Jacques Soustelle


Jacques Soustelle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soustelle.
Jacques Soustelle
Mandats
Commissaire à l'information de la France Libre
28 juillet 19427 juin 1943
Prédécesseur André Diethelm
Successeur Henri Bonnet
chef des services spéciaux
27 novembre 19431944
Commissaire de la République à Bordeaux
Ministre de l'Information
30 mai 194521 novembre 1945
Gouvernement Gouvernement Charles de Gaulle (1)
Prédécesseur Henri Bonnet
Successeur André Malraux
Ministre des colonies
21 novembre 194526 janvier 1946
Gouvernement Gouvernement Charles de Gaulle (2)
Prédécesseur Paul Giacobbi
Successeur Marius Moutet
Député de la Mayenne
21 octobre 19452 juin 1946
Secrétaire général du RPF
19471951
Député du Rhône
17 juin 195126 janvier 1955
Gouverneur général de l'Algérie
26 janvier 195530 janvier 1956
Prédécesseur Roger Léonard
Successeur Georges Catroux
Ministre de l'Information
7 juillet 19588 janvier 1959
Gouvernement Gouvernement Charles de Gaulle (3)
Prédécesseur André Malraux
Successeur Roger Frey
Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Sahara, des Territoires d'outre-mer, Départements d'outre-mer et de l'Énergie atomique
13 février 19595 février 1960
Gouvernement Gouvernement Michel Debré
Prédécesseur Bernard Cornut-Gentille
Successeur Robert Lecourt
Biographie
Nom de naissance Jacques Soustelle
Date de naissance 3 février 1912
Lieu de naissance Drapeau de la France Montpellier (Hérault)
Date de décès 6 août 1990 (à 78 ans)
Lieu de décès France Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française
Parti politique UDSR
RPF
URAS
UNR
Profession ethnologue


Jacques Soustelle est un homme politique et un ethnologue français, membre de l’Académie française, né le 3 février 1912 à Montpellier (Hérault) et mort le 6 août 1990 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

Sommaire

Biographie

L’ethnologue américaniste

Issu d’une famille modeste (de père ouvrier), Jacques Soustelle fit des études de lettres et de philosophie au lycée du Parc à Lyon. Reçu dès l’âge de dix-sept-ans premier au concours de l’École normale supérieure en 1929, il est diplômé d’ethnologie (1930), professeur agrégé de philosophie (reçu premier en 1932) et docteur ès lettres (1937).

Disciple de Paul Rivet, il étudia la vie des indiens Lacandons et la survivance de la civilisation maya dans le monde contemporain. Jacques Soustelle était polyglotte, s’exprimant en nahuatl, et ayant de bonnes connaissances des langues maya. Il travailla en collaboration avec sa femme Georgette, également ethnologue. Ensemble, de novembre 1932 à septembre 1934, ils étudient les Otomi. Ces travaux font l'objet d'une importante thèse, publiée en 1937, après Mexique, terre indienne (1936).

Il fut nommé sous-directeur du musée de l'Homme par Paul Rivet en 1938 et chargé de cours au Collège de France, à l’École nationale de la France d'outre-mer, ainsi que professeur à l’École des hautes études en sciences sociales à partir de 1951.

L’intellectuel pacifiste d’avant-guerre

Marxiste internationaliste (anti-stalinien), il participa aux revues Masses, Spartacus (dirigées par René Lefeuvre), parfois sous le pseudonyme de Jean Duriez. Il fut également membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Soustelle était alors pacifiste de conviction, comme une bonne partie des intellectuels de la gauche de l’entre-deux-guerres.

Il dénonça pourtant en 1938 les accords de Munich. À ce moment, il est l’un des dirigeants de la Ligue des Intellectuels antifascistes. Il gardera longtemps une réputation d’homme de gauche qui le rendra souvent suspect aux yeux des ultras de l’Algérie française.

Se trouvant au Mexique au moment de la déclaration de guerre, il rentre en France pour y être mobilisé et est renvoyé comme chargé de mission à Mexico en décembre 1939 où il devient l'adjoint de l'attaché militaire français en février 1940.

Le choix de la France libre pendant la Seconde guerre mondiale

Opposé à l’armistice du 22 juin 1940, il rejoint les Forces françaises libres (FFL) à Londres. Le général de Gaulle le charge d'organiser un comité de soutien au Mexique, puis après un voyage à Londres en décembre 1940 - janvier 1941, de superviser ces comités dans toute l'Amérique latine. Ses efforts court-circuitent toute la diplomatie pétainiste sur tout le continent.

