Itxassou


Itxassou

43° 19′ 50″ N 1° 24′ 15″ W / 43.3306, -1.40416666667

Itxassou
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Espelette
Code commune 64279
Code postal 64250
Maire
Mandat en cours
Roger Gamoy
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Errobi
Démographie
Population 2 026 hab. (2008)
Densité 51 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 50″ Nord
       1° 24′ 15″ Ouest
/ 43.3306, -1.40416666667
Altitudes mini. 31 m — maxi. 924 m
Superficie 39,37 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Le Pas-de-Roland, le long de la Nive
Le ruisseau du Laxia, affluent de la Nive
Panneau à l'entrée du village - Appartenance à l'AOC piment d'Espelette

Itxassou est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine.

Le gentilé est Itsasuar[1].

Sommaire

Géographie

Situation

Itxassou fait partie de la province basque du Labourd.

Située à 4 km de Cambo, nichée dans une boucle de la Nive, Itxassou donne un accès immédiat à l'Artzamendi (926 m) ou le Mondarrain (750 m).

Selon une légende, le sabot du cheval de Roland, neveu de Charlemagne, aurait brisé en deux un rocher dans un défilé d'où débouche la Nive, à un endroit appelé aujourd'hui le Pas de Roland. En basque, cet endroit s'appelle Atekagaitz ce qui signifie "mauvais passage".

Accès

La commune se situe à l'intersection des routes départementales D918 et D932.

La gare d'Itxassou, face au village, du côté est de la Nive, est située sur la ligne Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port.

Hydrographie

La commune est traversée[2] par la Nive et par ses affluents :

d'amont en aval :
  • (D) la Mouline, de Louhossoa
  • (G) Fagalxuriko erreka
  • (D) Lakoenbordaldeko erreka
  • (G) Attinieko erreka de Gibelarte
  • (D) Izokiko erreka
  • (G) Bordaxuriko erreka
    • (G) Loseteneko erreka (ou Joseteneko erreka ?)
  • (G) Belotzeko erreka
  • (G) Aphalaeneko erreka
  • (G) Erreka handia, né Erreka gaitz
  • (G) Leizarraga ou Laxia, de Burkaitz (vers l'Artzamendi), et ses affluents :
    • (G) Ithurrarteko erreka, du Mondarrain
      • (G) Bordagaineko erreka, du col de Legarre
    • (D) Markiztako erreka, du Malda
    • (D) Hegi zorrotza
    • (D) Naparruntzeko erreka
    • (D) Berandotzeko erreka
      • (D) Halegiko bordako erreka
      • (D) Artagiako bordako erreka
    • (D) Istiletako erreka
    • (D) Antsategiko erreka
    • (G) Iriberriko erreka
    • (D) Arretxemendiko erreka
    • (G) Peruskiko bordako erreka
  • (G) Bigaztanako erreka
  • (G) Basaburuko erreka ou ruisseau de Basseboure[3]
  • (G) Arrec de Pannecau
  • (G) Haltzuia ou Urotchéko erreka et ses affluents :
    • (D) Uharteko erreka
      • (G) Inbideako ulhuria

L'Haitzagerriko erreka, un tributaire du Larreko erreka qui alimente la Nivelle, arrose également la commune.

Lieux-dits et hameaux

Les quartiers :

  • Bassebourre (Basaburu) : en limite géographique avec Espelette, il a donné son nom au ruisseau cité ci-dessus[4]).
  • Berandotz, Laxia (Latse) et Ortzia : en direction de l'Artzamendi
  • Errobi : accueillant l'église Saint-Fructueux (XVIIe siècle)
  • Gerasto : au pied du Mondarrain
  • Gibelarte : le long de la Nive, vers Bidarray
  • Izoki : de part et d'autre de la Nive
  • La place : centre du village avec le fronton court
  • Laxia
  • Olasur : au nord de la D932
  • Ortzia
  • Pannecau (Panekau) : à 100 m du village

Communes limitrophes

Toponymie

Le nom basque est Itsasu, ce qui signifie lieu des genêts (de itsas, itxas 'genêt').

Le toponyme Itxassou apparaît[4] sous les formes Ytssassu (1264), Sanctus Fructuosus d'Itsatsou (1685, collations du diocèse de Bayonne[5]), Union (1793) et Itsatsou (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[4]).

Histoire

Vue sur l'église et l'Artzamendi (926 m)
Pierre tombale datant de 1719, dans l'église Saint-Fructueux

Il existe des vestiges funéraires protohistoriques (cromlechs) au col de Mehatxe (ou Mehatse - 716 m) sur le Mondarrain.

Au sommet du Mondarrain, un château ou une tour de guet appartenant au roi de Navarre, et dont il ne reste que des vestiges, fut construit au Moyen Âge. Le site fut occupé jusqu'au XVe siècle.

