Incipit


Incipit

Aujourd'hui, le mot incipit (du latin incipio, is, ere : « commencer ») désigne les premiers mots d'un texte. Selon une tradition hébraïque reprise dans le christianisme, l'incipit donne son titre au document. Un incipit permet d'introduire une histoire dans un contexte (contextualiser). Il donne le cadre spatio-temporel et des informations de base comme: -caractéristiques physiques et mentales -lieu, -comportements (des animaux ou des personnages) -le temps, l'année -etc.

Ainsi le lecteur dispose de suffisamment d'éléments pour se plonger dans l'intrigue. L'incipit est un moment essentiel où il s'agit d'introduire le lecteur pour lui donner envie de continuer.

- Ainsi, en hébreu, les livres de la Bible sont désignés par leur incipit. Par exemple le premier livre s'appelle Bereshit, c'est-à-dire commencement, premier mot de la Bible : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre...»

- L'usage est repris dans le christianisme. Ainsi l'incipit désigne le ou les premiers mots d'une prière grecque ou latine, chantée ou non. Souvent, ces mots sont pris pour titre. On désigne ainsi, par exemple, le Kyrie, l'Agnus Dei, le Gloria (incipit : Gloria in excelsis deo), le Magnificat, le Salve Regina, le Victimæ paschali laudes et un grand nombre d'autres textes de la liturgie catholique.

- Les bulles pontificales et les encycliques sont aussi nommées d'après leur incipit en latin comme, par exemple, Pacem in Terris.

- Les manuscrits sont aussi désignés par leur incipit.

- De façon plus générale, l'incipit désigne le début d’un texte littéraire, en général d’un roman. Par extension, ce sont également les premiers mots d'un livre.

Dans le domaine musical, un grand nombre d'œuvres polyphoniques d'inspiration religieuse débutent par un incipit grégorien (souvent non écrit par le compositeur, car l'intonation, par un chanteur soliste, de cette courte formule mélodique rattache la partition à une liturgie connue à l'avance). Dans le domaine de la chanson, l'incipit n'est pas systématiquement utilisé comme titre d'une œuvre ; dans le catalogage des œuvres, l'incipit sert à identifier avec précision une chanson car des œuvres multiples portent des titres identiques.

- Il peut aussi désigner un court extrait, qui peut être sonore ou audio, utilisé par les sociologues comme Emmanuel Ethis lors de la réalisation d'enquête sur les publics. Les incipit fonctionnent comme des embrayeurs créatifs et réflexifs.

Sommaire

L'incipit dans le roman

Dans le seul domaine du roman, on désigna tout d'abord par ce terme la première phrase du texte, aussi nommée « phrase-seuil ». Par élargissement du sens, il désigne aujourd'hui le plus souvent le début de l'ouvrage, de longueur variable selon les nécessités de composition ou d’étude scolaire qui le découpent. Il peut ne durer que quelques phrases, mais peut aussi concerner plusieurs pages. Dans le cas d’un article (d’encyclopédie ou de journal), d’un descriptif ou encore d’une note technique, on parle souvent de « chapeau » pour désigner l’incipit destiné à « accrocher » l’attention du lecteur.

Par opposition à l’incipit, l'explicit (dénommé parfois à tort "excipit") est la fin d’un chapitre, d’un ouvrage. Là aussi la longueur varie : les derniers paragraphes, les dernières phrases...

Rôle de l’incipit

L’incipit répond généralement à trois caractéristiques : il informe, intéresse et noue le pacte de lecture.

Il informe en mettant en place les lieux, les personnages et la temporalité du récit. Il peut même, comme chez Diderot dans Jacques le fataliste ou comme Balzac par exemple dans Le Père Goriot, apostropher le lecteur et signer un contrat explicite avec lui : « Ainsi ferez-vous, vous qui tenez ce livre d'une main blanche, vous qui vous enfoncez dans un moelleux fauteuil en vous disant : Peut-être ceci va-t-il m'amuser. »

L'incipit intéresse par divers procédés techniques, par exemple l’utilisation de figures de style ou encore en une entrée in medias res (le récit débute dans le feu de l’action).

Il noue aussi ce qu’on pourrait appeler un « contrat de genre » en indiquant au lecteur le code qu’il doit utiliser dans le cadre de sa lecture. Différents signes annonciateurs du genre littéraire apparaissent ainsi, comme dans le conte bien sûr avec le célèbre « Il était une fois », mais aussi le roman policier. Il fait souvent l’objet d’un travail d’écriture particulier, particulièrement poétique, surprenant et rythmé, comme le prouvent les exemples qui suivent.

Incipit célèbres

Certains incipit sont insolites (par exemple les déroutantes premières pages de Jacques le Fataliste et son maître de Diderot), et désarçonnent le lecteur en jouant avec les conventions du roman ; d’autres, par leur concision, leur force ou leur humour, l'utilisation inédite des conjugaisons, ont marqué les esprits et ont su rester dans les mémoires.