Commissaire à l'information de la France Libre

Il entre ensuite au Comité national français de Londres (Gouvernement de la France libre, puis de la France combattante), où il assume le Commissariat national à l'information (1942). Il dirige alors les services de Presse, notamment Radio Londres sur les ondes de la BBC avec l'émission Honneur et Patrie animée par le porte-parole de la France Libre, Maurice Schumann avec qui il doit partager un appartement. Soustelle contrôle également à l'époque "Radio Beyrouth", "Radio Brazzaville", "Radio du Cameroun", "Radio Nouméa" et "Radio Pape'ete".

Il supervise La lettre de la France combattante et des cycles de conférences à travers l'Angleterre. Les bureaux du commissariat ont du alors déménager au 1, Carlton Gardens, non loin des bureaux du Comité au 4, Carlton Gardens à Londres[1].

Nommé à la tête de la Direction générale des services spéciaux (DGSS) à Alger en (1943-1944) par le Comité français de la Libération nationale), il est Commissaire de la République (préfet) à Bordeaux à la Libération puis député de la Mayenne à la Première Assemblée constituante.

Un ministre du gouvernement provisoire de la République française

Il est ministre de l’information, puis des Colonies dans le gouvernement provisoire en 1945.

Il est également élu, en 1945, député de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR).

L’engagement gaulliste

C’est à Jacques Soustelle que le général de Gaulle confie au début de 1947 l’organisation du RPF dont il est le premier secrétaire général, il représente ce mouvement à l’Assemblée nationale comme député du Rhône (1951).

Le président Auriol charge alors cette figure-clé du Parlement de constituer un gouvernement, mais il échoue dans sa tentative, qui lui attire les foudres du général de Gaulle opposé au système institutionnel de la IVe République au cours d’une violente discussion publique. De Gaulle reproche à Soustelle d’être tombé dans le piège tendu par les « partis du système » ; cet incident marquera durablement les relations entre les deux hommes.

Le choix de l'Algérie française pendant la Guerre d'Algérie

Le député Soustelle est réélu en 1956 sous l’étiquette républicain-social, et en 1958 sous l’étiquette UNR, et défend une politique favorable à l’État d'Israël. Le nom de Jacques Soustelle est alors étroitement mêlé a la guerre d'Algerie dont il est le gouverneur général au début de la guerre (1955-1956). Il est nommé à cette fonction par Pierre Mendès France. La politique de Soustelle, qui est un ethnologue de formation, c’est l’assimilation des musulmans et de leur culture.

Il fonde, en 1956, l’Union pour le salut et renouveau de l'Algérie française (USRAF), puis, en 1959, avec Georges Bidault, Léon Delbecque ou Robert Lacoste, le Rassemblement pour l’Algérie française (RAF), dissous en 1962, à l’indépendance. Il œuvre, dans les derniers temps de la IVe République, pour le retour de De Gaulle au pouvoir, ce dernier étant un espoir fort pour beaucoup de citoyens des départements français d’Algérie.

Il devient ministre de l’information dans le gouvernement de Gaulle (1958). C’est la fin de la IVe République. Il reste un proche du président de Gaulle et entre au gouvernement avec le portefeuille de ministre délégué auprès du Premier ministre Michel Debré, chargé du Sahara, des DOM et TOM et des Affaires atomiques (1959-1960).

L’engagement dans l'OAS

Les choix du général de Gaulle pour l’avenir de l’Algérie sont pour lui une profonde déception. Il entre en conflit avec le général et se prononce résolument pour l’Algérie française. Il est alors démis de ses fonctions gouvernementales et exclu de l’UNR en 1960. Son action en faveur du maintien de l’Algérie au sein de la République française le conduit à être poursuivi pour atteinte à l’autorité de l’État (OAS).

Démissionnaire du conseil municipal de Lyon en octobre 1961, il laisse son fauteuil au directeur de la manufacture des tabacs de Lyon et ancien résistant André Girard.

Après son exclusion du gouvernement français en février 1960 et son départ du mouvement gaulliste en raison de ses positions sur l’Algérie française, Jacques Soustelle rejoint l’OAS dont il fait partie des instances dirigeantes. Au cours d’une conférence dans laquelle il expose ses convictions pro-OAS, il est poursuivi pour atteinte à la sécurité de l’État, part en exil à l’étranger et un mandat d’arrêt est lancé contre lui (il sera gracié en 1968).

Les années d’exil

Il vit en exil de 1962 à 1968, et sa correspondance avec sa femme restée en France est rédigée en nahuatl. Avec Georges Bidault, Antoine Argoud et Pierre Sergent, il constitue le comité exécutif du Conseil National de la Résistance (CNR) le 20 mai 1962 à Rome.

Pendant cette période difficile, Jacques Soustelle est tantôt présenté comme un fasciste par la gauche, tantôt comme un agent de la franc-maçonnerie et des Juifs par l’extrême-droite qui relève notamment son soutien au sionisme face au nassérisme et au mouvement de libération des peuples qu’il a rencontré en Algérie.

