Jacques Medecin


Jacques Medecin

Jacques Médecin

Jacques Médecin
Parlementaire français
Naissance 5 mai 1928
Décès 17 novembre 1998
Mandat Député 1967-1988
Début du mandat 1967
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Alpes-Maritimes
Groupe parlementaire PDM (1967-1973)
RDS (1973-1978
UDF (1978-1981)
RPR (1981-1988)
Vème République

Jacques Médecin est un homme politique français né le 5 mai 1928 à Nice et mort le 17 novembre 1998 à Punta del Este en Uruguay.

Sommaire

Biographie

Issu d'une grande famille niçoise avec son père, Jean Médecin qui fut maire de Nice pendant 37 ans et marqua profondément la vie politique des Alpes-Maritimes, et son grand-père, Alexandre Médecin, qui fut conseiller général.

À la mort de son père, en 1966, il s'impose en successeur incontournable et remporte la mairie de Nice à l'unanimité des membres du conseil municipal. Il a alors à peine 37 ans et y sera réélu cinq fois. Il accomplira à ce poste de nombreux chantiers : Nice-La-Plaine, le Centre d'affaires de l'Arénas, le Musée d'art moderne, la voie rapide, des stationnements souterrains, le boulevard Napoléon III, la station d'épuration de Ferber, Nice-Étoile…

Forte personnalité, indépendant, impulsif, anticommuniste convaincu et farouche, il fut membre du CNI, des Républicains Indépendants, puis revint au CNI, tout en s'apparentant au RPR, ce qui ne l'empêcha pas de flirter avec le FN, dont il déclarait partager « 99 % des idées »[1]. Dans les derniers mois de sa carrière politique, il cessa d'être apparenté RPR, suite à ses propos très contestés sur les Juifs de son conseil municipal[2].

Lors du débat sur le projet de loi autorisant l'interruption volontaire de grossesse, défendu par Simone Veil en 1974, il se prononce contre l'avortement[3], déclarant, notamment que, « l'avortement, c'est un meurtre », et que l'autorisation de cet acte pourrait déboucher sur l'autorisation de l'homicide volontaire. La même année, il projette de jumeler Nice avec Le Cap, en Afrique du Sud, alors sous le régime de l'apartheid. En 1981, il vote contre l'abolition de la peine de mort, et demande par la suite son rétablissement, notamment lors d'une manifestation, en 1988[4].

Outre son poste de maire de Nice, il fut député des Alpes-Maritimes de 1967 à 1988, secrétaire d'État au Tourisme dans le gouvernement de Raymond Barre de 1976 à 1978 et président du conseil général des Alpes-Maritimes de 1973 à 1990.

À l’étranger, il se fait appeler comte de Médicis, laissant entendre une certaine noblesse qu’il n’a pas[5].

À la fin des années 1980, de nombreux soupçons pèsent sur sa gestion et l'étau judiciaire se resserre autour de lui. En novembre 1989, il est inculpé pour « délit d'ingérence », et vont suivre d'autres chefs d'inculpation. En septembre 1990, il démissionne de tous ses mandats et s'enfuit à Punta del Este en Uruguay. Charles Pasqua et le journal Nice-Matin le soutiennent, ce dernier écrivant que Jacques Médecin a démissionné « par lassitude dans un combat inégal contre la calomnie. » Condamné par le tribunal de Grenoble, il est arrêté par la police uruguayenne et transféré à la prison de Montevideo en novembre 1993, puis extradé en France en novembre 1994, où il est condamné quatre fois à de la prison ferme. En janvier 1996, il retourne à Punta del Este où il mourra le 17 novembre 1998.

Mandats

Condamnations

  • 6 janvier 1992 : un an de prison ferme et 300 000 francs d'amende pour délit d'ingérence. Jacques Médecin est également déclaré « incapable, à jamais, d'exercer aucune fonction publique » et doit verser 2 168 874 F de dommages et intérêts à Joseph Figueras, un contribuable niçois qui avait été autorisé à se constituer partie civile en lieu et place de la commune (« Pour délit d'ingérence — Jacques Médecin est condamné à un an de prison ferme », Le Monde, 8 janvier 1992).
  • 16 mai 1995 : deux ans de prison ferme, 200 000 francs d'amende et cinq ans de privation de droits civiques pour « détournement de fonds » dans le scandale de l'Opéra de Nice (« Jacques Médecin est condamné à deux ans de prison ferme pour abus de confiance », Le Monde, 18 mai 1995).
  • août 1995 : trois ans et demi de prison ferme et un million de francs d'amende pour « abus de bien sociaux » et « corruption » dans le scandale de la Serel, société spécialisée dans la signalisation et la régulation routière. Entre 1986 et 1990, Jacques Médecin avait reçu près de quatre millions de francs de pots-de-vin de Francis Guillot, président-directeur général de la Serel (« Jacques Médecin est condamné à trois ans et demi de prison ferme dans l'affaire de la Serel », Le Monde, 5 août 1995). Le 12 janvier 1996, les peines sont confirmées en appel, sauf la peine de prison, réduite à deux ans. Pourtant, Jacques Médecin quitte la France sans être inquiété et ne purge pas ces condamnations (« Condamné, Jacques Médecin s'apprête à repartir en Uruguay », Le Monde, 14 janvier 1996 et « Jacques Médecin — Un élu rattrapé par les affaires », Le Monde, 19 novembre 1998).
  • 31 mars 1998 : condamné par défaut à deux ans de prison pour fraude fiscale (« FRAUDE FISCALE : Jacques Médecin a été condamné par défaut à deux ans de prison », Le Monde, 2 avril 1998).

