Innovante


Innovante

Innovation

Une innovation se distingue d'une invention ou d'une découverte dans la mesure où elle s'inscrit dans une perspective applicative. Le manuel d'Oslo de l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) propose les définitions suivantes « On entend par innovation technologique de produit la mise au point/commercialisation d’un produit plus performant dans le but de fournir au consommateur des services objectivement nouveaux ou améliorés. Par innovation technologique de procédé, on entend la mise au point/adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles ou notablement améliorées. Elle peut faire intervenir des changements affectant – séparément ou simultanément – les matériels, les ressources humaines ou les méthodes de travail »[1]. L'innovation est aujourd'hui au coeur des politiques économiques des grands pays industrialisés. L'innovation se distingue de la recherche. Cette dernière est définie dans le manuel de Frascati.

Sommaire

Histoire de l'innovation

Une histoire de l'innovation peut avoir deux sens : celui d'une chronique des avancées techniques depuis les premiers outils jusqu'aux technologies les plus récentes, et celui d'une histoire de la notion d'innovation.

Différents types d'innovations

Innovation de produit et de service

Innovation incrémentale et radicale

  • Innovation radicale ou de rupture

L'innovation est dite de "rupture" lorsqu'elle modifie profondément les conditions d'utilisation par les clients et/ou qu'elle s'accompagne d'un bouleversement technologique. Exemple d'innovation de rupture : apparition de l'imprimerie, passage du moteur à vapeur au moteur à explosion, du télégraphe au téléphone, du téléphone à Internet.. ou encore passage de la cassette VHS au DVD, etc.

  • Innovation incrémentale

Modestes, graduelles, continuelles améliorations de technologies ou de produits existants ; l'innovation incrémentale ne change généralement pas fondamentalement la dynamique d'une industrie, ni ne requiert un changement de comportement des utilisateurs finaux.

L'innovation incrémentale ne bouleverse ni les conditions d'usage ni l'état de la technique, mais y apporte une amélioration sensible. Elle est souvent le fruit de la volonté de l'entreprise de conserver son avance technologique sur ses concurrentes. On parle aussi pour désigner une légère innovation incrémentale, d'« amélioration de produit ».

Exemple : lorsque les souris d'ordinateur à bille sont devenues des souris optiques. Ou encore, lorsque le téléphone fixe a été libéré de son cordon (téléphone sans fil), etc.

  • Innovation perturbatrice

La technologie "perturbatrice" est initialement sous-performante par rapport aux besoins du marché principal, mais ses progrès la conduisent finalement à y répondre, tandis que la technologie dominante devient sous-performante. C'est une technologie "dormante" qui peut mettre longtemps à progresser. Mais elle peut être extrêmement dangereuse : vous êtes leader sur votre technologie et que vous innovez régulièrement ; un beau jour, parce que vous n'y avez pas prêté attention, vous perdez tout l'attrait de vos "vaches à lait" car la technologie dite "dormante" a aussi progressé et est arrivée au niveau de vos produits "bas de gamme" qui rapportaient tant. Pour réussir face à une technologie perturbatrice, il est conseillé de créer une organisation indépendante, dédiée à la technologie perturbatrice, et de chercher un marché intéressé par les spécificités de la technologie perturbatrice, plutôt qu'à pousser la technologie vers les clients existants.

Innovation technologique et organisationnelle

Ce genre d'innovation ce caractérise sous la forme de création(s) d'un nouveau mode de production (ex: une nouvelle machine plus performante) ou alors, d'une nouvelle façon d'organiser la production (ex: la mise en place de la flexibilité, cf toyotisme)

