Jacques Lacarrière (écrivain)


Jacques Lacarrière (écrivain)
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jacques Lacarrière (hockey sur glace).

Jacques Lacarrière est un écrivain français né le 2 décembre 1925 à Limoges (Haute-Vienne) et mort le 17 septembre 2005 à Paris. Il est connu pour ses récits de voyage, notamment en Grèce.

Sommaire

Parcours

il passe son enfance à Orléans. « C'est là à six ans, qu'il commença d'écrire des poèmes, trouvant d'emblée et définitivement la voie buissonnière qui allait être sa destinée »[1]. Il est élève du lycée Pothier d'Orléans puis étudie le droit, les lettres classiques à la Sorbonne et l'hindi à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Il obtient les licences de lettres et de droit puis commence une carrière de journaliste, critique et reporter.

En 1947, il voyage pour la première fois en Grèce avec le Groupe du théâtre antique de la Sorbonne. En 1950, il passe plusieurs mois en Crète puis au mont Athos. Entre 1952 et 1966, il y retourne régulièrement : le coup d'État des colonels (21 avril 1967) l'empêchera de poursuivre.

Mont Athos, montagne sainte paraît en 1954. Trois ans plus tard, Jacques Lacarrière publie Découverte du monde antique, une traduction et un choix commenté des voyages d'Hérodote.

Parallèlement, il est critique dramatique à la revue Théâtre populaire et fréquente la Maison des lettres à Paris ; il côtoie Albert Camus, Raymond Queneau, Roland Barthes, Antoine Vitez. En 1961 paraissent Les Hommes ivres de Dieu. Deux années plus tard, il met en scène Ajax de Sophocle.

En 1973 les Gnostiques sont une nouvelle édition de la La Cendre et les Étoiles, publiée en 1970. Chemin faisant, mille kilomètres à pied à travers la France d’aujourd'hui, paru en 1974, est le récit philosophico-bucolique de son itinéraire des Vosges aux Corbières d'août à décembre 1971. « Je ne souhaite rien d'autre, par ce livre, que redonner à son lecteur le goût des herbes et des chemins, le besoin de musarder dans l'imprévu, de retrouver ses racines dans le grand message des horizons. »

Amoureux du grec ancien et de la mythologie, son essai L’Été grec (1976) lui vaut un succès immense. « Lacarrière inventait un genre qui tenait de l'essai, du carnet de route, du poème en prose improvisé au rythme de la marche et du récit libéré de tous les codes formels. Rien ne venait brimer l'élan, l'allégresse, la colère, l'ironie qu'il ressuscitait, page à page, en remettant ses pas d'écriture dans les pas du jeune homme si bien défini par son ami Abidine Dino, qui le voyait avide de « chercher, trouver, voir, dire sans jamais redire » »[1].

En 1979, il se marie avec Sylvia Lipa.

Au cours des années 1980, il écrit à Sacy, village bourguignon, Marie d’Égypte, un premier roman qui mêle tout en délicatesse et en poésie l'histoire de Marie l'Égyptienne et les réflexions de l'auteur sur l'époque à laquelle elle vivait. Viendront ensuite Au cœur des mythologies, En suivant les dieux, À la tombée du bleu, Chemins d'écriture, L'Envol d'Icare, Paroles de la Grèce antique, Ce bel aujourd'hui, Un jardin pour mémoire et Dictionnaire amoureux de la Grèce.

En 1991, il reçoit le Grand prix de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre.

Écrivain voyageur, il est proche, à de nombreux titres, du Suisse Nicolas Bouvier, auteur de l'Usage du monde. À propos du voyage, il déclare : « Ma philosophie, c'est le contraire de celle de l'escargot : ne jamais emporter sa demeure avec soi, mais au besoin apprendre à habiter celle des autres qui peuvent aussi habiter la vôtre. »[2].

