Ištar


Ištar

Ishtar

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ishtar (homonymie).

Cette déesse, appelée Inanna chez les Sumériens, Ishtar chez les Assyriens et Babyloniens, Isis chez les Égyptiens, Ashtoreth en Palestine, Astarté ou Athtart à Ougarit, Shaushka ou Shaushga chez les Hourrites, et Ashtart en langue punico-phénicienne, doit sa renommée à son activité culturelle et mythologique jamais égalée par une autre déesse du Moyen-Orient. À son apogée, elle était déesse de l’amour physique et de la guerre, régissait la vie et la mort. Elle semble avoir comme descendance Aphrodite en Grèce, Turan en Étrurie et Vénus à Rome. Elle a un aspect hermaphrodite (Ishtar barbata), comme beaucoup de déesses de ce type.

Sommaire

Version sumérienne

Inanna est considérée tantôt comme la fille du dieu-Lune Nanna, tantôt d’Ishkur (en akkadien Adad), dieu de la pluie.

Elle fait partie de la triade des dieux planétaires. Elle est la déesse de l’étoile Vénus et de l’amour, et est la déesse tutélaire D’Uruk (dans la bible, Erech). Le sanctuaire d’Inanna à Uruk s’appelle l’Eanna.

Remarque : elle apparaît dans certains textes comme présente à Carthage.

Les mythes

Inanna et Dumuzi

Inanna est la déesse tutélaire d’Uruk, épouse du berger Dumuzi qui deviendra souverain de la cité. Plusieurs récits sumériens racontent le mariage de ces deux divinités. Les textes témoignent d’un grand amour, mais il y règne aussi un pressentiment d’un malheur à venir. Dans certains de ces textes, la mort de Dumuzi est due au simple fait qu’il s’est uni à une déesse.

Inanna ou « la bien-aimée d'Anou » fut la jumelle de Shamash.

Il existe plusieurs versions de cet épisode, dont une où Dumuzi le berger est mis en concurrence avec un fermier, symbolisant la lutte entre les deux classes.

La descente d'Inanna aux Enfers

Ce mythe sumérien est le plus fameux récit mettant en scène Inanna.

Inanna, souveraine du « Grand Royaume d’En Haut », décide de descendre aux enfers pour supplanter sa sœur aînée Ereshkigal, souveraine du Monde Inférieur. Elle entre dans le palais d’Ereshkigal, traverse les Sept Portes et arrive nue, dénuée de tout pouvoir, devant sa sœur et les Sept Juges des Enfers (Anunnaki), qui la tuent. Les dieux sont informés, mais la récusent pour son acte. Enki façonne et envoie cependant deux messagers asexués en enfer, qui raniment Inanna avec le « breuvage de vie » et la « nourriture de vie ».

Obéissant à la loi selon laquelle quiconque pénètre en Enfer ne peut revenir sur Terre, les Anunnaki ne la laissent pas partir. Inanna doit fournir un remplaçant. Elle revient sur terre accompagnée de démons et cherche un remplaçant.

Après diverses recherches, elle trouve Dumuzi confortablement installé sur le trône de la cité et le désigne, par colère. Explication bien « humaine » qui cache un mystère de la mort rituelle du roi pour assurer la fertilité universelle.

Dans la version akkadienne, Ishtar et Tammuz sont les personnages du mythe. Il y semble qu'Ishtar aille en enfer, après la mort de Tammuz, pour ramener celui-ci. L’absence d’Ishtar stoppe toute reproduction, ce qui panique les dieux et les poussent à la libérer.

Rite du mariage sacré

Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles. Ce fut sûrement tout d’abord un rite propre à Uruk, qui s’est ensuite généralisé vers la fin du IIIe millénaire.

Le roi remplace le dieu Dumuzi du mythe, et l’union avec la prêtresse, représentante de la déesse, a lieu dans l’Eanna. Les festivités étaient très joyeuses et se déroulaient dans l’allégresse.

Ces hymnes de mariage sacré ont pu influencer le Cantique des cantiques, qui présente de nombreux traits similaires.

Voir aussi

  • Portail des mythes et légendes Portail des mythes et légendes
  • Portail du monde antique Portail du monde antique
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien
Ce document provient de « Ishtar ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ištar de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ištar — ( , Ischtar, ; akkadisch MUŠ, Ištar; Nebenform westsemitisch Išḫara , neuassyrisch Ištar Aššuritu) war eine mesopotamische Planetengöttin und wurde in ihren Nebenformen auch als Göttin des sexuellen Begehrens, des Krieges und der… …   Deutsch Wikipedia

  • ISTAR — stands for Intelligence, Surveillance, Target Acquisition, and Reconnaissance. In its macroscopic sense, ISTAR is a practice that links several battlefield functions together to assist a combat force in employing its sensors and managing the… …   Wikipedia

  • Istar — can refer to: * One of the Istari, the wizards in J. R. R. Tolkien s fictional world. *Istar, a fictional city set in the fantasy world of Krynn in the Dragonlance setting of the Dungeons Dragons game. *ISTAR, an acronym for Intelligence,… …   Wikipedia

  • Istar — Organisme de fiction apparaissant dans l œuvre de J. R. R. Tolkien Origine Maia Genre masculin …   Wikipédia en Français

  • Istar — Istar, bei den Babyloniern Assyrern die Göttin des Venussterns, des Morgen und Abendsterns; als Göttin des Abendsterns auch unter dem Namen Belit (oder Belit ilani, »Herrin der Götter«), d. i. griech. Mylitta, verehrt. Als Göttin des Morgensterns …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Istar — es una ciudad ficticia creada en el mundo de la fantasía de Krynn en la saga de Dragonlance del juego de Dungeons & Dragons. [en:Istar]] * * * ► MITOLOGÍA Divinidad venerada por sumerios, babilonios y asirios, identificada con Astarté …   Enciclopedia Universal

  • Istar — Istar, assyr. Name der Göttin Astarte (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ištar — Ȉštar m DEFINICIJA mit. rel. mezopotamska božica ljubavi i rata; štovali je Babilonci i Asirci; personificirana kao legendarna kraljica Semiramida, usp. Inana …   Hrvatski jezični portal

  • Istar — Ishtar ou Istar dans la tradition sémite, déesse du Ciel et de la Fécondité. C est l Ashtart des Phéniciens et l Astarté des Grecs, qui unirent son culte à celui d Aphrodite. Istar V. Ishtar …   Encyclopédie Universelle

  • istar — estar, esta, ista rester, être, demeurer. Ista aquí ! Reste là ! Istar en a n una : rester tranquille; se tenir coi. T ista ben de parlar ensin ! ça te va bien, à toi, de parler ainsi ! Istar mau : faire de mauvaise grâce …   Diccionari Personau e Evolutiu