Aux sources de l'innovation

Diffusion de l'innovation

Les conséquences de l'innovation

Théories de l'innovation

Modèle linéaire

Modèle bouclé

Management de l'innovation

Études de l'innovation

Économie de l'innovation

Sociologie de l'innovation

Philosophie de l'innovation

La mesure de l'innovation

Les politiques de l'innovation

  • Innovation et croissance, La plupart des grands pays industrialisés s’attachent à favoriser l’innovation
  • Levier essentiel de la croissance à long terme de l'économie, l'innovation fonde le bien-être des générations futures, et profite à la collectivité d'une façon plus que proportionnelle à son rendement pour ceux qui la réalisent. La R&D et l'innovation sont, en outre, un atout stratégique essentiel : l'indépendance nationale dépend d'un socle de recherche solide et de la maîtrise des grandes filières technologiques, ce qui justifie une action des pouvoirs publics pour aider les entreprises à maintenir ou conquérir leur place en la matière.
  • Les marchés de capitaux sont frileux face à l’investissement à risque, dont dépend pourtant la moitié environ de la croissance économique dans les pays développés. Les pouvoirs publics ont donc un rôle d'incitation et de stimulation à jouer dans ce domaine, qui est reconnu aussi bien par l'OCDE que par l'Union Européenne.
  • Le cœur de l'innovation repose sur la R&D, or celle-ci n'est pas toujours immédiatement rentable, ce qui peut justifier un soutien public, sachant que le niveau technologique d'un pays détermine son niveau de vie et sa place dans le concert des nations.
  • Les efforts de R&D et d'innovation sont les premières victimes du ralentissement conjoncturel : avec la baisse des profits et la montée des incertitudes, les entreprises réalisent d'abord des économies sur les dépenses en R&D et en innovation, dont la rentabilité est lointaine et incertaine. Une intervention des pouvoirs publics à contre-cycle peut aider à lutter contre cet effet pervers.
  • Les nouvelles perspectives des politiques d'innovation
  • Éco-innovation

Les éco-innovations ou innovations environnementales sont des nouveaux procédés, équipements, produits, techniques, et systèmes de gestion qui évitent ou réduisent les nuisances à l'environnement.

  • Innovation ouverte

L'innovation ouverte provient de l'idée selon laquelle dans un contexte mondial où la connaissance est largement distribuée, les entreprises ne peuvent pas se permettre de se baser entièrement sur leurs propres activités de recherche, mais doivent au contraire acheter des procédés et des inventions ou acquérir auprès d'autres entreprises des licenses pour leur utilisation. De plus, les inventions internes à l'entreprise, non utilisées à des fins commerciales par celle-ci, doivent être sorties de l'entreprise par des licences, des coentreprises ou encore des spin-offs.

Systèmes d'innovation

On peut caractériser différentes formes de systèmes nationaux ou régionaux d'innovation.

Une accélération de l'innovation?

Enjeux de l’innovation

Dans le monde culturel (art, musique, mode, cinéma.. ) l'innovation est gage d'apports nouveaux, supposés enrichissants pour la culture. Elles est parfois encouragée par des prix[2].

Pour les économistes classiques, l'innovation est réputée être l'un des moyens d'acquérir un avantage compétitif en répondant aux besoins du marché et à la stratégie d'entreprise. Innover, c'est par exemple être plus efficient, et/ou créer de nouveaux produits ou service, ou de nouveaux moyens d'y accéder.
Deux niveaux d'application de l'innovation sont généralement distingués dans l'entreprise :

  • Innovation ponctuelle (On parle alors de « projet d'innovation » ou d'« innovation produit »). Il s'agit essentiellement d'amélioration de produits existants, de création, ou d'adoption d'une nouvelle technologie à un produit.
  • Innovation durable, à long terme. On parle alors d'innovation permanente, voire d'innovation totale.

Enjeux éthiques

L'innovation peut naître d'une découverte ou d'une idée individuelle valorisée, comme d'une large démarche de travail collaboratif et de stratégie de diffusion altruiste de solutions nouvelles, en matière de développement durable par exemple. L'innovation dépend alors de la créativité de tous et chacun, et des systèmes plus ou moins efficaces de diffusion de l'innovation (du "bouche à oreille" à l'utilisation des NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication) ; Linux ou Wikipédia sont des exemples de solutions innovantes ayant bénéficié de ces nouvelles technologies.

Dans la stratégie capitaliste privée d'entreprise et d'un marché mondialisé, l'innovation relève de plus en plus de compétences particulières et d'un domaine dédié, celui du management de l'innovation. Il ne s'agit plus seulement de trouver des solutions utiles, mais de gagner plus d'argent en vendant l'innovation, sous forme de biens ou services nouveaux (utiles ou non) d'acquérir un avantage compétitif mais de pérenniser cette compétitivité ou une culture de l'innovation utile (on parle aussi d'innovation durable) en faisant de l'innovation un des piliers et moteurs de la stratégie de l'entreprise. L'innovation s'appuie alors sur un système de veille (éventuellement collaborative, benchmarking..) et de tri, hiérarchisation et partage et valorisation de l'information, d'un système de protection de ses innovations grâce à une stratégie de protection industrielle, éventuellement en créant une synergie partenariale, et en accordant une place plus ou moins importante au client dans sa démarche.

