Incineration


Incineration

Incinération

L'incinération est une technique de transformation par l'action du feu. Incinérer signifie « réduire en cendres » ou, dit autrement, qu'on brûle complètement les matières à incinérer.

L'incinération est utilisée dans deux principaux domaines :

  • funéraire ; on parle alors plutôt de crémation quand les restes du mort sont complètement réduits en cendre (les ossuaires villanoviens contiennent des restes de l'incinération mélangeant cendres et os incomplètement brûlés).
  • comme technique pour le traitement d'une grande variété de déchets: urbains, industriels, hospitaliers,... L’incinération des déchets fait partie des techniques de traitement thermique des déchets. A leur tour, ces techniques font partie des différentes techniques de Gestion des déchets.

Sommaire

Incinération des « ordures ménagères » et résidus urbains

Cette technique s'est développée dans les agglomérations urbaines à partir des années 1960, en l'absence de politique de tri des déchets, compostage et recyclage des matériaux, et en raison d'une offre nouvelle de matériel d'incinération capable de traiter des quantités importantes de déchets, et de la difficulté croissante de trouver des sites de décharge.

Impacts écologiques

L'incinération ne fait pas disparaître les déchets. Elle les transforme en fumées, et en gaz (CO2 et vapeur d'eau essentiellement  ; gaz à effet de serre), mais aussi en vapeurs métalliques (pour le plomb et le mercure), et en résidus solides (mâchefers, REFIOM) mis en décharge (ou parfois utilisés comme matériaux de construction ou de terrassement) et en cendres souvent significativement polluées, sous-produit alors recyclé sans qu'on se pose beaucoup de question sur leur caractère polluant.
Après que l'on ait montré dans les années 1970-1990 une large contamination de l'environnement par les métaux lourds et les dioxines émis par les premières générations d'incinérateurs, la réglementation, au moins dans les pays riches, leur a imposé des normes et contrôles de plus en plus contraignants. Néanmoins les tonnages incinérés augmentant, les émissions globales de CO2 augmentent, et les émissions de polluants dans l'air restent non négligeables, notamment sous le vent des installations.

Chaque nouveau projet d'installation doit maintenant comporter une étude d'impact du projet sur l'environnement avant d'être autorisé à exploiter. De plus, de nombreuses unités en fonctionnement affichent sur internet leurs résultats de mesures de polluants. On a peu-à-peu pris conscience de la toxicité des fumées des incinérateurs contenant des dioxines et des furanes et interdit par exemple le mélange des cendres avec les résidus solides après combustion (mâchefers) dont la réutilisation est dans un nombre croissant de pays désormais soumise à des conditions plus ou moins contraignantes et respectées.

Acceptabilité

La construction d'incinérateurs, tout comme l'implantation de décharges ou même parfois d'une déchèterie, fait presque toujours l'objet de vives polémiques. Elle est de plus en plus mal acceptée, non seulement par les riverains, mais par le monde agricole et certaines entreprises agroalimentaires (La conserverie Bonduelle par exemple dans le Nord de la France, qui proteste contre l'installation d'un grand incinérateur (« Flamoval ») "au vent" de ses principales zones de production légumière). L'incinération permet de limiter le recours à la décharge, mais faute de réduction des déchets à la source, le tonnage incinéré ne cesse d'augmenter, ainsi donc que le volume de résidus, d'autant plus toxiques que l'efficacité de la filtration a été améliorée.
Dans les années 1980 et 1990, les pouvoirs publics, dans les pays riches ont souvent mis l'incinération sur le même plan que la décharge, laissant les pouvoirs locaux se déterminer pour l'une ou l'autre de ces solutions, tout en encourageant de plus en plus le tri sélectif des déchets pour diminuer les tonnages incinérés, en en limiter la teneur en eau (déchets alimentaires, bouteilles non vidées..).

Certaines collectivités évitent toute incinération, mais au prix du recours à l’enfouissement (ou stockage) d'une partie des déchets, même après un tri poussé. Le développement d'écoproduits pourrait à l'avenir permettre un taux bien plus élevé de recyclage ou réutilisation.
Notamment pour respecter le protocole de Kyoto, les autorités tendent à encourager le tri-recyclage, mais aussi parfois à renforcer les filières de valorisation énergétique ; méthanisation (encore très marginale en France) et/ou incinération, la méthanisation permettant aussi la valorisation de la matière organique, comme le compostage, mais nécessitant des déchets exempts de contaminants non biodégradables ou biocides. La valorisation-matière permet de fortement limiter les quantités de déchets à mettre en décharge ou à incinérer.
L'incinération reste promue en cas de crise sanitaire (Cf. élimination de déchets à risque, contaminés (vaches folles, grippe aviaire…) ou pour le traitement de certains déchets hospitaliers, avec les précautions adéquates. Cette méthode ne convient pas pour les crises de type Tchernobyl.

La crémation des cadavres jouit d'une forte acceptabilité dans le public, mais semble également pouvoir poser des problèmes environnementaux que ses promoteurs n'avaient pas pris en compte. Elle est, de plus, moins normée et moins contrôlée.

