15. April 1980 ebenda; vollständiger Name Jean Paul Charles Aymard Sartre) war ein französischer Romancier, Dramatiker …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Francois Courtine — Jean François Courtine Jean François Courtine est un historien de la philosophie, phénoménologue, chercheur au CNRS, traducteur, spécialiste de Suarez, de Schelling, d Husserl et de Martin Heidegger. Ancien élève de Jean Beaufret et de Pierre… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.