L’innovation est l’introduction d’une nouveauté commercialisable sur un marché. Par extension l’innovation désigne le résultat de cette action, la chose nouvelle. Les spécialistes de l’innovation distinguent souvent quatre types d’innovations (en référence à la définition internationale du manuel d'oslo):

  • l’innovation de produit;
  • l’innovation de procédé (de production);
  • l’innovation organisationnelle;
  • et l’innovation de marketing.

Cependant il existe de nombreuses typologies de l’innovation selon l’usage escompté.

Méthode entrepreneuriale

En général, les entreprises ont une stratégie d’innovation par projet, utilisant les techniques et les outils classiques de l’innovation (tels que la créativité, les modélisations, la recherche et le développement de produits innovants, la protection industrielle…) pour développer un produit (ou service) nouveau ou présenté comme tel parce que sous une nouvelle forme.
L'innovation peut avoir une avancée technologique comme source, ou un nouveau besoin et/ou une situation de « portefeuille-produits » "vieillissant". Après avoir conclu son projet innovant par un succès commercial, une entreprise peut décider de reconduire le processus d'une manière plus systématique et alors, organiser un « management de l'innovation ».

Caractéristiques de l’innovation

Souvent le mot innovation est attaché à un autre mot, lui donnant ainsi plusieurs autres significations (en dehors de celles déjà citées ci-dessus).

  • Grappes d'innovation

Joseph Schumpeter explique dans Le cycle des affaires, publié en 1939, les cycles économiques par l'innovation et en particulier par les « grappes d'innovation ». Selon Schumpeter, le progrès technique est au cœur de l'économie et elles apparaissent en grappes ou essaims : après une innovation majeure, souvent une innovation de rupture due à un progrès technique, voire scientifique (par exemple : la vapeur, les circuits intégrés, l'informatique, l'internet, les nanotechnologies, ... ) d'autres innovations sont portées par ces découvertes. On constate alors des cycles industriels où après une innovation majeure, l'économie entre dans une phase de croissance (créatrice d'emplois), suivie d'une phase de dépression, où les innovations chassent les entreprises 'dépassées' et provoquent une destruction d'emplois.
Pour décrire ce processus Schumpeter emploie le terme de « destruction créatrice » dans Capitalisme, socialisme et démocratie en 1942. Par exemple, Schumpeter retient les transformations du textile et l'introduction de la machine à vapeur pour expliquer le développement des années 1798-1815 ou le chemin de fer et la métallurgie pour l'expansion de la période 1848-1873. Cette analyse se rapproche des cycles identifiés par Kondratiev, Juglar ou Kitchin. Au coeur du système capitaliste se trouve, pour J. Schumpeter, l'entrepreneur qui réalise des innovations (de produits, de procédés, de marchés, etc...). En conséquence, la croissance est un processus permanent de création, de destruction et de restructuration des activités économiques. La "destruction créatrice" est donc la caractéristique du système capitaliste qui résulte du caractère discontinu des innovations.

Schumpeter distinguait cinq types d'innovations :

  • la fabrication de biens nouveaux,
  • des nouvelles méthodes de production,
  • l'ouverture d'un nouveau débouché, *
  • l'utilisation de nouvelles matières premières
  • la réalisation d'une nouvelle organisation du travail.


  • Innovation de process ou de procédés

L'innovation de process concerne la mise au point ou l'adoption de méthodes d’organisation, de développement, de fabrication, de production ou de distribution nouvelles. Exemple : le passage du Minitel à l'Internet pour la vente par correspondance.

  • « Intelligence innovation »

Le concept anglophone d'"intelligence innovation" concerne tout ce qui lie le "renseignement", "l'espionnage industriel" non délictueux (intelligence économique et certaines formes de Knowledge Management ou de veille informationnelle...) à l'innovation.

  • Politique d'innovation - et - Plan innovation

Ces expressions désignent de plus en plus des aides que les états et gouvernements mettent ou peuvent mettre en œuvre pour favoriser et promouvoir l'innovation (subventions, défiscalisation, prix, etc.). Dès lors, on n'emploie plus ces expressions (galvaudées par le côté politiques gouvernementales) pour désigner la politique interne de l'entreprise. On préférera utiliser les expressions management de l'innovation, stratégie d'innovation, tableau de bord de l'innovation, etc.

  • Systèmes d'innovation

Les systèmes d'innovation, lorsqu'ils sont liés à la politique d'innovation, ou quand ils concernent l'économie, la sociologie ou la nation, désignent toutes les activités favorisant l'emploi, la création et le développement des entreprises, et donc la croissance, la compétitivité et la performance économique des nations ou des entreprises. Lorsque l'on parle des (ou du) systèmes d'innovation d'une entreprise, le terme désigne alors généralement les méthodologies, les processus et les techniques que cette entreprise peut mettre en œuvre pour améliorer sa compétitivité.

