Inde Britannique


Inde Britannique

Inde britannique

L'Inde britannique (couleur rose), 1909
Série Histoire monde indien
Cet article fait partie de la série
Histoire de l'Inde
Périodes
Inde ancienne
Sultanat de Delhi
Grands Moghols
Période Marathe
Inde britannique
Raj britannique
De 1947 à nos jours
Voir aussi
Histoire du Bangladesh
Histoire du Bhoutan
Histoire des Maldives
Histoire du Népal
Histoire du Pakistan
Histoire du Sri Lanka
Articles connexes
Langues de l'Inde
Religions de l'Inde
Méta
Portail Monde indien
Index alphabétique
Index thématique
Page projet

L'Inde britannique est l'ensemble des présidences et provinces de l'Inde sous administration de la Compagnie anglaise des Indes orientales jusqu'en 1858, et puis (suite à la Révolte des Cipayes en 1857) sous administration britannique directe jusqu'en 1947, devenant partie de l'Empire britannique des Indes. L'Inde britannique est distincte des régions de l'Inde à plus grande autonomie, appelées les États princiers (des principautés ou des royaumes sur lesquels régnait un dirigeant local).[1]

Sommaire

Histoire

Le premier avant-poste ou comptoir anglais en Asie du sud fut établi en 1612 à Surat, sur la côte nord-ouest de la péninsule, dans l'état actuel du Gujarât. Plus tard, au cours du même siècle, la East India Company (la Compagnie anglaise des Indes orientales) installa d'autres comptoirs à Madras, Bombay, et Calcutta, chacun sous la protection des dirigeants locaux. En 1661, Bombay est cédée aux anglais en tant qu'élément de la dot de la princesse Portugaise Catherine de Bragance à Charles II d'Angleterre.

Les anglais et plus tard les britanniques accrurent leur influence à partir de ces bases jusqu'aux années 1850, où ils dominèrent la majeure partie des états actuels de l'Inde, du Pakistan, du Sri Lanka et du Bangladesh, soit en administrant les territoires directement par l'intermédiaire de la compagnie (Inde britannique), soit en instaurant des protectorats sur des États princiers. Des tentatives d'y adjoindre également l'Afghanistan échouèrent.

Drapeau de l'Inde britannique
Blue Ensign de l'Inde britannique, faisant office de pavillon naval.

Les trois Présidences de l'Inde britannique sont organisées en 1684, et après le célèbre épisode du Trou Noir de Calcutta en 1756 et la victoire de la Bataille de Plassey, la compagnie anglaise des Indes prend le contrôle du Bengale.

Après la Bataille de Buxar, l’empereur Shah Alam II est forcé de désigner la compagnie « Diwan » dans les régions du Bengale, du Bihar, et de l’Orissa, représentant le suprême pouvoir dans la grande majorité des plaines du Gange.

Le Traité de Yandabo mit fin à la première guerre anglo-birmane, et les birmans cédèrent le royaume d'Arakan et des anciens territoires siamois du Tenasserim, Ye, Tavoy et Mergui, une bonne partie de leurs côtes. La dynastie Konbaung s'engagea à ne plus intervenir dans les affaires de l'Assam et du Manipur.

En 1825, le Coromandel est cédé à l'Inde britannique par les Pays-Bas. En 1833 la charte de la Compagnie anglaise des Indes orientales est renouvellée, mais avec l'abolition des droits marchands de la compagnie.

La Première guerre afghane se déroule de (1839 à 1842. En 1839, Serampore est vendue à l'Inde britannique par le Danemark.

Avec la Guerre de Gwalior de 1843, les Britanniques s'emparent du Sind. En 1845, Tranquebar, Frederiksnagore et la plupart des autres comptoirs danois sont vendus à l'Inde britannique, et cette même année les Hollandais vendent leurs territoires indiens aux britanniques.

En 1848, les Sikhs se révoltent avec l’aide des Afghans, et deux envoyés de la couronne britannique sont assassinés à Multân. Pendant la seconde guerre britanno-sikh, de 1848 à 1849, les Sikhs sont écrasés par Lord Gough. Ils déposeront les armes en février 1849, et la guerre entraîne l'annexion du Panjâb. En 1852 le roi Tharrawaddy Min rejeta le traité de Yandabo, et la seconde guerre britanno-birmane éclata sous son successeur Pagan Min. Elle eut pour cause immédiate des événements survenus à Pégou et se conclut par l'annexion de la Basse-Birmanie (décembre 1852).

La doctrine du lapse ou doctrine de préemption était une politique d'annexion d'États indiens élaborée par Lord Dalhousie alors qu'il était Gouverneur général entre 1848 et 1856. Selon cette doctrine, tout territoire ou État princier sous l'influence directe de la Compagnie anglaise, état vassal sous le système de subsidiarité britannique, serait automatiquement annexé, si le dirigeant n'avait pas d'héritier naturel. Suite à son adoption, la Compagnie se trouva en position d'étendre sa juridiction sur un grand nombre d'états, et annexa ainsi les États de Sâtârâ (1848), Jaitpur et Shambalpur (1849), Baghat (1850), Udaipur (1852), Nâgpur (1854), Jhânsi (1855) et Awadh (ou Oudh) (1856). La doctrine devint la cause d'un grand mécontentement et fut l'une des causes de la révolte des Cipayes de 1857. La doctrine est abandonnée au lendemain de la révolte, et bien qu'aucun des états absorbés n'ait recouvré sa souveraineté, il n'y eut plus aucune autre annexion par les britanniques.