La loi du 4 mars 1790, qui détermina un nouveau paysage administratif de la France en créant des départements et des districts, décida de la naissance du département des Basses-Pyrénées en réunissant le Béarn, les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache, et les trois provinces basques françaises. Pour ces dernières, trois districts furent créés : Mauléon, Saint-Palais et Ustaritz, qui remplaça le bailliage du Labourd. Par abus de pouvoir des dirigeants locaux, le siège d'Ustaritz fut transféré presque immédiatement à Bayonne. Son Directoire incita un grand nombre de municipalités à adopter de nouveaux noms conformes à l'esprit de la Révolution. Ainsi Itxassou s'appela Union, Ustaritz devint Marat-sur-Nive, Arbonne : Constante, Saint-Étienne-de-Baïgorry : Thermopyles, Saint-Palais : Mont-Bidouze, Saint-Jean-Pied-de-Port : Nive-Franche, Louhossoa : Montagne-sur-Nive, Saint-Jean-de-Luz : Chauvin-Dragon, Ainhoa : Mendiarte et Souraïde : Mendialde.

En 1794, au plus fort de la Terreur, et à la suite de la désertion de quarante sept jeunes gens d'Itxassou, le Comité de salut public (arrêté du 13 ventôse an II - 3 mars 1794) fit arrêter et déporter une partie des habitants (hommes, femmes et enfants) d'Ainhoa, Ascain, Espelette, Itxassou, Sare et Souraïde, décrétées, comme les autres communes proches de la frontière espagnole, communes infâmes[6]. Cette mesure fut étendue à Biriatou, Cambo, Larressore, Louhossoa, Mendionde et Macaye.
Les habitants furent « réunis dans diverses maisons nationales, soit dans le district d'Ustaritz, soit dans celles de la Grande Redoute, comme de Jean-Jacques Rousseau »[7]. En réalité, ils furent regroupés dans les églises, puis déportés dans des conditions très précaires[8] à Bayonne, Capbreton, Saint-Vincent-de-Tyrosse et à Ondres. Les départements où furent internés les habitants des communes citées furent le Lot, le Lot-et-Garonne, le Gers, les Landes, les Basses-Pyrénées (partie béarnaise) et les Hautes-Pyrénées.
Le retour des exilés et le recouvrement de leurs biens furent décidés par une série d'arrêtés pris le 29 septembre et le 1er octobre 1794, poussés dans ce sens par le directoire d'Ustaritz : « Les ci-devant communes de Sare, Itxassou, Ascain, Biriatou et Serres, dont les habitants internés il y a huit mois par mesure de sûreté générale, n'ont pas été cultivées. Les habitants qui viennent d'obtenir la liberté de se retirer dans leurs foyers, demandent à grands cris des subsistances sans qu'on puisse leur procurer les moyens de satisfaire à ce premier besoin de l'homme, la faim. »[9]. La récupération des biens ne se fit pas sans difficulté ; ceux-ci avaient été mis sous séquestre mais n'avaient pas été enregistrés et avaient été livrés au pillage : « Les biens, meubles et immeubles des habitants de Sare, n'ont été ni constatés ni légalement décrits ; tous nos meubles et effets mobiliers ont été enlevés et portés confusément dans les communes voisines. Au lieu de les déposer dans des lieux sûrs, on en a vendu une partie aux enchères, et une autre partie sans enchères. »[10]

Itxassou est aussi connue pour ses fameuses mines d'or exploitées pendant très longtemps.

Héraldique

Blason Blasonnement

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Pierre Iharour    
2001 2008 Roger Gamoy    
2008 2014 Roger Gamoy    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Intercommunalité

Itxassou fait partie de dix structures intercommunales :

  • communauté de communes Errobi
  • SIVOM Artzamendi
  • syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak
  • syndicat mixte du bassin versant de la Nive
  • syndicat intercommunal Nive - Nivelle
  • syndicat pour le soutien à la culture basque
  • syndicat d'alimentation en eau potable Ura
  • syndicat mixte d'assainissement Ura
  • syndicat intercommunal d'assainissement autonome Ur Garbitze
  • syndicat départemental d'électrification.

Démographie

Évolution démographique

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 649 1 461 1 467 1 520 1 513 1 551 1 516 1 538 1 537
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 463 1 470 1 434 1 409 1 448 1 461 1 552 1 431 1 438
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 451 1 482 1 453 1 384 1 369 1 381 1 377 1 391 1 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007  
1 134 1 175 1 218 1 297 1 563 1 770 1 970 1 998  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Économie

Itxassou fait partie de la zone AOC de production du piment d'Espelette. L'activité est principalement agricole. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

1994 vit la création du GIE Cerise d'Itxassou/Itsasu, destiné à relancer la production et la commercialisation de la cerise d'Itxassou[11].

Culture et patrimoine

Langues

D'après la Carte des Sept Provinces Basques éditée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte, le dialecte basque parlé à Itxassou est le bas-navarrais occidental.


Itxassou tire une partie de sa renommée de ses cerises noires, qui sont utilisées dans les gâteaux basques, et en accompagnement des fromages de brebis. Dès le mois de mars, la campagne se pare des fleurs des cerisiers des variétés xapata, beltza ou peloa.
Une fête de la cerise a lieu chaque année au début du mois de juin.