Règlementation

Elle varie selon les époques et les pays, avec parfois des dérogations (pour les hôpitaux, de petits industriels ou artisans, les militaires, etc.) mais les rejets atmosphériques des incinérateurs sont globalement de plus en plus règlementés et surveillés, en particulier pour les émissions de dioxines, de poussières, métaux lourds et de gaz acides. La question des impacts des nanoparticules est une question émergente qui ne fait pas encore l'objet de législation pour l'incinération.

Les promoteurs d'une nouvelle génération d'incinérateurs valorisant l'énergie produite par la combustion des déchets (co- ou trigénération) arguent qu'en produisant de la chaleur et/ou de l'électricité, et en valorisant mieux la récupération des métaux ferreux et parfois non-ferreux, ils contribuent à limiter les émissions de gaz à effet de serre du secteur déchet.
Leurs détracteurs estiment qu'une politique de réduction des déchets à la source, d'écoconception des produits et de généralisation de la méthanisation des déchets organiques, seraient de ce point de vue plus efficiente. Certains notent aussi qu'une politique de réduction du volume et de la masse des emballages et suremballages et des traitements plus locaux (compostages individuels, recycleries, ressourceries, plate forme-bois, plates-forme de méthanisation, etc.) diminuerait les transports des déchets, également polluants. Cette dernière stratégie est de plus en plus soutenue dans les pays en avance du point de vue de l'environnement (Allemagne, Suède, Danemark..), et en France par l'Ademe.

Coûts

Les coûts de l'incinération peuvent varier sensiblement d'un projet à un autre, selon les hypothèses économiques (montage financier de la collectivité pour rembourser l'investissement), choix et performance du mode de valorisation énergétique (la vente d'énergie apporte des recettes significatives, jusqu'à 15-20 euros la tonne de déchets traités), existence ou non d'une valorisation des mâchefers (la mise en décharge des mâchefers coûte souvent plus cher que leur valorisation en technique routière) et les choix techniques. Les coûts de traitement par incinération sont globalement comparables, voire légèrement supérieurs, à ceux de la mise en décharge. Il existe de très fortes disparités locales, aussi bien pour les installations de stockage (les prix peuvent varier entre 30 et 120 €/t) que pour les incinérateurs (entre 50 et 120€/t). La structure du coût de traitement (amortissement de l’investissement, charge d’exploitation, recettes énergétiques) est également différente, l’incinérateur par exemple nécessitant pour le maître d’ouvrage un investissement initial important pouvant représenter selon les cas la moitié du coût de traitement. Le choix du mode de financement de l’investissement (fond propre, emprunt,…) et le montant des subventions a enfin un impact direct sur le coût de traitement.

Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Ce document provient de « Incin%C3%A9ration ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Incineration de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • incinération — [ ɛ̃sinerasjɔ̃ ] n. f. • 1390, rare av. 1762; bas lat. incineratio ♦ Action d incinérer. Fours d incinération. ⇒ incinérateur. Spécialt Opération par laquelle on réduit en cendres un cadavre, des cadavres. ⇒ crémation; columbarium, crématorium.… …   Encyclopédie Universelle

  • Incineration — In*cin er*a tion, n. [LL. incineratio: cf. F. incin[ e]ration.] The act of incinerating, or the state of being incinerated; cremation. [1913 Webster] The phenix kind, Of whose incineration, There riseth a new creation. Skelton …   The Collaborative International Dictionary of English

  • incineration — (n.) 1520s, from M.Fr. incinération (14c.), from M.L. incinerationem (nom. incineratio), noun of action from pp. stem of incinerare (see INCINERATE (Cf. incinerate)) …   Etymology dictionary

  • Incineration — Incineration, s. Inzineration …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Incineration — Incineration, lat. deutsch, Einäscherung; in der Pharmacie u. Chemie die Zerstörung eines festen Körpers durch Verbrennung, so daß nur die feuerfesten Bestandtheile als Asche zurückbleiben; incineriren, zu Asche brennen …   Herders Conversations-Lexikon

  • Incineration — For other forms of waste plant that produces energy, see waste to energy. Incinerator redirects here. For the fictional character, see Incinerator (Transformers). Incinerate redirects here. For the Sonic Youth song, see Incinerate (song). For the …   Wikipedia

  • Incinération — L’incinération est une technique de transformation par l’action du feu. Incinérer signifie « réduire en cendres » ou, dit autrement, qu’on brûle complètement les matières à incinérer. L’incinération est utilisée dans deux principaux… …   Wikipédia en Français

  • INCINÉRATION — n. f. Action de réduire en cendres. On obtient la soude par la combustion et l’incinération des plantes marines. L’incinération des morts, Action de brûler les morts pour les réduire en cendres. L’incinération des morts était en usage dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • incinération — (in si né ra sion ; en vers, de six syllabes) s. f. 1°   Action de réduire en cendres.    L incinération des morts, manière, chez les anciens, de leur rendre les derniers devoirs. 2°   Terme de chimie. Action d incinérer, ou état de ce qui est… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • incineration — atliekų deginimas statusas Aprobuotas sritis karo inžinerija apibrėžtis Terminis atliekų apdorojimas, atgaunant energiją arba jos neatgaunant. Apima atliekų deginimą oksiduojant, taip pat kitus terminio apdorojimo procesus, pavyzdžiui, pirolizę… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)