Indian Removal Act


Indian Removal Act

L’Indian Removal Act (littéralement Acte de déplacement des Indiens) est une loi des États-Unis datant du 26 mai 1830, proposée par Andrew Jackson, et ordonnant la déportation des Amérindiens vivant dans les territoires compris entre les treize États fondateurs et le Mississippi, vers un territoire situé au-delà de ce fleuve. Elle concernait 60 000 Indiens d'Amérique.

Sommaire

Politique américaine à l'égard des Indiens

Cette loi représente une rupture dans l'attitude officiellement adoptée par les colons américains à l'égard des premiers occupants du sol. Jusqu'en 1800, 98% des Blancs vivent sur 7% du territoire américain, à l'est des Appalaches, sans gêner les vingt millions d'Amérindiens qui vivent à l'ouest. A l'est, les États-Unis tolèrent les Indiens, jusqu'en 1830, pour autant qu'ils adoptent un mode de vie civilisé, c'est-à-dire l'abandon du nomadisme, la pratique de l'agriculture, l'abandon de la propriété collective des terres et l'adoption de la démocratie. Ces conditions, et la pression exercée autant par les colons que par les États, poussèrent des dizaines de tribus à émigrer vers l'ouest. En 1830, les cinq tribus vivant encore à l'est du Mississippi vivaient toutes selon les principes considérés aux États-Unis comme civilisés, et étaient désignées collectivement par le nom des Cinq tribus civilisées : Cherokees, Séminoles, Choctaws, Creeks et Chickasaws. Le déplacement de ces tribus des terres qu'elles occupaient est l'un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle de 1828, qui porte Andrew Jackson au pouvoir. Il fait donc voter la loi en 1830. L'un des rares opposants fut le trappeur Davy Crockett.

Résistance

Elias Boudinot, un des dirigeants des Indiens cherokee s'est opposé à cette loi sur le plan politique, en s'adressant au Blancs, et a créé pour cela le journal Cherokee Phoenix, qui est sorti 260 fois, de 1828 à 1834, avec 30% de sa pagination en langue cherokee, afin de lutter contre l'assimilation culturelle de son peuple.

Application de la loi

La Cour suprême des États-Unis considéra que les tribus indiennes étaient des nations souveraines (La nation Cherokee contre la Géorgie, 1831), et que les lois des états ne pouvaient s'appliquer à ces tribus (Worcester contre la Géorgie, 1832). Le président Jackson est réputé, sans doute à tort, pour avoir répondu, suite à ces condamnations : « Le juge Marshall a pris une décision, qu'il la fasse appliquer ». Mais il est clair qu'il ne défendit pas les tribus contre les décisions des différents états[1].

Le gouvernement mena d'abord des négociations, mais seule une faible partie des peuples concernés était prête à partir à des centaines de kilomètres pour s'établir dans une réserve. C'est l'armée américaine qui finalement mena une véritable déportation des Indiens, avec rassemblements préliminaires dans des forts, concentration dans des camps vastes et convoyage.

Cette déportation, particulièrement brutale, s'effectua à marches forcées. Des milliers d'Indiens sont morts tout au long du parcours, notamment dans la tribu des Indiens Cherokees. Ce déplacement est surnommé la « Piste des Larmes ».

Notes et références

  1. (en)Robert Remini, Andrew Jackson and his Indian Wars, p.257.

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Indian Removal Act de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Indian Removal Act — The Indian Removal Act, part of a United States government policy known as Indian removal, was signed into law by President Andrew Jackson on May 26, 1830.The U.S. Senate passed the bill on 24 April 1830 (28 19), the U.S. House passed it on 26… …   Wikipedia

  • Indian Removal Act — Der Indian Removal Act (englisch: Indianer Umsiedlungsgesetz oder Indianer Ausweisungs Gesetz) wurde 1830 in den USA erlassen, um eine gesetzliche Grundlage für die Indianer Ausweisung (Indian Removal) aus den Bundesstaaten östlich des… …   Deutsch Wikipedia

  • Indian Removal Act — Se ha sugerido que este artículo o sección sea fusionado con Remoción India (discusión). Una vez que hayas realizado la fusión de artículos, pide la fusión de historiales aquí. El Indian Removal Act (o Acta de Remoción de los Indios) de 1830 fue… …   Wikipedia Español

  • Indian Removal Act — (May 28, 1830) First major legislation that reversed the U.S. policy of respecting the rights of American Indians. The act granted tribes unsettled western prairie land in exchange for their territories within state borders, mainly in the… …   Universalium

  • Indian Removal Act — law signed in 1830 that called for the resettlement of American Indians to lands west of the Mississippi River (U.S. History) …   English contemporary dictionary

  • Indian Appropriations Act — The Indian Appropriations Act is the name of several acts passed by the United States Congress.1851 ActIn the 1850s, the US government had agreed upon assimilation and removal as the solution to the taking over of Native American lands by white… …   Wikipedia

  • Indian removal — The term Indian in this article refers to Native Americans; not to be confused with South Asians from the Indian subcontinent Routes of southern removals. Indian removal was a nineteenth century policy of the government of the United States to… …   Wikipedia

  • Indian Forest Act, 1927 — The Indian Forest Act, 1927 was largely based on previous Indian Forest Acts implemented under the British. The first and most famous was the Indian Forest Act of 1878. Both the 1878 act and the 1927 one sought to consolidate and reserve the… …   Wikipedia

  • Oklahoma Indian Welfare Act — The Oklahoma Indian Welfare Act of 1936, also known as the Thomas Rogers Act, is a United States federal law that extended the US Indian Reorganization Act of 1934. It sought to return some form of tribal government to the many tribes in former… …   Wikipedia

  • Andrew Jackson: On Indian Removal — ▪ Primary Source              Westward expansion brought the United States into contact with numerous Indian tribes, and the admission of new states brought certain Indian lands within the national boundaries. In the following message to Congress …   Universalium


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.