Il se refuse pourtant à toute idée antidémocratique ou raciste et antisémite dans ...sur une route nouvelle publié en 1963 :

  • Le choix de la démocratie (p. 12) : « Je répète... que je reste républicain et démocrate; que je condamne tout régime d’arbitraire et estime indispensable à la liberté des citoyens l’équilibre des pouvoirs et le pluralisme des opinions débattues et exprimées sans contrainte; qu’à mes yeux l’État ne trouve sa justification que dans les progrès qu’il rend possibles, la paix qu’il assure, la culture qu’il aide à se répandre, l’égalité des chances qu’il garantit impartialement à tous. »
  • Le combat pour la liberté de conscience (p. 13) : « La haine de certains imbéciles à l’égard de la maçonnerie me la rendrait plutôt sympathique, de même que les sottises de certains anticléricaux me pousseraient plutôt du côté de l’Église, mais, cela dit, je ne vais ni à la Loge, ni à la messe. »
  • Le soutien au sionisme (p. 13) : « Il est parfaitement exact que, depuis des années, j’ai exprimé sans équivoque mon admiration et mon soutien à l’État d'Israël et mon adhésion de non-Juif à la cause du sionisme. »

Lors de l'élection présidentielle de 1965, il appelle à voter pour Jean Lecanuet au premier tour de l'élection, puis Mitterrand, au second tour.

Le retour dans la vie politique

Jacques Soustelle bénéficiera de la loi d’amnistie générale sur les événements d’Algérie de juin 1968, il fait l’objet d’un non-lieu en octobre suivant.

Mais il est encore en exil hors de France quand il décide de revenir à la vie politique et de soutenir Alain Poher lors de l'élection présidentielle de 1969. En 1973, il annonce par un enregistrement sur bande magnétique sa candidature à l'élection législative partielle qui est organisée à Lyon pour pourvoir au remplacement de son ancien suppléant, Edouard Charret, déchu de son mandat par une condamnation pénale[2]. À l'issue d'un second tour en triangulaire, mais bénéficiant du discret appui du maire Louis Pradel, Jacques Soustelle est élu député Mouvement national Progrès et Libertés du Rhône. Il siège alors, également, à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et à l’Assemblée de l’Union de l'Europe occidentale (1973).

Il apporte un soutien discret mais constant à Maurice Papon, notamment dans le jury d’honneur composé d’anciens résistants.

Jacques Soustelle fut élu à l’Académie française le même jour que Léopold Sédar Senghor, le 2 juin 1983, où il fut reçu par le gaulliste Jean Dutourd. Il est enterré au cimetière de Miribel dans l’Ain.

Scandale financier

Un dernier scandale terminera sa carrière : il est impliqué dans un scandale financier, portant sur 40 millions de dollars, au Paraguay. L’argent provenant du Paraguay était placé sur des comptes en Suisse. Soustelle était alors le gérant d’une société d’études parisienne (la Société d’études pour les relations internationales) et utilisait ses bons contacts avec le dictateur Alfredo Stroessner pour l’obtention de contrats. Selon le journal communiste L’Humanité, Jacques Soustelle aurait mis cette société à la disposition de la secte Moon dont il aurait présidé des réunions[3].

Vie parlementaire

Jacques Soustelle

Parlementaire français
Date de naissance 3 février 1912
Date de décès 6 août 1990
Mandat Député 1945-1955
puis 1973-1978
Début du mandat 1945
Circonscription Mayenne (1945-1946)
Rhône (1951-1978)
Groupe parlementaire UDSR (1945-1946)
RPF (1951-1955)
URAS (1956-1958)
UNR (1958-1959)
NI (1973-1978)
IVe République-Ve République

Bibliographie

Publications

L'Amérique latine

La France libre

  • Envers et contre tout :
    • T.1 : De Londres à Alger. Souvenirs et documents sur la France libre, 1940-1942, Jacques Soustelle, Robert Laffont, 1947, ASIN B0000DLUAH, 470 pp.
    • T.2 : D’Alger à Paris, souvenirs et documents sur la France libre, 1942-1944, Jacques Soustelle, Robert Laffont, 1950, 457 pp.

La politique

  • Jacques Soustelle, Aimée et souffrante Algérie, Paris, Plon, 1956, 305 p. 
  • Jacques Soustelle, L’Espérance trahie : (1958-1961), L'Alma, 1962, 326 pages p. 
  • Jacques Soustelle, La page n'est pas tournée, 1962, La Table ronde, 238 pages
  • Jacques Soustelle, Vingt-huit ans de gaullisme, La table ronde ou Editions J'ai lu L'Aventure aujourd'hui N°A265, 1968 (réimpr. 1971), 473 p. 
  • Jacques Soustelle, Sur une route nouvelle, Paris, Éditions du Fuseau, 1964, 315 p. 
  • Jacques Soustelle, Lettre ouverte aux victimes de la décolonisation, Paris, Albin Michel, 1973, 190 p. 