  • Innovation Pull

(venant de l'expression : market pull) : Innovation consécutive à la demande exprimée du marché qui 'tire' le nouveau produit.
Exemple : l'augmentation de la capacité des coffres des voitures, était une innovation que les automobilistes ont longtemps réclamée.

  • Innovation Push

(venant de l'expression : technology push) : Innovation consécutive à l'évolution d'une technologie qui 'pousse' à innover. Il y a deux façons pour que la technologie force à innover :

  • À la suite d'une découverte scientifique ou de votre service recherche et développement (R&D), il vous semble impossible de ne pas appliquer cette nouvelle technique à vos produits. (innovation de rupture)
  • On innove face à une loi de progrès continu, contre laquelle on ne peut quasiment rien. Exemple : Loi de Moore selon laquelle le nombre de transistors par puce double tous les 18 mois.
  • Innovation entrepreneuriale

L'entreprise a deux fonctions essentielles, et deux seulement : le marketing et l'innovation. Le marketing et l'innovation produisent des résultats, le reste n'est que dépenses. Peter Drucker. Cette vision de l'entreprise n'est pas à prendre au pied de la lettre (au sens strict, seule la fonction "ventes" rapporte de l'argent aux entreprises) mais dans une perspective de long terme, en tant que gage de vitalité: pour Drucker, une entreprise qui cesse d'innover signe son arrêt de mort à plus ou moins moyen terme.

Terminologie québécoise

On classe généralement au Canada français l’innovation en trois grandes catégories :

  • L’innovation cumulative

Elle suppose l’introduction d’un produit qui se caractérise par un certain degré de nouveauté et une certaine création de valeur. Un exemple serait un type de détergent à lessive « nouveau et amélioré ».

  • L’innovation importante

Elle suppose un degré considérable de nouveauté du produit et une création de valeur substantielle pour le client. Le baladeur Sony, qui permet aux gens d’écouter de la musique à l’aide d’un lecteur de disque portatif, est un exemple d’innovation importante.

  • L’innovation transformatrice

Elle est la moins courante et suppose des produits entièrement nouveaux qui engendrent une valeur substantielle pour le client. On peut considérer que l’automobile a été une innovation transformatrice puisqu’elle a complètement révolutionné la manière dont les gens se déplacent.

Les sources de l'innovation

La sérendipité

Tiré du terme américain "serendipity", la sérendipité peut être défini comme les rencontres heureuses dues au hasard. Le terme est souvent utilisé dans le domaine de l'information où il désigne la capacité à utiliser des informations trouvées par hasard et de les utiliser pour d’autres usages que l'objet pour lequel ces recherches ont été initialement engagées. Ce processus vaut aussi pour d'autres domaines comme la ville : la déambulation urbaine sans but pré-défini permet à tout un chacun de découvrir de manière insolite des lieux ou d'autres individus et nouer ainsi de nouvelles relations.

La sérendipité est donc un ingrédient essentiel des processus d'innovation dans le sens où l'innovation vient souvent des rencontres imprévues entre différents acteurs, ce qui est particulièrement le cas dans le numérique. Créer les conditions de la sérendipité, par exemple en mettant en place des lieux de rencontre entre acteurs qui ne se côtoient généralement pas dans le quotidien, peut être un facilitateur d'innovation.

Les motivations

  • l'indignation
  • l'insastisfaction
  • le challenge
  • le défi
  • le rêve

L’innovation en France

La plupart des grands pays industrialisés, et notamment la France, s’attachent à favoriser l’innovation comme levier de la croissance à long terme de l’économie.

L'objectif aux niveaux national et communautaire est d'atteindre 3% du PIB en dépenses de Recherche & Développement à l'horizon 2010. En effet, le cœur de l’innovation repose sur la R&D, or l’économie française n'investit aujourd'hui que 2,2% du PIB en R&D[3].

La stratégie du gouvernement français est d'encourager en premier lieu les entreprises, dont les investissements en R&D sont insuffisants ; en pourcentage du PIB, les dépenses de R&D sont en moyenne inférieures de 25% à 40% à celles que l'on observe respectivement au Japon, aux États-Unis ou en Allemagne, de même qu'au Luxembourg où l'agence de l'innovation est très active...

