Jean-Louis Cremieux-Brilhac


Jean-Louis Cremieux-Brilhac

Jean-Louis Crémieux-Brilhac

Jean-Louis Crémieux, dit Crémieux-Brilhac, né le 22 janvier 1917 à Colombes, est un résistant, homme politique et historien français.

Sommaire

Éléments biographiques

De la captivité à la France libre

Originaire d’une famille juive implantée en France , plus précisément à Carpentras, puis Nîmes et Narbonne depuis cinq siècles, Jean-Louis Crémieux-Brilhac fait ses études à la Sorbonne. Il est le neveu de Benjamin Cremieux. Mobilisé, il participe à la campagne de 1939-1940 comme aspirant. Il est prisonnier de guerre en Allemagne, mais parvient à s’évader du stalag II B le 4 janvier 1941, et gagne l’URSS. Comme des dizaines d’autres Français, qui cherchent en majorité à rejoindre De Gaulle, il y est interné. L’invasion allemande engagée le 22 juin 1941 change la donne : la France libre devient alliée de l’URSS, et avec d’autres Français internés, il passe en Grande-Bretagne, et s’engage dans les Forces françaises libres en septembre 1941 sous le pseudonyme de Brilhac.

Il devient secrétaire du Comité exécutif de propagande et chef du service de diffusion clandestine de la France libre (printemps 1942-août 1944). A ce titre, il est amené à parler plusieurs fois au micro de Radio Londres, dont il aide à préparer les émissions.

Vie publique d'après-guerre

Dans les années 1950, sans renier son attachement à l'homme du 18 juin, Crémieux-Brilhac soutient l'expérience gouvernementale et le combat politique de Pierre Mendès France.

Il est le cofondateur de la Documentation française, et en devient le directeur-adjoint, puis le directeur. Il est fait conseiller d’État (1982-1986). Il est l’animateur avec Jacques Monod et le mathématicien André Lichnérowicz du Mouvement pour l’expansion de la recherche scientifique (1956-1972).

L'historien-témoin

À sa retraite, Jean-Louis Crémieux-Brilhac se fait historien des épisodes de la guerre qu'il a vécus et dont il possède une connaissance intime. On lui doit principalement deux sommes, fruits d'années de recherches, et qui font aujourd'hui autorité dans la communauté des historiens.

Dans Les Français de l'an Quarante, il nuance l'idée d'une France partie à la guerre démoralisée, mal préparée et vaincue d'avance : il analyse l'évolution du moral des différentes composantes de la population allemande pendant la Drôle de guerre, met en évidence la réalité du "complot de la paix" et montre que l'énorme effort de guerre consenti par la France commençait à porter ses fruits juste avant l'invasion, survenue trop tôt. Son exposé des combats de mai-juin 1940, fondé notamment sur les Journaux de marche, éclaire les contrastes de comportement entre les unités d'active, les divisions motorisées et l'aviation d'une part, combatives et efficaces, et les divisions dites de série B, d'autre part, plus âgées et peu aptes à contenir l'offensive adverse. Il met en lumière le sursaut national auquel ont donné lieu, du 26 mai au 9 juin 1940, les batailles de la Somme et de l'Aisne.

Dans La France libre, première et à ce jour seule grande synthèse scientifique consacrée à l'épopée gaullienne, il s'appuie sur nombre d'archives inédites, qu'elles proviennent du BCRA, des États-Unis ou du gouvernement britannique, pour reconstituer l'histoire des "hommes partis de rien" (René Cassin). Si l'ouvrage laisse paraître la sympathie et l'admiration intactes pour de Gaulle, les volontaires de la France libre et leur combat, il n'hésite pas à rectifier la légende lorsqu'il le faut, en démontrant par exemple que le début de l'appel du 18 juin a été censuré par le Foreign Office, ou que la peur, en 1944, que les Américains placent la France sous administration militaire (AMGOT) était exagérée. Il remet aussi en lumière l'originalité et l'œuvre de personnalités en partie oubliées, ainsi le général Catroux.

Il a aussi édité en 1975 les chroniques prononcées à la Radio de Londres pendant la guerre, et a publié en 2004 Prisonniers de la Liberté, l'histoire du périple vécu par 218 Français échappés des camps allemands, internés en l'URSS jusqu'à l'opération Barbarossa puis envoyés en Angleterre, pour 186 d'entre eux, parmi lesquels lui-même et les futurs généraux Billotte et Alain de Boissieu, qui devint le gendre de Charles de Gaulle.

Bibliographie

  • Retour par l'URSS, Calmann-Lévy, 1945
  • Ici Londres. Les Voix de la liberté, La Documentation française, 1975-1977
  • Les Français de l’an 40, Gallimard, 1990 (2 volumes)
  • La France libre, Gallimard, 1996
  • Prisonniers de la liberté : l’odyssée des 218 évadés par l’URSS, Gallimard, 2004.
  • Des Anglais dans la résistance : le service secret SOE en France, collaboration à l'ouvrage de Michael D. Foot, Tallandier, 2008.

Liens externes

Ce document provient de « Jean-Louis Cr%C3%A9mieux-Brilhac ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Louis Cremieux-Brilhac de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-louis crémieux-brilhac — Jean Louis Crémieux, dit Crémieux Brilhac, né le 22 janvier 1917 à Colombes, est un résistant, homme politique et historien français. Sommaire 1 Éléments biographiques 1.1 De la captivité à la France libre …   Wikipédia en Français

  • Jean-Louis Crémieux-Brilhac — Jean Louis Crémieux, dit Crémieux Brilhac, né le 22 janvier 1917 à Colombes, haut fonctionnaire, ancien résistant et historien français de la Seconde Guerre mondiale, correspondant de l Institut (Académie des Sciences morales et politiques).… …   Wikipédia en Français

  • Jean Bouguennec — (1912 1944), alias Francis Garel, fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent français du Special Operations Executive, section F (française). Sommaire 1 Identités 2 Famille 3 Éléments biographiques …   Wikipédia en Français

  • Jean Menesson — Jean Menesson[1] (1916 1945) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret britannique du Special Operations Executive. Il effectua deux missions en France. Sommaire 1 Identités 2 Famille …   Wikipédia en Français

  • Jean Savy — (1906 ?) fut un agent français du service secret britannique Special Operations Executive, Section F (française) pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec le nom de guerre « Alcide », il fut le chef du réseau WIZARD, qui eut pour mandat… …   Wikipédia en Français

  • Jean du Puy — fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent du service secret britannique Special Operations Executive. Sommaire 1 Identités 2 Éléments biographiques 3 Reconnaissance …   Wikipédia en Français

  • Crémieux — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Crémieu. Patronyme Crémieux est un nom de famille notamment porté par : Adolphe Crémieux (1796 1880), avocat et… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Marie Régnier — Pour les articles homonymes, voir Régnier. Jean Marie Régnier (1911 1990) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret français du Special Operations Executive, qui dirigea le réseau action MASON dans le nord de la Saône et Loire et… …   Wikipédia en Français

  • Jean Renaud-Dandicolle — Pour les articles homonymes, voir Jean Renaud. Jean Renaud Dandicolle (8 novembre 1923 8 juillet 1944) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent français du Special Operations Executive, qui fédéra et dirigea le maquis …   Wikipédia en Français

  • Jean Worms (résistant) — Pour les articles homonymes, voir Jean Worms. Sommaire 1 Identités 2 Famille 3 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.