Isaac Babel


Isaac Babel
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Babel.
Isaac Babel

Isaac Babel (en russe : Исаа́к Эммануи́лович Ба́бель) est un écrivain juif d’expression russe, né dans le ghetto juif d’Odessa le 13 juillet 1894, fusillé le 27 janvier 1940 à Moscou.

Sommaire

Biographie

Isaac Babel est né dans une famille juive aisée d’Odessa. La ville connaît alors de fréquents pogroms. Il échappe à celui de 1905. Il fréquente l’école de commerce d’Odessa, tout en étudiant aussi parallèlement la religion juive. Il apprend ainsi à lire le yiddish et acquiert aussi une bonne maîtrise de la langue et de la littérature française. Flaubert et Maupassant sont les auteurs qui le marqueront le plus et ils auront une influence très forte sur son style littéraire. Pendant la Première Guerre mondiale, il se rend à Petrograd. En 1916, il y est remarqué par Maxime Gorki qui lui conseille d’abandonner quelque temps la littérature et « de courir le monde » pour engranger des impressions de la vie. Il soutient la Révolution russe puis s’engage dans l’Armée rouge en 1920.

Babel résume ainsi son activité pendant les premières années du régime soviétique : « Et, sept années durant, de 1917 à 1924, je suis entré dans le monde. Pendant ce temps, j’ai été soldat sur le front roumain, puis j’ai travaillé à la Tchéka, au Commissariat du peuple à l’éducation, j’ai pris part aux expéditions de réquisition de nourriture en 1918, aux combats de l’armée du Nord contre Youdénitch, à ceux de la Ière armée de cavalerie, j’ai participé au comité de province d’Odessa, j’ai été responsable de publication de la 7e typographie soviétique d’Odessa, j’ai travaillé comme reporter à Pétersbourg et à Tiflis, etc. Je n’ai appris qu’en 1923 à exprimer mes idées de façon claire et pas trop longue. C’est alors que je me suis remis à écrire »[1].

Il est dénoncé en 1939 par Nikolaï Iejov, le chef du NKVD (dont la femme était l’ancienne maîtresse de Babel) pour avoir dénigré Staline en privé. Probablement torturé lors des huit mois de sa détention, il avouera « les crimes » retenus contre lui : trotskisme, espionnage au profit de la France et de l’Autriche — on l’accusera d’avoir été l’informateur d’André Malraux sur l’aviation soviétique[2] — et pour ses liens avec la femme de « l’ennemi du peuple » Iejov. Babel est secrètement fusillé le 27 janvier 1940. Ses cendres reposent au monastère Donskoï de Moscou, dans la même fosse commune que celles de son dénonciateur Iéjov, fusillé peu de temps après lui.

Son œuvre est interdite jusqu’à la réhabilitation de l’écrivain en 1954, au moment de la déstalinisation. Les manuscrits saisis lors de son arrestation n’ont jamais été retrouvés.

Analyse des œuvres

Isaac Babel est l’auteur d’une série de nouvelles regroupées dans Cavalerie Rouge (Konarmiya), publié en 1926, récit sur sa participation, comme correspondant de guerre (sous le nom romancé de Lyoutov), à la campagne de Pologne dans la Première Armée de cavalerie de Boudienny en 1920, en pleine guerre civile. Il décrit des soldats courageux mais brutaux et incultes, dont le comportement rappelle celui des cosaques de l’ancien temps (ceux, par exemple, évoqués par Nicolas Gogol dans Tarass Boulba) et dont les convictions politiques sont assez floues. Les cavaliers de Babel sont capables de tuer pour la Révolution, mais ils n’ont que des notions assez vagues de ce que peut être le communisme. Ce portrait sans concession ne fut pas du goût de Boudienny qui ne cessa d’accuser Babel de salir ses hommes.

Le narrateur, qui n’est pas sûr de son identité, rencontre, dans la nouvelle intitulée Ghedali le juif du shtetl éponyme qui lui propose de participer à une « Internationale des gens de cœur ». « La révolution, nous lui dirons oui, mais faut-il que nous disions non au shabbat ? » lui-demande-t-il.

Babel est également l’auteur des Récits d’Odessa, écrits en 1927 et publiés en 1931, recueil de nouvelles décrivant avec ironie les petites gens, les bas-fonds et la pègre juive d’Odessa.

Selon Maurice Friedberg, il essaya toute sa vie de « concilier en lui le Juif mi-sentimental mi-cynique, émancipé depuis peu des commandements du judaïsme orthodoxe, et le communiste orthodoxe et rigoriste qu’il était devenu ».