Les incitations fiscales sont devenues l’un des instruments importants des politiques publiques de soutien à la R&D. De nombreux pays les ont adoptés, comme des instruments généraux, susceptibles d’améliorer l’environnement national pour les dépenses de R&D sans ciblage sectoriel ou technologique, contrairement aux subventions. Le Crédit d'impôt recherche (CIR) est un dispositif fiscal qui s’adresse à toutes les entreprises qui mènent des activités de R&D. 5921 entreprises ont bénéficié de ce crédit d’impôt en 2006. Mais plus de la moitié des bénéficiaires (en montant) sont de grandes entreprises. Le CIR représente plus de 1 milliard d'euros de cadeau fiscal chaque année et n'est pas adapté aux besoins des jeunes entreprises[4].

OSEO Innovation est l'agence publique française de soutien à l'innovation et est en charge de l'aide à l'innovation (avance et subvention) auprès des créateurs d'entreprises et des PME. Sa dotation serait en baisse face à la montée du CIR et des engagements prioritaires de l'Etat en faveur des banques et des grandes entreprises notamment dans l'automobile (Plan de Relance 2008/2009).

Dans le même objectif de renforcer les capacités d’innovation, la France a développé la politique des pôles de compétitivité. Les projets soutenus dans son cadre sont de haute technologie et exclusivement collaboratifs.

L’innovation en Europe

L'Union européenne a défini une stratégie sur l'économie du savoir et l'innovation à Lisbonne en l'an 2000, dite stratégie de Lisbonne. Cette stratégie a été revue en 2001 au conseil européen de Göteborg en fonction d'objectifs de développement durable.

Chaque Etat a établi un Programme National de Réforme qui synthétise les mesures mises en oeuvre au niveau national pour atteindre les objectifs.

Le Programme National de Réforme français est consultable.

Voir : (fr) PROGRAMME NATIONAL DE REFORME FRANCAIS

Il existe un tableau de bord européen de l'innovation en Europe.

Voir : (en) Tableau de bord européen de l'innovation 2007

Le consortium européen ERCIM est chargé de promouvoir l'innovation dans les technologies de l'information et de la communication. ERCIM est l'hôte européen du W3C.

Notes et références

  1. OCDE, [Manuel d'Oslo http://www.oecd.org/dataoecd/35/56/2367523.pdf], p. 9
  2. Exemple de prix favorisant l'innovation artistique ( prix Innovation pour une interprétation artistique de la fondation Ludwig pour l’art)
  3. Tableau de bord de l'innovation, 19ème édition, juin 2008 et Etude technologies clés 2010.
  4. http://www.euroinvestor.fr/news/story.aspx?id=10146048

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Joseph Schumpeter, Théorie de l'évolution économique, 1912
  • Everett Rogers, Diffusion of Innovations, 2003
  • Jacques Fache, Les mutations industrielles, Belin. Collection Mémento. Géographie - 23 octobre 2006
  • Jean-Yves Prax, Bernard Buisson et Philippe Silberzahn, Objectif Innovation Dunod 2005
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « Innovation ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Innovante de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • innovante — ● innovant, innovante adjectif Qui innove, constitue une innovation : Technologies innovantes …   Encyclopédie Universelle

  • Jeune Entreprise Innovante — Le statut de jeune entreprise innovante (JEI), créé par la loi de finances pour 2004, confère aux PME de moins de 8 ans qui engagent des dépenses de recherche développement représentant au moins 15 % de leurs charges, un certain nombre d… …   Wikipédia en Français

  • Jeune entreprise innovante — Le statut de jeune entreprise innovante (JEI), créé par la loi de finances pour 2004, confère aux PME de moins de 8 ans qui engagent des dépenses de recherche développement représentant au moins 15 % de leurs charges, un certain nombre d… …   Wikipédia en Français

  • Conception de produit — La conception de produit désigne les efforts collectifs destinés à créer des objets, des équipements, des techniques, voire des systèmes sociaux qui soient à la fois inédits et conformes aux valeurs ou aux désirs de l’époque. Dans le monde… …   Wikipédia en Français

  • OSEO — Oséo Logo de OSEO Création 30 juin 2005 Forme juridique …   Wikipédia en Français

  • SOFARIS — Oséo Logo de OSEO Création 30 juin 2005 Forme juridique …   Wikipédia en Français

  • ANVAR — Oséo Logo de OSEO Création 30 juin 2005 Forme juridique …   Wikipédia en Français

  • Anvar — Oséo Logo de OSEO Création 30 juin 2005 Forme juridique …   Wikipédia en Français

  • BDPME — Oséo Logo de OSEO Création 30 juin 2005 Forme juridique …   Wikipédia en Français

  • Adventure-Archiv — URL http://www.adventure archiv.com/ …   Wikipédia en Français