Patrimoine civil

Le cromlech d'Arluxatta[12] est un vestige de la protohistoire, tout comme ceux de Meatse, Meatseko-Biskarra, Iuskadi, Zelaïou ou Mendittipia[13].
Une place forte protohistorique (Gaztelu zahar) est visible au lieu-dit Belozea.
Le bureau de poste est un bon exemple de l'architecture régionaliste de l'entre-deux guerres.

Partie de pelote au fronton
Vue sur la Nive
Ferme dans le village
]

Patrimoine religieux

L'église Saint-Fructueux[14] date du XVIIe siècle. Elle recèle un tableau de Saenredam[15] (au presbytère) et différents objets et mobiliers inventoriés par le ministère de la Culture[16].
Le cimetière qui entoure l'église est riche en stèles discoïdales et tabulaires.

L'église Saint-Fructueux (XVIIe siècle)
Chaire à prier, classée aux monuments historiques
Stèle tabulaire
Stèle

Patrimoine environnemental

Des sentiers de randonnée mènent aux sommets du Mondarrain et de l'Artzamendi, ou jusqu'au calvaire qui surplombe Ainhoa.

Équipements

La commune dispose d'un aérodrome, au sommet du mont Urzumu (ou Ursumu - 180 m), qui propose des activités de vol à voile.

enseignement

L'enseignement primaire est dispensé dans une école publique et une école privée (Saint-Joseph).

Personnalités liées à la commune

Articles connexes

Notes

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Itxassou
  3. noté également Bassabure par Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. a, b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6) , page 187.
  7. Archives nationales, AF II 133/1014, citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 4, Elkarlanean 2002 (ISBN 2 9131 5646 0) , page 300
  8. Le maire et l'officier municipal de Capbreton demandèrent des consignes aux Représentants du peuple par un courrier (texte transcrit par P. Haristoy, Les Paroisses du pays basque pendant la période révolutionnaire, Pau, Vignancour, 1895-1901, pages 256-257) du 24 ventôse an II (14 mars 1794) pour les 229 détenus sous leur responsabilité :

    « 1°) Combien de pain à donner à chaque homme (nous n'avons pas de pain, si ce n'est de la méture) ?
    2°) Pouvons-nous consentir à ce qu'ils s'achètent du vin ou autres provisions ?
    3°) Nous t'observons que nous n'avons point de viande ;
    4°) Pouvons-nous leur permettre d'avoir de la lumière, la nuit, dans un fanal ?
    5°) Pouvons-nous permettre qu'ils aient leurs matelas ou paillasses ? Nous leur avons fait porter de la paille pour coucher ;
    6°) Pouvons-nous permettre qu'ils sortent deux à deux pour laver leur linge ?
    7°) S'il y a des malades, sommes-nous autorisés à les faire sortir de la maison de réclusion pour les traduire dans d'autres pour les faire traiter ? »

  9. Archives nationales, F11/394, 18 vendémiaire an III (9 octobre 1794), citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 4, Elkarlanean 2002 (ISBN 2 9131 5646 0) , page 309
  10. Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, année 1935, pages 67 à 70, et Les paroisses du Pays basque, page 263, Gure Herria, années 1930-1932 - Sources citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 4, Elkarlanean 2002 (ISBN 2 9131 5646 0) , page 310.
  11. Site de la mairie
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le cromlech d'Arluxatta
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur les cromlechs de Meatse, Meatseko-Biskarra, Iuskadi, Zelaïou et Mendittipia
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église d'Itxassou
  15. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le tableau de Saenredam
  16. [1][2][3][4][5][6][7][8] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets et mobiliers de l'église Saint-Fructueux

Pour approfondir

Articles connexes

Liens externes

Site officiel
Site internet de l'école saint Joseph à Itxassou

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Itxassou de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Itxassou — Itsasu …   Wikipedia Español

  • Itxassou — (Basque Itsasu ) is a small village in the traditional Basque province of Labourd, now a commune in the Pyrénées Atlantiques département of southern France.External links* [http://www.euskomedia.org/euskomedia/SAunamendi?idi=en op=7 voz=ITSASU… …   Wikipedia

  • Itxassou — Original name in latin Itxassou Name in other language Itsasou, Itsasu, Itxassou, Union State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 43.32893 latitude 1.40617 altitude 76 Population 1918 Date 2012 12 05 …   Cities with a population over 1000 database

  • Gare d'Itxassou — Itxassou Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Cambo-les-Bains — Pour les articles homonymes, voir Cambo. 43° 21′ 32″ N 1° 24′ 01″ W …   Wikipédia en Français

  • Cambo les bains — Pour les articles homonymes, voir Cambo. Cambo les Bains …   Wikipédia en Français

  • Espelette — 43° 20′ 29″ N 1° 26′ 47″ W / 43.3414, 1.44638888889 …   Wikipédia en Français

  • Louhossoa — 43° 19′ 02″ N 1° 21′ 09″ W / 43.3172, 1.3525 …   Wikipédia en Français

  • Ainhoa — 43° 18′ 26″ N 1° 29′ 51″ W / 43.3072, 1.4975 …   Wikipédia en Français

  • Larressore — 43° 22′ 17″ N 1° 26′ 16″ W / 43.3714, 1.43777777778 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.