Citations

Œuvres

  • Cavalerie rouge (traduit du russe avec une introduction par Maurice Parijanine), Gallimard, 1959.
  • Cavalerie rouge, suivi des récits du cycle « Cavalerie rouge », des fragments du journal de 1920, des plans et esquisses (traduction, notes et étude de Jacques Catteau), Lausanne, L’Âge d’Homme, 1972. Disponible également au Seuil, collection Points, 1986.
  • Cavalerie rouge (traduction Irène Markowicz et Cécile Térouanne) suivi de Journal de 1920 (traduction Wladimir Bérélovitch), Arles, Actes Sud, 1997.
  • Contes d’Odessa (traduit par A.Bloch et M.Minoustchine), Gallimard, 1967.
  • Récits d’Odessa et autres récits (traduits du russe par Irène Markowicz et Cécile Térouanne, sous la direction d’André Markowicz), Arles, Actes Sud, 1996.
  • Chroniques de l’an 18 (traduit du russe sous la direction d’André Markowicz), Actes Sud, 1996.
  • " Entre chien et loup" adapté par Koukou Chanska et François Marié, "Marie" traduit par A. Bloch, théâtre NRF Théâtre du Monde entier 1970
  • Œuvres complètes (traduit du russe par Sophie Benech), Paris, Le Bruit du temps, 2011[3].

Annexes

Bibliographie

  • Isaac Babel, l’homme et l’œuvre de Judith Stora-Sandor, Paris, Klincksiek, 1968
  • Sténo sauvage - La vie et la mort d’Isaac Babel, de Jerome Charyn, éd. Mercure de France 2007
  • Carnet d’URSS (1934), d’André Malraux, éd. Gallimard
  • La parole ressuscitée : archives littéraires du KGB de Vitali Chentalinski, éd. Hachette 1994
  • Cavalerie rouge d’Isaac Babel : invitation à la lecture de Laurent Fabien, éd. Publibook 2005

Film

Le film de Chris Marker, Le Tombeau d'Alexandre (1993), évoque largement la mémoire d’Isaac Babel et donne la parole à ses proches.

Notes et références

  1. Les Écrivains, autobiographies et portraits des prosateurs russes contemporains, 1924, sous la direction de Vladimir Lioine, publié à Moscou en 1926 (cité dans Chroniques de l’an 18, coll. Babel, Actes Sud, p. 11).
  2. La vie brisée d’Isaac Babel, Le Point, 31 mai 2007
  3. Emmanuel Hecht, L'Express, n°3149, 9/10/2011. Babel cavalier seul, « Isaac Babel sort du purgatoire » sur http://www.lexpress.fr/culture/livre, 11/10/2011. Consulté le 16/11/2011




Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Isaac Babel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Isaac babel — Pour les articles homonymes, voir Babel. Isaac Babel Isaac Babel (en russe : Исаак Эмм …   Wikipédia en Français

  • Isaac Babel — Infobox Writer name = Isaac Babel imagesize = 150px caption = pseudonym = birthdate = OldStyleDate|13 July|1894|1 July birthplace = Odessa, Russian Empire deathdate = death date|1940|1|27|mf=y (aged 45) deathplace = Butyrka prison, Moscow, USSR… …   Wikipedia

  • Isaac Babel — Isaak Babel Isaak Emmanuilowitsch Babel (russisch Исаак Эммануилович Бабель;* 1. Julijul./ 13. Juli 1894greg. in Odessa in der Vorstadt Moldawanka; † 27. Januar 1940 in Moskau) war ein …   Deutsch Wikipedia

  • BABEL, ISAAC EMMANUILOVICH — (1894–1940), Russian writer. He was born in Odessa, then the center of Yiddish as well as Hebrew literature (both Mendele and Bialik lived there), of Jewish communal and political life (Odessa was, simultaneously, the center of Zionist and… …   Encyclopedia of Judaism

  • Babel (disambiguation) — Babel is the name used in the Hebrew Bible for the city of Babylon. The Babil Governorate in Iraq (named after Babylon) is sometimes transliterated as Babel .Babel may also refer to:In literature:* Babel (newspaper), an Iraqi newspaper * Babel… …   Wikipedia

  • BABEL (I.) — Né le 13 juillet 1894 à Odessa dans une famille juive aisée, Isaac Babel étudie à l’École de commerce d’Odessa, tout en recevant parallèlement une éducation religieuse juive; il lit le yiddish et acquiert en outre une bonne maîtrise du français.… …   Encyclopédie Universelle

  • Babel — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Babel », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Babel est la ville dans laquelle est supposée… …   Wikipédia en Français

  • Babel — ● Babel nom féminin Tour de Babel ou Babel, lieu où l on parle un grand nombre de langues différentes ; endroit où règne une grande confusion, où tout le monde parle sans pouvoir s entendre. ● Babel (expressions) nom féminin Tour de Babel ou… …   Encyclopédie Universelle

  • Isaac Vorsah — (6. von rechts), 2010 Spielerinformationen Geburtstag 21. Juni 1988 Geburtsort Accra, Ghana …   Deutsch Wikipedia

  • Isaac (Saint Seiya) — Isaac Personnage de Saint Seiya Logo de …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.