Un amour de Loire paraît en 2004. Les textes sont illustrés par des aquarelles de Michel Gassies. « J’ai grandi dans un jardin du Val de Loire entre deux mères : une mère de sang et une mère de source. »

Il est mort à Paris le 17 septembre 2005, des suites opératoires d'une intervention orthopédique. Ses cendres ont été dispersées au large de Spetses (Grèce).

Œuvres

  • Les Gnostiques, 1973, Idées Gallimard (rééd. Albin Michel, Coll. Spiritualités Vivantes Poche, 1994)
  • Chemin faisant, mille kilomètres à pied à travers la France d'aujourd'hui, 1974 (rééd. 1983, 1997, dans cette dernière édition, il y a une postface intitulée, La Mémoire des routes, Fayard)
  • Les Hommes ivres de Dieu, 1975, Fayard (rééd. Seuil, Coll. Sagesses, 1983)
  • L’Été grec : une Grèce quotidienne de 4 000 ans, 1976, Plon, Paris (rééd. 2002, Pocket)
  • Promenades dans la Grèce antique, 1978, guide Hachette (éd. commentée et ill. des Voyages de Pausanias le Périégète)
  • Le Pays sous l'écorce, 1980, Seuil, (ISBN 2020054949) ou (ISBN 978-2020054942)
  • En cheminant avec Hérodote, 1981, Seghers (rééd. 1982, Hachette, coll. Pluriel (ISBN 2-01008-771-2))
  • Marie d’Égypte, 1983 (rééd. 1999, Collection Points-Seuil)
  • Errances, 1983, Pirot éditeur
  • Au cœur des Mythologies, en suivant les dieux, 1984, Hachette, coll. Pluriel (ISBN 2-01278-888-2) (rééd. 1998, Folio, (ISBN 2-01-012112-0))
  • Ce bel aujourd'hui, 1989, Jean-Claude Lattès
  • Sourates, 1990, Albin Michel
  • La Grèce des Hommes, avec Emanuel Sanz, éd. Livre Total SA Lausanne (Suisse), Luce Wilquin éditrice Dour, 1994, ISDN 2-88161-064-1 (épuisé)
  • Dictionnaire amoureux de la Grèce, Plon, coll. « Dictionnaire amoureux », 2001, (ISBN 978-2259190763)
  • La Poussière du monde, 1997, Nil Éditions
  • Les Évangiles des quenouilles, 1999, Albin Michel
  • Un jardin pour mémoire, 1999, Nil Éditions (rééd. 2001, Pocket)
  • Science et croyances, 1999, Albin Michel
  • Lexique érotique de la Grèce, 2003, Plon
  • Les Fables d'Ésope, 2003, Albin Michel
  • Alain-Fournier. Les demeures du rêve, 2003, Pirot éditeur
  • Un amour de Loire, 2004, Pirot éditeur
  • Entre sagesse et passions, 2006, Albin Michel
  • Flâner en France. Sur les pas de vingt et un écrivains, 2007, Pirot éditeur
  • Paul Valet : Soleil d’insoumission, 2009, Éditions Jean-Michel Place
  • À l’orée du pays fertile, Œuvres poétiques complètes, 2011, Seghers

Préfaces

Verbatim

« La vie et l'écriture. L'amour et l'écriture. L'ailleurs et l'écriture.
Pas d'ambition. Pas de concessions. Peu d'argent. Beaucoup d'amour. Beaucoup d'amis. Pas de calculs.
Refus des gloires enviées. Des itinéraires préparés. Des chemins publics. Des compromissions. Des institutions.
Écrire seulement pour être. Pour s'engager. Vers les autres. Avec les autres. Écrire pour dériver de l'homme ancien. Écrire pour dériver vers l'homme à naître. Rien d'autre. »

in La Sourate dernière

Sources

  1. a et b André Velter, Le Monde, 20 septembre 2005.
  2. Lisières, 1999, interview de Jacques Lacarrière

Bibliographie

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacques Lacarrière (écrivain) de Wikipédia en français (auteurs)