En 1853, un nouveau conseil législatif est ouvert à des représentants britanniques des gouvernements provinciaux, et une ligne de chemin de fer entre Bombay et Thana, est une ligne de télégraphe entre Calcutta et Âgrâ sont ouvertes. En 1857, les universités de Calcutta, Madras et Bombay sont fondées.

En 1857-1858, la révolte des Cipayes, ou première guerre d'indépendance indienne, entraîne la dissolution des restes de l'Empire moghol, et en 1858 les autres régions de la Birmanie sont annexés.

En 1858, le parlement britannique transfère le contrôle des Indes et le pouvoir politique de la compagnie des Indes orientales à la couronne britannique, qui assure le gouvernement de l'Inde britannique.

L'Inde britannique continue jusqu'en 1947, distincte des États princiers, mais tous sont considérés partie de l'Empire britannique des Indes, déclaré en 1877.

En 1886, toute la Birmanie devient une province de l'Inde britannique.

Avec la Partition des Indes, le 15 août 1947, est venu l'indépendance de l'Inde et du Pakistan.

Provinces

En 1947, au moment de l'indépendance, l'Inde britannique était composée de dix-sept provinces.

Chronologie


Éxécutions au canon en Inde lors de la Révolte des Cipayes (1857-1858) (peinture russe de Vassili Vereshchagin (1887).

Bibliographie

  • James Mill, The History of British India (Londres, 1818, 2e ed. 1820, 3e ed. 1826, 4e ed. 1848, 5e ed. 1858)
  • Warren, Comte Édouard de, L'Inde anglaise en 1843-1844
  • Warren, Comte Édouard de, L'inde anglaise avant et après l'insurrection de 1857, par le cte Edouard de Warren, ancien officier au service de S. M. britannique dans l'Inde (Hachette et Cie, 3ème édition, 1858)
  • Meyer, Burn & Cotton, The Imperial Gazetteer of India (3e ed., 1908–1931)
  • Alain Daniélou, Histoire de l'Inde (Fayard, 1983)
  • Jacques Dupuis, Histoire de l'Inde (Editions Kailash, 2e ed. 2005), ISBN 2842681223

Notes et références

  1. Indes britanniques, fr.encarta.msn.com
  2. Jean-Marie Lafont, Maharaja Ranjit Singh, le Seigneur de cinq rivières, Oxford University Press, Oxford, 2002 

Articles connexes


  • Portail du monde indien Portail du monde indien
Ce document provient de « Inde britannique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Inde Britannique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Inde britannique — L Inde britannique (couleur rose), 1909 …   Wikipédia en Français

  • Gouverneur général de l'Inde britannique — Gouverneur général des Indes Cet article fait partie de la série Histoire de l Inde Périodes Inde ancienne Sultana …   Wikipédia en Français

  • Invasion du Tibet par l'armée de l'Inde britannique (1903–1904) — Expédition militaire britannique au Tibet (1903–1904) Demande de traduction British expedition to Tibet → …   Wikipédia en Français

  • Présidences de l'Inde britannique — Présidence de l Inde britannique Les Présidences de l Inde britannique sont créées en trois unités administratives, appelées présidences (en anglais, presidencies), par la Compagnie anglaise des Indes orientales en 1684. En 1858, suite à la… …   Wikipédia en Français

  • Présidence de l'Inde britannique — Les Présidences de l Inde britannique sont créées en trois unités administratives, appelées présidences (en anglais, presidencies), par la Compagnie anglaise des Indes orientales en 1684. En 1858, suite à la Révolte des Cipayes en 1857, les… …   Wikipédia en Français

  • INDE - Histoire — L’Inde a produit, au IIIe millénaire avant notre ère, une des premières grandes civilisations de l’histoire humaine, mais elle n’a pas, de son propre mouvement, produit d’historiographe. Elle a pourtant donné le jour, à partir du millénaire… …   Encyclopédie Universelle

  • INDE - Les arts — L’art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l’humanité. Contribution importante par la persistance, jusqu’à l’époque contemporaine, d’une tradition dont les manifestations matérielles n’apparaissent… …   Encyclopédie Universelle

  • Inde Portugaise — Índia Portuguesa (pt) ← …   Wikipédia en Français

  • Inde portugaise — Índia Portuguesa (pt) 1510 – 1961 …   Wikipédia en Français

  • Inde Danoise — Territoires des nations européennes en Inde de 1501 à 1739 L Inde danoise est le nom donné aux possessions danoises en Inde. Histoire Les colonies danoises en Inde furent fondées par la Compagnie danoise des Indes orientales, qu …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.