Travaux historiques sur Jacques Soustelle

  • Bernard Ullmann, Jacques Soustelle le mal-aimé, Paris, Plon, 1995.
  • Denis Rolland, « Jacques Soustelle, de l'ethnologie à la politique, 1939-1943 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1-1996, pp. 137-150.
  • Christian Desbordes, Jacques Soustelle et la défense de l'Occident, Thèse de doctorat, Université d'Auvergne, Atelier national de reproduction des thèses, Lille, 575 pages, 2000, (ISBN 2-284-03502-7).
  • Louis N. Panel, « Jacques Soustelle et l'Algérie, entre espoirs et rupture », Guerre d'Algérie Magazine, n° 10, décembre 2007, pp. 46-51.

Notes et références

Notes

  1. franceculture.com
  2. affaire dite des "Ecuries du Roy", du nom de la boite de nuit du Vieux Lyon dans laquelle le député E. Charret avait ses intérêts.
  3. Voir www.humanite.presse.fr, le 8 aout 1990.

Références

  • Sur son passage de l'etnologie à la politique, cf. Denis Rolland, Jacques Soustelle, de l'ethnologie à la politique, 1939-1943, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1-1996, pp. 137-150.
  • Sur l'engagement politique de Jacques Soustelle, cf. Christian Desbordes (2000) Jacques Soustelle et la défense de l'Occident, Thèse de doctorat, Université d'Auvergne, Atelier national de reproduction des thèses, Lille, 575 pages, (ISBN 2-284-03502-7).
  • Sur Jacques Soustelle et l'Algérie, cf. Louis N. Panel (2007) « Jacques Soustelle et l'Algérie, entre espoirs et rupture », Guerre d'Algérie Magazine, n° 10, décembre 2007, pp. 46-51.
  • Le gouvernement mexicain lui décerna le titre de commandeur de l’ordre de l’Aigle aztèque en 1980.


Précédé par
Pierre Gaxotte
Fauteuil 36 de l’Académie française
1983-1990
Suivi par
Jean-François Deniau

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacques Soustelle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jacques Soustelle — (* 3. Februar 1912 in Montpellier; † 6. August 1990 in Neuilly sur Seine) war ein französischer Politiker, Anthropologe und Ethnologe, der auf lateinamerikanische Zivilisationen spezialisiert war. Er wurde 1938 Vizedirektor des Musée de l’Homme… …   Deutsch Wikipedia

  • Jacques Soustelle — (3 February 1912 ndash;6 August 1990) was a French anthropologist specializing in pre Columbian civilizations. He became vice director of the Musée de l Homme in Paris in 1938. Soustelle was born in Montpellier in a Protestant family. A very… …   Wikipedia

  • Jacques Soustelle — (Montpellier, Francia, 3 de febrero de 1912 6 de agosto de 1990) fue un político y etnólogo francés, especialista en las culturas mesoamericanas, llegó a ser director del Musée de l homme en París en 1938. Antifascista, se alió a la resistencia… …   Wikipedia Español

  • Jacques Soustelle — nació en Montpellier, Francia el 3 de febrero de 1912 y murió el 6 de agosto de 1990. Fue un especialista en las Civilizaciones Latinoamericanas, llegó a ser director del Musée de l homme en París en 1938. Un anti fascista, se alió a al… …   Enciclopedia Universal

  • SOUSTELLE (J.) — Jacques SOUSTELLE 1912 1990 Scientifique et homme politique, Jacques Soustelle a mené deux carrières parallèles. Sa vocation première, il la trouva au Mexique, au contact des Indiens qu’il partit étudier sur les terres froides du plateau central… …   Encyclopédie Universelle

  • Soustelle — Jacques Soustelle (* 3. Februar 1912 in Montpellier;† 6. August 1990 in Neuilly sur Seine) war ein französischer Politiker, Anthropologe und Ethnologe, der auf lateinamerikanische Zivilisationen spezialisiert war. Er wurde 1938 Vizedirektor des… …   Deutsch Wikipedia

  • Jacques-yves cousteau — Pour les articles homonymes, voir Cousteau. Jacques Yves Cousteau …   Wikipédia en Français

  • Jacques Cousteau — Jacques Yves Cousteau Pour les articles homonymes, voir Cousteau. Jacques Yves Cousteau …   Wikipédia en Français

  • Jacques Foccart — Nom de naissance Jacques Koch Foccart Naissance 31 août 1913 Ambrières le Grand Décès 19 mars 1997 Paris Distinctions Légion d honneur Jacques …   Wikipédia en Français

  • Jacques Laurent — Nom de naissance Jacques Laurent Cély Autres noms Cécil Saint Laurent Activités romancier, journaliste Naissance 5 janvier 1919 Paris Décès 29 décembre 2000 Pari …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.