Notes

  1. « Affirmant que les thèses du FN sont les siennes « à 99,9 % » — M. Jacques Médecin se rapproche du mouvement de M. Jean-Marie Le Pen », Le Monde, 13 avril 1990
  2. « Après la démission de trois conseillers municipaux à Nice — « Ce sont les juifs qui sont partis » déclare M. Jacques Médecin », Le Monde, 5 avril 1990
  3. Intervention de Jacques Médecin à l'Assemblée Nationale
  4. « A Nice — M. Jacques Médecin appelle à un défilé pour le rétablissement de la peine de mort », Le Monde, 15 septembre 1988
  5. Il se garde bien de le faire en France où les titres de noblesse sont protégés par la loi.
Précédé par Jacques Médecin Suivi par
Jean Médecin
Maire de Nice
1966-1990
Honoré Bailet
Précédé par
Francis Palmero
Président du conseil général des Alpes-Maritimes
1973-1990
Suivi par
Charles Ginésy
  • Portail de Nice Portail de Nice
  • Portail des Alpes-Maritimes Portail des Alpes-Maritimes
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Jacques M%C3%A9decin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacques Medecin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jacques Médecin — Parlementaire français Date de naissance 5 mai 1928 Date de décès 17 novembre 1998 Mandat Maire de Nice 1966 1990, Député 1967 1988 Début du mandat 1967 …   Wikipédia en Français

  • Jacques Médecin — (1928 1998) was a French politician. A member of the Gaullist RPR, he served as mayor of the city of Nice from 1966 to 1990. He was a son of the long serving mayor of Nice, Jean Médecin. Criticized for proposals that were seen as racist, he… …   Wikipedia

  • Jacques Derogy — Jacques Derogy, de son vrai nom Jacques Julien Weitzmann, (24 juillet 1925 à Neuilly sur Seine, 30 octobre 1997 à Neuilly sur Seine) est un journaliste français, pionnier du journalisme d investigation[1]. Il signe aussi sous… …   Wikipédia en Français

  • Jacques Peyrat — (born October 18, 1931 in Belfort) is a right wing French politician and lawyer who has been mayor of Nice since 1995 and senator from the Alpes Maritimes since 1998.Jacques Peyrat came from a military family that settled in Nice in 1946 where he …   Wikipedia

  • Jacques Peyrat — Pour les articles homonymes, voir Peyrat. Jacques Peyrat Jacques Peyrat en septembre 2006 à Nice …   Wikipédia en Français

  • Jacques-Francois Artur — Jacques François Artur Jacques François Artur, dit « sieur de Hauterue », né le 11 avril 1708 à Caen où il est mort le 19 mars 1779 à la Rochelle, est un médecin et un naturaliste français. Artur étudie auprès de… …   Wikipédia en Français

  • Jacques-francois artur — Jacques François Artur Jacques François Artur, dit « sieur de Hauterue », né le 11 avril 1708 à Caen où il est mort le 19 mars 1779 à la Rochelle, est un médecin et un naturaliste français. Artur étudie auprès de… …   Wikipédia en Français

  • Jacques-François Artur — Jacques François Artur, (dit « sieur de Hauterue »), né le 11 avril 1708 à Caen, et mort le 19 mars 1779 à la Rochelle, est un médecin et un naturaliste français. Artur étudie auprès de Réaumur (1683 1757) et Bernard …   Wikipédia en Français

  • Jacques Chauvire — Jacques Chauviré Jacques Chauviré (1915 2005) est un écrivain français. Biographie Après ses études secondaires au lycée Ampère de Lyon et de brillantes études de médecine (interne des Hospices Civils de Lyon), Jacques Chauviré s’installe comme… …   Wikipédia en Français

  • Jacques Coictier — Jacques Coitier Jacques Coitier Jacques Coitier est né vers 1430 à Poligny, en Franche Comté, et est mort le 22 octobre 1506 à Paris. Il fut premier médecin de Louis XI et aussi président de la Chambre des comptes. Son nom a été diversement… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.