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. »

« Je ne sais pas trop par où commencer. »

« Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon. »

« La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. »

« Je cherchais un endroit tranquille où mourir. »

« Bien des années plus tard, face au peloton d'exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l'emmena faire connaissance avec la glace. »

« Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu'il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison ; car, à moins qu'il n'apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d'esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme comme l'eau le sucre. Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques-uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. »

« L'œil, d'abord, glisserait sur la moquette grise d'un long corridor, haut et étroit. Les murs seraient des placards de bois clair, dont les ferrures de cuivre luiraient. »

« Tchen tenterait-il de lever la moustiquaire ? Frapperait-il au travers ? »

« Longtemps je me suis couché de bonne heure. »

« Aujourd’hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. »

« Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. »

« Je suis né dans la ville d'Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers »

« Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe? D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va? Que disaient-ils ? Le maître ne disait rien ; et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut. »

« Nous étions à l’étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre. »

« Un spectre hante l'Europe : le spectre du communisme. »

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France... Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. »

« Appelez-moi Ismaël. Il y a quelques années de cela — peu importe combien exactement — comme j’avais la bourse vide, ou presque, et que rien d’intéressant ne me retenait à terre, l’idée me vint de naviguer un peu et de revoir le monde marin. » (traduction de Philippe Jaworski)

« C'est une vérité universellement reconnue qu'un célibataire pourvu d'une belle fortune doit avoir envie de se marier. »

« J’aimais éperdument la comtesse de *** ; j’avais vingt ans, et j’étais ingénu ; elle me trompa, je me fâchai, elle me quitta. J’étais ingénu, je la regrettai ; j’avais vingt ans, elle me pardonna ; et comme j’avais vingt ans, que j’étais ingénu, toujours trompé, mais plus quitté, je me croyais l’amant le mieux aimé, partant le plus heureux des hommes. »

« C'est fini. La plage de Big Sur est vide, et je demeure sur le sable, à l'endroit même où je suis tombé. »

« Adreas Schaltzmann s’est mis à tuer parce que son estomac pourrissait. »

« C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. »

« Je ne suis qu'un pauvre orphelin mais jusqu'à huit ans j'ai cru avoir une mère »

«  Je hais les voyages et les explorateurs »

« Ça a débuté comme ça »

« DOUKIPUDONKTAN, se demanda Gabriel excédé. »

Voir aussi

Bibliographie

  • Amos Oz, L'histoire commence, essai, Calmann-Lévy, 1996
  • Carnières-Morlanwelz, Au commencement du récit, éditions Lansman, 2005
  • Andréa Del Lungo, L'Incipit romanesque, Le Seuil, coll. "Poétique", 2003
  • Pierre Simonet, Incipit, Anthologie des premières phrases, Edition du Temps, 2009, ISBN 978-2-84274-470-0

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Incipit de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Íncipit — al evangelio de Juan. Segunda mitad siglo IX. Un íncipit (del latín incipit, ‘empieza’) son las primeras palabras de un texto. Siguiendo una tradición hebrea que se retoma en el cristianismo, el íncipit da su título al documento. La palabra… …   Wikipedia Español

  • incipit — [ ɛ̃sipit ] n. m. • 1840; mot lat., 3e pers. sing. indic. prés. de incipere « commencer » ♦ Didact. Premiers mots d un manuscrit, d un livre. Catalogue citant les incipit (ou les incipits) des ouvrages répertoriés. ● incipit nom masculin… …   Encyclopédie Universelle

  • incipit — ÍNCIPIT s.n. Formulă introductivă dintr o carte tipărită sau dintr un manuscris antic sau medieval, care cuprindea titlul lucrării şi numele autorului. – Din lat. [hic] incipit aici începe . Trimis de valeriu, 21.07.2003. Sursa: DEX 98  íncipit… …   Dicționar Român

  • íncipit — Latinismo procedente de la forma verbal latina incipit (‘empieza’), que se emplea en las descripciones bibliográficas, como sustantivo masculino, con el sentido de ‘primeras palabras de un escrito o de un impreso antiguo’. Debe escribirse con… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • íncipit — (Del lat. incĭpit, 3.ª pers. de sing. del pres. de indic. de incipĕre, empezar). m. En las descripciones bibliográficas, primeras palabras de un escrito o de un impreso antiguo …   Diccionario de la lengua española

  • incipit — / intʃipit/ s.m. [3a pers. sing. dell indic. pres. del v. lat. incipĕre incominciare ; propr. incomincia ]. 1. (filol., bibl.) [nei manoscritti e nelle prime stampe, parola iniziale della formula che si poneva in apertura di un opera] ▶◀ Ⓖ inizio …   Enciclopedia Italiana

  • incipit — opening word of a Latin book or manuscript, Latin, lit. (here) begins, third person singular present indicative of incipere (see INCIPIENT (Cf. incipient)) …   Etymology dictionary

  • incipit — ìncipit m DEFINICIJA pov. početni dio teksta srednjovjekovnog rukopisa, gregorijanskog korala i inkunabula, sadrži naziv djela i ime pisca; intonacija ETIMOLOGIJA lat.: (ovdje) počinje ← incipere: počinjati …   Hrvatski jezični portal

  • incipit — [in′si pit΄] vi. [L] (here) begins: a word sometimes placed at the beginning of a medieval manuscript n. the beginning of something; specif., the first words of a medieval manuscript …   English World dictionary

  • Incipit — Handschrift aus dem Benediktinerstift Weihenstephan, um 1475, oben (in rot) das frühneuhochdeutsche Incipit „Hie hebt sich an der heyligen leben in dem wintertayl“ Das lateinische Wort i …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.